for the birds
Tout le monde sait que Pixar a produit Nemo, Les Indestructibles, Toys Story ou Cars… Mais qui connaît For The Birds ou Geri’s Game ?

Voici une petite liste de quelques animations dont certaines déjà anciennes, mais hilarantes produites par ces grands (et un peu moins grands) studios d’animation.


Pixar


Blender Foundation


Dreamworks


image issue de « for the birds » de Pixar


Le jeu vidéo GTA 5 est sorti il n’y a même pas une semaine (et il a déjà généré plus d’un milliard de dollars), et certains neuneux commencent déjà à critiquer la violence dans le jeux vidéo, dire que les joueurs vont finir en prison, devenir des psychopathes…
La presse adore nous rappeler que le tueur d’Oslo (il y a deux ans) ou le tueur de Chicago (l’an dernier) ou même Merad étaient tous des fans de jeux vidéos, et donc que les jeux vidéos font de nous des tueurs-pédo-nazis sanguinaires.

C’est la même chose. À. Chaque. Fois.

Je n’aurais qu’un mot : si les jeux vidéos faisaient de nous ce que nous jouons, alors tous ceux qui jouent à Farmville sur Facebook seraient des fermiers, et tout ceux qui jouent à Mario seraient des plombiers.

Est-ce que jouer à docteur maboule vous donne t-il votre doctorat en médecine ? Non.
Alors s’il vous plaît, messieurs dames les journalistes : cessez de répandre des inepties : GTA ne fera pas de vous un terroriste.

On trouve la violence partout : dans les films, dans les séries, dans les livres, dans les JT, dans la vie réelle, dans les publicités, dans la culture, dans la musique et dans l’histoire (relisez les paroles de la Marseillaise, pour voir). Et bien-sûr dans les jeux vidéos.
Alors si tout ce qui fait la culture d’un enfant est responsable de ce qu’il est… Pourquoi ne s’en prendre qu’aux jeux vidéos ? Parce que vous ne le comprenez pas ? Bah.

Dire que GTA5 fait de vous une racaille vous rend pas plus crédible que ceux qui voient en Pokémon l’appat de Satan pour attirer les enfants au côté obscures

Mais bon : il y aura toujours des tarés pour traiter les gens normaux de malades. Heureusement certains préfèrent en rire

image uploadée par WallpaperManiac

Un peu occupé en ce moment, je vous met ici quelques liens en vrac, concernant le numérique et la politique depuis la rentrée :

  • Pendant qu’on demande aux français de payer plus d’impôts, les grandes entreprises américaines elles ne payent rien : Facebook ne paye que 2% de ce qu’il doit, Google, Microsoft, Apple et quelques autres géants du net et brassant des milliards ne font guère mieux. La palme revient quand même à Orange, qui n’a rien payé durant 10 ans.
    Le gouvernement a déclaré qu’il n’allait rien faire pour arranger ça (pour changer…).
  • Après avoir bloqué les sites porno (pour protéger les nenfants), on s’y attendait : les FAI britanniques bloquent maintenant les VPN anonymisant. Bientôt ce sera le tour de Tor, des proxys, puis viendront les blogs citoyens et les sites opposants : les journaux se font déjà attaquer.
    Rien à foutre que ce soit pour protéger les enfants : ce n’est pas au gouvernement de faire ce travail. Bloquer ne serait-ce qu’un seul site est une grave atteinte à la liberté d’expression et celle d’information et de circulation (des données). Si un site est illégal, alors il faut le fermer : pas le bloquer. Le blocage est un prétexte à la censure et une excuse aux bavures à venir et ne sert strictement à rien.
  • Paypal va partager vos informations privées avec des régies de publicité et Facebook qui lui les partage à BigBrother.
  • En France : Hollande avait promis des mesures concernant la vente liée. Son ministre de la con-sommation sabre tout ça : la vente liée, bien qu’illégale dans la loi, restera donc praticable par les vendeurs, au détriment du client.
  • Le même ministre s’oppose à la liberté des clients des opérateurs mobiles, en n’interdisant pas le simlockage des téléphones. Le simlockage consiste à bloquer un téléphone pour qu’il ne soit utilisable que chez un seul opérateur. Si vous voulez changer d’opérateur : vous êtes dans la merde. Encore une fois, c’est le client qui l’a profond.
  • Restons dans le mobile : les opérateurs pourront continuer à nous traire quand on va à l’étranger : les frais d’itinérances (surcoût artificiel créé par les opérateurs quand on va dans un autre pays) resteront là, contrairement à ce que l’UE avait promis.
  • Une petite bonne nouvelle de 1% quand même : la taxe (une de plus) de 1% sur les appareils numériques est reportée. Mais bon, hein : perso je prends mes disques durs en Allemagne, où ils coûte parfois 50€ de moins…
  • Une autre nouvelle : celle sur l’obsolescence programmée, qui consiste à faire en sorte qu’un appareil tombe en panne au bout de six mois, histoire que les gens achètent, sera peut-être encadrée légalement. Je n’y crois pas trop, mais on espère.

concernant l’image

Vous êtes sûrement déjà passés à côté de ce genre d’images qui reprennent des suggestion Google pour le moins étranges :

I hate it when voldemort hides in my turban
I hate it when I lose my black friend in the snow
I hate it when the lock ness monster asks me for 3.50
why do velociraptors throw bananas at me
En fait, l’origine de tout c’est… Facebook.
Certains créent en effet des pages avec des titres humoristiques, comme ceux des suggestions. Ces pages deviennent assez populaires et finissent par être indexées par Google, d’où les suggestions.

Les pages Facebook sont par exemple celles , , et .

Il y a même des blogs qui regroupent ces suggestions débiles.

spirale de couleur J’ai le plaisir de vous proposer ici une page sur le fonctionnement de l’algorithme JPEG, le format d’image bien connu.

La page a entièrement été rédigée par Clément Masson, qui a dû faire une sorte de « micro-thèse » sur le format JPEG pour valider ses études (math spé). Cette page en est une version simplifiée, plus accessible.

Voilà !

image de Marcello

Fukushima, deux ans après et réflexion sur le nucléaire
Beaucoup sont devenus complètement fous contre le nucléaire depuis l’accident de la centrale de Fukushima-Daiichi, parlant d’une contamination mondiale, de malades, de cancers pour tout le monde.

Cet article remet les pendules à l’heure
 : nous voilà deux ans après la catastrophe.
Y a-t-il eu des morts liés à la radioactivité ? Non, aucun.
Va-t-il y avoir des morts liés à la radioactivité ? Probablement aucun. Les mesures appropriées ont été prises à temps pour les civils, et aucun des travailleurs n’a été exposé à plus de la dose cancérigène.

Ce n’est pas rien, ok. Mais ce n’est certainement pas la catastrophe écologique ou sanitaire dont tout le monde parle.

À noter aussi que ce qui s’est déroulé était voué à produire une catastrophe :
Fukushima a été frappée par le 5e plus puissant séisme depuis l’année 1900, un tsunami deux fois plus haut que ce que la centrale devait pouvoir résister, et des séismes secondaires d’une magnitude de 7,1 et de 6,3 […].
La centrale vieille de 50 ans a été frappé par une « tempête parfaite » et personne n’est mort.


Je vous l’avais dit : le Japon en 2011 est autrement plus évolué que l’Ukraine des années 80. Les mesures de protection et des évacuations ont été prises à temps.
Notons aussi que l’article parle des émissions radioactives d’iode 131 (principale cause du cancer de thyroïde) : en un mois, 94% de l’iode radioactive a déjà disparu. Et le mois suivant, c’est donc 94% des 6% qui restent. Et nous sommes plus de deux ans après.

Enfin, et l’article en parle et je pense qu’ils ont raison de le faire : certes, le nucléaire fait très peur. Mais c’est sans oublier que l’extraction du charbon minier tue près de 6000 personnes par an, et que les régions voisines de ces mines ont un taux de mortalité 10% plus élevé que partout ailleurs. Sans compter l’effet de serre.

Bref, le nucléaire n’est pas tout propre, mais c’est loin d’être la pire des sources d’énergie, il faut arrêter de raconter n’importe quoi, donc.
On parle du stockage des déchets, mais on continue de balancer 30 milliards de tonnes de déchets de la combustion du pétrole dans l’atmosphère chaque année. Et ces déchets y restent eux aussi durant des milliers d’années. En quoi est-ce mieux que le nucléaire ? Le fait que c’est invisible et que personne n’en parle, sûrement…

(source du lien : https://links.gatitac.eu/?V1x1QQ)

image de Julius Dillier

Vous connaissez sûrement le cinéma « 3D », fonctionnant grâce aux lunettes qui envoient une image différente à œil et au cerveau qui recompose ensuite une scène en 3D.
Le fait de voir en stéréo se nomme la stéréoscopie, et c’est la vision normale du monde qui nous entoure et quand on a deux yeux fonctionnels.

Et bien, il existe une technique utilisant la stéréoscopie sur une seule image, sans aucun équipement : c’est l’autostéréoscopie.

L’image suivante est un autostéréogramme, ou « Magic-Eye » de son nom commercial ou grand public. À première vue, on ne voit rien d’autre qu’un gribouillis, mais observé avec une certaine vision, on peut distinguer une forme en 3D, dont l’effet est autrement plus évolué que le cinéma 3D existant : la forme à voir ici est un oiseau :

Comment le voir ?
La technique est simple à comprendre, mais très dure à maîtriser et elle vient avec l’entraînement.

Tout le monde a déjà fait l’expérience de fixer un objet au loin, comme un arbre, et de voir les objets plus proches, comme un crayon tenu à bout de bras devant soi, en double. Et si on fixe maintenant le crayon, alors l’arbre est vu en double.

Maintenant, prenez deux crayons – un dans chaque main – et fixez l’arbre. On voit alors quatre crayons. En jouant sur la distance entre les deux crayons, on peut réussir à superposer les « deux crayons du centre ». On en voit alors trois.

Un autostéréogramme, c’est une image du « double crayon » du milieu, que notre cerveau arrive à analyser afin de retrouver les deux crayons initiaux.

Sur notre image, les deux crayons sont représentés par les deux repères rouges en haut. Il faut loucher de telle sorte que l’on voit 4 traits, puis de se faire superposer les deux traits virtuels du milieu.

Quand vous arrivez à voir les 4 points virtuels n’en former plus que 3, alors l’image en relief de l’oiseau apparaîtra dessous comme par enchantement. N’essayez pas de la fixer, car elle disparaîtra. Essayez de l’observer tout en conservant la vision que vous avez.

D’un point de vu plus pratique, les deux yeux ont un regard qui converge sur ce que vous regardez. Si vous regardez un objet au loin, le regarde de chaque œil est quasiment parallèle. Si vous regardez un objet proche de vous, le regard est croisé :

vision croisée et vision parallèle
Le but ici, avec la méthode expliqué ci-dessus, c’est d’avoir une vision parallèle sur un objet proche de vous (l’écran, où est affiché l’image). Il faut donc faire comme si vous regardiez un point fictif situé très loin au fond de l’écran. À ce moment là, l’image reçue des images par le cerveau sera celle qui est « cachée » dedans par autostéréoscopie. Elle sera en 3D et visible.

Avec de l’entraînement, on peut se mettre rapidement en mode vision parallèle, sans se servir des repères sur l’image — toutes les images ne les ont pas — et à voir très nettement les figures cachées.

Je voulais juste vous partager un peu le concept des « autostéroégrammes » et un peu la méthode d’observation. Si vous n’y arrivez pas, ce n’est pas grave : c’est dur et il faut persévérer. Ça ne sert pas à grand-chose d’y arriver, mais c’est beau quand même.

Pour ceux qui y arrivent, essayez avec l’image de l’échiquier dans la page Wiki : l’effet 3D obtenu est particulièrement beau. Et des images, il y en a plein d’autres, y compris des images animées

Pour info, ces images sont créées par ordinateur, et il existe des plugins pour The GIMP qui permettent de les générer.

mario-wallpaper
Vous connaissez le dessin animé Code Lyoko ? Ou la web série VGHS (Video Game High School) ? Dans les deux cas les gens sont physiquement derrière un ordinateur mais sont virtuellement dans le jeu, où ils combattent ou jouent les uns contre les autres, comme s’ils y étaient physiquement.

Ben, vous savez quoi ? Je pense qu’on est pas bien loin d’un jeu vidéo qui pourrait le faire en vrai. Une bonne partie des technologies existe déjà, en fait !

Il suffit de mixer :

– la Wii et le Kinect pour détecter les mouvements
– les lunettes à réalité augmentée (comme ici) et les Google Glasses
– les projecteurs qui transforment toute une pièce en terrain de jeu, comme l’Illumiroom de Microsoft.
– les hologrammes reproduisant des sensations au toucher, comme ce qui existe déjà depuis quelques années en laboratoire.

Je pense que rien qu’avec ça, il est possible de faire énormément de choses : produire les effets visuels et sonores déjà, puis ceux du toucher pourrait transformer n’importe quelle pièce de la maison en carte d’un jeu vidéo.

Sérieusement, le futur du jeu vidéo et de la simulation risque de bien roxer !

image

champ-de-ble.jpg Je me souviens qu’il en était déjà question avant, mais là ça devient un peu plus officiel : les agriculteurs n’ont plus de droit de ressemer les semences d’une année sur l’autre.

Tout ça parce que le blé acheté au départ est privé et on n’a le droit de le semer qu’une seule fois. C’est effarant où on en arrive…

Donc ouais : l’ADN des grains de blés a été privatisée et soumise à une licence d’utilisation…

(Et merci Monsato hein, dans un pays qui taxe l’eau de pluie aussi)

image de Tonio Mora

do-all-the-stuff.png Je sais qu’il n’y a pas seulement des geeks qui me lisent, et cet article s’adresse à eux pour une fois : je recense ici quelques abréviations issues de l’Internet, des réseaux sociaux ou du monde geek (parfois utilisées à l’oral, en anglais souvent).
La liste n’est pas du tout exhaustive, mais c’est un début de guide de survie, si vous voulez.

Si vous avez d’autres mots étranges rencontrés sur le net, utilisez les liens à la fin de cet article, vous trouverez.

  • btw : by the way : par ailleurs, au fait…
  • fyi : for your information : pour ton information, saches que…
  • omg : oh my god : oh mon dieu
  • omfg : oh my fucking god : oh mon dieu (plus fort que omg).
  • imo : in my opinion : selon moi, à mon avis…
  • tl;dr : too long ; didn’t/don’t read : trop long, je n’ai pas lu ; trop long, je ne lis pas
  • afk : away from keyboard : loin du clavier (dans un jeu vidéo, par exemple : on se met en afk pour dire qu’on cesse de jouer quelques instants)…
  • brb : be right back : je reviens, deux secondes, un instant s’il te plaît (même utilité que afk, mais moins geek)
  • ftw : for the win : pour le meilleur
  • aka : also know as : aussi connu sous le nom de …, alias …
  • tbh : to be honest : pour être honnête, en toute franchise…
  • diy : do it yourself : fais-le toi-même, à faire soi-même
  • wtf : what the fuck : ~hein ? ~quoi ? ~sérieux ?
  • wtd : what the duck : version moins vulgaire que wtf, mais traduisant la même chose, sans gros mots.
  • asap : as soon as possible : aussi rapidement que possible, si tôt que possible, le plus vite possible…
  • dnw : do not want : j’en veux pas, je ne veux pas de ça…
  • gg : good game (jeux vidéos) : bien joué, bravo, bien…
  • yuno ? : why (y) you (u) no ? : pourquoi tu ne … ?
  • y : why : pourquoi (prononciation de la lettre « y »
  • u : you : toi (prononciation de « u »)
  • b : be : être (prononciation de « b »)
  • r : are : être (conjugué, prononciation de « r »)
  • gtfo : get the fuck out : dégage, sors d’ici…
  • rotfl : rolling on the floor laughing : je me roule par terre de rire
  • pmsl : pissing myself laughing : je me pisse dessus de rire
  • lmao : laughing my ass off : même idée que pmsl, mais je n’ai pas de traduction autre que littérale.

Quelques liens :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lexique_du_jeu_vidéo
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_termes_d'argot_Internet
http://www.internetslang.com/
http://www.netlingo.com/acronyms.php
http://www.gaarde.org/acronyms/
http://www.urbandictionary.com/
Voir aussi dans les commentaires ci-dessous, pour quelques autres !

grumpy-cat.jpg Décidément c’est un gros nettoyage pour Google cette année : après avoir annoncé fermer Google Reader, ils poursuivent et annoncent vouloir filtrer les vidéos de chats sur Youtube !

La raison : vouloir diminuer la bande passante…

Le site regroupe environ 42 millions de vidéos de chats qui représentent une part non négligeable de ses 4 milliards de vues par jour

Google espère ainsi également rebooster la productivité au travail, beaucoup de trop de vidéos de chatons étant visionnées au travail, avec les connexions internet des entreprise et sur le temps de travail.

C’est une nouvelle page de Web qui se tourne en 2013, et on se demande comment on va survivre. Peut-être avec les Lolcats ?

En attendant, voici une vidéo de chats, que je vous invite à regarder après qu’il soit trop tard : http://www.youtube.com/watch?v=P8eHaRETJHU

Un pétition est d’ores et déjà en place, sur Youtube avec une vidéo explicative.

keyholl.jpg Pour les vidéos sur Internet, il y a principalement deux codecs : VP8 (libre) et MPEG (proprio).

VP8 est soutenu par Google, Mozilla et Opera et H264 par Apple, Microsoft, Nokia et d’autres. Il y a aussi Theora qui est là depuis très longtemps, mais que VP8 a un peu surplanté.

Le W3C (censé être là pour un web libre et ouvert) n’a pas voulu privilégier le format libre, du coup chaque navigateur peut supporter le ou les codec(s) qu’ils veulent.
Sur les 3 formats cités plus haut, aucun n’est supporté par les 5 plus gros navigateurs à la fois. C’est quand même un comble.

Nokia a décidé qu’il ferait tout pour tuer VP8 : en effet, le format concurrent, H264 n’est pas libre et soumis au paiement d’une licence d’exploitation auprès de la MPEG-LA dont il a une license, tout comme Microsoft, Apple, Google. Ils ne sont pas en faveur d’un Internet libre.

Anadrark pense même que le web libre est une utopie…

C’est là que je dis non : ce n’est pas une utopie.

Il est faux de penser que c’est Microsoft, Google, Apple qui font le Web ou l’Internet : sans eux le web ne serait pas le même, certes, mais ils ne sont pas indispensables. Ceux qui sont indispensables, ce sont les internautes et les particuliers avec leur site personnel, leur blog.

À une époque, le multimédia sur le net était dominé par Adobe Flash. Depuis, c’est le HTML5 qui a débarqué et est en train de pousser Flash dehors à grands coups de pompes dans le dernière.
Si HTML5 est en train d’y arriver, c’est uniquement par son adoption massif par les webmasters et avant même que le HTML5 n’ai pu être stable.

Si vous ne voulez pas que H264 soit le nouveau standard non-libre, alors ne l’utilisez pas. Ne le supportez même pas dans vos pages web. Informez vos lecteurs de choisir pour un navigateur qui supporte les standards libres (Mozilla Firefox, Chrome ou Opera pour le VP8). Forcez-le.

Il y a d’autres exemples comme ça, où le Web a su imposer des technologies (libres ou non libre) : IE était une plaie pour tous les webmasters à une époque, pour moi aussi. C’est en ne supportant massivement plus ce navigateur qu’on arrive peu à peu à l’éradiquer.
Le format Gif, était payant/non-libre à une époque. PNG et depuis été crée puis massivement adopté.
Un autre exemple : Mozilla refuse de porter Firefox Mobile sur iOS à cause des restrictions imposées par Apple. Mozilla en a marre des restrictions, et les refuse. Bravo, c’est qu’on y arrivera. L’App-store n’est riche en applications que parce que les créateurs acceptent la dictature d’Apple.

Les Internautes et les Webmasters peuvent imposer leur choix. Choix qui déterminera leurs propres libertés dans le futur : voulons nous que chaque internaute qui envoie une vidéo ait à payer 5M d’euro pour pouvoir l’encoder en H264 ? Pas moi, désolé !.

Le web est plus aux mains des internautes qu’il ne l’a jamais été : il suffit juste de s’en rendre compte et d’exploiter le poinds qu’on a devant les « grands » du net, en cessant tout simplement d’utiliser des services qui sont contre les standards ouverts sur vos sites web et vos applications !


HS (ou pas) : De la même façon, il faut maintenant dire non aux DRM (verrous) sur les pages web : le W3C piloté par Apple et les autres veulent imposer des pages Web non libres et au multimédia verrouillés. Signez.

Image de El Guapo

Google Reader, maître sacré des agrégateurs RSS qui permettent de suivre tous ses sites préférés va fermer le premier juillet de cette année : Google a en effet annoncé qu’il fermera son service, jugeant qu’il n’est plus assez populaire…

hitler-youtube-rss.png

Voilà ce qui arrive quand on utilise un service en ligne qu’on ne contrôle pas : on est totalement dépendant de ce service. S’il ferme, on est cuit.

Je pense que ça va faire un gros bobo à tout le système des RSS, qui est déjà de plus en plus délaissé par les sites (twitter le désactivera également bientôt, par exemple) au profit des réseaux sociaux (d’autres services en lignes qu’on ne contrôle pas (et non, faire des pétitions ne sert à rien).

Heureusement il reste toujours des solutions pour rester connecté par RSS : le monde ne manque pas de logiciels, autres sites, applications. En voici quelques-unes.


Les solutions hors ligne (logiciels à installer sur votre ordi)

Personnellement j’utilise le navigateur Opera, qui fait également agrégateur RSS (dans son interface de courrier électronique). Il est caché au début, mais suffit d’ouvrir un flux RSS et de s’abonner avec Opera Mail et il sera visible.

Sur Android j’utilise l’application Sparse RSS : sans publicité, l’interface est simple, un peu lente sur les gros volumes mais rien de grave, et il peut importer les fichiers OPML.
Les articles sont téléchargés en local et vous pouvez les lire même sans connexion. Très bonne application.

Opera Mini (pas mobile) sur Android et iOS fait aussi agrégateur RSS, mais je ne l’utilise pas et je ne sais pas ce qu’il vaut.

Des logiciels comme ça, il doit y en avoir plein d’autres, suffit de chercher.


Les solutions en ligne
Si vous voulez refaire la même erreur et utiliser encore un autre service en ligne pour lire vos RSS, libre à vous. En voici quelques uns : Netvibes, Opera Portal, feedly.


Les solutions en ligne, mais hébergés sur votre site
C’est à mon avis la meilleure chose à faire : étant en ligne, vos news sont accessibles depuis partout et il n’y a pas besoin de synchroniser quoi que ce soit.
De plus, étant installé sur votre site, c’est vous qui contrôlez tout : vous n’avez pas à avoir peur que le service ferme. Le meilleur des mondes, donc.

Les applications PHP ne sont pas aussi nombreux que les moteurs de blogs, mais il y a le choix tout de même : les deux principaux logiciels étant RSS-Lounge et Tiny-Tiny-RSS. Ceci dit, ces deux logiciels sont archi lourds à cause de tous les scripts qui rendent leur utilisations fastidieuse…
Le premier est même abandonné par son créateur, qui a désormais conçu Selfoss.

Mais je parlerais surtout du projet Leed : comparé aux deux mastodontes cités plus haut, Leed est absolument parfait. L’interface est conçue pour s’adapter à l’écran et donc aux mobiles, et elle reste simple : pas de scripts bling-bling.

C’est bien lui que je recommanderais à utiliser.

EDIT : il y a également Kriss Feed que j’ai faillis oublier (par Tontof). La première impression est que c’est vraiment très rapide.

Les vidéos filmés au ralentis continuent de me fasciner. Pas seulement parce que c’est beau et presque poétique, mais aussi parce qu’on voit des choses qu’on a pas le temps de voir en temps normal et c’est ça qui est la clé pour comprendre le monde : arriver à tout voir, y compris l’invisible.

Par exemple, sur cette vidéo d’un disque dur filmé au ralenti on voit la tête de lecture faire un aller-retour sur le disque. Si on filme ça à grande vitesse, on voit qu’il en fait en réalité exactement 22. C’est fascinant.

Voici une sélection de phénomènes filmés au ralentis :


Je vous conseille aussi cette chaîne YouTube, pour plein d’autres vidéos (souvent très fantaisistes) : The SlowMo Guys. Pour les chimistes, les types de Periodic Table dont maintenant des réaction chimiques au ralenti aussi, et c’est vraiment très impressionnant.

Je suis loin d’avoir tout mis, donc si vous voulez quelque chose en particulier, cherchez sur YouTube, il y a absolument de tout !