#17226

Note : citation Isaac Asimov

Speech, originally, was the device whereby Man learned, imperfectly, to transmit the thoughts and emotions of his mind. By setting up arbitrary sounds and combinations of sounds to represent certain mental nuances, he developed a method of communication — but one which in its clumsiness and thickthumbed inadequancy degenerated all the delicacy of the mind into gross and guttural signaling.

Down — down — the results can be followed; and all the suffering that humanity ever knew can be traced to the one fact that no man […] could really understand one another. Every human being lived behind an impenetrable wall of chocking mist within which no other but he existed.
Occasionally there were the dim signals from deep within the cavern in which another man was located — so that each might grope toward the other. Yet because they did not know one another, and could not understand one another, […] there was the hunted fear of man for man, the savage rapacity of man toward man […].

Grimly, Man had instinctively sought to circumvent the prison bars of ordinary speech. Semantics, symbolic logic, psychoanalysis — they had all been devices whereby speech could either be refined or bypassed.

Psychohistory had been the development of mental science, the mathematicization thereof, rather, which had finally succeeded.

— Isaac Asimov, Second Foundation.

(ça rejoint ce que je disais  : l’usage de mots à tort et à travers c’est la raison de tous les maux du monde…)

Sinon, je suis en train de reparcourir la série Foundation d’Isaac Asimov. Cette série de livre est un pilier de la science fiction du XXe siècle et il suffit de lire tout ça pour comprendre.

Non seulement l’histoire est bien ficelée, mais elle renferme aussi une immense critique du monde, des sociétés, de la civilisation, en plus de présenter des idées et des astuces pour l’avenir de l’humanité.

C’est une série de bouquins que je recommande fortement à tous.

https://lehollandaisvolant.net/?mode=links&id=20180215185456

#17170

Le Club des Cinq a perdu son passé simple (et pas mal d'autres choses aussi)

Je constate ça dans d’autres séries littéraires également.
En particulier une série de livres pour enfant en néerlandais. J’avais la série complète, mais avec des bouquins de deux éditions différentes (originale & reformulée). J’ai fini par me mettre à la recherche de la série en version originale.

Je trouve ça assez lamentable, de simplifier. C’est pas mieux de maintenir le niveau ? Là ça revient simplement à avouer que les gens sont de plus en plus cons. Ni plus, ni moins.

Dans quelques années, on va avoir droit à une version en SMS aussi ?
Finalement Jean Rochefort n’avait pas tort avec ça : https://www.youtube.com/watch?v=16ubmu7qbJc

Du coup, je salue la solution à tout ça :

Que faire, alors ? Proposer deux versions en librairie. Celle des années 1970, avec son passé simple et ses longueurs savoureuses, simplement modernisée par les illustrations; et l'actuelle, rétrécie au nom de la lecture pour tous.

Si ça peut permettre à tous de lire, c’est bien.
J’espère juste que les éditeurs ne nous prennent pas tous pour des débiles et finissent par laisser tomber la version normale.

ÉDIT : Certaines choses disparaissent et d’autres apparaissent, ce qui est normal. Mais si c’est pour perdre le passé simple et le subjonctif pour se retrouver avec du SMS et des émoticônes… jsui pa conv1Q d’émé sa.

https://bibliobs.nouvelobs.com/romans/20170406.OBS7659/le-club-des-cinq-a-perdu-son-passe-simple-et-pas-mal-d-autres-choses-aussi.html

#16198

Lectures croisées : Fondation et Robots - Tutos geek

+1
Asimov c’est bien !

(par contre c’est effectivement le bordel pour lire tout : le choix d’un ordre revient souvent, et ce n’est pas dans l’ordre de publication, selon Asimov lui-même, étant donnée que c’est plein de préquels et de suites dans tous les sens).

http://www.pumbaa.ch/blog/tutoriaux/?d=2017/02/07/16/00/00-lectures-croisees-fondation-et-robots

#15827

Avec Ctrl-F, recherchez des mots-clés en quelques secondes dans un texte papier - Tech - Numerama

Scannez une page d’un livre et lancez une recherche.

Le principe est génial, mais sur une simple page, pas sûr que la manip soit plus rapide que faire des grep avec les yeux. Faudrait pouvoir scanner tout un bouquin (genre à partir d’un ISBN).
http://www.numerama.com/tech/182993-avec-ctrl-f-recherchez-des-mots-cles-en-quelques-secondes-dans-un-texte-papier.html

#15626

Physics of the Future — Wikipédia

L’Économie du savoir, où comment passer de plusieurs peuples à une seule civilisation.

Ce passage serait en marche, considérant qu’on converge vers un système mondial (pour éviter de dire universel) de partage du savoir : Internet ; une langue considérée comme internationale : l’anglais ; et même une culture qui se répand un peu partout (certaines marques, films, mots, auteurs ou courants culturels) sont ainsi connus ou des références à ces marques/films/mots… sont trouvables un peu partout ; et même économique (mondialisation), politique (frontières qui sautent, comme l’UE ou les USA, ou les EAU, etc.).

Cette évolution de la société est parallèle à l’évolution technologique et les deux vont de paire.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Physics_of_the_Future

#15291

Note : la méthode de Newton pour les dérivées

Juste deux extraits du bouquin « Zero, the biography of a dangerous idea », de Charles Seife.

Ici, pour la méthode que Newton a inventé pour calculer des variations, et qui plus tard deviendront les dérivées en math (Newton a inventé les dérivées, les intégrales, bref, une bonne partie des maths) :

Newton's style of differentiation was based upon fluxions of mathematical expressions that are called fluents.
As an example of Newton’s fluxions, take the equation y=x²+x+1.

In this equation, the fluents are y and x; Newton supposed that y and x are changing, of flowind, as time progresses.
Theire rate of change — their fluxions — are denoted by y' and x' respectively.

Newton's method of differentiation was based on a notation trick: he let the fluxions change, but he only let them change infinitesimally. Essentially, he geve them no time to flow. In Newton's notation, y would change in that instan to (y+oy') while x changes to (x+ox'). (The letter o represented the amount of time that had passed; it was almost zero, but not quite, as we shall see.) The equation then becomes:

(y+oy') = (x+ox')² + (x+ox') + 1

Multiplying out the (x+ox')² term gives us:

y + oy' = x² + 2x(ox') + (ox')² + x + ox' + 1

Rearranging the termes yelds:

y + oy' = (x² + x + 1) + 2x(ox') + x + ox' + (ox')²

Since y = x²+x+1, we can substract y from the left side and x² + x + 1 from the right. That leaves us with:

oy' = 2x(ox') + ox' + (ox')²

Now comes the dirty trick. Newton declared that since ox' was really, really small, (ox')² was even smaller: it vanished. In essence, it was zero and could be ignored. That gives us:

oy' = 2x(ox') + ox'

Which means that (oy')/(ox') = 2x + 1.
[…]

En gros, en faisant ça, on retrouve la dérivée : dy/dx = 2x+1 est bien la dérivée de y = x²+x+1 par rapport à x.

On peut faire la même chose avec d’autres fonctions : par exemple exp(x) : essayez ça marche !

La méthode de Newton est simplement géniale.
Alors il est possible que je n’ai rien suivi en cours de math, mais je pense qu’il faudrait utiliser cette méthode pour expliquer les dérivées, au moins en première approximation. Déjà, en disant qu’on fait varier x et y au fil du temps comme le disait Newton et en prenant un temps très très court, on peut mettre des choses concrètes sur quelque chose est totalement abstrait à l’âge où on enseigne ça. Ensuite, cette méthode permet de calculer des dérivées avec le niveau de math de 4e, ce qui est génial !

Note :La notation « x' » n’était pas utilisée par Newton. Newton utilisait la notation « x point » (un point au dessus du x, ou du y : je ne sais pas la faire au clavier).
Pour la notation « dy/dx », ou « x' » (x prime), il faut attendre Leibniz.

Enfin, j’ajoute un autre passage, que je savais, mais dit comme c’est ici c’est tellement plus simple à comprendre :

Differential equations are not like the everyday equations that we are familiar with. An everyday equation is like a machine; you feed in numbers into the machine and out pops another number. A differential equation is also like a machine, but this time you put in equations into the machine and out pops new equations. Plug in an equation that describes the condition of the problem and out pops the equation that encodes the answer for what you seek.

(PS : puisque je vous dis qu’il faut lire les publications (traduites ou non) des grands scientifiques : Newton, Faraday, Einstein…)

http://lehollandaisvolant.net/?mode=links&id=20160506204849

#14363

Le Club des 5 et la baisse du niveau - Je suis en retard - Fou à lier

+1

Le style se perd au fil des éditions.

Et c’est pareil dans toutes les langues : j’ai une collection de livres hollandais, avec des éléments provenant de différentes éditions et tout est changé : le texte est plus court, simplifié, les noms sont plus simples…

Ok, la langue évolue, mais ça enlève quand même beaucoup à la littérature et au style (et pas toujours pour le mieux).
http://foualier.gregory-thibault.com/?HJyAFg