Je regarde des idées, pas ceux qui les ont ! - Le Hollandais Volant

#16156

Je repartage cet article, qui me semble l’un des plus importants que j’ai pu écrire, mais qui est aussi le plus "décrié" (pour rester poli).

Ce que j’invite à faire, c’est de constater (surtout en cette période électorale) qu’il y a des idées dignes d’intérêt dans tous les partis politiques et chez tous les candidats (ainsi que des mauvaises idées, ils sont partout aussi, oui).

Le système nous force à choisir une personne, un groupe, un parti, et à en subir durant cinq ans le bon côté, comme le mauvais (laissant alors de côté également les bonnes idées des autres, ce qui est un problème assez conséquent).

Je ne sais pas pourquoi cet article en particulier a attiré autant les foudres, mais ce que j’en conclus c’est qu’une bonne partie des gens est incapable (ou du moins pas prête) de penser par elle-même, de dissocier les idées de ceux qui les énoncent et ces personnes finissent par défendre de façon aveugle les mauvaises idées d’une « grande personne » et de rejeter les bonnes idées venant d’un gros con.

Peut-être que, finalement, les êtres humains ne sont pas tous fait pour penser, mais juste bon à suivre un troupeau, même s’il se dirige vers un précipice…

https://lehollandaisvolant.net/?d=2013/10/01/23/39/17-je-regarde-des-idees-pas-ceux-qui-les-ont

GuiGui's Show - Liens

#14364

+1

Mais je nuancerait quand même le « IRL » du « en vrai » ou « dans la vraie vie ».
Bien avant le net on pouvait déjà dire « les dragons n’existent pas en vrai », ou « Superman n’existe pas dans la vraie vie ».

« IRL » c’est clairement destiné à différentier ce qu’on dit/fait avec ce qu’on écrit au clavier/fait sur internet.
Or, contrairement à n’importe quel univers fictif (Tolkien, Marvel, par exemple), Internet n’est pas fictif et fait partie de la vie.

On confond sûrement toutes ces expressions, mais pour moi il n’y a que le « IRL » que je trouve fondamentalement péjoratif. Les autres peuvent l’être aussi (ton exemple « viens me voir en vrai » l’est), mais ne le sont pas à l’origine.

image - 1146x540px

#14168

Ouais, j’ai un peu cette impression aussi.

Pour les OGM, je vous conseille ça : http://lehollandaisvolant.net/?d=2015/07/20/15/32/27-emission-startalk-sur-les-ogm

Pour moi, le problème des OGM est plutôt d’ordre industriel (brevetage, tout ça…) que biologique (je vois pas trop comment un OGM peut-être plus toxique "par nature" qu’une version non-OGM — un peu le même débat que celui du médicament générique VS normal, que je n’ai jamais compris non plus depuis que c’est à la mode) ou même éthique (pour le moment).

Voir également (merci Alexis pour le lien) :
https://latheierecosmique.wordpress.com/2015/12/23/toc-toc-toc-sarah-connor-ogm-brevets-et-gene-terminator-difficulte-facile-3600-mots-20-mins/

https://scontent.xx.fbcdn.net/hphotos-xpt1/t31.0-8/10648336_1679095735693808_4261066140795972459_o.jpg

Note : Pourquoi le sabre Laser n’est pas une arme révolutionnaire sur le plan technologique

#14103

(ce qui suit est une réflexion personnelle)


Le sabre laser est une arme de type « épée » dont la partie tenue à la main émet un faisceau d’énergie lumineuse, improprement qualifié de « laser » : si c’était un laser, alors pourquoi le faisceau n’est pas infiniment long ? Ce n’est pas logique, et pas non plus faisable en vrai.

Oui, on est capable de construire des lasers puissants : certains amateurs conçoivent des pointeurs lasers qui allument des cigares ou des allumettes, crèvent des ballons ou coupent du papier. Dans l’industrie, la découpe laser permet de travailler des métaux et des plastiques sans exercer de contrainte mécanique.
Le plus puissant laser du monde est la laser LFEX Japonais, qui émet durant un court instant plus de 10 000 000 de gigawatt. Une telle puissance serait non seulement suffisante pour faire des combats de Jedi et blesser vaporiser son adversaire, mais est en fait utilisé pour reproduire les conditions les plus extrêmes rencontrées dans l’univers. Mais dans tous les cas, un Laser n’est jamais fini : le faisceau est infiniment long.

Ensuite, je trouve cette arme inutile.
Oui, un combat d’épée est peut-être spectaculaire, mais si je veux tuer quelqu’un, autant utiliser une arme à feu : au moins je ne suis pas obligé de m’approcher de mon adversaire. Je peux le tuer à 500 mètres s’il faut. Quel est l’avantage d’un sabre laser dans ce cas là ?

Sérieusement, le sabre laser n’est pas pas une innovation qu’on attendrait d’une espèce technologiquement avancée. Si c’est ça le progrès, alors l’humain actuel est plus évolué que ça.


Ce que je pense et qui justifie le Sabre Laser dans Star Wars, c’est que la société dans cet univers est plus sage. Une société où les armes à feu, trop puissantes, trop simples, solution des lâches, sont remplacées par des armes de contact. Elle sont tout aussi mortelles, mais leur maniement ne peut être fait qu’après un apprentissage et une formation spéciale : celle des Maîtres Jedi.
Le port d’une arme telle que le Sabre Laser n’est alors réservé qu’à ceux qui ont prouvé leur sagesse.

Cette sagesse acquise lors de la formation Jedi permettra aux combattants de ne pas avoir peur de risquer leur vie durant un combat. Ils les force aussi à abandonner l’arme à feu des lâches. Ainsi, le combat rapproché avec un sabre est plus digne des sages qu’un lâche combat avec des armes à feu.

Cette forme de sagesse aurait été vue chez certains humains aussi : le Feu Grégeois par exemple, est une arme incendiaire utilisée par les Byzantins à partir du IVe siècle avant J.-C. et jusqu’au Moyen-Âge. Sa formule est aujourd’hui perdue : les tyrans du Moyen-Âge ont fini par laisser tomber son usage car trop puissante et indigne d’une utilisation durant la guerre. C’est la preuve qu’on préférait alors se mettre des épées dans le ventre que gagner la guerre coûte que coûte.

Le Sabre Laser, donc, n’est pas une arme choisie parce qu’elle est plus efficace ou puissante que les autres. Elle est utilisée pour que ce soit le plus habile aux armes qui gagne et non pas celui qui possède la première occasion de tirer une balle dans le dos de son ennemi.


ÉDIT : comme l'ont aimablement soulevé les deux martyrs de la justice sociale (je pense que "connards" est un nom approprié — oui, je sais, c’est inhabituel, mais soyez pas choqués : pourquoi serais-je le seul à me faire chier avec le respect, hein ?) dans un poste débordant d'ouverture d'esprit et dénué de tout préjugés (qui font tellement plaisir à voir <3) ; mon esquisse de justification ci-dessus concernant les sabres-laser n'explique pas les Siths.

Oh, et… Je crois qu'elle n'explique pas non plus beaucoup d'autres choses — si, si, relisez bien !

Mais à vrai dire je m'en fous : ce n'était pas le but ici, que de parler de choses que même Georges Lucas ignorait sur sa propre création.

Je tenais simplement à troller gentiment sur le fait que le Sabre-Laser, bah il sux en tant qu'arme et que par conséquent je ne vois pas trop l’engouement tout autour d’un tel sable : on dispose d’armes à feu bien plus pratiques, puissantes et… réelles en fait.

Niveau efficacité, il a juste sa place dans le tiroir à côté du découpe-pizza (il a quelques points de coolitude en plus pour cette application, je l'accorde).

En tant qu'arme, si c'est un laser fait de lumière, alors il est vaincu par un vulgaire miroir. C'est tout pour moi.

http://lehollandaisvolant.net/?mode=links&id=20151217181011

APOD: 2015 August 8 - Curiosity s View

#12947

C’est désolant, triste, mort…
Et magnifique à la fois.

L’une des pensées les plus retournantes que j’ai, c’est quand j’essaie d’imaginer ce que voyaient les premiers astronautes à marcher sur la Lune. Arriver sur un astre complètement vide, gris, mort… Pas un arbre où s’abriter, pas une maison, grotte ou abris pour se reposer : tout est poussière et rochers.
Sur Terre, même en plein désert on sait qu’il suffit de marcher quelques jours pour trouver une oasis ou un village. Sur la Lune ou sur Mars, il n’y a rien du tout.

Démocratie représentative - YouTube

#11642

+1

La France n’est pas une démocratie, c’est une république.
Et « démocratie représentative », ça ne veut rien dire non plus : « démocratie » signifie que le pouvoir appartient au peuple, et comme ils le montrent par voie de faits dans la vidéos, les élus confisquent justement ce pouvoir au peuple.

« La souveraineté ne peut être représentée, par la même raison qu'elle ne peut être aliénée »
— Rousseau

Après tout, la Corée du Nord et la Chine sont chacune une république (il y a des élections et tout : en Corée du Nord, elles sont juste obligatoires et il n’y a qu’un seul parti pour lequel "choisir").
Vous qualifieriez ça de démocratie, vous ?

Alors ne confondez pas tout. Ce n’est pas pour rien que beaucoup d’États sont des républiques et aucun n’est une démocratie (et donc par définition même « directe »).

Mais la confusion, elle vient des politiques eux-mêmes, qui aiment donner l’impression qu’ils sont bienveillants et là pour nous.

(via)

Heureux comme Dieu en France - Le blog de Bajazet

#11458

« Chacun a son islam. »

Un peu comme tout le monde a son interprétation d’une œuvre, en somme.

Et comme j’ai toujours détesté ces profs de littérature qui disent « l’auteur a voulu dire ça et ça, parce qu’il a lui-même vécu ça et ça » et que si tu répète pas le cours mot pour mot ou que tu donnes ta propre interprétation dans les dissertations ben tu ramasses une sale note, j’ai toujours incompris voire détesté cette volonté de certains à vouloir imposer par la violence leur vision des choses aux autres, et par conséquent les religions "de groupe".

Google est-il devenu un super-État inattaquable, irregulable et seul maître à bord d’Internet ?

#9492

À la différence prés que Google, on peut s’en passer.
Son utilisation relève d’un choix, et il tire sa force de nous, les utilisateurs (et dans une proportion bien plus importante que nous tirons des forces de lui, actuellement).

Et non, ce n’est pas le maître d’internet : si Google tombe, certes, ça sefa des ravages, mais l’Internet ne sera pas mort : les DNS continueront, les emails aussi, le P2P, les jeux en ligne… Tout, sauf Google.

C’est là la différence avec un vrai État : si un vrai État bouge le petit doigt, c’est tout l’internet qui est coupé (bientôt en Turquie, vous verrez, comme on l’a vu en Tunisie, en Égypte ou en Iran il y a quelques temps).

Google est riche, puissant, mais il n’est pas essentiel.

http://printf.eu/google-est-il-devenu-un-super-etat-inattaquable-irregulable-et-seul-maitre-a-bord-internet/