Comment fonctionne un miroir sans tain ? - Couleur-Science

#16432

J’ai ajouté une petite expérience à faire, pour comprendre le fonctionnement d’un miroir sans tain, avec une simple vitre et un bout de canson® noir.

Le truc en fait, je le redis bien, c’est qu’un miroir sans tain c’est juste une vitre teintée normale : ce n’est pas réellement un miroir d’un côté et une vitre transparente de l’autre. Si on retournait le verre, l’effet ne changera pas : le suspect ne verra pas le policier (dans le cas d’une salle d’interrogatoire).

C’est seulement une question d’éclairage.

Si vous n’êtes toujours pas convaincus que le miroir sans tain fonctionne simplement à cause de la quantité relative de lumière transmise et de lumière réfléchie, je vous propose cette petite expérience.

Prenez une vitre, ou tout autre plaque de verre ou de plexiglass® transparente, que vous tenez face à vous comme vous tiendriez un smartphone.

Initialement, la vitre laisse passer la lumière : de la lumière arrive de derrière la vitre. En plus de ça, de la lumière arrive également de vous et se reflète sur la vitre. La quantité de lumière qui se reflète étant bien inférieure à la quantité de lumière qui traverse la vitre, votre reflet est indiscernable et vous ne voyez que l’image traversant la vitre.

Maintenant, prenez un morceau de papier ou de tissus sombre et uni (canson® noir par exemple). Placez ce papier sous la vitre et regardez à nouveau la vitre : vous discernez maintenant votre reflet !
Ici, il n’y a plus de lumière arrivant de derrière la vitre : la seule lumière qui arrive vers vous est celle qui constitue votre reflet.

Le papier sombre représente ici l’absence de lumière de l’autre côté de la vitre. Une vitre normal sans éclairage de l’autre côté agit comme un miroir à vos yeux. D’où le fonctionnement du miroir sans tain expliqué au dessus.

https://couleur-science.eu/?d=2016/04/02/13/15/16-comment-fonctionne-un-miroir-sans-tain

Vol en zéro-G (feat. Veritasium & Physics Girl) - 39 - e-penser - YouTube

#16430

:D

Au delà du vol et des galipettes, je savais pas que l’avion en fait n’éteignait pas totalement ses moteurs avant de faire la parabole, mais que les pilotes devaient maintenir une poussée telle que la force de traînée (résistance de l’air) soit exactement compensée, et arriver à compenser ça aussi précisément c’est clairement incroyable.

(ah et je maintiens mon scepticisme vis à vis de la notation « micro-gravité », « zero-G », « apesanteur », que ce soit en vol parabolique ou dans l’ISS.
Le champ de gravité reste le même. Le terme « micro-gravité » me semble toujours aussi faux.
C’est juste le ressenti des forces qui change : on ne ressent plus son poids, on ne pèse rien à cause de l’accélération que l’on subit. L’absence de pesanteur étant l’apesanteur, je maintiens que c’est le terme approprié. Après, comme il s’agit d’un ressenti uniquement (celui de la somme de forces/accélérations qui est nul), il manque peut-être un mot dans la langue, décrivant le fait de n’être soumis à aucune force…

ÉDIT : « libre » serait ce mot, qui ne manque pas en fait.)

https://www.youtube.com/watch?v=lVTTpKShVtE

10 AWESOME MAGNET TRICKS! - YouTube

#16391

Ça aussi c’est cool, mais y a pas les explications.

Les voici :
– l’aimant dans le tube de cuivre. C’est une démonstration de l’induction électromagnétique (EM) et de la loi de Lenz. L’aimant qui se déplace c’est un champ magnétique variable (c’est sa position qui varie). Ceci produit un courant induit dans le cuivre. Ce courant va à son tour produire un champ magnétique et ce dernier est opposé à celui de l’aimant. Du coup les deux champs se repoussent et l’aimant est ralenti dans sa chute. L’aimant ne s’arrêtera jamais totalement, car sinon le champ magnétique ne varie plus et il n’y aurait plus de champ magnétique secondaire.
Marche aussi avec un gros aimant (ceux de disque durs) dans un rouleau de papier alu.

– l’aimant et les pommes. La pomme contient de l’eau, or l’eau est diamagnétique : il produit son propre champ magnétique lorsqu’il est soumis à un champ magnétique. Le champ magnétique produit est opposé à celui auquel il est soumis. Résultat : l’eau est repoussé par l’aimant.
Ici, la pomme est repoussée. C’est aussi cet effet qui provoque l’attraction des corn-flakes.

– les aiguilles et la flamme. Un aimant agit sur les métaux ferreux (ou ferromagnétiques) en orientant le spin des électrons dans le même sens que les lignes de champ magnétique. C’est le contraire du diamagnétisme : donc au lieu d’être repoussés comme l’est l’eau, le fer est attiré.
La chaleur agit également sur le spin des électrons et sur leur agitation en général. Au delà d’une certaine température, le désalignement provoqué par la chaleur excède l’alignement provoqué par l’aimant et le fer n’est plus attiré. Cette température, propre au matériau, se nomme température de Curie. On peut également dire que si la chaleur diminue le magnétisme du fer, le froid l’augmente : un aimant refroidit à l’azote liquide est plus puissant qu’un aimant à température ambiante.

– les allumettes et l’aimant. Ok, celle là je ne connaissais pas. Ça doit être dû au produit utilisé dans l’allumette : une fois oxydé, le produit est ferromagnétique, alors qu’il ne l’était pas avant. Ceci est possible : les molécules ayant changées, leur propriétés physico-chimiques l’ont aussi.

– les aimants et les billes. C’est le principe du railgun. Lorsqu’une bille approche de l’aimant, il est accéléré. L’énergie libérée lors du choc se transmet aux billes de l’autre côté, et le dernier (plus éloigné de l’aimant que les autres) se détache avec une certaine vitesse. Cette billet se dirige alors vers l’aimant suivant avec une vitesse importante, il est alors accéléré et le processus recommence, détachant une nouvelle billee, etc. À chaque fois, la bille détachée se détache avec une vitesse plus élevée et le choc est de plus en plus violent. La dernière bille détachée possède une énergie suffisante pour faire tomber des trucs.

Les autres sont plus simple, pas besoin d’expliquer
La dernière, c’est juste qu’on dépasse la température de Curie.

https://www.youtube.com/watch?v=h5oXWtSMHzw

Physicists create fluid with 'negative mass' - UPI.com

#16379

Comme pour l’épisode de la température absolue négative, c’est juste une question de formulation (y compris mathématique).

Ce que dit l’article ici, c’est juste que le comportement (manifestement quantique) du produit qu’ils ont fait peut s’expliquer avec l’ajout d’un signe « − » dans une équation de physique classique.

Il n’a s’agit pas (encore?) d’une matière qui serait repoussée par la gravitation, ou qui afficherait une masse négative sur une balance.

Je peux faire la même chose en disant qu’un glaçon c’est de la chaleur négative. La chaleur c’est de l’énergie : ça n’est jamais négatif. C’est un transfert d’énergie (et/ou de chaleur) qui peur l’être. Je joue sur les mots, oui, mais c’est précisément ce que fait l’article ici aussi.

(l’ensemble des travaux n’en reste pas moins intéressant, ceci dit)

ÉDIT
En fait il faut ici distinguer les deux sortes de masses, la masse inerte et la masse grave (la différence est expliquée là).
Ces deux définitions de la masse sont décorrélées, mais en pratique la nature les confond.

Ici on parle de la masse inerte : régie par les forces, l’accélération, la vitesse, etc.
C’est cette masse là qui a un comportement « négatif ».

La masse grave n’est, a priori, pas touchée (l’article n’en parle pas en tout cas). Sinon on aurait effectivement un masse qui serait repoussée par la gravitation.
Comme il existe deux signes pour la charge électrique, on aurait alors eu deux signes pour la masse, dont une subissant une répulsion gravitationnels.

http://www.upi.com/Science_News/2017/04/17/Physicists-create-fluid-with-negative-mass/9381492444496/

GIF montrant la déformation des lignes de l’espace temps sous lgeffet d’une masse en mouvement - image - 500x500px

#16378

À noter que les lignes que l’on voit déformées ici (en vert) restent des lignes droites.
C’est comme sur la route : « aller tout droit », même sur une route avec quelques virages, reste « aller tout droit »

La lumière suit ces lignes : pour elle, ces lignes restent droites quoi qu’il arrive.

De loin, nous voyons la lumière courbée, sous l’effet de la gravitation. Quand la masse d’un objet est suffisante, ces droites sont déformées de telle sorte qu’elles pointent directement dans l’astre et la lumière y plonge sans pouvoir en ressortir.
Un tel astre, d’où ne sort aucune lumière, c’est un trou noir.

Sinon, la déformation périodique de l’espace-temps se propage, comme une vague sur un étang, en émanant de façon radiale de la zone déformée.
Cette déformation qui se propage à cause du mouvement d’un astre, c’est ce qu’on appelle une onde gravitationnelle.

http://49.media.tumblr.com/659da12fac7582bf5c47f4efbb2152d9/tumblr_o5ee0gLt591s5nl47o1_500.gif