Savoie. Alberto Balocco, le roi du panettone meurt foudroyé au guidon de son vélo électrique

Ok, donc selon ce journal, faire du vélo électrique lors d’un orage augmente son risque de se prendre la foudre sur la gueule.

C’est faux : https://news.italy-24.com/trends/56112/Do-electric-bicycles-attract-lightning-The-case-of-the-death-of-Alberto-Balocco-in-Val-Chisone.html

En fait, la foudre tape préférentiellement sur le point le plus haut d’une zone. Si vous êtes debout en plein milieu d’un champ, le risque est plus élevé. Sur un vélo, vous êtes encore plus haut, c’est également plus risqué.
Mais le fait que ce vélo soit électrique n’a aucune importance.

Il n’y a pas besoin d’être sur un objet en matériau conducteur : à l’échelle de taille d’un orage et des durées d’établissement des différences de potentiel, plus ou moins tous les matériaux deviennent conducteurs, et finissent par faire circuler des charges jusqu’à leurs extrémités en hauteur : un clocher, un arbre, un poteau en bois… Ce n’est pas conducteur, mais c’est là où la foudre tapera.

Ensuite, certains phénomènes peuvent accentuer le risque d’attirer la foudre.

Si le sommet est pointu, on a l’effet de pointe : plus l’extrémité est fine, plus la densité de charges est forte, et plus le champ électrique également (et plus ça ionise l’air). Les parafoudres sont pointues par exemple.

Un éclair s’amorce entre deux régions où il existe une accumulation de charge (ie : différence de potentiel, ie : DDP), et où le courant peut s’amorcer (si la DDP est suffisante).
Dans un orage, ça se manifeste par des crépitements sur un poteau par exemple. Ces crépitements sont des mini-décharges (appelés effet corona, ou Feu de Saint-Elme pour les marins d’autrefois qui voyaient ça durant les orages sur les mâts des navires) : l’air y est alors ionisé, ce qui allonge électriquement le poteau, et rapproche les deux régions chargées.

Une fois ce phénomène à son paroxysme, il y a un chemin ionisé entre les deux zones, le courant passe et c’est l’éclair.

Que faire si on est pris dans un orage ?

Se mettre à l’abri dans une maison ou une grotte. Si la foudre tape, elle passera par les murs (donc éloignez-vous en par la même occasion).

Ne pas se mettre sous un arbre : l’arbre est haut et attire la foudre.

Non seulement, il peut vous tomber dessus, mais surtout, la foudre qui tape dans un arbre c’est comme mettre une bouteille de champagne au micro-onde : ça l’explose de l’intérieur. Ça balance des milliers d’échardes (de plusieurs kilos pour certaines) dans toutes les directions (c’est du vécu, enfin du vu).

Enfin, la foudre se dissipe dans le sol. On parle de plusieurs dizaines de millions de volt qui s’écarte de l’arbre. Donc si vous êtes à 1 m de l’arbre, vous avez 10 MV dans le sol. Si vous êtes à 2 m, vous avez 5 MV dans le sol. Si vous avez un pied à 1 m de l’arbre et un autre à 2 m, alors vos deux pieds sont soumis à une différence de potentiel de 5 MV. La même chose apparaît avec un fil électrique tombé au sol.

C’est pour ça que les vache qui s’abritent sous un arbre, la tête dirigée vers l’arbre se retrouvent assommées voire tuées par ce phénomène : la foudre entre par les pattes avant, traversent le corps et sortent par les pattes arrière.

Voici ce que ça donne sur des humains en vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=ReO5ghXqHYA (attention, les images sont violentes)
Et ça c’est sans compter l’onde de choc, le flash d’UV qui nous brûle, le risque d’incendie…

Si on est dans un champ sans pouvoir s’abriter, ne vous couchez pas sur le sol et ne restez pas debout. Le mieux est de s’accroupir en gardant les pieds joints : on minimise alors l’éventuel DDP entre les deux pieds et donc l’éventuel courant qui risque de nous traverser.

Notez que si vous êtes trempés, c’est un avantage : le courant passera par vos vêtements. C’est encore mieux si vous avez sué avant (par le sport) : la sueur est salée et conduit encore mieux le courant. C’est pour ça que beaucoup de gens survivent la foudre (même si c’est un pari très risqué que je déconseille de faire).

#21249  

https://www.ledauphine.com/faits-divers-justice/2022/08/28/le-roi-du-panettone-foudroye-au-guidon-de-son-velo-electrique

2022-08-1320202230.jpg (image)

Un coucher de Soleil dans un verre de lait.

Le fond apparaît bleu car cette longueur d’onde, plus courte, est diffusée 6 à 7 fois plus que les grandes longueurs d’onde telles que le rouge.
Dès le bas du bécher, le bleu est diffusé dans tous les sens, y compris vers nos yeux : c’est comme ça qu’on voit du bleu émaner de cet endroit.

Les couches au dessus reçoivent une lumière qui contient de moins en moins de bleu, et ne peuvent renvoyer que ce qui reste : du jaune puis du rouge, qui est le dernier à être diffusé entièrement.

Cette forme de diffusion, appelée diffusion de Rayleigh, est la même qui donne la couleur bleue au ciel.
Les microparticules de poussière et de polluants dans l’air diffusent la lumière également. Le bleu est diffusé et il nous arrive de partout. Le jaune et le rouge nous arrive seulement de la position directe du Soleil : ce dernier nous paraît donc jaune-orangé dans un ciel bleu.

Lors des couchers de Soleil, les rayons sont plus inclinés par rapport à l’atmosphère et la couche d’air qu’ils traversent est bien plus grande. Le bleu est alors totalement diffusée et on ne le voit plus. Il ne subsiste que du rouge : le ciel et les nuages et le Soleil sont donc rouges.

Au passage, quand le ciel est fortement chargé de particules (poussières, micro-particules), les couchers de soleils sont les plus beaux. Quand un volcan majeur entre en éruption quelque part dans le mode, ce n’est pas rare que les couchers de Soleil y soient les plus somptueux.

C’est d’ailleurs pour ça que certaines peintures des années 1815+ ou 1883+ ont le ciel flamboyant : ils ont été peints juste après les immense éruption du Tambora (1815) du Krakatoa (1883). Le plus célèbre est probablement Le Cri d’Edvard Munch (voir , ), ou encore certains tableaux de William Turner.

#21211  

https://lehollandaisvolant.net/img/0a/2022-08-1320202230.jpg

Vala Afshar (@ValaAfshar): "“Better than a thousand days of diligent study is one day with… / Twitter

Les religieux : Croient en Dieu. Pourtant y en a aucun qui soit prêt à sauter d’une cathédrale pour prouver que Dieu les rattrapera pour les remercier d’être allé à la messe.

Walter Lewin, professeur de physique : « hold my pendulum »

Cela dit, Neil de Grasse Tyson avait fait la même en disant qu’il ne fallait pas fermer les yeux : avoir confiance en la science, car elle fonctionne.

#21210  

https://twitter.com/ValaAfshar/status/1557908372095176705

De nombreux livres interdits par l'église catholique

Durant plus de 4 siècles, l'église catholique a compilé une liste de livres interdits, parce que jugés immoraux ou contraires à la foi. Dans cet "Index librorum prohibitorum" instauré vers 1550, on trouvait presque tous les écrits scientifiques, mais aussi ceux des plus grands intellectuels : Montaigne, Diderot, Rousseau, Descartes, Montesquieu, Voltaire, Kant, Schopenhauer ou Nietzsche pour ne citer qu'eux.

« Nya nya nya les scientifiques sont pas gentils ! Ils aiment pas les religions ! Ils sont intolérant ! »

Tout à fait.
Et j’assume. La religion c’est de la merde. Toutes.

Et vous, deux millénaires (et comptant) d’obscurantisme, d’anti-science, d’anti-progressisme, vous assumez ?

Je le redis : la religion, c’est de la merde. Et avant qu’on vienne me faire chier pour que je retire ça : relisez. J’ai dit la religion. Pas ceux qui y croient, pas que je ne pourrais pas.

La religion n’est rien. Le blasphème n’existe pas ici. Quiconque agit contrairement à ça, agit en terroriste (et prouve précisément pourquoi c’est de la merde).

#21187  

http://secouchermoinsbete.fr/91351-de-nombreux-livres-interdits-par-l-eglise

Can the decay half-life of a radioactive material be changed? | Science Questions with Surprising Answers

Tiens, il est possible de changer *certaines* demi-vies d’éléments radioactifs.

Dans le cas de la radioactivité epsilon (capture électronique), un proton du noyau et un électron du nuage électronique fusionnent en un neutron. L’électron est alors capturé par le noyau. Cela se produit si l’électron a une orbitale qui passe par le noyau. Dans ce cas, l’électron a une chance de se trouver dans le noyau à un instant donné.

Enlevez tous les électrons (en ionisant l’atome) et la radioactivité epsilon ne peut pas avoir lieu, augmentant donc la demie-vie de l’élément (voir supprimant la radioactivité du noyau)..

#21170  

https://www.wtamu.edu/~cbaird/sq/2015/04/27/can-the-decay-half-life-of-a-radioactive-material-be-changed/

NICREW Tapis Rafraichissant Chien L 50x90cm, Tapis Frais Durable en Gel Non Toxique et Auto-Refroidissement pour Chiens Moyens et Grands : Amazon.fr: Animalerie

Moment WTF du jour : je n’avais encore jamais vu ces tapis.
Des tapis rafraîchissants, sans les mettre au congélo ni rien. C’est à température ambiante, on se pose dessus, ça refroidit. C’est énorme.

Et je ne pense pas que ça soit un ressenti à cause du gel/eau qu’il y a dedans : je pense que la température baisse réellement.

Certains sources parlent d’une « activation à la pression » à cause du gel polymère qu’il y a dedans.

J’en ai commandé un pour moi pour voir ça plus en détail. Là où je l’ai vu, le chat qui était dessus n’a pas voulu que je le dissèque (le tapis hein). Pfeuh.
Je ferais un article sur CS en tout cas.

~

Moult questions ont pop dans ma tête, mais j’ai quand-même une idée d’où ça vient. Ce qui suit n’est qu’une première hypothèse.

Pour faire simple, la pression force le gel dans une forme A à passer dans une forme B, probablement plus liquide. Or, le passage à l’état liquide est endothermique : il y a une absorption de chaleur. Cette chaleur est puisée dans notre main (ou nos fesses, si on s’assoie dessus).

Bien-sûr, ça ne reste pas froid indéfiniment : une fois notre arrière train refroidi, il se réchauffe à nouveau et réchauffe le tapis, qui reste alors chaud (le changement d’état n’est qu’une seule fois).

Quand on se lève du tapis, le gel n’est plus sous pression et il repasse de l’état B à A. Là par contre, c’est exothermique et la chaleur absorbée précédemment est réémise : sans pression, le tapis devient tiède. Cette chaleur (initialement issue de votre séant) se dissipe dans l’air et le tapis reprend la température ambiante.

C’est magnifiquement pensé pour produire du froid.

~

Ça me fait penser au phénomène re refroidissement des élastiques.

Quand on tend un élastique (fortement, à la limite de la rupture), il se réchauffe. C’est un phénomène lié à l’entropie des longues chaînes moléculaires de latex : la tension les aligne, les ordonne. Cela diminue leur entropie et une émission de chaleur est constatée : l’élastique gagne genre 5 à 10 °C.

Si on maintient ça quelques instant, cette chaleur est dissipée dans l’air et il reprend la température ambiante. Si on relâche l’élastique, les chaînes moléculaires perdent leur alignement et se remettent en boules de nœud : l’entropie monte et ceci est endothermique : l’élastique refroidit : il perd genre 5 à 10 °C.

Essayez avec n’importe quel élastique de bureau : étirez-le à la limite, attendez quelques secondes puis relâchez et vérifiez qu’il a refroidit (contre vos lèvres, qui sont très sensibles à la température — attention à pas le faire claquer).

Ah et oui ! Il est possible de faire une clim comme ça, même si c’est très peu performant : on forme une boucle sur deux pignons qu’on fait tourner. La partie tendue chauffe et la partie relâchée refroidit. En emprisonnant la partie froid dans un endroit clos, l’air y refroidit.

Ah et un un moteur également : en chauffant une partie d’un élastique et en refroidissant l’autre, ça fait tourner des roues maintenues par un élastiques.

https://www.youtube.com/watch?v=lfmrvxB154w (mode clim)
https://www.youtube.com/watch?v=dBXL93984cQ (mode moteur)

C’est très similaire au moteur à Nitinol : l’alliage nickel-titane super-élastique à mémoire de forme que la Nasa envisage éventuellement d’utiliser pour les roues des futures rovers !
Voyez la petite vidéo à la fin : https://couleur-science.eu/?d=2605fa--le-nitinol-metal-a-memoire-de-forme

Yeah, Science !

#21158  

https://amzn.to/3crUuoZ

Andromède plus lumineuse dans le ciel - Se Coucher Moins Bête

Anecdote premium, mais voilà une des sources : https://www.gizmodo.com.au/2014/01/the-incredibly-huge-size-of-andromeda/

Le ciel serait magnifique, pas qu’il ne l’est pas déjà, si Andromède était plus lumineuse (ou la pollution lumineuse moins importante). Suffit d’attendre quelques milliards d’années pour que la voie Lactée fusionne avec ;)

#21156  

http://secouchermoinsbete.fr/83473-andromede-plus-lumineuse-dans-le-ciel

d2EZqSw.jpg (image)

Vous avez sûrement vu l’image de la nébuleuse de la Carène par le JWST.

Il s’agit d’un zoom monstrueux d’une minuscule portion du ciel, et pourtant chaque pixel dans cette photo fait la taille du système solaire.

Et ce qu’on voit en fait, c’est un nuage de poussières et de résiduels. Ces gaz forment des étoiles qui soufflent ensuite le gaz restant autour d’elles, créant ces formes si nettes. Les étoiles qui se forment dans les nébuleuses sont très massives : elles brûlent en quelques millions ou dizaines de millions d’années seulement, avant d’exploser en un nuage de gaz et de poussière et de recommencer le processus.

Donc oui, les étoiles naissent, meurent, se reproduisent et agissent sur leur environnement. Comme les êtres vivants.

Dans cette vidéo :
https://elt.eso.org/public/belgium-fr/videos/eso0905b/?lang on zoom sur la nébuleuse et sur l’étoile Eta Carina. On voit bien, à la fin, le vide laissé autour de l’étoile.

Cette nébuleuse produit des étoiles nouvelles en quantité. On parle de pouponnières d’étoiles.

Ici une autre vidéo : https://www.eso.org/public/videos/eso1250a/
Qui montre le zoom en entier, du ciel de l’hémisphère sud (pointé sur le centre de la voie Lactée — au nord nous ne voyons qu’un de ses « bras ») et finissant sur la même image que celle prise par le JWST, en bien moins net car c’est capturé par le VLT au Chili.

Enfin dernière info : cette nébuleuse est proche, à seulement 8600 années lumière, située dans notre Galaxie.
Les points lumineux sont des étoiles.

Dans les photos du champ profond, que ce soit Hubble ou Webb, chaque point lumineux est une galaxie. Chaque pixel correspond alors à une zone large de dizaines de milliers d’années lumière de côté et la zone couverte correspond à un grain de sable tenue à bout de bras.

Une façon de le dire autrement c’est que si on tient un grain de sable à bout de bras en direction du ciel, ce petit grain nous masque des milliers de galaxies, chacune composée de centaines de milliards d’étoiles et de planètes.

Et pour cacher le ciel en entier, je vous laisse imaginer combien il faudrait de grains de sable. Et donc combien de galaxies, d’étoiles, de mondes il y a là haut.
L’Univers a plus d’étoiles que l’être humain n’a émis de sons depuis toujours.

Voilà pourquoi on dit que nous ne sommes pas seuls dans l’univers. Avec une telle échelle, même les événements les plus rares se produisent obligatoirement un nombre immense de fois dans l’univers…

#21152  

https://i.imgur.com/d2EZqSw.jpg

Webb Compare

Un site pour comparer (avec un slider) les photos prises avec Hubble et par Webb (JWST). C’est tout simplement impressionnant.

#21146  

https://johnedchristensen.github.io/WebbCompare/

Note : astuce eau chaude

Histoire de tirer profit de la chaleur : prenez un bidon, remplissez d’eau et laissez au soleil. Hop, de l’eau chaude gratuite pour faire la vaisselle.

L’eau est à 50-60 degrés facile, si on le met dans la voiture.

Histoire de rigoler, j’ai aussi mis une casserole d’eau et de riz sur la voiture noire (température de surface : 70 °C) :D

#21080  

https://lehollandaisvolant.net/?mode=links&id=20220618134953

France3 - Moustiques : un couple de scientifiques girondins met au point une moustiquaire rafraîchissante - Arfy'z tranche du Net

Je suis toujours pas convaincu par la réalité du refroidissement de l’air obtenu ainsi.

Les explications comme :

Avec la bouche grande ouverte, l'air ressort chaud, tandis que si vous soufflez en fermant légèrement la bouche, l'air est froid !

Ne sont pas convaincantes : essayez de souffler avec la bouche pratiquement fermée mais très proche de la main : ça sera chaud aussi.
Le fait est surtout que si on souffle fortement avec une petite ouverture, l’écoulement sera turbulent, et donc l’air chaud va se mélanger avec l’air ambiant et le souffle semble moins chaud. Mais en aucun cas l’air ambiant n’aura perdu des calories et sera devenu plus frais.

Il y a éventuellement une solution : en entrant dans les trous, l’air est compressé et s’échauffe. Cette chaleur est évacuée, ensuite l’air est envoyée dans la pièce où elle se détend de nouveau et là elle refroidit. Vu que la chaleur est évacuée avant, il y a bien une baisse de température. C’est exactement le principe d’un climatiseur ou d’un frigo.

Mais reste la question : comment cette chaleur est évacuée ? Si c’est avec le même air qui entre dans la pièce, ça ne marchera pas. Si c’est pas rayonnement, ça ne marche pas non plus : ce rayonnement sera repris par l’air autour qui entrera ensuite…

L’efficacité contre les moustiques, elle, ne semble plus à prouver et mérite amplement l’investissement. Mais pour le refroidissement, bof.

#21066  

https://arfy.fr/dotclear/index.php?post/2022/06/11/France3-Moustiques-%3A-un-couple-de-scientifiques-girondins-met-au-point-une-moustiquaire-rafraichissante