Contre la fraude au bac, l’Éducation nationale continue de miser sur les détecteurs de portables - Next INpact

#15595

Ben oui, faut bien que les jeunes apprennent tout par cœur : dans la vraie vie, le portable est interdit, internet est interdit, la doc et les manuels sont interdits aussi.

Plutôt que d’empêcher les jeunes de chercher les réponses en ligne, ils feraient mieux de leur apprendre à trouver l’information en ligne (en ligne ou ailleurs, en fait : les bouquins ne seraient pas bourrés de formulaires à la fin si ça ne servait à rien…).

Combien de gens connaissent le site Wolfram Alpha par exemple ? Ce site est une mine d’or pour trouver/résoudre/comprendre/tracer des équations/fonctions/graphiques en math, en physique et même en histoire/littérature/société…

https://www.nextinpact.com/news/100234-contre-fraude-au-bac-l-education-nationale-continue-miser-sur-detecteurs-portables.htm

Le rêve fou d’un numérique éducatif déconnecté d’Internet ! | Culture numérique

#15537

C’est comme dans Harry Potter, quand le ministère débute son virage fasciste avec son mouvement du « mais si, tout va bien » très répressif envers tous ceux qui disent qu’au contraire tout va mal (y compris en interdisant groupes de discussions, journaux et personnes qui parlent de ça).

Ça se passe quand Ombrage décide d’interdire les séances pratiques de cours de défense contre les forces du mal : uniquement des bouquins, simples, édulcorés et des cours théoriques. La pratique, selon elle, n’est pas nécessaire car il n’y a rien "dehors" qui puisse nécessiter l’emploi de défense contre les forces du mal.

De plus, encore selon elle, le but de l’école n’est pas de vous protéger dehors, mais de vous faire passer et valider l’examen. Rien de plus.

On pensera ce qu’on voudra, mais du « mais si, tout va bien » (vision de Hollande de la France il y a à peine quelques jours), alors qu’au contraire tout va mal (chômage, inflation, dette, corruption, grèves…) aux cours édulcorés, doux comme des barbapapa fait à 90% de vent, on peut trouver beaucoup de similitudes.

Si on pousse encore, le grand méchant contre lequel le gouvernement se bat est la liberté, le grand méchant Internet (il y a des cours clairement anti-Internet désormais) et la réflexion personnelle (alors que dans H-P c’était pas Voldemort (quel Voldemort ?) mais plutôt les anti-gouvernement, les « indésirables » du système).

L’école ne sert pas dans la vie, il sert à obtenir un examen. Ce n’est plus leur problème si l’examen ensuite ne sert à rien, car ils auront fait ce pourquoi ils sont là.

Zythom: La prépa

#15327

J’avais jamais lu cet article.

J’ai fait une année de prépa aussi, mais je me suis ramassé. La mémorisation bête et méchante c’est pas mon truc. La mémorisation c’est pas mon truc.
J’ai toujours trouvé ridicule d’apprendre par cœur des choses qu’on peut retrouver sur une feuille, dans un livre, ou maintenant, sur le net.

J’ai toujours préféré la mise en œuvre de la théorie à la théorie elle-même. Par exemple, c’est cool de connaître les équations de Maxwell sous leur forme locales et purement mathématique, mais si on ne nous dit pas à quoi elle correspondent physiquement, et dans quel cas on utilise l’une des équations plutôt qu’une autre, ben quel intérêt ?

Je suis sorti à la fin de la première année de prépa (foutu dehors comme ~50% de la promo — et sans demander mon reste en ce qui me concerne). J’ai poursuivi en DUT Mesures-Physiques que j’ai beaucoup apprécié en tant que formation : on avait 50% de travaux pratiques, 25% de cours et 25% de travaux dirigés (des exercices), dans tous les domaines de la physique classique. Ça m’a permis de découvrir plein de choses, d’apprendre et d’apprendre à faire des choses (savoir VS savoir-faire) : au delà du diplôme seul (lui aussi aujourd’hui recalé au statut de ticket d’entrée aux écoles d’ingé).
Plus d’info sur mon expérience ici.


Enfin, je constate que Zythom aussi a suivi l’avis de ses profs plutôt que son cœur, avec un peu la même impression d’amertume vis à vis de cette formation.

Perso je ne serais pas allé en classe prépa si j’avais su ce que c’était. Je n’irais pas jusqu’à dire que j’ai perdu une année de ma vie, j’ai quand même appris des choses (et en particulier que mémoriser à l’aveugle des cours entiers ce n’est pas mon truc), mais si j’avais su, je dirais à mon "moi" de 16 ans d’aller en DUT MP (même si à l’époque je ne savais même pas que ça existait — mes parents n’ayant pas étudié en France et ne connaissant pas du tout le système scolaire, les profs n’ayant que le mot "prépa" à la bouche (question de primes et de prestige, disent certains, je ne sais si c’est vrai), et les COP ayant été tout sauf pédagogues à ce sujet, parlant surtout du contenu des cours plutôt que leur forme, et parlant des choses qu’on avait déjà en tête plutôt qu’oser nous contredire et nous proposer autre chose).

Grand Entretien avec Richard David Precht “L’école doit redevenir un lieu qui stimule l’esprit créatif et le bonheur d’exister” Patrice van Eersel | CLES

#15170

Sur l’éducation.

« L’enfant est naturellement d’une curiosité inouïe. La structuration de ses réseaux neuronaux fait de lui un “athlète synaptique”, comparé à l’adulte. Son enthousiasme pour la nouveauté est considérable et ses capacités d’apprentissage impressionnantes. Or, que lui proposons-nous pour épanouir cette potentialité formidable ? De se forcer à s’intéresser à des matières éloignées de sa vie, qui le motivent de moins en moins et qu’il voit infiniment mieux traitées ailleurs. »

C’est exactement ça.

http://www.cles.com/debats-entretiens/article/l-ecole-doit-redevenir-un-lieu-qui-stimule-l-esprit-creatif-et-le-bonheur

Les profs, moins absents que la moyenne des salariés | L’instit’humeurs | Francetv info

#14814

« Or, les corps de professeurs remplaçants tendent à se réduire : entre 2006 et 2012, on a noté une diminution de 40% des effectifs (en secondaire, de 41.000 à 28.000, par exemple), conséquence directe la politique menée par Nicolas Sarkozy, supprimant 80.000 postes dans l’éducation nationale. »

40% o_O

Ah ben ça m’étonne pas alors que les élèves soient jusqu’à 30 voire 40 par classe.
Entre la CP et la 3e, j’ai toujours été dans des classes allant de 6 élèves à 22 (et encore, l’année 90' dont je fait partie est une grosse année). Au lycée (2005-2008), on était ~30 et en prépa on était 41 (certaines salles étaient trop petites et il manquait des tables) — je ne parle pas de la fac avec les amphis, qui sont incomparables.

http://blog.francetvinfo.fr/l-instit-humeurs/2016/03/19/les-profs-moins-absents-que-la-moyenne-des-salaries.html

Quote Dojo — “I think it is totally wrong and terribly harmful...

#14676

“I think it is totally wrong and terribly harmful if education is defined as acquiring knowledge.”
— William Glasser


+1

C’est également ce que tu disait Usul dans une de ses conférences : http://lehollandaisvolant.net/?id=20160223172834
Aujourd’hui, l’école n’a plus la même autorité qu’avant, étant donnée que le savoir est disponible en illimité du bouts de ses doigts et de n’importe où (du moins dans les pays développés).
De « robinet à savoir », l’école devrait plutôt se focaliser sur l’apprentissage du savoir-faire et l’apprentissage de l’auto-apprentissage.

Delphine Cuny sur Twitter : ""Il faut apprendre à coder le + tôt possible : je suis pour le PHP à l'école primaire" @mazaic @BlaBlaCar #DSFemploi https://t.co/RAqUsNcFrE"

#14448

Du PHP, carrément ?
En effet, j’aurais plutôt proposé des cours de logique, histoire de donnée l’idée de base de la prog.
Je ne suis pas un grand codeur de Python, mais je le trouve quand même bien plus simple à appréhender.

À l’inverse, je ne pige pas vraiment pourquoi tant de formations continuent à enseigner le C dans les filières non-info : c’est lourd (à mettre en place), c’est compliqué, c’est strict… Surtout pour des gens qui n’en feront plus jamais de leur vie.
Je serais plutôt d’avis d’apprendre le JS : au moins tout le monde peut ouvrir un fichier texte avec un navigateur (tout le monde en a un) et n’a pas besoin de se faire chier avec les types de variables et le compilateur (qui fait peur). C’est moins instructif que le C, mais pour débuter et donner les notions de variable ou de fonctions, ça me semble mieux…

Au fait, comment définissez-vous la programmation à quelqu’un qui n’en a jamais fait et qui souhaite comprendre ce que vous faites quand vous dites « je code » ?

Alors ?
C’est pas simple hein…

Ouverture d’une filière post-bac à Polytechnique : la fin des classes prépas ? | L'ingénu-ingénieur

#14126

Le système actuel recrute des gens avec de la mémoire : les colles en prépa (ou khôlles pour certains) le prouvent plutôt bien.

C’est Einstein qui disait que retenir les choses ne servait à rien si on pouvait les retrouver dans un livre, il faut mieux focaliser son cerveau sur la technique et la créativité. À l’heure d’internet où l’accès à la mémoire collective humaine se fait instantanément et n’importe où, c’est plus vrai que jamais.

Concernant la prépa, à part permettre aux étudiants de se distinguer et de connaître leur classement scolaire dans la masse d’étudiants, je ne vois pas ce que ça apporte. Le contenu des cours est le même qu’ailleurs (ou peut l’être) c’est juste la forme qui varie : pas d’amphis mais des classes (41 étudiants dans ma prépa), un emploi du temps serré (5 jours entiers et le samedi matin, avec facilement plus de 40h de cours chaque semaine), des colles (3h d’interro orale en groupe de deux ou trois, par semaine, en plus des 40h de cours, souvent entre midi et deux, donc on saute le repas), peu de TP et beaucoup de mensonges sur ce qu’on promet à la fin (salaires >40k€ pour tous, marché du travail très accueillant, écoles prestigieuses…).

Perso ça ne m’a rien apporté. J’ai largement préféré l’IUT, avec 50% de TP dans la semaine et où on avait beaucoup plus de libertés dans la façon de faire (les TP, les exercices…), du moment que c’était fait.

Les profs étaient plus accessibles aussi, plus humains et nous voyaient pas comme des merdes (mais ça ça doit dépendre des profs).

http://ingenuingenieur.blog.lemonde.fr/2015/12/18/ouverture-dune-filiere-post-bac-a-polytechnique-la-fin-des-classes-prepas/