C’est super intéressant d’éplucher les journaux de démarrage sur un ordinateur.

Un PC c’est juste une machine avec processeur central (une puce électronique) qui fait tout le travail. Ce processeur central ce n’est rien d’autre qu’un agencement bien défini de quelques milliards de transistors (de mini-interrupteurs électroniques) reliés les uns aux autres, s’actionnant successivement, comme une chaîne.

Un programme informatique (ou un bout de code), c’est une suite d’instruction indiquant dans quel ordre ces interrupteurs doivent être actionnés une fois que l’ordinateur est mis sous tension. Dès cet instant, ce sont des dizaines, voire des centaines de millions de lignes de code qui sont lues et traitées par le processeur central, et les interrupteurs sont alors actionnées des milliards de fois chaque seconde.

Le résultat final est ce que l’on voit à l’écran : chaque pixel de l’écran, chaque son dans les enceintes, chaque bit écrit sur un disque dur… sont produits grâce et par le calcul du processeur.

Sur un PC grand public, les programmes pré-installés sont là pour automatiser le plus grand nombre de chose. Ainsi, il suffit d’allumer l’ordinateur et votre session utilisateur se lance : vos fichiers sont ouverts, votre fond d’écran est affiché, votre PC se connecte au réseau Wifi, etc.

Ceci peut semble simple, parfois c’est considéré comme acquis. Mais il ne faut jamais oublier que si votre PC fait tout ça, c’est parce que c’est voulu. Prenons par exemple juste ce dernier point : « votre PC se connecte au réseau Wifi ». C’est un programme à lui seul et il se passe plein de chose :

  • le processeur doit apprendre à utiliser la carte Wifi (en chargeant le pilote en mémoire)
  • le processeur demande à la carte Wifi de chercher des réseaux aux alentours
  • le processeur regarde sur le disque dur s’il y a des réseaux Wifi connus et enregistrés
  • si oui, le processeur charge en mémoire le réseau connu
  • la carte Wifi et votre Box « discutent » pour commencer la connexion
  • la carte Wifi se connecte au réseau Wifi connu en utilisant les informations (clé Wifi, nom du réseau…) qui sont en mémoire
  • une fois que les deux appareils « sont d’accord » ils se connectent et le réseau fonctionne
  • la carte Wifi dit au processeur que tout est OK
  • le processeur dit à l’écran d’afficher un message à l’écran comme quoi la connexion est active.

Pour plus de détails, voici ce que mon ordinateur fait au démarrage de l’ordinateur, quand il veut se connecter à un réseau Wifi :

mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info> NetworkManager (version 1.2.2) is starting...
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info> Read config: /etc/NetworkManager/NetworkManager.conf (etc: default-wifi-powersave-on.conf)
[…]
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info> init!
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info>    interface-parser: parsing file /etc/network/interfaces
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info>    interface-parser: finished parsing file /etc/network/interfaces
[…]
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info> end _init.
[…]
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info> (25422752) ... get_connections (managed=false): return empty list.
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info> keyfile: new connection /etc/NetworkManager/system-connections/Lord (8ec2bec8-2a08-461b-96ae-e124650b1cd6,"Lord")
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info> keyfile: new connection /etc/NetworkManager/system-connections/Livebox-40nf4 (8b56671d-4dcb-4563-83e9-badd50e52f92,"Livebox-40nf4")
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info> keyfile: new connection /etc/NetworkManager/system-connections/Timo (0792c0a8-faa0-4ecf-a439-01e2fd7097e1,"Timo")
[…]
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info> manager: WiFi enabled by radio killswitch; enabled by state file
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info> manager: WWAN enabled by radio killswitch; enabled by state file
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info> manager: Networking is enabled by state file
[…]
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info> (wlp2s0): using nl80211 for WiFi device control
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): driver supports Access Point (AP) mode
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info> manager: (wlp2s0): new 802.11 WiFi device (/org/freedesktop/NetworkManager/Devices/0)
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): state change: unmanaged -> unavailable (reason 'managed') [10 20 2]
[…]
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info> supplicant: wpa_supplicant running
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): supplicant interface state: init -> starting
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): supplicant interface state: starting -> ready
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info> manager: startup complete
mars 3 14:07:48 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): state change: unavailable -> disconnected (reason 'supplicant-available') [20 30 42]
mars 3 14:07:52 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): supplicant interface state: ready -> inactive
mars 3 14:07:55 dell15 NetworkManager[956]: <info> policy: auto-activating connection 'Timo'
mars 3 14:07:55 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): Activation: starting connection 'Timo' (0792c0a8-faa0-4ecf-a439-01e2fd7097e1)
mars 3 14:07:55 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): state change: disconnected -> prepare (reason 'none') [30 40 0]
mars 3 14:07:55 dell15 NetworkManager[956]: <info> manager: NetworkManager state is now CONNECTING
mars 3 14:07:55 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): state change: prepare -> config (reason 'none') [40 50 0]
mars 3 14:07:55 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): Activation: (wifi) access point 'Timo' has security, but secrets are required.
mars 3 14:07:55 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): state change: config -> need-auth (reason 'none') [50 60 0]
mars 3 14:07:55 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): state change: need-auth -> prepare (reason 'none') [60 40 0]
mars 3 14:07:55 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): state change: prepare -> config (reason 'none') [40 50 0]
mars 3 14:07:55 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): Activation: (wifi) connection 'Timo' has security, and secrets exist.  No new secrets needed.
mars 3 14:07:55 dell15 NetworkManager[956]: <info> Config: added 'ssid' value 'Timo'
mars 3 14:07:55 dell15 NetworkManager[956]: <info> Config: added 'scan_ssid' value '1'
mars 3 14:07:55 dell15 NetworkManager[956]: <info> Config: added 'key_mgmt' value 'WPA-PSK'
mars 3 14:07:55 dell15 NetworkManager[956]: <info> Config: added 'psk' value '<omitted>'
mars 3 14:07:55 dell15 NetworkManager[956]: <info> sup-iface[0x1860580,wlp2s0]: config: set interface ap_scan to 1
mars 3 14:07:55 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): supplicant interface state: inactive -> associating
mars 3 14:07:58 dell15 NetworkManager[956]: <info> WiFi hardware radio set enabled
mars 3 14:07:58 dell15 NetworkManager[956]: <info> WWAN hardware radio set enabled
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): supplicant interface state: associating -> 4-way handshake
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): supplicant interface state: 4-way handshake -> completed
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): Activation: (wifi) Stage 2 of 5 (Device Configure) successful.  Connected to wireless network 'Timo'.
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): state change: config -> ip-config (reason 'none') [50 70 0]
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info> dhcp4 (wlp2s0): activation: beginning transaction (timeout in 45 seconds)
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info> dhcp4 (wlp2s0): dhclient started with pid 1954
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info>   address 192.168.1.78
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info>   plen 24 (255.255.255.0)
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info>   gateway 192.168.1.254
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info>   server identifier 192.168.1.254
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info>   lease time 86400
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info>   domain name 'lan'
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info> dhcp4 (wlp2s0): state changed unknown -> bound
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): state change: ip-config -> ip-check (reason 'none') [70 80 0]
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): state change: ip-check -> secondaries (reason 'none') [80 90 0]
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): state change: secondaries -> activated (reason 'none') [90 100 0]
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info> manager: NetworkManager state is now CONNECTED_LOCAL
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info> manager: NetworkManager state is now CONNECTED_GLOBAL
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info> policy: set 'Timo' (wlp2s0) as default for IPv4 routing and DNS
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info> dns-mgr: Writing DNS information to /sbin/resolvconf
mars 3 14:07:59 dell15 NetworkManager[956]: <info> device (wlp2s0): Activation: successful, device activated.
mars 3 14:08:00 dell15 NetworkManager[956]: <info> dns-mgr: Writing DNS information to /sbin/resolvconf
mars 3 14:08:01 dell15 NetworkManager[956]: <info> dhcp6 (wlp2s0): activation: beginning transaction (timeout in 45 seconds)
mars 3 14:08:01 dell15 NetworkManager[956]: <info> dhcp6 (wlp2s0): dhclient started with pid 2173
mars 3 14:08:01 dell15 NetworkManager[956]: <info> policy: set 'Timo' (wlp2s0) as default for IPv6 routing and DNS
[…]
mars 3 14:08:01 dell15 NetworkManager[956]: <info> dhcp6 (wlp2s0): state changed unknown -> bound
mars 3 14:08:01 dell15 NetworkManager[956]: <info> dhcp6 (wlp2s0): client pid 2173 exited with status 0
mars 3 14:08:01 dell15 NetworkManager[956]: <info> dhcp6 (wlp2s0): state changed bound -> done

Même si vous ne comprenez pas tout, vous pouvez en extraire des bribes d’information, comme « starting connection 'Timo' », « connection 'Timo' has security » ou encore « successful. Connected to wireless network 'Timo' »

Cette procédure, minutieusement coordonnée par tout un tas de protocoles (entre le processeur et la carte wifi, mais aussi entre la carte wifi et votre box) a dû être écrite et imaginée par une personne, ou un groupe de personnes.

L’informatique, ce n’est pas comme les lois de la physique. La gravitation, l’électromagnétique, ce sont des choses qui sont là et qu’on essaye de comprendre pour les utiliser à notre avantage.
L’informatique, lui, c’est un domaine purement artificiel que l’on a créé pour traiter de l’information à notre place et nous simplifier la vie, et aujourd’hui le monde tourne grâce à ça.

C’est beau.
C’est magique.

Comme d’hab après un achat de matos, il est intéressant de faire un retour, pour aider les prochains à faire un choix ou même pour mettre de côté quelques notes pour le futur.
Ici je parlerai comme promis du Dell XPS 15 (9550).

Les caractéristiques matérielles complètes sont données sur la page, je résume ici vite fait le contenu de ce portable :

  • Processeur : Intel i5 6300 HQ (2,3 à 3,2 GHz, 6 Mio cache, série SkyLake) ;
  • Mémoire vive : 8 Gio (2×4 Gio DDR4 démontables, 2133 MHz) ;
  • Carte graphique : Intel HD Graphics 530 + NVIDIA GeForce GTX 960M (2 Gio DDR5), inamovible ;
  • Disque dur #1 : SSD 32 Go (M.2) pour le système, démontable ;
  • Disque dur #2 (sur modèle 56 Wh) : HDD 1 To (Sata) pour les données, démontable ;
  • Batterie : 56 Wh (le modèle 84 Wh prend la place du HDD, le seul disque est alors le SSD) ;
  • Écran : 15 pouces, full-HD (1920×1080), non tactile, mate ;
  • Clavier : lumineux, sans pavé tactile.

Le cahier des charges

Mes besoins en terme de PC sont devenus spécifiques avec le temps. Aujourd’hui je ne me vois plus utiliser autre chose qu’un écran mate et un clavier lumineux. Je veux et j’ai besoin d’un ordinateur qui soit entièrement compatible GNU/Linux (Mint/Ubuntu).
Le 15 pouces me semble un bon compromis entre nomadisme et machine de travail fixe (le 17" est un peu gros, pour l’avoir vécu durant 3 ans, et le 13 pouces est un peu petit pour le confort, mais très pratique).

Sur ce type d’écran, le meilleur choix pour moi reste un écran Full-HD. C’est moins la résolution qui m’importe que la définition : le nombre de pixels indique le nombre de fenêtres que je peux afficher côte à côte. Je peux prendre un second écran chez moi (c’est fait, d’ailleurs), mais je me vois mal m’installer avec un 27" dans le train.

Les Dell offraient la possibilité de choisir un écran tactile en 4K (3240×2160). Bien-sûr un tel écran sur du 15 pouces ne se lit pas en résolution native. Si Windows (et Ubuntu) gèrent la mise à l’échelle, je n’ai pas trouvé la même chose sous Linux Mint Mate : on peut tout mettre en grand, mais sans tirer partie de la résolution plus grande et ça reste pixelisé ; autant dire, donc, qu’un tel écran ne sert strictement à rien sous ces conditions. Je ne vois également que peu d’intérêt à avoir un écran tactile (coucou les traces de doigts !).

Ah et enfin, je veux un PC démontable. Je veux pouvoir ajouter de la mémoire ou changer le disque dur sans sortir la tronçonneuse.

Maintenant, il faut choisir un modèle de PC dans le commerce.

J’ai tout de suite écarté les marques HP, Acer, Packard Bell. Ce sont des PC de loisir et pas pour bosser (je n’ai pas regardé leur gamme pro, ceci dit). En plus, je n’ai que des mauvaises expériences avec : peu solides, des défauts partout et surtout une plaie à démonter.
J’ai également écarté Asus. Malgré de bon produits, ils ont choisi de faire le pacte avec Microsoft et du coup tout changement de matériel ou d’OS est difficile. Hors de question d’avoir ça.
J’ai enfin aussi écarté Apple. J’ai toujours admiré leurs portables sur tous les plans sauf un seul : ils sont indémontables, donc non.

Il me reste quoi ? Ben… pas grand chose.
Je tourne sur du Clevo depuis 5 ans, et je connais Dell.

Clevo : leurs PC sont bien. Très configurables et démontable (avec manuel technique de 150 pages dispo sur leur site), les revendeurs le livrent souvent sans OS (pas de taxe Windows) et ils sont robustes. J’ai eu 3 PC de 17 pouces Clevo qui tournent tous encore dans la famille. Leur choix en 15 pouces est plus réduit.

Dell : j’ai un petit Dell XPS 13 depuis quelques temps, acheté d’occasion. Il se démonte (à part la Ram) et il est fulgurant de rapidité. J’ai une très bonne expérience avec ce petit PC et je veux la même chose sur un PC principal.
Leur gamme Inspiron s’est améliorée avec le temps (niveau finitions) mais les configurations ne sont pas tout à fait à la hauteur de ce que je cherche (un peu de performance quand même, avec une carte graphique dédiée).

Mon choix s’est donc porté sur le XPS-15 : un portable compact et puissant à la fois.

Un avantage (largement mis en avant par Dell) du XPS-15, est qu’il se vante comme étant le plus petit PC 15 pouces au monde : en effet, la bordure de l’écran ne dépasse pas 6 mm en haut et sur les côtés (contre 1,0~1,5 cm sur les autres portables). C’est un détail, mais ça donne un 15 pouces dans un châssis de 14 pouces. Niveau mobilité, c’est un plus.

Review

Le châssis aluminium-carbone
Si je commence par plus gros avantage, c’est le châssis : il est en aluminium (dessous) et en carbone (dessus), ce qui lui assure une grande légèreté, mais pas seulement !

Ces matériaux dissipent la chaleur.
Non seulement le portable reste froid et on ne se brûle pas les doigts ou la main sur le repose poignée (problème que j’avais sur mon Clevo W670, à cause du SSD à côté de la puce Wifi dans un recoin non ventilé), mais en plus il reste très silencieux. On a à peine un petit soufflement, très constant qui est complètement inaudible avec un casque sur les oreilles et qui est même caché par la frappe sur le clavier ou la musique.

Les deux ventilateurs latéraux sont une très bonne configuration pour refroidir l’ensemble du PC. La prise d’air est sous le portable (toute la largeur) et la sortie se fait sur le dos, au niveau de la charnière de l’écran, là aussi, sur toute la largeur. En usage normal pour moi (bureautique/prog, musique, surf), le CPU est ainsi à 30~33 °C et le disque dur est là à 34 °C (la température ambiante est 24 °C). Comparé à mes précédents PC, c’est entre 5 et 10 °C en moins.
Lors de tâches plus gourmandes en ressources (CPU et GPU), le CPU monte à environ 50 °C et le châssis également (~45 °C) mais là encore, c’est moins que les 50~60 °C brûlants sur certains de mes anciens PC.

Certaines reviews disent que le portable chauffe, mais de mon expérience personnelle, c’est le portable qui chauffe le moins, et de loin (j’imagine que c’est toujours plus qu’un Mac, pris en référence généralement).

Le clavier
Beaucoup n’aiment pas les claviers de portables car le retour n’est pas assez important (1,3 mm sur le XPS, ce qui est vraiment très peu). Perso j’aime bien le clavier, ça doit venir de l’habitude des claviers de portables.
Le clavier lumineux est bon, mais le clavier dans son ensemble n’est pas top et fait cheap. C’est en fait la structure entre les touches qui n’est pas égal partout et l’ensemble n’est donc pas plat. Pour un PC d’une telle gamme, ce n’est pas normal.

Une fonction que j’ai pas encore cherché à configurer et que j’avais déjà sur le XPS 13, c’est que la lumière du clavier s’éteint doucement après 10 secondes d’inactivité (du clavier ou du clickpad). Je suis assez mitigé pour ça : parfois c’est pratique, parfois moins. Je vais laisser ainsi.

Le clavier n’a pas de pavé numérique, ce qui pour moi est un gros plus : le bloc alphabétique est alors bien centré et pas décalé vers la gauche. En revanche, je maintiens qu’il manque des touches sur le clavier. Les boutons Home, PgUp/PgDn, Fin et la touche du menu contextuel sont absentes. À la place ce sont des touches de fonction, ce qui n’est pas vraiment pratique. Ils auraient pu ajouter une colonne de touches à droite avec ces quatre touches.
C’est aussi dommage que les touches fléchées soient des demi-touches. Ça ne me gêne pas pour jouer (ZQSD powa), mais c’est totalement ridicule quand même.

Divers
Quand j’ai reçu le PC, il avait Windows 10 avec lui. La première action à faire au premier allumage c’est aller dans le BIOS et désactiver le Secure-Boot (touches pour le Bios : F12) qui bloque le lancement d’autres OS et pilotes que ceux prévu par le constructeur et Windows. Après ça, on peut installer Windows 10 (qui ne me servira que pour les jeux).

Autre chose, le PC vient avec un HDD d’un tera-octet (5400 tpm) et un petit SSD M.2 de 32 Gio pour un système très rapide.
Ici, ce SSD n’était même pas formaté et Windows était sur le HDD. C’est un peu débile d’avoir fait comme ça de la part de Dell, mais au final ça m’a arrangé : le SSD est pour moi réservé à Linux Mint et ceci m’a évité le tracas de déplacer Windows 10 du SDD vers le HDD et éventuellement avoir une surprise de réactivation de Windows.

Aussi, pour partitionner le HDD, vu que Windows 10 y a mis ses 7 partitions mal agencées avec espace libre entre les partitions (pas de doute, on est bien chez Microsoft), il faut passer par la gestion des disques de Windows (GParted ne peut rien faire sans effacer des trucs). Ceci est un problème mais l’outil de Windows 10 fonctionne très bien, donc ça allait.

Le bloc d’alimentation ne possède pas de LED. Cette dernière est déportée sur le connecteur, qui se branche dans le PC. C’est assez stylé mais la LED reste bien trop forte et dérange si l’ordinateur se trouve dans la chambre.
Concernant la batterie, l’appareil dispose d’un bouton sur le côté avec des LED pour voir la charge présente dans la batterie. Même éteint, on peut voir la charge qu’il reste (en 0 % et 100 %, par palier de 20 %, ce qui est largement suffisant). L’utilité reste à mon avis encore à démontrer, mais ça peut être lié à la fonction PowerShare des prises USB : on profite de l’alim USB même quand l’ordi est éteint.

Niveau connectique, il n’y a que deux ports USB-3.0 (un peu juste) et un port USB-3.1-type C. Ce dernier est aussi un port Thunderbolt-3 (les deux sont unifiés et ont le même connecteur) mais il faut quand même acheter les adaptateurs à part (pour brancher une prise Lan ou DP dessus). Le port Thunderbolt-3 / USB-C a un débit de fou (40 Gb/s) qui permet de brancher des écrans 5K et d’autres trucs, mais à part ça, il ne sert à rien : il n’y a toujours pas beaucoup de matériel qui s’en sert. L’ordi a aussi une prise HDMI et Kensinton.

Concernant la double carte graphique : le basculement entre la carte Intel et nVidia sous Linux Mint fonctionne (il faut juste redémarrer X, donc se déconnecter et se reconnecter après un changement manuel), mais les pilotes nVidia ne proposent pas la synchronisation verticale (wtf!). Les graphismes sont donc meilleures avec la carte Intel pourrie qu’avec la carte nVidia beaucoup plus puissante, ce qui est un peu navrant. Mais bon, perso je m’en fiche de ça : ce n’est le cas que sous Linux et je ne joue pas sous Linux, donc ma carte Intel suffit.
Sous Windows 10, le bascullement sur la carte nVidia est automatique quand je lance un jeu. La carte est assez puissante pour lancer mes vieux jeux en 4K (Portal1/2, HL, IL2, Unreal tournament, LFS…).

Une autre chose à noter sur ce PC (première fois que je vois ça) : à part le bouton de mise en route qui possède une LED, et le cordon d’alimentation donc, il n’y a aucun témoin lumineux. Ni pour le Wifi, ni pour les accès disques. Pas que ça me dérange, mais ça change. Je ne sais jamais vraiment si le disque dur gratte ou pas. Ce n’est pas problématique sous Linux Mint, mais sous Windows un peu plus (pas moyen de savoir quand l’OS a fini de charger).

Conclusion

Niveau performance, je n’ai rien à dire : j’ai pris ce portable également pour jouer il s’en sort bien pour faire tourner des jeux de ~5 ans sur du 4K (graphismes moyen-haut). Le seul regret c’est peut-être que le disque tourne à 5400 rpm. Comme j’ai souvent dit, un disque dur à 7200 rpm fait beaucoup de différence pour un investissement relativement faible (un SSD d’un tera-octet c’est déjà plus cher).

Niveau hardware, à part la structure du clavier qui est un peu cheap et les touches « oubliées », c’est du bon. Le choix des matériaux et l’agencement des composants et des entrées d’air sont bien pensés et ont un but précis : refroidir la machine ; et ça marche très bien.

Pour la compatibilité Linux : tout fonctionne, j’ai juste encore un petit problème de mise en veille : avec mon Kernel 4.4.0.22, la mise en veille ne se fait pas toujours. Mais quand ça marche, la sortie fonctionne bien. Je n’ai pas encore bien cherché la cause de ça, même si je vois que je ne suis pas le seul avec ce problème et qu’a priori, ça vient de la carte Wifi. Il faut encore que j’essaye avec une autre carte Wifi (celle de mon ancien PC).

Enfin, comme d’hab, ma checklist Linux Mint a été mise à jour (LM18) et j’ai ajouté beaucoup de choses.

MÀJ : pour le problème de mise en veille, il suffisait de mettre à jour le kernel. Le bug ne semble plus être présent dans le 4.4.0.36. Sous Linux Mint, les kernel ne sont plus mis à jours comme avant, il faut les mettre à jour à la main dans le gestionnaire de mise à jour. Mint a choisis cette philosophie pour des raisons de stabilité du système.

Juste un petit mot pour dire que ce blog totalise avec celui-ci 1000 articles. C’est énorme.

Le site vient également de passer le cap des 7 années d’activités (soit un article tous les 2,6 jours en moyenne), et ça aussi c’est énorme. Pour moi, mais aussi en soi, sur le web : je ne compte plus le nombre de blogs naître, mourir ou être laissé à l’abandon entre temps…

1000 articles c’est aussi 15 690 commentaires, dont la très vaste majorité constructifs, dans un français correct et apportant un gros plus aux articles et au site tout entier. Merci beaucoup pour ça.

Si vous me suivez sur le blog, sachez que ce site regroupe également des dizaines de pages « tutoriels » (dont certaines sont cachées :P) ; une trentaine d’outils gratuits en ligne ; et aussi une section de 15 186 liens partagés au fil du web assortis de mes commentaires.

L’ensemble, depuis le début, totalise plus de 75 000 000 de pages vues, ce qui est là également beaucoup plus que ce que j’aurais jamais pu imaginer en mettant le site en ligne le tout premier jour.
Pour un blog personnel où un internaute lambda ne fait que réagir à l’actu et partager quelques astuces, je trouve ça considérable également, mais je ne saurais dire pourquoi ou comment c’est arrivé ni ce que ça me fait : c’est gratifiant, touchant, effrayant… tout ça à la fois.

En ce qui concerne l’avenir, je ne compte pas changer mes habitudes : je continuerai à poster des choses, de façon irrégulière et au gré de mon humeur, donnant mon avis, qu’il plaise ou non, sur l’actualité et le monde.

Je ne sais pas trop quoi dire de plus, donc je m’en tiendrai à ça.
Quoi qu’il en soit, encore une fois, merci à vous tous :D

Les prochaines élections sont dans 1 an. Nous nous souviendrons de leur vote en 2017
Les anti-loi El Khomri menacent les députés PS de ne pas voter pour eux en 2017

(via)

Juste : non, ce n’est pas une « menace » ça.
C’est simplement la démocratie (ou la république, plutôt).

Les députés et politiques sont là pour représenter la volonté populaire. Pas celui des porte-feuilles en costard.

« Tout flatteur vit au dépend de celui qui l’écoute », vous vous souvenez ? Nous, citoyens avons plus de pouvoir qu’on ne le pense : les « élus » ne sont à leur place que grâce à nous.

Il n’y a pas besoin de s’indigner de la façon de faire de Travail.lol : c’est juste le processus de vote, dans son principe le plus simple, le plus basique.

Bon, après il faut transformer la république en démocratie, et ça ce n’est pas totalement gagné tant on a laissé le pouvoir à ceux qui le voulaient, mais il y a des idées et même de sérieuses initiatives.

Pokémon 20 years
Je ne pouvais pas ne rien dire, ce week-end, pour les 20 ans de pokémon, donc voilà : bon anniversaire Pokémon \o.

Il y a tout juste 20 ans que ça a commencé, au Japon, que les premiers jeux sur Game Boy sont sortis. Ils sont sortis un peu plus tard dans le reste du monde. Puis il y a eu la série, les jeux et tout le reste.

En ce qui me concerne, pokémon c’est à peu près toute mon enfance (donc ça l’est encore aujourd’hui^^).

pokémon stuff
J’ai ressorti les cartes, l’album, les jeux vidéos, le poster, les peluches, les badges. Et je ne parle pas de tous les films (surtout le premier) et les épisodes (certains sont d’ailleurs disponibles sur mobile sur pokémon-TV)^^.

Ce post est un peu différent du reste de mes articles, mais si vous voulez bricoler ou vous amuser (y compris avec des enfants) avec de la peinture et des lasers continuez la lecture.

Ça fait un moment que j’ai fait mon bricolage, mais l’article est écrit suite à la lecture ce cet article de SlowBrain sur le Light Painting : il s’agit d’utiliser un appareil photo en exposition longue devant un mur et d’utiliser un pointeur laser sur ce mur.
L’exposition allongée dans le temps va capter le trait fait par le point du laser. Le dessin qui arrive sur la photo n’est donc pas visible à l’œil nu.

Ce que j’ai fait, c’est un moyen pour justement voir ce trait à l’œil, en utilisant une peinture phosphorescente et un laser. Le dessin fait au laser sera éphémère, mais on pourra le voir à l’œil nu et s’amuser avec.
C’est assez amusant et il y a même quelques remarques scientifiques à tirer de tout ça aussi, notamment en physique quantique.

Matériel


le matériel pour faire du lightpainting phosphorescent avec un laser
Il vous faut un peu de matériel :

  • une feuille de papier
  • un pinceau
  • un pointeur de laser bleu ou violet (la couleur est importante)
  • de la peinture phosphorescente

Il vous faut aussi un évier et de l’eau pour laver le pinceau à la fin.

Le pointeur laser bleu est trouvable sur le net (eBay, 2 $, FdPIn). Peu importe sa puissante, du moment qu’il soit bleu ou violet.
La peinture phosphorescente est trouvable dans une boutique de maquillage ou de déguisements (Halloween…). Mon produit est acheté sur le net (Amazon, ~7 €, FdPEx) et c’est à la base prévu comme teinture phosphorescente temporaire pour les cheveux (si si : ça brille bien sous la lumière noire en boîte).

Préparation


Il s’agit ici de peindre entièrement et uniformément la feuille avec la peinture phosphorescente.

Ma peinture étant transparente à l’état normale, il est difficile de voir où on en a mis et où il n’y en a pas : l’astuce est de mettre la peinture sous la lumière et de peindre dans le noir.

peinture phosphorescente
N’hésitez pas à en mettre beaucoup : il vous faudra probablement mettre 2 ou 3 couches sur la feuille blanche (avec un séchage de quelques heures entre chaque couche).

Pour tout dire, j’ai presque mis la totalité de mon tube de 100 mL sur une feuille de dimension A4.
Pour aller plus vite, il existe probablement aussi des bombes de peinture phosphorescentes et du papier peint directement phosphorescent, mais c’est moins amusant.

Jouer avec !


Une fois que la peinture est sèche, il suffit de jouer au laser bleu dessus :

light painting with a laser light painting with a laser
Selon la qualité (et la quantité) de peinture, le dessin s’estompera plus ou moins rapidement et même à vu d’œil. N’oubliez pas d’éteindre la lumière : une lueur estompée dans une pièce éclairée et encore parfaitement visible dans une pièce sombre.

Comment ça marche ? Pourquoi il faut un laser bleu ?


La phosphorescence n’est pas à confondre avec la fluorescence.
Un gilet de sécurité jaune qui brille quand on l’éclaire ou vos chaussettes blanches qui brillent sous la lumière noire, c’est la fluorescent : ils arrêtent de briller aussitôt qu’on éteint la lumière.

La phosphorescence, c’est quand l’objet continue de briller plusieurs minutes voire plusieurs heures dans le noir après avoir « absorbé » de la lumière.

Le principe complet est expliqué en détail dans mon article : La différence entre phosphorescence et fluorescence.
Pour faire vite, disons que la matière absorbe la lumière et la réémet. Dans le cas de la phosphorescence, la matière — les électrons en fait — s’excitent et stockent de l’énergie lumineuse qu’elles libèrent un peu plus tard, sous la forme de lumière (verte ici).

Si un laser bleu fonctionne et non un laser vert ou rouge, c’est une question d’énergie : la lumière bleue est plus énergétique que la lumière verte ou rouge. En fait, la lumière bleue est la seule des trois qui soit suffisamment énergétique pour exciter la peinture phosphorescente : seule la lumière bleue peut-être emmagasinée par la peinture et réémise plus tard.

C’est la même raison qui fait que le verre est transparent, mais que l’acier ou le papier sont opaques : la lumière visible n’est pas assez énergétique pour être absorbée par le verre et elle passe donc au travers. L’acier et le papier sont en constitués (chimiquement) de telle sorte que la lumière visible est absorbée : elle ne peut pas les traverser et ces deux matériaux ne sont donc pas transparents.


Note : si vous faites ceci avec des enfants (ce que je conseille : c’est amusant), prenez soin de ne pas les laisser regarder dans le faisceau laser directement (c’est dangereux, surtout la lumière bleue très énergétique).
Dans ce cas, il est conseillé de porter des lunettes qui filtrent la lumière bleue (comme celle là, filtrant le domaine spectral qui inclut la longueur d’onde de votre laser, typiquement de 405 nm pour le bleu).

J’aime beaucoup les films retraçant les débuts de l’informatique, ou juste la montée en puissance de l’Internet ou des boîtes comme Microsoft de l’époque où ils étaient des « gus dans un garage » jusqu’au moment où leur fondateurs sont les hommes les plus fortunés du monde.

En voici une sélection, contenant des films basés sur des faits réels et des documentaires :

  • Pirates de la Silicon Valley (1997), téléfilm sur la naissance de l’informatique personnel au travers de la croissance de Microsoft ou Apple ;
  • Nom de code : Linux (2002), documentaire sur le mouvement GNU, Linux et l’open-source ;
  • la revanche des geeks (2011), un documentaire sur la culture Geek ;
  • Cybertr@que (2000), téléfilm basé sur des faits réels à propos de Kevin Mitnick, un des plus grands hacker criminel de son époque (et étant passé aujourd’hui du bon côté de la force) ;
  • Une contre histoire des Internets (2012), documentaire sur l’usage d’Internet par les hacktivistes et son rôle dans la défense des droits des citoyens contre les gouvernements ;
  • Citizenfour (2014), documentaire à propos d’Edward Snowden et comment il a décidé de travailler pour les citoyens plutôt que contre eux.
  • The Imitation Game (2014), film à propos d’Alan Turing, basé sur des faits réels, concernant l’importance des sciences de l’information (« informatique ») et de la cryptographie durant la seconde guère mondiale.
  • Antitrust (2000), film critique envers la politique des grands groupes High-Tech (en particulier Microsoft, même si ça n’est pas dit) et leur méthodes pour le moins contestables quand il s’agit de défendre leur intérêts.

En voici deux autres, bien plus récents. Je les note ici, mais je les ai beaucoup moins appréciés car ce sont plus des films que des documentaires.
Même Jobs, qui est beaucoup moins bien que Pirates de la Silicon Valley :

  • The social network (2010), un film retraçant l’histoire de Facebook, de sa naissance comme un petit site jusqu’à devenir le premier site du monde ;
  • Jobs (2013), film basé sur la vie de Steve Jobs, de la fondation d’Apple à sa renaissance en 2001.

ÉDIT : ce qui suit est la liste des docu et films proposés dans les commentaires (je ne les ai pas tous vu) :

un dictionnaire Nonobstant l’irréfragable vocabulaire dont vous disposez, voici une suggestion pour améliorer vos connaissances.

Je dois être un hâbleur cinoque (bien que n’ayant point d’accessoire infundibuliforme sur la tête) tombé dans la garrulité pour déblatérer avec une pétulance volubile tous ces mots, prenant le rôle d’un laudateur, mais je souhaite que ce phébus — loin d’être une pasquinade allusive — soit un satisfecit pour cette application oblative, grâce à laquelle plus rien ne sera plus sibyllin et avec laquelle vous pourrez enfin vous rasséréner.
Qu’elle vous invite même à une libation roborative du savoir, au moyen de cette cascatelle du trésor de vocabulaire.

Vous pourrez alors enfin exhiber votre fatuité que même le cénacle et la nitescence des littéraires les plus outrecuidants pourront vous envier, passant alors du statut d’aliboron à jovien en matière de mots.

Il n’est qu’un simple truisme que cette application à la saveur immarcescible vous emporte dans le céans de la langue Française. Qu’elle sache être un affiquet surérogatoire sur votre téléphone.



image de Greeblie

black sails at midnight cover
En plus de la musique de jeux vidéos, films ou autres musique « épique » et la K-Pop/J-Pop, j’écoute aussi du metal — du folk metal — et selon certains (coucou Thierry) je serais le seul à écouter aussi bien SNSD que Ensiferum :D.

Pour la musique épique et la K-Pop :

Concernant le metal, j’écoute uniquement du « folk metal » et quelques dérivés ou genres mélodiquement proches (power metal, pirate metal, viking metal…). Tout ce qui est death ou black metal, je n’écoute pas du tout.

En plus des airs musicaux, j’aime aussi énormément les textes qui racontent des aventures fantastiques avec des trolls, des chevaliers, des vaisseaux de pirate ou des dragons (encore faut-il que les paroles soient dans une langue que je comprenne, ce qui n’est pas systématique quand les groupes sont finlandais ou féroéens).

Une dernière chose que j’aime dans ce style de musique (plus que les autres styles de musique), ce sont les pochettes d’album qui sont de véritables œuvres d’art (voir lien en bas de l’article).

Voici donc mon top :

Alestorm

(groupe écossais de pirate metal)

Heavy Metal Pirates, de l’album Leviathan
‎‎Weiber Und Wein, de l’album Leviathan
‎Wolves Of The Sea, de l’album Leviathan
‎1741 (The Battle of Cartagena), de l’album Sunset on the Golden Age
‎Sunset on the Golden Age, de l’album ‎Sunset on the Golden Age
‎Magnetic North, de l’album ‎Sunset on the Golden Age
Flower of Scotland, de l’album Captain Morgan’s Revenge
‎Nancy the Tavern Wench, de l’album Captain Morgan’s Revenge
Captain Morgan's Revenge, de l’album Captain Morgan’s Revenge
‎Chronicles of Vengeance, de l’album Black Sails At Midnight
Pirate Song, de l’album Black Sails At Midnight
To the End of Our Days, de l’album Black Sails At Midnight
Keelhauled, de l’album Black Sails At Midnight
You Are A Pirate, de l’album Back Through Time
I Am A Cider Drinker, de l’album Back Through Time
‎Scraping The Barrel, de l’album Back Through Time
Back Through Time, de l’album Back Through Time

Dragonforce

(groupe britannique de power metal)

Where Dargons Rule, de l’album Valley Of The Damned
Starfire, de l’album Valley Of The Damned
Evening Star, de l’album Valley Of The Damned
Black Winter Night, de l’album Valley Of The Damned
Inside the Winter Storm, de l’album Ultra Beatdown
The Fire Still Burns, de l’album Ultra Beatdown
Heart Of The Storm, de l’album The Power Within
Seasons, de l’album The Power Within
Cry Thunder, de l’album The Power Within
Last Man Stands, de l’album The Power Within
Dawn Over a New World, de l’album Sonic Firestorm
Cry Of The Brave, de l’album Sonic Firestorm
Soldiers Of The Wasteland, de l’album Sonic Firestorm
You're Not Alone, de l’album Maximum Overload
Ring of Fire, de l’album Maximum Overload
Chemical Interference, de l’album Maximum Overload
Fight To Be Free, de l’album Maximum Overload
Through The Fire And Flames, de l’album Inhuman Rampage

Ensiferum

(groupe finlandais de viking metal)

‎Tale Of Revenge, de l’album Iron
Deathbringer From The Sky, de l’album Victory Song
Abandoned, de l’album Ensiferum
Pohjola, de l’album Unsung Heroes
Lady In Black, de l’album Victory Song
Raised By The Sword, de l’album Victory Song
Wanderer, de l’album Victory Song
Neito Pohjolan, de l’album One Man Army
Cry For The Earth Bounds, de l’album One Man Army
Heathen Horde, de l’album One Man Army
March of War, de l’album One Man Army
The Longest Journey, de l’album From Afar
Token of Time, de l’album Ensiferum
Finnish Medley, de l’album Dragonheads
Descendants, Defiance, Domination, de l’album One Man Army

Heidevolk

(groupe néerlandais de folk metal)

Vulgaris Magistralis, de l’album De Strijdlust is Geboren
Het Bier Zal Weer Vloeien, de l’album De Strijdlust is Geboren
Deemstering, de l’album Uit Oude Grond
Een Nieuw Begin, de l’album Batavia
Wapenbroeders, de l’album Batavia

manala cover

Korpiklaani

(groupe finlandais de folk metal)

Gods On Fire, de l’album Korven Kunigas
Dolorous, de l’album Manala
Surma, de l’album Ukon Wacka
Vaarinpolkka, de l’album Ukon Wacka
Koivu Ja Tähti, de l’album Ukon Wacka
Tequila, de l’album Ukon Wacka
Päät Pois Tai Hirteen, de l’album Ukon Wacka
Jouni Jouni, de l’album Noita
Ieva's Polka, de l’album Manala
Soil of the Corpse, de l’album Manala
Honor, de l’album Manala
Ruumiinmultaa, de l’album Manala
Rauta, de l’album Manala
Suden Joiku, de l’album Korven Kunigas
Metsämies, de l’album Korven Kunigas
Vesaisen Sota, de l’album Karkelo
Koennin Kuokkamies, de l’album Karkelo
Juodaan Viinaa, de l’album Karkelo
Vodka, de l’album Karkelo

Týr

(groupe féroïen de folk metal)

The Lay Of Our Love, de l’album Valkyria
The Lay of Thrym, de l’album The Lay of Thrym
Turið Torkilsdóttir, de l’album By the Light of the Northern Star
Dreams, de l’album Eric The Red
Northern Gate, de l’album By the Light of the Northern Star
The Wild Rover, de l’album Eric The Red
Evening Star, de l’album The Lay of Thrym
Valkyrja, de l’album Land
By the Light of the Northern Star, de l’album By the Light of the Northern Star
Into the Storm, de l’album By the Light of the Northern Star

Equilibrium

(groupe allemand de folk metal)

Kurzes Epos, de l’album Rekreatur
Wingthors Hallen, de l’album Turis Fratyr
Der Wasserman, de l’album Rekreatur
Die Weide und der Fluß, de l’album Sagas

Amaranthe

(groupe suédois de power metal mélodique)

True, de l’album Massive Addictive
The Nexus, de l’album The Nexus
Endlessly, de l’album Maximalism

Pour les pochettes d’album, j’ai une petite collection ici : http://lehollandaisvolant.net/tout/folio/?fol=metal+covers

(Mise à jour 2017-05-10)

du maïs sur un grill Je suis plusieurs émissions scientifiques, en radio et en séries TV, principalement américaines (pour pas dire tous).
L’une de mes préférées est StarTalk Radio, avec Neil deGrasse Tyson (le même qui présente Cosmos). On y rencontre aussi régulièrement Bill Nye, un vulgarisateur, éducateur et communicateur scientifique et beaucoup d’invités dans tous les domaines : Elon Musk (fondateur de Space X et Tesla Motors), Morgan Freeman (acteur), Michiou Kaku (physicien), Mike Massamino (astronaute), Josh Groban (chanteur), et plein d’autres : auteurs, artistes, politiques, scientifiques, entrepreneurs, comédiens…

Aujourd’hui deux épisodes d’environ 50 minutes sur les OGM, présenté par Bill Nye, « the science guy » :


Bill Nye y répond aux questions sur les OGM posées par les internautes. Il explique également pourquoi il a changé d’avis sur les OGM (il était totalement contre au début).


Si je vous partage ça, c’est parce qu’on écoute beaucoup de choses sur ce sujet, avec beaucoup plus de voix d’un côté que l’autre, et sûrement beaucoup de faux aussi.
Il y a pourtant du bon et du mauvais dans les OGM.


Pour ma part, je ne sais pas trop quoi penser des OGM, en eux-mêmes (je ne parle pas de tout ce qui est brevetage du vivant, et pression économique ; voir le premier commentaire sous l’article).

Déjà, il faut savoir que la sélection artificielle, que ce soit des chevaux, des chiens, du blé ou des pommes, c’est de la manipulation génétique aussi.
Même quand on se reproduit, dans l’espèce humaine : en choisissant sa/son partenaire, on choisit indirectement avec quelles gènes on va se reproduire afin de donner à la descendance des caractéristiques que l’on aime voir perdurer (on espère que la descendance les aura, étant donnée qu’il reste une composante aléatoire).

Pour les espèces de céréales ou des animaux, il peut arriver que ce processus, opéré depuis des milliers d’années, donne naissance à une espèce toxique pour l’homme. Je n’ai pas d’exemples, mais la génétique fonctionne ainsi et la sélection artificielle n’est pas à l’abri de ça : certains gènes inhibent la production de toxines, d’autres la codent. Par ailleurs, une toxine pour une espèce ne l’est pas forcément pour d’autres (le chocolat c’est toxique pour un chien, pas pour vous, non ?). La sélection naturelle génère également ces effets, d’ailleurs.


Les OGM permettent de manipuler des gènes directement, donc sans le caractère aléatoire du croisement par reproduction. C’est tout.

Là également, il y a des risques qu’une plante OGM produise quelque chose de toxique en plus de produire plus de blé comme on a voulu faire. Mais d’un point de vu technique, les OGM n’ont pas plus de risque que la sélection artificielle que tout le monde effectue depuis toujours : les chiens, par exemple, ont tous été fait ainsi, à partir du loup (il y a quelques milliers d’années) : en choisissant le chien le plus mignon, grand, beau, petit, rapide, gros, et en le faisant s’accoupler avec un autre chien mignon, grand, beau, petit, rapide, gros, on a créée toutes les races de chien existant aujourd’hui. Et même chose pour les légumes, les fruits, les céréales…

Le but est le même dans les deux cas, que ce soit la sélection passive d’un chien ou la construction active d’une céréale avec des OGM : donner à un être vivant des caractéristiques particulières ; et le support de travail également (le code génétique, qui est manipulé à notre avantage) et la seule chose qui change c’est la méthode opérée.


Comme l’avait dit Matronix dans son article sur le sujet (en Français, cette fois) : Les OGM, ça a bon goût, il y a beaucoup de désinformation au sujet des OGM. Et je pense que les deux épisodes de StarTalk donne déjà quelques points intéressants, et ensuite mettent un peu de poids dans la balance du côté « pour ». Si l’anglais vous rebute, lisez l’article de Matronix, il résume bien la situation aussi.

Pour le reste, ben, informez-vous et pensez par vous même.

image de Mike