#19343

Cosmos: Possible Worlds - Wikipedia

Juste un rappel que les premiers épisodes de Cosmos: Possible Worlds sont sortis (disponibles vous savez-où).

Il s’agit de la suite de Cosmos: A Spacetime Oddesey.

Je n’ai pas encore vu, mais j’ai très hâte.

(cc @ Matronix :) )

https://en.wikipedia.org/wiki/Cosmos:_Possible_Worlds

#19335

Quand des réseaux Wi-Fi viennent perturber des prévisions météo

Diable : un équipement situé à 125 km a été détecté par les radars météo !

Je ne sais pas si on se rend compte de la sensibilité de ces radars :O

Sinon, des ondes autour de nous, il y en a DES TONNES : https://couleur-science.eu/?d=89cef3--les-differentes-ondes-auxquelles-nous-sommes-soumis

https://www.nextinpact.com/news/108816-quand-reseaux-wi-fi-viennent-perturber-previsions-meteo.htm

#19316

Radioactive - film 2019 - AlloCiné

Juste : demain sort le film sur la vie de Marie Skłodowska-Curie (Marie Curie).

Elle est la seule double prix Nobel en science (physique et chimie) de l’histoire. En soit c’est déjà exceptionnel, mais elle a accompli tout ça envers et contre la société de l’époque, où une femme n’avait aucun droit, ce qui mériterait à mon avis un prix à lui tout seul.

(Pour tout ça, en plus de ses découvertes et son travail, ça en fait ma scientifique préférée (homme ou femme confondues)).

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=254043.html

#19279

Simulation #3 of a Black Hole with Accretion Disc - YouTube

Un rendu numérique d’un trou noir. C’est magnifique.

Quelques précisions de ma part :

– le disque d’accrétion, est bien un disque, comme les anneaux de Saturne. Si une partie semble passer en dessous ou au dessus, c’est parce que la gravitation de l’astre détourne les rayons lumineux en provenance de derrière le trou noir, et les fait passer par dessus. La lumière semble donc venir de dessus le trou noir, un peu comme un mirage. On appelle ça l’effet de « lentille gravitationnelle », avec « lentille » comme dans « lentille optique ».

– le trou noir semble asymétrique : la moitié gauche est plus lumineuse que le côté droit. Ceci est un phénomène relativiste : le disque tournant autour du trou noir, par rapport à nous, une moitié s’approche de nous et l’autre s’éloigne. La partie qui s’approche est soumis au blueshift (raccourcissement de la longueur d’onde) et l’autre partie au redshift (élongation de la longueur d’onde). C’est l’effet Doppler en fait, comme l’ambulance dont le timbre change entre le moment où il s’approche et celui où il s’éloigne, sauf qu’ici c’est appliqué à la lumière (qui est, tout comme le son, une onde).
Ce phénomène n’a — volontairement — pas été appliqué dans le film Interstellar. Il a été jugé trop complexe pour le public et donc ignoré.

– le trou noir semble être une boule. En réalité, on pense que la matière se trouve en un point unique au centre de cette boule. Toute la dizaine / centaine / millier de masses solaires est effondré en un point unique de l’espace. La sphère que l’on voit, c’est simplement la zone où la gravité devient trop importante pour permettre à quoi que ce soit, y compris la lumière, de s’échapper. C’est juste une frontière virtuelle, pas une surface "dure".
Le fait que la matière soit sur un point unique de l’espace reste discuté. Et pour cause : nos équations physique, celles qui permettent d’appliquer à la quasi-perfection toute la mécanique céleste (relativité) et la mécanique particulaire (quantique) ne fonctionnent plus quand on pose comme hypothèse qu’on se trouve dans une zone où la gravitation est aussi extrême. Ça revient mathématiquement à diviser par zéro : les équations explosent, ne marchent plus. Ce qui se passe dans un trou noir n’est pas expliqué en fait : on ne sait pas ce qui se passe dedans.

– Un trou noir s’évapore : des particules / anti-particules se créer et se perdent aussitôt dans l’espace. Quand cela arrive à la surface du trou noir, une des deux particules peut tomber dans le trou noir et l’autre s’échapper. Le bilan énergétique est alors tel que c’est comme si une particule quittait le trou noir, et en réduisait la masse. L’énergie émise ainsi est appelé rayonnement de Hawking. Au fil des dizaines de milliards d’années, un trou noir finir ainsi par s’évaporer.
Plus le trou noir est petit, plus son rayon de courbure est petit et plus le rayonnement est important. Pour un trou noir 1000 tonnes, l’évaporation se fait en 1 minute 24. Toute la masse est alors convertie en énergie et le rayonnement émis est de 3,5×10^20 W. Pour un trou noir de seulement 1 tonne, l’évaporation se fait en 8 nanosecondes et la luminosité est celle du Soleil.

– Il est possible de capter le rayonnement de Hawking d’un trou noir qu’on maîtriserait. Outre les problèmes gravitationnels, il faudrait alors constamment balancer de la matière dedans pour éviter qu’il ne rétrécisse trop et maintenir son rayonnement à un niveau non dangereux.
Ce n’est pas la seule méthode pour extraire l’énergie d’un trou noir : https://couleur-science.eu/?d=7946f8--comment-extraire-de-lenergie-dun-trou-noir

– une planète peut graviter autour d’un trou noir. Si le Soleil se transformait, ou était remplacé, par un trou noir, rien ne changerait pour nous à part l’éclairement. La gravitation restera la même et les planètes et autres astres continueraient de tourner autour au même rythme, sans subir quoi que ce soit comme problème (pas d’élongation des durées, etc.).
Ce phénomène a été grandement exagéré dans le film Interstellar : pour que 1 h 30 se transforment en 30 ans, la planète aurait dû se trouver juste au dessus de la surface du trou noir.

https://www.youtube.com/watch?v=qHPV9l4x7UU&feature=youtu.be

#19278

C’est quoi la fibre de carbone ? - Couleur-Science

C'est de la fibre. Elle est en carbone. Questions ?

Plus sérieusement, ça faisait un moment que je voulais savoir moi-même ce que c'était : pourquoi y a ce motif à damier si particulier ? pourquoi c'est si cher ? si rigide ?

Sans le faire exprès, je me suis retrouvé à bosser dans le domaine : on fabrique des pièces en fibres de carbone, d'aramyde (kevlar), de verre, de quartz...
Je ne sais pas tout sur tout, mais si vous avez des questions, laissez un comm' dessous :).

Et juste pour faire hurler ceux qui adorent les éléments en carbone pour le look, chez nous on a donc des pièces en carbone pour l'aéro, mais on les peint par dessus =D. La carbone est pour nous essentiellement fonctionnel. Voilà voilà !

https://couleur-science.eu/?d=bb7ac8--cest-quoi-la-fibre-de-carbone

#19277

Wie Sonnenstürme unsere Zivilisation zerstören könnten - YouTube

Un Kurtzgesagt sur les éruptions solaires.

Donc non seulement il y a des grosses eruptions une à deux fois par siècle, mais il y aurait aussi des super éruptions de temps en temps au cours d’un millénaire. :o

Et comme on a recouvert la planète d’un réseau de fils conducteurs, ça peut faire mal…

https://www.youtube.com/watch?v=6DPVWbJAWpY

#19225

First In Situ Observations of Gaseous VolcanicPlume Electrification

Il y a pas mal d'effervescence actuellement autour du volcan Taal au Philippines, incluant les magnifiques images du panache de fumée avec des éclairs dedans.

Il semblerait qu'une part importante de ces éclairs volcaniques soit d'origine radioactive.

Dans un orage normal, les petits cristaux de glace s'entrechoquent avec les plus gros cristaux. En raison de la nature asymétrique des chocs, les gros blocs sont plus de nature à récupérer un électron d'une des petits cristaux. Les gros blocs se chargent donc négativement et les petits, positivement.
Or, les petits cristaux montent grâce aux courants d'air ascendants, alors que les gros grêlons tombent par gravité.
Résultat, le sommet d'un cumulonimbus (nuage d'orage) se charge positivement et la base négativement. Il se forme un condensateur géant et forcément, à un moment, ça finit par péter et on obtient un éclair, dont la tension électrique s'évalue au delà du milliard de volt.
Ici, c'est la friction entre les cristaux de glace et des gouttes d'eau qui provoque l’électrification du nuage. On parle alors de triboélectricité (électricité obtenue par friction).

Dans un nuage de centres volcanique, on note que les éclairs sont plus faibles, plus nombreux et plus rapides. La triboélectricité ne peut pas expliquer ça tout seul (ni en incluant la fractoélectricité, obtenue par cassure des roches et cristaux rocheux).

Dans ce papier, ils émettent l'idée qu'une bonne partie de la charge présente dans le nuage soit le résultat de l'ionisation de l'air par le radon, un gaz radioactif naturellement produit dans le sol par décroissance radioactive de l'uranium et du thorium du sol. Les éruptions volcaniques sont connus pour émettre de grande quantité de radon gazeux.

Ils ont envoyé des ballons sondes dans les panaches de fumée avec des capteurs de charge électrique pour mesurer. D'une, la quantité de charge (par unité de volume) dans les gaz volcaniques est environ 20 fois plus importante que dans un nuage d'orage classique, et ensuite, les charges sont présentes même dans les nuages sans cendres (justes les fumerolles et dégazages volcaniques), excluant donc l'idée d'une électrification purement triboélectrique.

Les taux de radon semblent concorder avec les taux de charges libres dans les gaz volcaniques, considérant son potentiel ionisant sur l'air. Il semble donc que cette piste puisse expliquer l'origine d'une partie des charges nécessaires (jusque là pas expliquées) pour un orage volcanique.

(Reste ensuite à expliquer pourquoi les charges se séparent de façon à produire des différences de potentiel si grands, mais il est possible que l'effet triboélectrique prenne le relai une fois l'air ionisé, à savoir une électrification des poussières qui sont ensuite séparés par masse/taille simplement par gravité).

En tout cas c'est incroyablement intéressant !

https://research-information.bris.ac.uk/files/196236580/Full_text_PDF_final_published_version_.pdf

#19187

Bonne année ! …mais c’est quoi une année ? - Couleur-Science

Bonne année… heu… sidérale à tous !
Bonne révolution circum-solaire !

Et d’ici quelques jours, dimanche prochain à 08h pour être précis, la Terre sera au périhélie : ça sera une nouvelle année anomalistique.

https://couleur-science.eu/?d=b20f0d--bonne-annee-mais-cest-quoi-une-annee

#19175

@physicsfun on Instagram: “THE RAYY Fine Jewelry: computational caustic projection from the polished surface of a ring of white gold. Here the image of the word LIGHT…”

Cette technique est très ancienne : une surface polie, mais qui, éclairée, projette un motif particulier.

Wiki dit que ça date peut-être de 2 200 ans en Chine.

À une époque c’était utilisé par les chrétiens orientaux (chinois et japonais) pour pouvoir prier sans se faire prendre par les autorités (qui interdisaient cette religion) : ils utilisaient un petit pendentif miroir qui projetaient une croix avec Jésus à la lueur d’une bougie.
Le motif lui-même était invisible sur le pendentif, et ils n’avaient donc pas besoin d’être caché comme une croix normale (peut-être une solution au (faux) problème de laïcité en 2019 en France ?).

- http://kyotojournal.org/renewal/the-magic-mirror-maker/ (description du phénomène)
- https://michaelberryphysics.files.wordpress.com/2013/07/berry383.pdf (explications du phénomène)

https://www.instagram.com/p/B6YvjDohgKK/

#19162

How to Escape a Super Nova: Stellar Engines - Kurtzgesagt - YouTube

Oh, Kurtzgesagt se lance dans les mégastructures :-D

Voyez ici pour mon article sur le sujet : Quelques mégastructures artificielles pour coloniser la galaxie.

J’adore la discipline qu’est le futurisme, et voir les idées que certains ont pour le futur très très lointain. Le pire dans tout ça c’est que ça n’est pas compliqué à faire. Un propulseur de Skadov ou un essaim de Dyson : ce sont juste des miroirs placés autour d’une étoile, en orbite stationnaire et simplement compensés contre les vents solaires.
C’est simpliste même, et on a toute la technologie pour y parvenir. Ce qui nous manque en revanche, à ce niveau, c’est la matière première et la volonté.
Mais pour une civilisation qui mine les astéroïdes et les autres planètes (et qui pense sur une échelle de temps de millions d’années), ce n’est pas un problème du tout.

https://www.youtube.com/watch?v=v3y8AIEX_dU

#19142

What Time Is It On Mars? | Hackaday

Oh, une pendule qui affiche l’heure martienne :D

Pour rappel : utiliser une horloge terrestre sur Mars n’aurait pas de sens : les jours martiens ne durent pas 24h mais 24h30 environ.

Au bout de quelques jours, tout serait totalement incohérent avec la journée solaire.

Pour ça, la NASA a mis au point un système d’heure pour Mars, en particulier pour les rovers et les scientifiques qui travaillent avec (ils ne peuvent travailler avec que lors des jours martiens, car les rovers fonctionnent à l’énergie solaire).

Ce système d’heure se nomme « Mars Time Coordinate », qui correspond à GMT mais sur Mars (et par rapport au point d’atterrissage du rover. Chaque rover a donc son propre système d’heure.

Pour info, l’heure martienne actuelle est là : https://lehollandaisvolant.net/tout/tools/planets-time/

Mars est la seule planète a avoir un système plus ou moins officiel. Sur ma page, j’ai extrapolé tout ça sur les autres planètes aussi, mais y a rien d’officiel.

https://hackaday.com/2019/12/17/what-time-is-it-on-mars/