La science permet de progrès technique et le progrès technique permet les avancées sociales dans leur ensemble : santé, culture, économie, politique… tout ça découle directement ou indirectement du savoir collectif accumulé par notre civilisation.

Pourtant, parfois, les étoiles de notre civilisation ne sont pas permises de briller comme elles le devraient. La folie des hommes et l’égo de quelques-uns en sont la cause. Même chez les grands savants, des ravages sont opérés par de tels comportements.

Par exemple, quel procédé aurait pu être inventé 200 ans à l’avance si des avant-gardistes comme Lavoisier n’avaient pas été décapités pour leur statut social par la violence des révolutionnaires ?

Quelle science aurions-nous eue si des scientifiques comme Carnot, Fresnel ou Maxwell n’étaient pas morts si jeune (respectivement à 36, 39 et 48 ans à cause d’une médecine lacunaire, si longtemps interdite au profit des prières ?

Combien de décennies de retard ont été accumulées parce que des génies comme Boltzmann ou Cantor ont été détruits par leur communauté à la grosse tête ?

Combien de temps a été perdu parce qu’Edison se disputait avec Tesla au lieu de regarder les faits et travailler ensemble plutôt que défendre chacun un modèle qui, au final, ne peut se passer de l’autre ?

La folie des Hommes existe partout, et c’est également partout qu’elle se fait ressentir.

Peut-être que nous n’aurions toujours pas eu les voitures volantes pour autant, mais si les personnes citées ici avaient pu avoir une vie digne de leur génie, alors nous aurions pu avoir l’ordinateur, le wifi, les smartphones depuis déjà un siècle.

Quand on sait que les téléphones tactiles existent depuis 15 ans maintenant, et que tant de chemin a été parcouru en si peu de temps, ce qui nous attend comme révolution à nouveau dans 15 ans promet d’être tout aussi spectaculaire.
Eh bien ceci, nous aurions pu l’avoir 40 ans plus tôt, laissant à notre époque 4 générations technologiques d’avance par rapport à ce qu’on aujourd’hui.

Qui sait ce qu’on aurait eu si la bêtise avait laissé place à la sagesse depuis 4 000 ans ?
Qui sait ce qu’il manquera aux générations futures si on continue à faire les mêmes bêtises aujourd’hui ?

Va-t-on continuer à nier l’évidence, pour qu’une poignée de gens se partagent le pognon du monde au détriment de la recherche, de l’éducation, de la santé, l’égalité ? Ou voulons nous faire avancer notre civilisation pour la rendre éternelle et maître d’un destin à l’horizon galactique ?

Le titre, c’est ce Tweet de FranceInfo, citant Macron :

Covid-19 : "Vos droits ne peuvent pas être les mêmes", répond Emmanuel Macron à ceux qui refusent la vaccination

Sauf que c’est tronqué, évidemment :

Vos droits ne peuvent pas être les mêmes parce qu’ils supposent des devoirs

Pour ma part ça reste maladroit. Il tombe dans le piège des antivax qui pensent que Macron veut leur retirer des droits comme ça, gratuitement.

Ce qu’il aurait fallu dire c’est :

La vie en société exige des droits, mais aussi des devoirs. En particulier celui de ne pas constituer un danger pour les autres.

Car le but ce n’est pas de retirer des droits ! Le but c’est revenir à une vie normale.

Or la situation actuelle — exceptionnelle — exige l’accomplissement d’un devoir exceptionnel. C’est incontestable : des vies sont en en jeu, et beaucoup trop ont déjà été perdues.
Par ailleurs, le vaccin fonctionne : il y a beaucoup moins de morts maintenant qu’il y a 6 mois, et moins de cas aussi (74 % des cas sont non-vaccinés, aux R-U, et même chose en France).

Sans ce devoir social accompli, on constitue un danger duquel on doit protéger la société.
C’est totalement normal. L’État a pour rôle de protéger la société.

Contre le crime, le terrorisme, les incendies, les comportements dangereux, et contre les maladies dont le Covid-19. Et pour cette dernière, ça passe par un vaccin. C’est comme ça. Comme c’est le cas pour d’autres maladies.

Et ce devoir sera levé quand la situation redeviendra normale. Et elle a une chance de redevenir normale si tout le monde se fait vacciner au plus vite. C’est une condition nécessaire (mais pas suffisante, malheureusement) pour un retour à une vie normale.

Alors oui, on peut ne pas pouvoir se faire vacciner, mais ça revient à ne pas pouvoir protéger les autres [de soi-même]. Et dans ce cas, effectivement, j’assume parfaitement le soutient à l’idée de ne pas laisser ces personnes déambuler en société parmi les autres. C’est du bon sens. Et c’est pas comme si le vaccin était cher et réservé à certains : il est gratuit et ouvert à tous désormais.


Plus généralement tous les droits appellent à des devoirs, et c’est normal.

  • Le droit de conduire une voiture appelle au passage d’un examen, littéralement de « bonne conduite » (lol) et du respect de la route. C’est discriminatoire aussi : si tu veux user de ta liberté de rouler à 130 en ville, on supprime ce droit.
  • Le droit de sortir d’un supermarché avec un caddie rempli exige qu’on passe par la caisse avant.
  • Le droit de te bourrer la gueule à l’alcool exige d’avoir 18 ans ou plus, de faire ça ailleurs que sur la voie publique, et de ne pas te retrouver au volant dans cet état.
  • Le droit d’exercer la médecine exige (entre autres) de recevoir le titre de docteur en médecine.
  • Le droit de devenir électricien demande de passer une habilitation électrique.

Ça semble pourtant normal, car dans les cas contraires, il y a des risques plus élevés d’accidents et de provoquer des morts.

Pour le vaccin, c’est la même chose.


Pour ceux qui veulent des informations sur les vaccins et les virus en général :


Cette section est mise à jour régulièrement.

Quelques chiffres :

(Rappel : à la sortie de ces chffres, les USA ont une couverture vaccinale de 50 %, donc si le vaccin n’était pas efficace, les décès de non-vaccinés représenteraient 50 % aussi)

  • R-U : chiffres du Covid (lien constamment mis à jour) : à ce jour, le nombre de cas augmente de 30 % par jour et a dépassé très largement ceux de la 3e vague (300 000 cas dernière semaine). Le nombre de morts est toujours de 20 à 35 décès par jour. La couverture vaccinale est d’environ 80 %. Lors de la vague précédente, la couverture était pratiquement nulle et on tournait à 1 200 morts par jour).
  • R-U/Israël  : la transmission du virus passe de 59 % pour deux personnes non vaccinées à 4 % pour deux personnes vaccinées, au sein d’un même foyer

Donc si on résume à la lumière de tout ça…

Les pseudo-arguments qui disent :

  • le vaccin ne protège pas / ne sauve pas des vies
  • le vaccin n’empêche pas la transmission
  • le vaccin n’empêche pas d’être gravement malade

Sont faux.

Ceux qui disent :

  • le vaccin c’est big-pharma
  • le vaccin c’est du pognon
  • le vaccin c’est Bill Gates

Ne sont pas forcément faux, mais n’empêchent pas au vaccin de fonctionner. Par conséquent il ne sont pas pertinents.

Ceux qui disent :

  • on ne sait pas ce qu’il y a dedans
  • on ne connait pas la composition

Sont dans le vrai, mais cela vaut aussi pour le virus. Qui lui, tue, rend malade, met ses proches en danger, expose au covid long, peut vous envoyer à l’hôpital.

En fait, à moins d’être suicidaire ou masochiste, ou de vouloir volontairement mettre ses proches en danger (ie : un terroriste ou un kamikaze), rien ne justifie de préférer le virus au vaccin.

Imposer un mouchard gouvernemental et rentabiliser ça, en 7 étapes, sous couvert de crise sanitaire et « pour notre bien ».

Étape 1

Gouvernement : “Faisons une application anonymisée qui regarde si l’on a croisé quelqu’un touché par le Covid. Ça n’enregistre rien, juste le fait que le porteur de l’appli ait ou non eu le virus. L’ensemble est centralisé pour coordonner les notifications”

Les geeks paranos : “Mouais, ok.”

La CNIL : *Zzzz… Zzzz…*

Étape 2

Gouvernement : “En fait, regardez, vous pouvez faire vos attestations avec l’application. Faut juste mettre votre nom, votre adresse, etc.”

Les geeks paranos : “C’est bon, je désinstalle.”

Les gens : “rhoo, tu vois le mal partout.”

La CNIL : Zzzzzzzzzz… Zzzz…*

Étape 3

Gouvernement : “et on va inclure un QRCode nominatif, en clair dedans. Il sera scannable avec une autre appli privatrice.”

Les geeks paranos : “Heu… c’est normal que l’autre appli ait besoin du réseau ? Et fasse des requêtes qui incluent les coordonnées GPS ? C’est chelou, ça sera sans moi.”

Les gens : “oh, les restos sont ouverts ! Serveur, une bière s’il vous plaît !”

La CNIL : Zblblbl…*

(source)

Étape 4

Gouvernement : “En fait, ça serait bien que nos appli récoltaient toutes les données sur tous les téléphones, pour pouvoir cibler les personnes fragiles.”

Les geeks paranos : “vous voulez siphonner tous les téléphones, en fait, maintenant que l’appli est installée partout ?”

Les gens : “Serveur, une autre bière !”

La CNIL : *Zzzzzz*

(source)

Étape 5

Gouvernement : “L’appli est désormais obligatoire pour faire vos courses, c’est pour votre bien. Et vous scannerez le ticket de caisse en sortie avec l’appli.”


Les geeks paranos : “Ah carrément ? Et si j’ai pas de téléphone ?”

Les gens : “Tout le monde a un téléphone, fais pas le con !”

La CNIL : *a fusionné avec le CSA*

Étape 6

Gouvernement : “Qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire de ces données ? On pourrait les vendre !”

VOUS ÊTES ICI ↑ (mis à jour le 23/08)
Les geeks paranos : “comme les anglais ?”

Les gens : “Osef, j’ai rien à cacher.”

Le CSA : “$$$”

(source)
(source, pour la France, le début en tout cas)

Un vaccin anti-covid.
Tweet d’octave Klaba.
(tweet)

Voilà : on préfère jeter des vaccins que vacciner ceux qui aimeraient l’être.

Les moins de 50 ans sont donc moins éligibles au vaccin qu’une poubelle.

Tout ça parce que :

  • des vieux cons font les difficiles ;
  • des abrutis qui ont le pouvoir sont déconnectés de la réalité.

Oui ça me met hors de moi, cette bureaucratie psychorigide et répressive de merde. C’est à cause de ça que y a rien qui avance dans ce pays, mis à part la connerie.

Heureusement, à défaut d’avoir des ministères compétant et un gouvernement voulant résoudre la crise, il y a encore des bénévoles dans leur coin qui montent des sites comme CovidTracker (tous les chiffres du Covid en France) ou CovidListe (s’enregistrer justement pour être appelé et recevoir clandestinement une dose autrement jetée à la poubelle), ou ViteMaDose (trouver un centre de vaccination proche de chez vous) qui, eux, fonctionnent et vont dans le bon sens.

Sans oublier les sites comme Framasoft qui permettent aux profs de continuer de faire cours face aux #fails constants de l’EN, et quelques autres (et je ne mentionne même pas tous les « makers » l’an dernier qui se sont pris l’injonction d’arrêter de faire des masques et des équipements pour une question de brevets, normes et de travail dissimulé).

Ce sont eux qui mériteraient les millions dépensés par le gouvernement en bullshit inutile !

Car voilà où on en est : la 5ᵉ puissance mondiale est maintenue par trois gus dans leurs garages, sur lesquels tire une horde de vieux connards technocrates En Marche arrogants et ignorants qui ne font que détruire le pays à chacune de leurs manœuvres uniquement destinées à sauver le CAC40 et leur sales gueules.

Car c’est leur projet.

Bah.

Image d’en-tête de Mufid Majnun

Voir :

Meh.

Je pense qu’on se dirige vers un moment où il faudra installer ça si l’on veut aller au restaurant, au cinéma (si ils rouvrent un jour).

Je n’aime pas ça : c’est ni plus ni moins un mouchard fermé dont les sources publiées ne sont pas celles de l’app qu’ils diffusent, le tout centralisé par l’État et spécifique à la France (alors que les 3/4 des autres pays européens ont un système ouvert, interopérable et décentralisé).

Ah et… si la crise passe, on pari qu’on aura une version « vie courante » de ce mouchard qui sera obligatoire jusqu’à pouvoir faire ses courses ?

Actuellement le projet c’est un quasiment un réseau social où l’on montre « patte blanche covid » pour aller dans les lieux publics, le tout « noté » automatiquement par les contacts que l’on a croisé. Très pratique quand ça sera obligatoire et que y aura toujours que les retraités qui pourront se faire vacciner.

Après la crise, ça sera la même chose niveau appli, mais noté par les gens (« ce type là est un con ! »), obligatoire, fiché à l’entré de tous les lieux publics et toujours centralisé par l’État. Pratique pour qu’ils sachent qui est où et quand, surtout en manif.

Ah et est-ce qu’il sera techniquement faisable de croiser ça avec la centaine de fichiers administratifs (pôle emploi, fisc, permis de conduire, fichiers S, Linky, etc.) ?
Est-ce que c’est faisable ? Je vous laisse répondre. Et donc est-ce que ça sera fait ?

Ajoutez à ça que nombre de politiques (Cristian Estrosi, Gérard Colomb…) ont mainte fois vanté le « système chinois », de notation populaire et gouvernemental et c’est pas difficile de comprendre où l’on va exactement avec ce système.

Bref, on verra si je vois le mal partout ou si j’exagère.
Mais dites-vous bien une chose :

  • certains pays le font déjà (la Chine) et les politiques l’ont bien vu ;
  • c’est techniquement possible ;
  • toutes les briques sont en train d’être mises en place (idée d’un « passeport », application de plus en plus étendu (et de moins en moins utile pour le Covid), système fermé et centralisé aux mains du gouvernement) ;
  • ce n’est pas la motivation qui manque à Macron et sa clique.

Comme j’ai dit, on verra.
Mais ne suis pas optimiste.

Parfois, en ligne, on voit des choses qui nous déplaisent. Et parfois, on aimerait aussi voir ces choses disparaître.

En tant qu’éditeur d’un site web, j’ai déjà eu des demandes (très rares) de personnes qui voulaient que je supprime des choses de mon site. Généralement ça se passe bien : la personne utilise mon formulaire de contact (ou un autre biais), se présente, pose sa demande et la motive, et j’avise si je considère que la demande est légitime.

Par exemple, il m’est arrivé, une fois, de retirer une capture d’écran d’une page web tierce à propos d’un fait divers. Dans cette capture apparaissait la photo de quelqu’un. Cette personne, m’a dit que c’était elle, et je l’ai supprimé (droit à l’image, etc.).

Une autre fois, par contre, un vendeur en ligne qui m’a demandé de retirer un avis que j’avais mis sur mon site. Je démonte rarement les gens, et jamais gratuitement. Aussi, en l’occurrence, ledit vendeur m’avait arnaqué, insulté, menacé de mort, usurpé mon identité et ça a fini en plainte. L’arnaque, elle, a été réglée au tribunal (avec 30 pages de parties civiles parmi les plaignants, dans le compte rendu de l’audience).

Cet avis, pour le coup, est toujours en ligne. Je n’ai pas cédé. Je n’ai pas à céder. Je ne céderais pas devant ce genre de requêtes.

Sur un site web, je dis ce que je veux, du moment que c’est dans la loi.

Ça ne vous plaît pas ? Ne lisez pas.

Ouvrez un blog vous-même et dites que vous n’aimez pas ce que j’écris : je vous y encourage. Tant que c’est fait dans le respect, je n’aurais rien à dire non plus : vous avez les mêmes droits que moi, et que tout le monde
Si vous m’insultez de tous les noms, par contre, attendez-vous à recevoir une convocation par la justice pour injure ou diffamation.

Mais ne venez pas me dire ce que je dois écrire ou non sur mon site web.

ÇA JE NE LE TOLÉRERAIS PAS.

En l’occurrence, aujourd’hui, on vient me demander de retirer un lien vers un tweet. C’est un lien dans mes liens « au fil du web ».

Le tweet est une vidéo humoristique. Notez que je ne fais qu’un lien vers le tweet. Je n’ai pas recopié la vidéo, pas recopié ni intégré, ni fait de capture d’écran du tweet.

Pourquoi je devrais retirer ce post ?

En l’absence de raison que je juge valable, et malgré avoir en demandé une, je refuse : mon post n’est qu’un lien. Twitter non plus n’interdit pas (encore) de faire des liens vers les tweets. Par ailleurs, rien n’indique que la vidéo appartienne à la personne qui est venue me demander de la retirer.

Ce que j’ai fait, du coup, c’est un retweet du tweet « incriminé » et je change le lien sur mon site vers le lien de mon retweet. La seule raison pseudo-valable que je pouvais voir, c’est une altération des stats sur le tweet… J’ai donc jugé que cette solution solutionnerait le problème : plus de référer provenant de mon site.

Résultat ?
La personne inquisitrice m’insulte.

Là autant vous dire que c’est mort : je ne supprimerai pas mon post. Raison valable ou pas ; et ça pour trois raisons :

  1. je n’ai aucune obligation de faire quoi que ce soit ;
  2. si vous voulez supprimer un tweet, supprimez le tweet. Ne venez pas nous faire chier avec un lien vers un tweet (et juste un lien) ;
  3. si vous ne voulez pas qu’une vidéo soit en ligne, ne la mettez pas en ligne pour commencer.

Il y a une raison pour laquelle je parle de « mon site » : car c’est justement « MON site ». J’y mets ce que je veux et seule la loi est la limite de ce qui peut m’être reproché.

Pour tout le reste, si vous n’aimez pas : tant. pis. pour. vous.
Dîtes-le si ça vous chante, faites le savoir, mais ne me le reprochez, et ne me demandez pas de le supprimer.

Lire :

Déjà :

Et si un jour les données collectées par le Linky étaient utilisées pour faire sauter vos allocations ?

Je corrige :

*Quand.
*Quand les données collectées par le Linky étaient utilisées pour faire sauter vos allocations

Car si c’est possible techniquement, ça sera fait.

Et ça sera fait : certains y ont déjà songé, en France, de surveiller les données du Linky pour choper ceux qui fraudaient le confinement l’an dernier

Après on bien-sûr, j’entends déjà :

  • « si c’est pour faire la chasse aux *fraudeurs*, c’est pas plus mal. »
  • « si t’es contre la traque et que tu le dis, c’est que t’es pour la fraude et que tu l’encourages ! »

Pour le premier point, je ne puis pas dire le contraire. Je peux juste dire que ça ne nous a pas été vendu ainsi, déjà. Et ensuite, quand on [nous, qui « vous l’avions bien dit »] l’avions dit, le gouvernement et tout le monde nous a bien dit « meeeuuuh non »… alors qu’au final « ben siiiii », ce que perso j’appelle un mensonge.

Après on peut toujours dire que la fraude sociale des pauvres est une goutte à côté de la fraude fiscale des riches (on parle d’un facteur 200, à la louche), mais oui, je sais, ça ne l’excuse pas.

Ce que je veux dire, c’est que n’importe quelle méthode n’est pas justifiée pour autant. Par exemple, on ne va cramer une maison parce qu’il y a un voleur à l’intérieur : ce ne sont pas des méthodes dignes d’un pays civilisé.

Toutes les méthodes ne sont pas justifiables, même pour la poursuite d’une cause qui, elle, est justifiée.

Et puis une autre chose : normalement, quand on traque quelqu’un parce qu’il a commis un méfait, on fait l’enquête après le méfait, c’est-à-dire après une plainte d’une victime.

On ne va pas enquêter sur des innocents pour la simple raison que, quelqu’un, dans le lot, a peut-être pu commettre un méfait dont on serait passé à côté. C’est la présomption d’innocence, tout simplement : « quiconque est accusé d’un méfait demeure innocent [et donc libre] jusqu’à ce qu’il n’ait été prouvé coupable ».
La seule chose qui peut arriver, c’est qu’un coupable s’en tire malgré tout.

Ici, on fait quoi avec le Linky ?
On capte les données de tout le monde, on analyse tout ça et on regarde qui parmi tous a commis un méfait. On enquête sur tout le monde, partout, tout le temps : tout le monde est sous enquête, comme s’il était coupable, et on blanchit au cas par cas. C’est de la présomption de culpabilité.

Le risque ? Qu’un innocent finisse condamné, car — bien qu’innocent — sa consommation de courant ne soit pas représentative de la norme, et du coup il se fait flasher par l’algo qui lui coupe ses revenus.

Et ça c’est TRÈS grave.

Il vaut toujours mieux d’avoir un coupable en liberté qu’un innocent en prison.

Sans compter que dans la pratique, on balance toutes les données à des algo dénués d’intelligence humaine et de discernement, qui va couper à tout-va. Déjà qu’au niveau des allocs (dont Pôle Emploi), les employés sont encouragés à couper les droits à un max de monde pour le moindre prétexte…

Malheureusement, encore, et on l’a vu avec Snowden il y a déjà bientôt 10 ans, c’est vers ça qu’on se dirige : on flique tout le monde, on cherche ce qui semble louche et on tire dessus avant de poser les questions.

Donc non : même si choper les fraudeurs, c’est pas mal (au contraire), juste parce que ce sont des fraudeurs ne justifie pas l’emploi de moyens dignes de dictatures. Il y a des principes à respecter.

Et pour le second point, celui où je serais pro-fraude, voire — à en croire certains commentaires [non publiés] que j’ai reçu — j’en serais moi-même un : je dirais simplement que juste parce que je ne suis pas pour l’emploi de tous les moyens techniques possibles pour arrêter une pratique illégale, ne signifie pas que je suis pour cette pratique.

Si on va là, alors autant mettre 50 kilos de TNT dans chaque voiture, et qui exploserait la voiture si elle dépasse les limites de vitesse.

Car, au risque d’en surprendre beaucoup : il n’est pas justifié d’exploser une bagnole juste pour ça. Il n’y a pas besoin de réfléchir bien longtemps pour comprendre que dans de rares occasions, même si c’est illégal et donc répréhensible, rouler trop vite se défend (rassurez-vous : je sais très bien que dans 99,99 % des cas, ils ne se défendent pas).
C’est encore pour ça que toute amende automatique est contestable et que, si besoin, que ça puisse finir devant un juge pour s’expliquer. Au jury ensuite de décider si l’infraction est justifiée (extrême et impérieuse nécessité, par exemple), ou ne l’est pas. Par ailleurs, c’est aussi pour ça qu’on a encore des tribunaux présidés par des humains, et pas juste un tableau dans lequel on regarde bêtement pour savoir à quelle infraction correspond quelle peine.

Un exemple : on a déjà vu des voitures bloqués à haute vitesse par le régulateur, voire qui accélèrent toutes seules. C’est extrêmement rare, oui, mais pas impossible.


Aussi, et je le dis amicalement : dire que quelqu’un est un fraudeur (alors que c’est faux), ou qu’il encourage la fraude, c’est en soi de la diffamation, voire de la dénonciation calomnieuse si la déclaration est faire à un agent de police lors d’une plainte ou d’une enquête par exemple.
Juste saying.

Juste un petit rappel pour dire que critiquer ou ne pas aimer une religion ou une croyance, ce n’est ni du racisme, ni de l’intolérance, ni de la *-phobie.

Insulter ou manquer de respect envers une personne (ou un groupe de personnes) à cause de ce qu’elle est, oui.
Appliquer une différence de traitement à une personne (ou un groupe de personnes), c’est-à-dire discriminer, en raison de ce qu’elle est, oui.

Mais ne pas aimer une religion, ne pas aimer quoi que ce soit en fait, ce n’est pas du racisme, ni de l’intolérance, ni de la *-phobie.

Les personnes ont des droits.
Les croyances et les religions n’en ont pas.

Le blasphème, qui est la « critique du fait religieux », n’est pas condamnable en France.

Et quiconque agit de façon à punir un blasphème, en vue d’instaurer la peur afin de vouloir empêcher les gens de blasphémer, agit en terroriste. Point.

i
Voir : "Louis XIV deviendra Louis 14" : la presse italienne s’insurge contre l’abandon des chiffres romains par le Musée Carnavalet

Pour moi — et ça n’engage que moi — y a deux solutions quand une partie des gens ne comprennent pas une partie des choses :

  • soit on modifie les choses pour abaisser le niveau de difficulté à celui des gens ;
  • soit on élève l’intelligence des gens pour leur permettre de comprendre les choses difficiles.

Ici, visiblement, au lieu de choisir d’enseigner les chiffres romains à l’école, ils ont choisi de simplifier les choses pour les quelques idiots qui préfèrent aller sur Instagram durant les cours de math.

Qu’on souhaite arrêter d’utiliser les chiffres romains pour les nouveaux trucs, c’est une chose. Qu’on souhaite modifier l’Histoire pour s’avilir au niveau actuel pitoyable, c’est juste ridicule.

Louis 14…
Pourquoi pas « Fransoi Un », tant qu’on y est ?
Ou « An Riz 4 » ?

Louis 14…

Après le Louvre, le Musée Carnavalet a décidé de remplacer les chiffres romains par des chiffres arabes. Un changement qui a pour principal objectif d’améliorer la compréhension des œuvres par les visiteurs étrangers.
"Nous ne sommes pas contre les chiffres romains, mais ils peuvent être un obstacle" à la compréhension des œuvres et des expositions, a expliqué Noémie Giard, responsable du Musée Carnavalet, citée par Le Figaro.

Ben je sais pas, moi, tu mets ça :

[…] Louis XIV* […]

* 14.

Un musée c’est pas censé cultiver les gens avant tout ? Au lieu de remplacer, on peut pas étendre ? Les quatre caractères en plus, ça va exploser le budget en affichettes ?

La prochaine étape ça va être de redéfinir l’unité des nombres réels pour que l’accélération de pesanteur terrestre soit arrondie à 10 ?
De modifier la courbure de l’univers pour que π soit égal à 3 ? Ah et tant que j’y suis : on va devoir écrire « pi » au lieu de « π » pour que tout le monde comprenne ?

Je veux bien simplifier les choses, bien-sûr, je suis aussi là pour ça et je le fais. Mais j’ai systématiquement utilisé la notation admise en l’expliquant !

Par exemple : quand je parle de la constante de perméabilité magnétique du vide (oui ça m’arrive ?), je mets « μ0 (lire “mu zéro”) », et pas juste « mu0 ». Ainsi, la prochaine fois que vous rencontrez ce signe, vous vous souviendrez comment on le lit.

Autre exemple : est-ce qu’on penserait une seule seconde supprimer les inscriptions latines sur les monuments, pour les remplacer par du français ? Bien sûr que non ! On va ajouter une pancarte à côté avec la traduction !

Ben là c’est pareil… Ou plutôt, j’aurais aimé (et je ne suis pas le seul visiblement).

Je ne dis pas que c’est une méthode parfaite, mais je pense que c’est une bonne méthode : elle montre les choses telles qu’elles sont, puis telles qu’elles doivent être lues et comprises par ceux qui n’ont jamais appris ça.
Ça permet d’élever le niveau des gens, de lui apprendre quelque chose, tout en conservant l’aspect historique du monde. C’est pas un peu le but, au final ?

Bref, je dénonce surtout le fait de prendre des bonnes décisions pour les mauvaises raisons et via les mauvaises méthodes.

On simplifie l’accès à l’information : c’est bien.
Mais pourquoi on doit faire ça ? Car on n’enseigne plus les chiffres romains.
Et comment on fait ça ? En supprimant les chiffres romains ?

Merde.

Je préfère qu’on élève le niveau des gens face aux choses compliquées, en mettant les deux versions… Encore plus dans un musée, qui est un établissement où l’histoire est censée être conservée, pas réécrite !

Photo d’un smartphone.
Ceci est un message pour les personnes qui utilisent leur téléphone pour communiquer (bref, tout le monde).

Répétez après moi :

Ce n’est pas à la personne qui envoie les messages de se demander s’il vous dérange ou non. C’est à vous de mettre le téléphone en silencieux quand vous ne voulez pas être dérangés.

Il y a ça de bien avec les tchats, SMS, ou autres e-mails que l’on peut différer l’envoie par l’expéditeur et la lecture ainsi que la réponse par le destinataire.

Vous êtes occupés ? Laissez le téléphone tranquille.
Vous dormez ? Mettez en silencieux, en hors-ligne ou éteignez-le.
Vous êtes au boulot ? Pareil.

Mais ne venez pas reprocher à quelqu’un de vous avoir réveillé durant la nuit avec des notifications sonores. Ce n’est pas son problème, c’est le vôtre !

En ce qui me concerne, j’envoie des messages à n’importe quelle heure : rien à foutre s’il est 06 h, 10 h ou 23 h. Je m’en fiche si vous dormez, êtes en réunion ou si vous mangez. Si les notifications vous emmerdent, désactivez-les : c’est de votre responsabilité.

Ça me semble évident en fait.

Et non, ce n’est pas suite à un tel reproche qu’on m’a fait que j’écris ça. J’écris ça, car j’entends au contraire que « je n’écris rien aux gens, car je ne veux pas les déranger ».

Pour ma part, si je ne veux pas être dérangé, je mets en silencieux, tout simplement, donc même avec 1 500 messages, vous ne me dérangerez pas. J’y répondrais quand j’aurais du temps : ça peut-être maintenant, dans 3 heures ou demain.

Du simple bon sens, en fait.

Bref, apprenez à dompter vos notifications.
Ne laissez pas le téléphone vous maintenir en esclave.

C’est dur, car les applications se nourrissent de votre attention et font tout pour attirer votre attention, mais c’est pas impossible. Et si une application vous emmerde vraiment, supprimez-la !

Je ne crois pas que votre photo de chat ou un mème demande une réponse dans la seconde. Si y a vraiment un souci, appelez : l’appel, contrairement au tchat et à l’écrit, sont des communications instantanées qui demandent d’être là dans l’immédiat pour répondre.

image d’en-tête de Sten Ritterfeld

Capture d’écran du site de Google Fonts.
Ici je me permets une critique des nouvelles icônes de Google, à l’occasion de sa récente présentation.

Pour situer mes goûts, je dis tout de suite : autant j’aime le Material Design de Google, qui est relativement équilibré entre la simplicité des tracés et la subtilité des effets d’ombres ou des transitions ; autant je n’aime pas beaucoup le design utilisé dans Windows 10, bien trop flat à mon goût.

J’ajouterais que j’aimais énormément les icônes d’Apple avant toute la mode du flat-design : les icônes réalistes étaient magnifiques, bref c’était de l’art. La simplicité des menus, la réduction volontaire du nombre d’options et l’intuitivité des interactions autorisait des icônes plus détaillées sans toutefois provoquer une surcharge cognitive. C’était brillant : le produit était utilisable facilement et joli. Mais ça, c’était avant…

Google maintenant…

Depuis quelques mois, ils sont en train de refaire leur identité visuelle au niveau des icônes. La dernière modification en date : l’icône de Google Fonts :

L’ancien logo de Google Fonts et le nouveau.
Alors certes, l’icône d’avant n’était pas la plus recherchée du monde. Sauf que l’on parle d’une icône destinée à imager les polices de caractères, donc essentiellement des lettres : l’icône était donc certes simpliste, mais reconnaissable, et finalement pas si absurde que ça.

Par contre la nouvelle… Heu…
On va simplement dire que quand je vois l’évolution, je vois à peu près une évolution similaire dans le département des arts graphiques chez Google.

C’est-à-dire que je vois ça :

Ma vision de la nouvelle équipe graphique chez Google : des mioches jouant avec de la peinture et des cubes de couleur.
Ça me rappellerait presque le fiasco graphique du logo Hadopi (qui, je le rappelle, pour sa première version, avait piraté une police d’écriture… un comble)

Tous les produits phares de Google sont désormais concernés :

Les anciennes icônes VS les nouvelles.
Le plus douloureux, à mes yeux, c’est pour l’icône de GMail : certes je n’utilise plus le produit depuis longtemps, mais son logo était l’un des plus réussis et des plus beaux du monde. L’intrication du « M » pour « Mail » (« courrier », en anglais), et de l’enveloppe était déjà brillant. Simple voire évident, mais brillant Ajoutez à ça des contours géométriques calculés et le subtil jeu d’ombre, ça en fait une icône effectivement très réussie.

La nouvelle icône, tracée après 4 coups de pastel sur un papier brouillon par un gamin de 3 ans, se passe de commentaires supplémentaires.

Et je suis loin d’être le seul à être, au mieux, mitigé par ces nouvelles icônes :

En fait, tout peut se résumer avec ce mème :

Nouvelles icônes, ce que google voit VS ce que je vois.

Tout est dit.
Et encore, faut pas être daltonien.

La France, c’est deux salles, deux ambiances.

La première, chez les étudiants :

i
(tweet)

L’autre au Palais :

i
(capture)

Tout ça au moment où la majorité présidentielle vient de rejeter la proposition de loi qui aurait permis aux jeunes dès 18 ans de prétendre à toucher le RSA.

Vous aussi passez une bonne journée :-)

Non, ceci n’est pas un article sponsorisé destiné à vous faire inscrire sur ce site.

En fait, vu que je suis pas mal de créateurs américains qui font sans cesse la promotion de cette plateforme (qu’ils ont eux-mêmes monté), je me suis dit que j’allais essayer. Surtout que c’était pas cher (1 € par mois, soit 12 € par an pour l’offre promotionnelle) et que je suis également excédé par YouTube dans son ensemble (qui est devenue une immonde pompe à fric insupportable à utiliser).

Bref, j’ai essayé Nebula.

C’était l’an dernier, tout début 2020.

Au début le service était jeune et manquait de maturité. Les vidéos étaient là, mais le site n’était pas utilisable, en tout cas pas pour moi : lecteur vidéo pourri, site trop lourd, pas de flux RSS

Du coup, je leur avais envoyé un e-mail avec une liste de suggestions. Ils m’ont répondu et m’ont dit qu’ils allaient regarder tout ça.

Hier, je retente le truc. Un an après, donc.

Concernant la lourdeur de la page

L’image suivante parle d’elle-même :

Nebula temps de chargement.
C’est quoi le souci ?

  • 347 requêtes (dont la moitié renvoient des erreurs).
  • Une page qui pèse 30 Mo, et ça c’est sans la vidéo : c’est juste la page d’accueil.
  • Une minute pour charger la page.

Pour info, la page de YouTube fait 3 Mo et charge en 5 secondes. C’est pas léger, mais c’est supportable.

Sur Nebula, ça charge des images en JPEG non compressés et en maxi format, ça charge 15 fois le même fichier CSS et y a une flopée de requêtes qui renvoient des erreurs.

Dîtes, vous êtes sûrs de savoir coder ?

Concernant le lecteur vidéo

Ça ne pose problème à personne ça :

Le lecteur vidéo de Nebula
Pourquoi tout cet espace vide sur la page ?
Ah et qu’est-ce que j’en ai à foutre de votre application Android ou iOS : je suis sur mon PC !

Ça me prend 15 secondes et 2 lignes de CSS pour obtenir un truc bien :

Nebula modifié.
Voilà ce qu’il faudrait.
C’est pas compliqué à faire, si ?

Ah ben forcément, quand on utilise des iframe de merde dans un code HTML bordélique, c’est sûr que c’est plus compliqué qu’un simple élément video.

Mais bon, si c’est pas sur-réfléchi et ultra-complexifié au maximum, ça n’intéresse personne lors des réunions du comité exécutif, je sais, je sais…

Oh et non, passer en plein écran, non merci. J’ai un écran 4K et ma connexion ne permet pas de regarder en 4K (encore faudrait-il que cette définition soir proposée pour la vidéo, ce qui n’est pas le cas).
Donc je regarde mes vidéos dans la fenêtre du navigateur. Ça ne veut pas dire que j’aime les visionner en miniature non plus : y a un juste milieu.

Ah et merde à la fin : le CSS offre la propriété « resize », c’est pas pour rien. Ça permet de redimensionner un élément de la page à sa guise. Donc faites pas les idiots.

Concernant le flux RSS

Y en a toujours pas.
C’est quand-même dingue.

Conclusion

Je veux bien faire un effort et lâcher quelques pièces pour avoir du contenu de qualité sur une plateforme sans pub.
Mais faut que ça soit viable et utilisable. C’est pas comme si ce que je demande était compliqué !

Mais là c’est juste ridicule. Vous êtes une plateforme web pour regarder des vidéos et suivre des créateurs, vous ne savez même pas faire une page web ni un lecteur vidéo et on peut suivre personne par RSS.

Bref, c’est encore pas avec ça qu’ils vont tuer Youtube.

Et tant que j’y suis avec l’e-mail : va falloir que les sites arrêtent de jouer au con avec.

Beaucoup de sites les utilisent correctement, mais y a aussi un sacré paquet de zozos qui font de la merde.

Je ne parle pas du spam, de la revente de l’adresse à des régies de pubs. Ces comportements sont à chier mais les sites web savent très bien ce qu’ils font.

Il y a aussi des trucs qui ne sont pas forcément malveillants, mais dont le résultat est tout le même.

Premier exemple : Tipeee.
Je n’ai plus de compte chez eux. Pourtant, je reçois encore parfois des e-mails de leur part parce qu’un créateur envoie des e-mails à ceux qui les ont soutenu par le passé, et comme j’étais dedans, je reçois ces e-mail. Oui c’est codé avec les pieds.

Désinscription ? Mon cul. Le compte n’est pas supprimé et les informations associées non plus. La seule chose qui est révoquée, c’est mon droit d’accès au compte, qui lui existe toujours.

Deuxième exemple : KissKissBankBank (un Kickstater français).
Une fois qu’on soutient un projet et que l’auteur du projet publie une mise à jour, on reçoit un e-mail. Ok, pourquoi pas, même si j’aimerais pouvoir désactiver ça.

En pratique, ils n’envoient pas un e-mail avec le message de l’auteur. Ça serait trop pratique. Non : ils t’envoie un e-mail avec un bouton « cliquez là pour lire l’annonce ! ». How about va te faire voir ?

À noter que Kickstarter, lui, donne bien la news entière dans l’e-mail qu’ils envoient.

Troisième exemple : oui.sncf.
Eux j’ai carrément bloqué leur e-mails par l’anti-spam. Il est en effet impossible de se désinscrire : y a pas de lien de désinscription ! Il faut leur envoyer un putain de courrier papier ! C’était pas illégal ça ?

Étrangement, ces trois exemples sont français. Y a vraiment un problème avec les sites français, j’ai l’impression.

Soit ils n’embauchent pas de testeurs d’expérience utilisateur, soit c’est supervisé par un guignol sans connaissances des bonnes pratiques. Mais y a un sérieux problème et c’est chiant.

Et je ne parle pas des e-mails dont l’encodage des caractéres est foireux, dont les liens sont cassés, dont l’en-tête est corrompu… bref, les e-mails jamais testé par l’équipe de stagiaires qui a pondu le bouzin.

J’adore l’e-mail. Et je n’aime pas les papiers.

Sauf que parfois, faut conserver des papiers : factures, relevés, etc.
Que ce soit OVH (mon FAI), Free mon opérateur mobile ou mes factures d’eau, j’enregistre tout, tous les mois, en PDF.

Avant, OVH m’envoyait les factures en PDF par e-mail, en pièce jointe.

Mais ça, c’était avant.

Avant, Free m’envoyait ses factures en PDF par e-mail, en pièce jointe.

Mais ça, c’était avant.

Avant, je recevais mes factures d’eau par PDF aussi.

Mais ça c’était avant.

Maintenant y a des éoliennes. Et ça c’est à vent. Pardon.

Heu… Pour les e-mails : maintenant ils t’envoient tous un message avec un lien.
Faut cliquer sur le lien.
Oops : avant de cliquer, on s’assure que le lien est légitime.
Ensuite, faut cliquer sur le lien.
Faut retrouver ses ID de connexion, puis se connecter sur le site.
Faut trouver le bouton caché pour l’historique des factures.
Faut ouvrir le PDF.
Faut faire fichier > enregistrer une copie et c’est bon, enfin.

Avant, on faisait « enregistrer la pièce jointe ». Et c’était bon.

Ouais je sais, j’ai une vie horrible.

Mais franchement : vous savez m’envoyer un e-mail, l’e-mail supporte les pièces jointes. Pourquoi ne pas envoyer la facture en pièce-jointe par e-mail ?
C’est pas assez « corporate » ?
Ça ne permet pas d’écrire de cookie sur mon PC ?
Ça fausse le nombre de visites sur votre site ?

Vous faites chier, c’est du temps de perdu pour moi. Avant je recevais mes papiers par courrier, je n’étais pas obligé d’aller en agence pour les récupérer !

Même remarque pour les employeurs (qui passent tous par des problèmes comme Coffreo), les marchands en ligne ou autre. Vous avez mon e-mail, donc au lieu de me spammer, servez-vous-en !

PS : oui, je vous conseille de constituer des archives de relevés et autres factures. Le jour où vous changez de FAI, d’opérateur, de banque, et que votre compte est facturé, tous ces fichiers deviennent inaccessibles (quand le site ne décide pas tout simplement d’en rendre l’accès payant — coucou la banque postale, à l’époque)


Je remarque par contre que les e-marchands allemands m’envoient systématiquement les factures en PDF (y compris les marchands chez Amazon).

C’est une obligation légale en Allemagne, c’est ça ? En tout cas c’est une bonne chose.