#20385

L’interpellation musclée d’une mère devant sa fille à Lille provoque la colère des passants

Ce vendredi midi, rue Pierre-Mauroy, l’interpellation musclée par des policiers municipaux d’une maman qui accompagnait sa petite fille à vélo a soulevé l’indignation de nombreux passants.

La police quoi…

Sauf qu’il est trop tard maintenant pour s’indigner : ça faire des années qu’ils tabassent pour un oui ou pour un non, mais quand ça ne concernait que les noirs, les arabes et les gilets jaunes, tout le monde s’en branlait.

Maintenant c’est une fillette et sa maman et ça indigne. Tant mieux, mieux vaut tard que jamais, mais l’IGPN, la blanchisserie de flics, dira que la fille était sur un dangereux vélo et le flic sera médaillé pour sa bravoure.

Bref, si vous tenez à votre vie et à votre intégrité physique, tenez-vous éloigné de ces individus armés et violents : ils font ce qu’ils veulent et y a plus personne pour les contrôler (heureusement on peut encore les reconnaître assez facilement).

https://www.lavoixdunord.fr/1070843/article/2021-09-17/lille-interpellation-musclee-d-une-maman-avec-sa-fille-par-la-police-municipale#Echobox=1631884354

#19986

Agence France-Presse sur Twitter : "Le Parlement français a adopté définitivement une proposition de loi sur la "sécurité globale" qui pénalise la diffusion malveillante de l'image des forces de l'ordre, après un ultime feu vert des députés aujourd'hui #AFP… https://t.co/NxbEosThvw"

Et voilà, la police a maintenant officiellement le droit de vous insulter, cracher dessus, tabasser, mutiler… vous n’aurez pas le droit de vous en plaindre et encore moins de prouver les faits, car si vous arrivez à le prouver par des images, vous serez en tort et on vous le reprochera.

Un État où la police a tous les droits, dans la loi et dans les faits, et où on n’a pas le droit de s’en plaindre (de toute façon, à qui s’en plaindre, à d’autres flics peut-être ?), ça s’appelle comment déjà ?

https://twitter.com/afpfr/status/1382657911575482375

#19962

Pierre LEMASSON sur Twitter : "[#France] Un député de l'Assemblée Nationale dont l'accès à celle-ci est refusée par la Police. C'est extrêmement grave.… https://t.co/z0AOneaAev"

En Macronie, on se torche avec la constitution :

« Aucun membre du Parlement ne peut faire l'objet, en matière criminelle ou correctionnelle, d'une arrestation ou de toute autre mesure privative ou restrictive de liberté qu'avec l'autorisation du Bureau de l'assemblée dont il fait partie. Cette autorisation n'est pas requise en cas de crime ou délit flagrant ou de condamnation définitive. »

Ici, elle empêche un député (de l’opposition, bien-sûr) de rejoindre l’hémicycle et donc de participer au processus de vote des lois.

Et c’est devenu normal.

https://twitter.com/sirchamallow/status/1379814821609283584

#19811

Affaire Mila : l’un des interpellés pour cyberharcèlement est de Saint-Étienne-de-Montluc - Liens en vrac de sebsauvage

En tout cas là ils ont réussi… sur une affaire qui a fait du bruit (même Macron en a parlé). Et c’est pour défendre quelqu’un qui a critiqué l’islam.

Ça aurait été quoi si c’était quelqu’un qui avait critiqué les cathos, d’inconnus et ayant reçu des menaces de la part des fafs ou des manif-pour-tous ? On connaît déjà la réponse : rien.

Car déjà dans la plupart des cas de la vie courante (et sur les mêmes faits), quand la victime est une personne lambda la réponse c’est souvent « on peut rien faire, merci au revoir »… et on découvre 3 mois après que la personne a été assassinée malgré des dizaines de plaintes jamais prises au sérieux par les flics.

Bref, la police c’est comme les SAV : tant que ça ne fait pas un #badbuzz monstre, ils ne servent à rien. Si, défoncer des têtes lors des manifs et faire des bouchons sur la route pour que les gens ne soient pas chez eux à temps pour le couvre-feu.

https://sebsauvage.net/links/?LH-BLg

#19714

L’Intérieur muscle les possibilités de fichage politique

En recueillant notamment les pseudos sur les réseaux sociaux (pour les fonctionnaires), ainsi que les opinions religieuses et politiques.

J’imagine que si tu veux devenir policier, t’es soumis à un quota minimum de tweet racistes ou de prières quotidiennes envers Darmanin…

Quoi qu’il en soit, on y va lentement mais sûrement, dans la dictature en Marche…

https://www.nextinpact.com/article/44931/linterieur-muscle-possibilites-fichage-politique

#19702

Rapport de synthèse de l'IGPN suite à l'évacuation d'un campement de migrants place de la République / L'actu du Ministère / Actualités - Ministère de l'Intérieur

Une enquête administrative a été menée suite à la diffusion sur les réseaux sociaux de vidéos et de messages évoquant des comportements inappropriés de policiers

Donc l'intérieur admet clairement que c'est parce que les citoyens ont filmé ces horreurs que l'enquête a été menée.

Sans vidéo, pas d'enquête, et tout ça serait passé encore plus impunément que ça l'est déjà : le rapport se résume en quelques mots : « circulez y'a rien à voir ».

https://mobile.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Rapport-de-synthese-de-l-IGPN-suite-a-l-evacuation-d-un-campement-de-migrants-place-de-la-Republique

#19698

Thomas Wiesel sur Twitter : "Un compte Suisse à qui envoyer vos images de violences policières si la loi passe en France: https://t.co/xbLZT78PIL https://t.co/R0tuGuTkj6" / Twitter

Haha !

Maintenant qu’en France, filmer des flics en train de taper des gens va être interdit (car visiblement ils craignent des choses alors qu’ils n’auraient rien à cacher, c’est étrange, non ?), y a plusieurs comptes de journalises Suisses ou Belges qui proposent de publier les preuves à leur nom :D

Après tout, la loi Française ne s’applique sur son territoire, pas en dehors^^

https://twitter.com/wieselT/status/1331193761804771328

#19668

Le Média sur Twitter : "Tentative de blocage au #lycée #Colbert à #Paris pour demander un renforcement du protocole sanitaire. Les FDO ont violemment chargé les #lyceens. Statu quo depuis 7h50. #COVID19 https://t.co/BdvUa3VNgS" / Twitter

Bordel, quand j’étais au lycée, pour les quelques blocages qui y avaient (pour le CPE/CNE à l’époque), les profs rentraient chez eux quand ils voyaient qu’ils ne passeraient pas.

La direction n’appelait pas les CRS pour défoncer les ados :-/

https://twitter.com/LeMediaTV/status/1326063053574721543