Règles d'orthographe - « M. » ou « Mr » ? « MM. » ou « Mrs » ? - Orthographe et Projet Voltaire

#16441

M. pour monsieur.
Mme. pour madame.

Ça c’est la règle d’orthographe. Tout ce qui ne suit cette règle est faux et n’est pas du français correct.

Le débat s’arrête là pour ce qui est des règles actuelles de la langue française.
Il continue néanmoins sur l’usage, ainsi que sur la justification (étymologique, par exemple) de cette règle.

Comme l’indique le lien, le « M. » peut prêter à confusion : si je dis « M. lePen », je parle de celle qui n’a pas eu son immunité hier soir (auquel cas le M. est l’abréviation de son (sur)nom), ou de son père, auquel cas M. est l’abréviation de monsieur) ?
Le « . » peut faire la différence ici, faut que je vérifie, mais ça reste confus.

J’avais également lu (je n’ai pas retrouvé la référence par contre) que « Mr » est plus logique que « M. », car il suivrait la même logique de construction que les autres abréviations :

Mr = Monsieur
Mme = Madame
Me = Maître
etc.

Que ça ressemble à l’anglais n’est pas un soucis : les deux langues sont distinctes et je ne vois pas de raisons de regarder une autre langue pour construire la nôtre (c’est pas comme si il n’y avait pas déjà un tas de faux-amis un peu partout).

https://www.projet-voltaire.fr/regles-orthographe/m-ou-mr-mm-ou-mrs/

Savoir écrire … – SlowBrain

#16426

L’orthographe n’est pas le reflet de la valeur d’une idée, mais pour moi ça reste un problème quant à son assimilation.
Un texte plein de fautes, c’est difficile à lire, quand ce n’est pas même totalement incompréhensible. Et dans ces cas là, ouais, c’est énervant.

En revanche, je pense qu’elle traduit le niveau de sérieux avec laquelle l’idée en question est transmise.

Par exemple, quand ma banque m’envoie une lettre avec une putain de faute d’orthographe (et 3~4 fautes de syntaxe et/ou de grammaire en plus, le tout en moins de cinq lignes…), ça fait rire quand-même un peu (et nous, en tant que client, on se doit d’être irréprochable quand on souhaite leur demander quelque chose, hein).

C’est pour maintenir un certain niveau de sérieux et pour faciliter la compréhension entre les gens que je trouve que l’orthographe et la maîtrise de la langue sont importantes.

Après tout, si, comme dit l’article, les lettres ne sont que des petits dessins standardisés, je dirais que l’orthographe et la grammaire sont une façon standardisée de les assembler.

Et pour aller de l’avant sur ce plan là :
http://www.strategy-interactive.com/blog/index.php/2009/02/16/234-comment-eradiquer-95-des-fautes-dorthographe-et-de-grammaire
https://lehollandaisvolant.net/?d=2016/02/15/23/06/57-quelques-astuces-pour-le-francais

(En ligne, pensez également à l’orthotypographie — je prévois un article là-dessus).

Et pour ce qui est de l’argument « je m’en fiche, on n’est pas en cours », c’est une grosse connerie.
À force de ne pas faire attention, ça devient une habitude et on en perd — littéralement — son français… Et tout retrouver demande des années de pratique (faut tout refaire l’école primaire, en fait).

Du prénom en capitales – Carnet de notes

#16331

Ça dépend des pays, oui.

En Hollande, je n’avais pas un seul formulaire sans la case « particule » (van, der, den, …).
Dans certains systèmes, mon patronyme ne comportait même pas le « van ». Ou alors c’était Timo Neerden (van).

Hier, ou avant-hier, je sais plus, j’étais tombé sur un site web avec un formulaire (à la con, on peut le dire) qui refusait que je mette un espace entre les deux parties de mon nom (c’était un formulaire de recherche et évidemment du coup les recherches étaient faussées).

Un autre exemple, celui des noms dans les pays scandinaves : traditionnellement (je ne sais pas si c’est encore vrai aujourd‘hui), le noms d’un fils correspond au prénom du père suivi de « son » ou « sen » (signifiant "fils de"). D’où tous les noms du genre en suédois ou danois : Larsen, Thomasson, Wilson, Ericson, Williamson…
Pour les filles, il y a également une particule, signifiant « fille de ». En islandais c’est « dotir », de mémoire…

Y a plein de choses sympas comme ça, dans les différentes langues et pays.
En grec pour un dernier exemple, les noms de famille finissent pratiquement tous avec un « s » (ou un sigma, du coup).

C’est amusant :)

ÉDIT :
Mais du coup, pour en revenir au web et au formulaire, faudrait peut-être arrêter un jour de séparer nom et prénom. Quel est l’intérêt ?

Si c’est pour savoir comment on doit s’adresser à moi, suffit de demander. Dans certains pays d’ailleurs, on s’adresse au gens par leur nom (typiquement dans certaines séries US) plus que par leur prénoms.

Ah et je ne parle pas non plus des suffixes en japonais ou coréen (-kun, -san, -sama, noona…) selon qui s’adresse à qui…

ÉDIT :
Mart-e me signale cette page, qui explique que le W3C recommande également de faire attention à ce qui est formulaires et distinctions nom/prénoms :
https://www.w3.org/International/questions/qa-personal-names

Ils recommandent d’aller au plus simple : de faire un seul champ « nom complet ».
Si vous avez absolument besoin de distinguer différentes parties dans le nom, soyez plus précis que « nom / prénom », car ça n’a pas de sens dans toutes les cultures. Un peu comme dans le Seigneur des Anneaux : les nains se présentent comme « Thorin, fils de Thráin, fils de Thrór ». Dans la version US de Pokémon, Sacha se présent comme « Ash from Pallet-Town ».

Pour un public français, on pourrait mettre « prénom / nom de famille », mais il conviendrait largement de localiser ça.

Une autre approche proposée est de mettre deux champs : « nom complet » et « comment devons nous vous appeler ? ». À mes yeux, ça semble être la mieux. Déjà ça donne le choix à la personne qui remplit le formulaire, et ensuite ça évite de se retrouver avec des noms/pseudo de 15 km à l’écran.

https://n.survol.fr/n/du-prenom-en-capitales

Note

#16288

Apprenez à écrire, on ne comprend plus ce que vous dites, bordel !

:'(

— Les terminaisons en "er", "ez", "é", "ait"… ont une signification. Elles ne sont pas là pour décorer : selon la terminaison, le sens change et la phrase ne veut plus dire la même chose.

— Les mots comme "son", "sont" ou "ça", "sa" c’est pareil : ça se prononce pareil mais le sens s’en trouve altéré. Les intervertir change le sens de la phrase.

– Même remarque pour "c’est", "s’est", "sait", "ces", "ses". Y en a tout un tas, oui, mais chaque forme a un sens précis. Les mélanger n’importe comment rend la compréhension incertaine pour ne pas dire impossible.

– Mettez des virgules et de la ponctuation dans vos pavés de 300 mots. Si deux mots ne font pas partie de la même phrase, séparez les par un point ou une virgule (oubliez le point-virgule pour le moment).

NON, il ne s’agit pas ici de jouer les profs ou les grammar-nazi, c’est juste que si vous voulez qu’on vous comprenne, appliquez-vous. Une phrase écrite en SMS est plus simple à comprendre qu’une phrase écrite « normalement » en intervertissant ce/se/ça/sa/son/sont : la lecture en devient très compliquée et c’est impossible à suivre.

Je m’en fous que vous fassiez des fautes d’orthographe quand ça ne change pas le sens des mots et n’empêche pas de comprendre. Vous passez pour un illettré, oui, mais ce n’est pas mon problème, et si ça ne vous gêne pas, alors il n’y a pas de problèmes, mais quand vos fautes de français empêchent les autres de vous lire, là ça devient un problème : pour nous, car on ne comprend rien, pour vous car vous ne comprendrez pas pourquoi personne ne comprend.

Et je ne parle même pas des soucis qui découlent de tout ça, à long terme (moteurs de recherche, apprentissage pour les non francophones…).

Tout le monde fait des erreurs, moi aussi, mais à un moment ce n’est pas « d’erreurs » que l’on parle, vraiment pas.

(Oui, je vais passer pour un élitiste avec ce post. Ce n’est pas le but. Mais je m’en tape. Si ça peut permettre, ne serait-ce qu’à une personne de se rendre compte qu’elle est illisible, alors ça n’aura pas été inutile.)

https://lehollandaisvolant.net/?mode=links&id=20170317143635

Note : plus ou plus ?

#16231

Ok, quand je dis

plus de chocolat

Ça veut dire « + de chocolat » ou « plus du tout de chocolat » ?

Si on peut s’en sortir quand le « plus » remplace un « pas », simplement en respectant la grammaire et en mettant le « ne » avant, parfois ça reste confus, surtout quand on est con.

Ma méthode :
« + de chocolat » devient :

davantage de chocolat

et « plus de chocolat » devient :

plus du tout de chocolat

Trivial, mais si ça permet d’être plus clair et de lever des doutes inutiles, je prends.

Ah et dans le même genre de bidouilles du langage, faut que je traduise (ou trouve une traduction) de ça : http://dailygenius.com/wp-content/uploads/2015/05/stopusingvery.jpg

Voilà, comme ça vous ferez plus de fautes !
(patapé)

https://lehollandaisvolant.net/?mode=links&id=20170223225120

Faut-il dire numérique ou digital ? - Blog du Modérateur

#16195

C’est d’ailleurs l’avis de l’Académie française pour qui « l’adjectif digital en français signifie « qui appartient aux doigts, se rapporte aux doigts ».

Pour moi l’article aurait dû s’arrêter là.
Parce l’autorité en matière de langue française, ben ça reste actuellement l’Académie Française.

Il y a des arguments intéressants dans l’article, en particulier un sur lequel je suis d’accord, à savoir qu’un écran tactile c’est bien « une interface digitale » (mais là encore, il est là parce qu’il ne se substitue pas à « numérique »), mais dire « agence digitale » reste pour moi un non-sens.

Enfin, autant je respect l’avis émis, je suis pas d’accord avec le reste.
Car s’il est vrai qu’à l’Académie on a rarement vu pire technophobes, je pense qu’on peut se mettre d’accord sur le fait qu’ils sont plutôt pas trop mauvais en matière de langue Française, étymologie, orthographe et tout le reste.

Après comme il dit, ça reste l’usage qui va choisir ce qui va finalement être la norme…

http://www.blogdumoderateur.com/numerique-ou-digital/

99 nouveaux dessins pour ne plus faire de fautes ! - Bescherelle ta mère

#16050

J’aime bien pour r(ai|é)sonner.
Certaines personnes raisonnent, d’autres résonnent. Et ça se passent généralement au même endroit, oui.

Une façon simple de s’en souvenir, c’est que le raisonnement vient de raison.

http://bescherelletamere.fr/99-nouveaux-dessins-ne-plus-faire-de-fautes/