#17180

The Magnetic Field Is Shifting. The Poles May Flip. This Could Get Bad.

Tout comme ceux qui se demandent où est le réchauffement climatique quand il fait 2 degrés dehors, il y a ceux qui ont peur que le monde s’effondrera du jour au lendemain à cause des pôles.

En réalité, cette inversion de pôles a lieu environ tous les millions d’années (basé sur l’historique des 200 dernières millions d’années — et non pas les observations sur 15 minutes d’une boussole d’un kéké chez putaclic-tv) et se passe sur une durée de 10 à 100 siècles. Ce n’est donc pas tellement du jour au lendemain.

Et puis de toute manière, y a rien à faire. Déjà parce nous n’en sommes pas responsables, contrairement au réchauffement du climat, et ensuite parce qu’en ce qui concerne les actions de l’humain sur la nature, si on ne fait rien (de vraiment concret, j’entends, donc comme maintenant) c’est ça qui va nous tuer bien avant que l’intensité du champ magnétique ait assez baissé pour que ça nous fasse quoi que ce soit.

https://undark.org/article/books-alanna-mitchell-spinning-magnet/

#16948

Note : La science dans Ant-Man

J’ai toujours respecté le côté « fiction » de « science-fiction ».
Je considère que si l’on pose correctement ses prémisses et qu’on manipule notre univers fictif de façon cohérente, il n’y absolument aucun problème.

Dans Ant-Man, il s’agit d’une combinaison spéciale qui permet à un humain de se rétrécir jusqu’à la taille d’un insecte (voire plus). Dans le films ils disent qu’ils font ça en réduisant l’espace entre les atomes.

Ceci n’est pas irréaliste du tout.

Ainsi, pour parvenir à faire fusionner de l’hydrogène, il faut approcher deux noyaux d’hydrogène de façon très importantes : dans un tokamak (accélérateur de particules dédié à la fusion nucléaire), on réalise ce rapprochement entre deux noyaux en chauffant la matière et en comptant uniquement sur la température (ie : la vitesse des atomes) pour provoquer une collision suffisamment violente pour fusionner les noyaux d’hydrogène. Bref.

Mais on peut aussi faire autrement : comme créer une molécule de dihydrogène plus petite que la normale.
On fait ça en créant des atomes exotiques, en l’occurrence ici de l’hydrogène muonique, où l’électron est remplacé par un muon (particule de même charge que de masse bien plus élevée que l’électron). La masse du muon étant plus grande, il orbite plus près du noyau et l’orbitale muonique de la molécule tout entière est également plus petite. Du coup, les deux noyaux d’hydrogène sont plus rapprochés et la fusion nécessite des températures bien moins hautes. On parle alors de « fusion froide ».

Cependant, appliquer ça à un être humain, ou même à n’importe quel échantillon de matière solide, ce n’est pas trop possible : dans un solide, l’espace entre les atomes est déjà minimal et comprimer le tout est impossible sans provoquer un effondrement de la matière similaire à ce qu’on observe dans une étoile à neutrons : les protons et les électrons y sont tellement comprimés qu’ils « fusionnent » pour former des neutrons. L’étoile à neutron est hyper-dense (dans le sens : 1 cm3 de matière d’étoile à neutron est aussi massif que l’Himalaya).
Ceci est purement de la fiction, donc et je passerai sur ça ^^.

Dans le film Ant-Man, il y a alors juste deux choses qui ont fait titiller mon science-o-mètre.

La première, c’est tout à la fin : quand Ant-Man se rétréci de façon infinie. Il est dit que s’il fait ça, il va se rétrécir pour l’éternité.
Si en soi ce n’est pas impossible de rétrécir pour toujours, on pense par contre qu’il n’est pas possible de rétrécir indéfiniment. L’univers et la structure de l’espace-temps elle-même ne peut en effet pas être divisible infiniment.

Il existerait une longueur minimale pour les « objets » : cette longueur serait la distance de Planck (de 1,6 × 10^−35 mètres).
La même chose existe pour le temps : la durée minimale d’un événement dans l’univers serait la durée de Planck (de 5,3 × 10^−44 secondes).
Si Ant-Man rétréci pour toujours, alors ça se fera donc de façon asymptotique, mais sa taille ne pourra pas passer en deçà de la longueur de Planck.

La seconde chose étonnante, c’est justement quand il est tout petit. Ce qu’on aperçoit quand il rétrécit est de la fiction : on voit la cellule, ok, l’atome, bien. Puis les particules sub-atomiques, ok ok, et après… Après on ne sait pas trop ce qu’on voit. Au delà du proton/neutron puis des quarks, on ne sait pas ce qu’il y a ni s’il y a quelque chose.
Comme dans le film Interstellar où l’on aperçoit ce qui est censé représenter ce qui se trouve dans un trou-noir, ici ce sont juste des images de synthèse sans réelle valeur scientifique.

Mais ce n’est pas ce qui me « bugue ».

Le truc c’est que Ant-Man entend alors le cri de sa fille (qui se trouve dans la pièce et qui se demande où il est passé, vu qu’il se met à rétrécir d’un coup sans réapparaître).

Je tenais juste à dire que si on était plus petit qu’un atome, alors le son n’a pas de réalité : vu que ce sont les atomes qui transmettent le son de proche en proche, si on est dans un atome, alors on ne peut pas capter le son.

C’est comme être dans une voiture, un train ou un avion : si il n’y a pas de fenêtres, alors il est impossible d’avoir une notion de la vitesse. Qu’on roule à 100 km/h ou 10 km/h ou même 0 km/h, alors on ne sent rien du tout. La vitesse n’est pas perceptible dans ces cas là, seule l’accélération l’est.

Pour Ant-Man qui se trouve dans un atome, s’il vibre avec l’atome, alors il ne peut pas savoir que l’atome vibre et donc qu’il y a du son qui se propage quelque part.
Il ne pourrait donc pas, normalement, entendre la voix de sa fille.

Voilà, c’est tout pour moi :D

#LaScienceDesFilms

https://lehollandaisvolant.net/?mode=links&id=20171107225331

#16653

Qu’est-ce que l’eau lourde ? - Couleur-Science

Vieil article, mais juste pour vous faire remarquer que votre corps contient 5 à 10 grammes d’eau lourde (enfin… semi-lourde).

Oui, le même truc utilisé dans l’industrie nucléaire et dans les détecteurs de particules (en particulier les détecteurs de neutrinos à eau lourde).

#naturel

https://couleur-science.eu/?d=2016/08/25/16/51/10-quest-ce-que-leau-lourde

#16344

Des scientifiques ont filmé un « bang supersonique » de la lumière pour la toute première fois

O_o

Une visualisation du cône de Mach, mais pour la lumière.

Alors le cône de Mach (le même Mach que pour la vitesse des avions : mach1, mach2…) c’est le cône qui part d’un avion (ou tout autre objet supersonique) et qui se déplace en s’éloignant et grossissant.

C’est en fait le cône formé par la progression de l’onde de choc. Sur certaines photos d’un avion dépassant le mur du son, on arrive à le visualiser : c’est le cône où se condense de la vapeur d’eau (la pression acoustique étant tellement réduite à cet endroit que l’eau sature l’air très vite et se condense, formant de la vapeur).

Ensuite, pour la vitesse supraluminique, la lumière est produite par une particule se déplaçant plus que la lumière dans un milieu transparent. La particule se déplace plus vite que la lumière dans le milieu, mais moins vite que la lumière dans le vide.
Et tout comme un objet voyageant plus vite dans l’air que le son dans l’air produit un bang, rapporté à la lumière, ça fait un flash : c’est l’effet Cerenkov.

http://trustmyscience.com/une-explosion-sonique-de-la-lumiere-filme-pour-la-premiere-fois/

#16286

Comment dessiner 7 lignes perpendiculaires ...

*__*

Sinon c’est tout à fait possible d’avoir 7 lignes droites toutes perpendiculaires entre elles… Si on se trouve dans un espace à 7 dimensions spatiales.

Quant à celle en forme de chaton, ben sachant que la gravité déforme l’espace-temps mais pas la notion de rectitude, il suffit d’une masse très importante ayant la forme d’un chaton. Les lignes (droites) autour auront la forme d’un chaton.

Selon certaines théories (des cordes par exemple), on se trouve dans un espace-temps à 11 dimensions, c’est donc possible. Les dimensions au delà des trois que l’on connaît sont juste trop fines pour que la matière puisse l’emprunter. Un peu comme si on se trouve dans un conduit d’évacuation : bien qu’en 3D, nous ne pouvons avancer que dans une seule dimension.

Il n’est pas vraiment possible donc de dessiner ces lignes, mais elles existeraient.

http://www.laboiteverte.fr/comment-dessiner-7-lignes-perpendiculaires/?l=sb1

#15628

Il y a une seconde Lune qui tourne autour de la Terre ! - Sciencesetavenir.fr

Un astéroïde géocroiseur capturé par l’attraction gravitationnelle de la Terre, et pour le moment, pris au piège.

Mais il est beaucoup plus petit que la Lune, et de toute façon son orbite est instable : il finira par repartir.

http://www.sciencesetavenir.fr/espace/astrophysique/20160616.OBS2729/il-y-a-une-seconde-lune-qui-tourne-autour-de-la-terre.html

#15440

Weissenberg Effect - image - 400x225px

(source)
==
The "Weissenberg Effect" or Rod Climbing Experiment
You may have noticed when baking that fluids don’t always behave as expected when you agitate them. If you put a spinning rod into a fluid, we’d expect the rod to fling fluid away, creating a little vortex that stirs everything around. And for a typical Newtonian fluid, this is what we see. The fluid’s viscosity tries to resist deforming the fluid, but the momentum imparted by the rod wins out.

With a viscoelastic fluid, on the other hand, the story is much different. As before, the spinning of the rod deforms the fluid. But the viscoelastic fluid contains long chains of polymers. As those polymers get stretched by the deformation, they generate their own forces, including forces parallel to the rod. Instead of being flung outward, the viscoelastic fluid starts climbing up the rod, with the stretchy elasticity of the polymers helping pull more fluid up and up.

Video source:
https://www.youtube.com/watch?v=P8hFf7e4sa4

References:
http://wwwhome.lorentz.leidenuniv.nl/~saarloos/Papers/rodclimbing.pdf
http://www.rheosense.com/applications/viscosity/newtonian-non-newtonian

Experiment:
http://web.mit.edu/nnf/research/phenomena/rodclimbing.html

==

« This effect is due to the normal stresses that the shear induces in the polymeric fluid: the shear stretches and orients the polymers. The difference in the normal components of the stress tensor that this anisotropy induces is such that the fluid is pulled inwards and climbs the rod »

https://lh3.googleusercontent.com/-rC7jPXQmUiA/V0NO_7gswoI/AAAAAAACChk/F7DQ6GjEQUwEm0M91KZB8q2fczT9klW3Q/w400-h225/DSC20.gif

#15432

Physicists just found a link between dark energy and the arrow of time - ScienceAlert

Intéressant.

En gros, certaines loi physiques sont parfaitement symétriques dans le temps : qu’on observe une planète en rotation autour d’une étoile de façon normale ou à l’envers (temporellement), on ne pourrait pas savoir quelle situation est la vraie.

D’autres loi, comme la 2e loi de la thermodynamique ne sont pas symétriques vis à vis du temps : un vase qui tombe et se brise sur le sol, c’est dans le sens normal. Mais rien ne peut forcer les débris à se réarranger pour reformer le vase original.

Ici, ils ont mis à l’épreuve ces deux loi dans une simulation, en prenant en compte les effets de l’Énergie Noire (la sorte de pression grandissante du vide, qui pousse l’expansion de l’univers à s’accélérer).
Ils ont constaté que si on prend en compte ces effets là, ceux de l’Énergie Noire, alors le mouvement des planètes n’est plus tout à fait réversible !

En gros, en observant assez bien, il est possible de savoir si une vidéo montrant une planète tourner autour d’une étoile est visionnée dans le sens chronologique ou en "reverse".

L’idée étant de donner une raison au fait que la flèche du temps soit telle qu’elle est : du passé vers le futur (et non dans l’autre sens).

http://www.sciencealert.com/physicists-just-found-a-link-between-dark-energy-and-the-arrow-of-time

#14169

5: Glowing Plectrum (12 Days of Christmas) - YouTube

De la kryptonite !

Ça : http://sci-toys.com/scitoys/scitoys/light/invisible/luthorlabs.html
Celui là est composé d’aluminate magnésium strontium dopé à l’europium et au dysprosium.

Ce produit est phosphorescent et la luminosité reste visible jusqu’à 12 heures (ce qui est bien plus long que les objets phosphorescents habituels en plastique, à base de sulfure de zinc dopé au cuivre, qui brillent 10 minutes mais ne sont plus du tout visibles après environ 1h).


Sinon, si vous aimez ce genre de choses, regardez ça : http://www.ebay.com/itm/141174790101

Des « glowring » au tritium (isotope 3H de l’hydrogène): pas besoin de les recharger à la lumière, ils brillent pour une durée de 20 ans et même beaucoup plus.
Il y a bien un matériau phosphorescent dedans mais l’activation habituellement produite par la lumière l’est ici par des rayonnements bêta de la désintégration du tritium.
Bon par contre, ces objets au tritium sont interdits dans la plupart des pays, pour des raisons évidentes.

https://www.youtube.com/watch?v=mbbanUHyIys