Le gouvernement veut atteindre 100 % de plastique recyclé d'ici à 2025 grâce à un bonus-malus pour les consommateurs

#17681

« 2025 »

Bah.

Si ça avait été un vrai défit politique, ils l’auraient fait avant la fin du quinquénat. Mais vous remarquerez qu’à chaque fois qu’ils proposent un truc, c’est jamais avant la fin du mandat (et pas juste ce gouvernement là : tout le monde, tout le temps, partout). C’est pratique : comme ça, s’ils n’y arrivent pas, ils peuvent toujours dire « c’est pas ma faute ».
Faites-y attention, quand ils proposent des dates comme ça.

(et qu’on me fasse pas croire que ce n’est pas possible techniquement d’y arriver avant : ils ont bien changé la vitesse sur la route en l’espace de quelques mois, et la loi travail c’est pareil : ça a été adopté en moins de 6 mois…)

Ah et puis c’est malin : « grâce à un bonus-malus pour les consommateurs »…
Donc c’est nous qui allons payer, et dans tous les cas :
— soit on a du plastique neuf (non recyclé), pas cher, mais avec un gros malus ;
— soit on a du plastique recyclé, donc cher (collecte, transport, lavage, traitement, recyclage), sans malus.

Mais bon, faut bien combler le manque à gagner de l’ISF & Co (surtout que d’ici là, ils auront bien cassé une ou deux assiettes à l’Élysée, dont faudra renouveler le service tout entier).

https://www.demotivateur.fr/article/100-de-plastique-recycle-c-est-l-objectif-du-gouvernement-14178

La CJUE rappelle qu’une photo ne peut être pompée d’un site sans autorisation

#17676

Encore content qu’en france il y a des exceptions : https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006278917&cidTexte=LEGITEXT000006069414

L’auteur ne peut interdire :
[…]
Sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l'auteur et la source :
[…]
Les analyses et courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'information de l'oeuvre à laquelle elles sont incorporées

https://www.nextinpact.com/news/106921-la-cjue-rappelle-quune-photo-ne-peut-etre-pompee-dun-site-sans-autorisation.htm

Miss Ives 🐝 sur Twitter : "Jean-Luc #Melenchon démontre en 2 minutes l'absurdité totale et la dangerosité de la loi #PPLFakeNews… "

#17461

J’ai beau ne plus trop l’apprécier, j’admire comment il joue avec les mots et envoie valser les gens.

Ce qu’il faut retenir c’est surtout que la loi Anti-FakeNews (qui ne sera visiblement pas appliquée aux journalistes, d’ailleurs, juste aux citoyens qui s’expriment, donc) peut être portée trèèèèès loin… et donc forcément aussi trop loin.

https://twitter.com/_miss_ives_/status/1004758504098365441/video/1

Future loi contre les « Fake news » : le CSA à la porte de la régulation des plateformes

#17420

Et merde…

Tiens, sinon je me demandais… Est-ce que ça compte aussi pour les publications physiques ? Parce que là j’ai ce gros bouquin, "la Bible" c’est écrit, qui me semble être un recueil de ces fake news : Noé, création de la Terre, origine de l’être humain, tout ça…

À voir…

https://www.nextinpact.com/news/106656-future-loi-contre-fake-news-csa-a-porte-regulation-plateformes.htm

#Flock vit dans un monde de fous

#16828

La première déjà m’a tuer.

C’est clairement inapplicable : il doit bien y avoir 2000 sites où je suis inscrit, certains depuis des lustres et dont je ne soupçonne même plus l’existence et d’autres qui n’existent plus à ce jour.

https://www.nextinpact.com/news/105304-flock-vit-dans-monde-fous.htm

Le gouvernement veut que le Code du travail numérique aide les salariés à comprendre la loi - Politique - Numerama

#16727

Le CDT est pourtant très simple :
– 1. Si tu ne fais pas ce que ton boss te dis, il peut te virer.

Et ça va être amendé par Macron comme suit :
– 1. Si tu ne fais pas ce que ton boss te dis, il peut te virer.
– 2. Si tu fais ce que ton boss te dis, il peut te virer.

http://www.numerama.com/politique/284412-le-gouvernement-veut-que-le-code-du-travail-numerique-aide-les-salaries-a-comprendre-la-loi.html

Loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique | Legifrance

#16616

2. Les personnes éditant à titre non professionnel un service de communication au public en ligne peuvent ne tenir à la disposition du public, pour préserver leur anonymat, que le nom, la dénomination ou la raison sociale et l'adresse du prestataire mentionné au 2 du I, sous réserve de lui avoir communiqué les éléments d'identification personnelle prévus au 1.

NON, je ne suis pas tenu de publier mon nom/adresse/naissance sur mon site.

Je dois simplement mettre sur mon site le nom et l’adresse de l’hébergeur, qui lui doit posséder mes informations (et les garder sous secret professionnel).

De cette façon, l’autorité judiciaire saura me retrouver s’il le faut et s’il en a le droit, mais pas n’importe quelle personne lambda (encore heureux).

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000801164#LEGIARTI000022469889

Loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique | Legifrance

#16615

5. La connaissance des faits litigieux est présumée acquise par les personnes désignées au 2 [ie : le blogueur] lorsqu'il leur est notifié les éléments suivants :

-la date de la notification ;

-si le notifiant est une personne physique : ses nom, prénoms, profession, domicile, nationalité, date et lieu de naissance ; si le requérant est une personne morale : sa forme, sa dénomination, son siège social et l'organe qui la représente légalement ;

-les nom et domicile du destinataire ou, s'il s'agit d'une personne morale, sa dénomination et son siège social ;

-la description des faits litigieux et leur localisation précise ;

-les motifs pour lesquels le contenu doit être retiré, comprenant la mention des dispositions légales et des justifications de faits ;

-la copie de la correspondance adressée à l'auteur ou à l'éditeur des informations ou activités litigieuses demandant leur interruption, leur retrait ou leur modification, ou la justification de ce que l'auteur ou l'éditeur n'a pu être contacté.

En gros, si on veut me faire retirer un post, celui qui me le demande doit me donner son nom complet, adresse, profession, nationalité, date et lieu de naissance ?

Intéressant, ça.
Je vais pouvoir m’amuser : généralement ceux qui me demandent de censurer des trucs se contentent de quelques insultes et d’un lien.
Je leur répond généralement d’aller lire l’article 6-I-4 de cette même page.

Et au bout d’un harcèlement d’une dizaine de mails/sms je dépose une plainte. C’est arrivé une seule fois : la personne me menace de mort (fait retenu par les gendarmes, d’ailleurs, avec caractérisation matérielle par des écrits), contacte mon hébergeur et se fait passer pour moi auprès de lui, en plus de tenter de brute-forcer mon espace-perso (ça aussi, les gendarmes avaient retenu une tentative d’intrusion dans un SI).

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000801164#LEGIARTI000022469889

Connaître ses droits est une infraction : un écrit d'avocat à lire à vos risques et périls - le Plus

#16541

Selon les juges, posséder une tracte qui renseigne sur ses droits constitue une preuve qu’on cherche à nuire, et donc une infraction.

Et encore, heureusement (ou pas) qu’il y a un juge dans l’histoire : avec l’état d’urgence, ils ont tendance à s’en passer.

EDIT :
Dans l'autre sens ça donne que les flics qui patrouillent dans la rue, c'est une volonté de tabasser les gens ??

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1527640-connaitre-ses-droits-est-une-infraction-un-ecrit-d-avocat-a-lire-a-vos-risques-et-perils.html

Dutch MPs vote to punish schools that refuse to teach LGBT awareness — RT News

#16367

En Hollande les écoles sont censées éduquer les enfants sur la « diversité sexuelle » ([joli] terme repris de l’article, citant un élu). Ceci pour faire en sorte que les gens ne soient plus choqués de voir deux hommes ou deux femmes ou autre s’embrasser ou se tenir la main.

C’est une bonne chose, qu’il faudrait transposer à tellement d’autres trucs (couleur de peau, handicap, accent, morphologie, statut social…) et dans d’autres pays aussi. Ceux par exemple ou le cul et le reste sont des sujets tabous, n’est-il pas ?

Bref.
Sauf que certaines écoles refusent d’appliquer ça et refusent d’éduquer les enfants.

Désormais, fini tout ça : ces écoles là sont maintenant passibles d’être traînées en justice.
Et vu que ça se passe dans un pays où un maire qui refuse de marier des couples non-hétéro peuvent se faire destituer, autant dire que ça va mal aller pour elles.