Universal basic income in the OECD | The Economist

#16033

Si le PIB de la France était redistribué équitablement entre tous les habitants, sans toucher aux impôts ni aux aides sociales déjà en place, il resterait assez pour faire un RDB d’environ 9 400 $ par personne et par an. Ceci est loin d’être ridicule.

Déjà, la question du financement n’est donc pas un problème (suffit que Balkany paye ses impôts comme tout le monde), mais à la place qui faudrait aussi arrêter de préférer donner ce montant mensuellement au coiffeur du président.

http://www.economist.com/blogs/graphicdetail/2016/06/daily-chart-1?fsrc=scn%2Fgn_ec%2Funiversal_basic_income_in_the_oecd

Manuel Valls s’éloigne du revenu de base à l’heure du numérique - Next INpact

#15121

« une allocation versée à tous, y compris à ceux qui disposent de revenus suffisants – cela serait coûteux, et n’aurait aucun sens – mais une allocation ciblée, versée à tous ceux qui en ont vraiment besoin »

Comment maintenant, donc, avec le RSA (qui est un truc louable mais pas universel) ?

L’idée d’un RDB c’est aussi de pouvoir sortir de la course à l’emploi et d’avoir bien d’autres effets de bord positifs, et ça ils ne le voient pas.
Par exemple, ça permet de réduire le salaire minimum : le travail-salarié devient alors un choix, et plus une obligation. Je te dis qu’il y aurait des postes qui vont se libérer (je ne pense pas que grand monde ferait cuire des frites dans une odeur d’huile 8h/jour chez Mc Do simplement par passion de l’huile, où chez Amazon pour la passion de marcher 10 km par jour à travers les rayons poussiéreux et fliqués).
Par suite, Mc Do devant toujours tourner, ça les forcerait à mettre la main à la poche pour trouver des gens qui veulent bien bosser pour eux.

Mais j’imagine que si le travail n’était pas obligatoire, ça remettrait beaucoup de choses en questions au sein de la société toute entière : du simple « tu fais quoi dans la vie ? » au promesses sur le chômage des politiques (sans baisse du taux de chômage, ils n’auraient plus rien à promettre, ces cons).

Et aussi, donner le choix d’un travail aux citoyens, et donc le pouvoir de dire "non" à un Mc Do qui paye ses gens au lance-pierre, ce n’est pas dans l’intérêt du capitalisme et d’un gouvernement orwellien, où les entreprises et l’État doivent contrôler les citoyens fatigués et terrorisés de perdre leur seule source de revenu.

Ça ferait trop de changement…

Et le changement, c’est pas maintenant justement.

https://www.nextinpact.com/news/99549-manuel-valls-s-eloigne-revenu-base-a-l-heure-numerique.htm

@Petitkoalak sur Twitter : "@lehollandaisv donc APL, RSA, secu, etc, c'est en plus du RdB pour toi ?"

#14787

Je poste ici car Twitter c’est trop court (pardon pardon).

Le revenu universel de base répond à la problématique du coût de la vie, de sa subsistance.
Si un toit, la bouffe, les fringues, l’eau et le savon étaient gratuits comme l’est l’air et l’oxygène, ce problème ne se poserait pas.

Aujourd’hui, on pratique une activité rémunérée pour s’acheter à manger et payer son logement. Ceci est problématique car il n’y a plus assez d’emploi pour tout le monde. Je digresserais en disant que ça ne s’arrangera jamais.
Du coup de plus en plus de gens se retrouvent sans revenus et ne peuvent plus se loger ou se nourrir et finissent à la rue. C’est un problème qui demande une solution.

Un revenu universel de base permet de s’assurer que tout le monde ait un toit, de quoi manger et de quoi assurer son hygiène. Le revenu universel de base est donné à tous les habitants sans distinction, travaillant ou non, imposable ou non, etc.

Travailler devient alors une option pour survivre. Il permet de faire rentrer un peu plus de sous pour le confort, mais n’est plus une nécessité absolue pour remplir ton frigo.


Le RSA, c’est un revenu adressé à ceux qui n’ont pas ou peu de revenus. C’est un revenu de base, mais il n’est pas universel : tout le monde n’y a pas droit. L’APL c’est une aide pour se loger. S’il était attribué à tout le monde, ça serait une composante d’un revenu universel de base. Ça ne l’est pas aujourd’hui.

La sécu, ce n’est pas un revenu, ni une aide. C’est une assurance. Personne ne veut tomber malade pour qu’on lui paye ses médicaments.
À ce que je sache, elle est universelle : tout le monde y a droit.

Si la France fait comme la Finlande dans ton exemple, ça sera une régression : la Finlande applique le RdB d’une mauvaise façon (en tout cas selon moi). Si la France devait appliquer un revenu universel de base, je pense qu’elle devrait couper APL et RSA oui (le RdB étant là justement pour ça), mais sûrement pas la sécu, qui n’a rien à voir avec un revenu.

https://twitter.com/Petitkoalak/status/710492454651338752

Le piège du Revenu Universel | Hashtable

#14724

Pas vraiment d’accord : le but (initial en tout cas) n’est pas de donner de l’argent à tout le monde, c’est de permettre à tout le monde de vivre dignement, avec un toit, de la bouffe, de quoi entretenir son hygiène, sa santé et de quoi s’habiller.
L’argent en lui-même, tout le monde s’en fiche (sauf les gens fortunés, ces pauvres qui n’ont que de l’argent).

Je le dis parce que c’est mon cas, mais si distribuait l’électricité gratuitement, l’eau et la bouffe, je ne me ferais pas chier à travailler 200 jours par an (surtout qu’en gagne autant qu’en bossant 150, les restant étant distribué aux impôts, pour payer ceux qui pourraient combler les 50 jours que je fais en plus).

Le revenu de base n’est pas un piège, c’est la façon dont il est et va être tourné par l’État et surtout les banques et la société de con-sommation qui l’est, et quoi nous enferme dans le système.

Suffit de voir : taxe sur l’eau de pluie, interdiction de jardiner ses légumes (semences interdites, etc.), interdiction de cheminées au bois (tiens, bizarrement le seul mode de chauffage où on peut se délier des multinationales du pétrole, gaz et électricité), interdiction de faire sa propre électricité sans passer par un contrat de revente avec EDF… Certaines de ces choses sont déjà en place, d’autres sont de simples idées jamais mises en place.

Et puis l’argument du "ça rend dépendant d’un état" ne tient pas : on ne l’est pas déjà ? Sans oublier qu’un revenu universel n’empêche pas de partir pour aller bosser (c’est ça que personne ne comprend, j’ai l’impression : le R-U n’est pas donné qu’aux chômeurs ou à ceux qui ne veulent pas se faire exploiter par un patron, mais il est donné à TOUT le monde).
Si tu veux te donner l’impression de contrôler ta vie en allant vendre des heures de ta vie à un patron, libre à toi. Mais cette solution ne devrait pas être la seule option viable et possible, comme c’est le cas actuellement (du moins en voulant rester dans la légalité).

(oui on peut aussi se mettre à son compte, enfin… Faut quand même être motivé paperassement parlant, et commencer sans fonds de départ, c’est pas possible, donc là t’es pas libre auprès de ta banque et on revient au point de départ : tu remplaces juste ton patron par la banque)

Revenu de base : « la réflexion est engagée au Gouvernement » - Politique - Numerama

#14312

On verra où ça nous mène (je ne suis pas trop optimiste, mais j’espère ne pas avoir raison, ceci dit), mais c’est déjà une très bonne chose qu’ils commencent à s’ouvrir sur le sujet !


Sacrément mieux en tout cas que l’idée de de l’autre @%$*# qui voulait forcer les Télécom à embaucher des gens (même si c’était pour les embaucher à compter les mouches et ne rien faire), afin de bénéficier de fréquences 4G…

http://www.numerama.com/politique/139341-revenu-de-base-la-reflexion-est-engagee-au-gouvernement.html

la liberté de décider - simplement Nat

#13370

Excellente remarque !
Tout est fait que pour l’on décide pour nous, nous prive de notre liberté de décider quoi faire.

Mais d’un autre côté et c’est malheureux à dire, mais une partie des gens sont incapable de décider quoi que ce soit sans créer des problèmes (pour eux-mêmes, j’entends) : sur le sujet de l’argent suffit de voir ceux qui achètent tout à crédit, et qui s’enfoncent dans les dettes.

Ce problème pourrait être résolu sur le RDB vient avec une plus grande éducation à la vie. L’éducation nationale porte mal son nom, car ça devrait être « enseignement national ». Autrement, tout ceux qui sortent de l’école sauraient vivre correctement et ne pas ruiner jusqu’à leur propre vie.

La liberté doit être apprise aux membres de la société. Je ne sais pas par qui (certains diront que l’école n’est pas là pour autre chose que le plus-que-parfait et 2+2) mais ça doit être appris.

▶ "Finlande : être payé sans travailler ?" (M6) - YouTube

#12916

Joli titre de M6…
C’est plutôt « être payé sans être obligé de devenir employé ».

Et pour le commentaire « "et cela pour remplacer toutes les aides de l'état" ... Il est là le hic ! » ce n’est pas un « hic » parce que les aides sont sélectives : tu n’y as droit que selon certaines conditions : nombre d’enfants, situation familiale, prix du loyer, statut d’étudiant, statut de militaire…

Le revenu universel, tu le touche peu importe ton statut. Même si tu travaille (dans ce cas, il vient en plus de ton salaire).

Le revenu universel doit effectivement remplacer tout ce qui est APL, alloc familiales, alloc chomage, et tout le reste. Le but étant qu’il ne soit pas limité dans le temps (comme l’alloc chômage) et qu’il ne dépend pas de la situation familiale : chaque personne du foyer touchant son revenu universel.

Il est prévu pour une plus grande égalité (tout le monde à le même), pour permettre une vie décente (loyer, bouffe, hygiène) et pour être une solution à la peur du chômage (actuellement, si tu perds ton taf, t’es limite à la rue — ce qui est aussi une raison pour laquelle les gens pratiquent le métier qu’ils trouvent, pas celui qu’ils aiment).
Car si on pouvait être assuré d’un toit sans avoir à vendre son temps de cerveau ou ses mains pour 8€ de l’heure, le chômage ne serait pas problème.

La théorie est bien, la pratique, il faut des retours. On attend la Finlande maintenant.

Histoire des droits sociaux en Suisse et en BD

#12117

Ah !

Léo me signale que la Suisse va voter en 2016 à propos du RDB, via une initiative citoyenne.
À suivre.

http://rbi-oui.ch/2015/04/le-revenu-de-base-inconditionnel-la-suite-logique-de-lhistoire-des-droits-sociaux-en-suisse/