Einstein-Rosen [Court métrage] - Korben

#17146

Mignon :)

Et pour confirmer : un pont d’Einstein-Rosen est vraiment un truc en science.
C’est plus communément appelé « trou de ver », et c’est massivement utilisé en science-fiction : la porte des étoiles de Stargate, par exemple, c’est un trou de ver.
Il s’agit en fait d’un « court-circuit », un « raccourcis » dans l’espace-temps.

Théoriquement, ce "pont" permet de voyager dans l’espace-temps, et donc aussi bien de traverser la galaxie en 2 secondes, que de faire un bond dans le futur, ou les deux à la fois.

Comme ils le disent dans le mini-film, rien ne suggère en revanche que les objets qui traversent le pont ressortent de façon intacte, et rien ne permet non plus de savoir où (et quand^^) nous mènerait un pont qui nous apparaîtrait soudainement.

Ça n’existe que sur le papier (ça n’a jamais été observé pour l’instant), mais les lois physiques qui décrivent si bien notre univers proposent ces "choses", comme elles ont proposé des trous-noirs, ou des étoiles à neutrons qui ont eux été découvertes après leur proposition.

Enfin, il n’est pas exclu que nous arrivions (nous, Humains) un jour à construire des ponts d’Einstein-Rosen. C’est juste que réussir à tordre l’espace-temps comme ça demanderait une quantité atroce d’énergie, de l’ordre de celle émise par une galaxie entière. Et nous sommes pour le moment infiniment loin d’y arriver, aussi bien sur le plan technique, scientifique, social et intellectuel.

https://korben.info/einstein-rosen-court-metrage.html

La cigarette bientôt interdite dans les films français ? | Public Senat

#16986

Ouais c’est vrai ça : dans les films ils se droguent (Las Vegas Parano), tabassent des gens (les Marvel, etc.), roulent comme des malades (pratiquement tous les films), ou font d’autres trucs plutôt interdits, mais ça va, puisqu’ils ne pourront plus fumer.

Oui, je suis 100 % contre la cigarette : ça vous tue, ça tue votre entourage et quand vous crèveraient en agonisant dans un lit d’hôpital ça traumatisera vos enfants, vos parents, votre famille et vos proches qui n’auront comme dernier souvenir terrestre de vous que cette image de vous crachant vos poumons dans un bain de sang. Mais à part ça, faites ce que vous voulez (assumez, c’est tout).

De là à interdire ça dans les films : pourquoi ? pourquoi ça en particulier ?

– Si c’est le fait de d’exposer les enfants à ça, mettez un âge limite sur le film (comme pour le reste).
– Si c’est parce que les enfants sont influençables, utilisez ça pour leur apprendre et leur montrer pourquoi, comment et en quoi c’est toxique.
– Si c’est le problème de la santé qui gêne, interdisez cette drogue (de même que l’alcool, qui est de la loin la plus nocive pour une société saine).

Mais tout ça n’est pas viable économiquement : un âge limite sur les films, ça fait moins de fric pour l’industrie. Et interdire les produits qui tuent non plus, car c’est très fortement taxé.

On en arrive à vouloir une loi pour faire en sorte que l’art cinématographique ne reflète plus du tout la société, dont on a honte, plutôt que de corriger à la base cette société, simplement parce que ça provoquera des problèmes économiques.

(Ah oui, et entre temps ce pays va légaliser le vio… placer la « majorité sexuelle » à 13 ans. Là aussi c’est parce que la justice (en ruine…) a du mal à condamner tous les malades, mais que vous devez tout de même sortir des chiffres encourageants concernant la baisse des agressions sexuelles en France ?)

https://www.publicsenat.fr/article/politique/la-cigarette-bientot-interdite-dans-les-films-francais-79811

Note : La science dans Ant-Man

#16948

J’ai toujours respecté le côté « fiction » de « science-fiction ».
Je considère que si l’on pose correctement ses prémisses et qu’on manipule notre univers fictif de façon cohérente, il n’y absolument aucun problème.

Dans Ant-Man, il s’agit d’une combinaison spéciale qui permet à un humain de se rétrécir jusqu’à la taille d’un insecte (voire plus). Dans le films ils disent qu’ils font ça en réduisant l’espace entre les atomes.

Ceci n’est pas irréaliste du tout.

Ainsi, pour parvenir à faire fusionner de l’hydrogène, il faut approcher deux noyaux d’hydrogène de façon très importantes : dans un tokamak (accélérateur de particules dédié à la fusion nucléaire), on réalise ce rapprochement entre deux noyaux en chauffant la matière et en comptant uniquement sur la température (ie : la vitesse des atomes) pour provoquer une collision suffisamment violente pour fusionner les noyaux d’hydrogène. Bref.

Mais on peut aussi faire autrement : comme créer une molécule de dihydrogène plus petite que la normale.
On fait ça en créant des atomes exotiques, en l’occurrence ici de l’hydrogène muonique, où l’électron est remplacé par un muon (particule de même charge que de masse bien plus élevée que l’électron). La masse du muon étant plus grande, il orbite plus près du noyau et l’orbitale muonique de la molécule tout entière est également plus petite. Du coup, les deux noyaux d’hydrogène sont plus rapprochés et la fusion nécessite des températures bien moins hautes. On parle alors de « fusion froide ».

Cependant, appliquer ça à un être humain, ou même à n’importe quel échantillon de matière solide, ce n’est pas trop possible : dans un solide, l’espace entre les atomes est déjà minimal et comprimer le tout est impossible sans provoquer un effondrement de la matière similaire à ce qu’on observe dans une étoile à neutrons : les protons et les électrons y sont tellement comprimés qu’ils « fusionnent » pour former des neutrons. L’étoile à neutron est hyper-dense (dans le sens : 1 cm3 de matière d’étoile à neutron est aussi massif que l’Himalaya).
Ceci est purement de la fiction, donc et je passerai sur ça ^^.

Dans le film Ant-Man, il y a alors juste deux choses qui ont fait titiller mon science-o-mètre.

La première, c’est tout à la fin : quand Ant-Man se rétréci de façon infinie. Il est dit que s’il fait ça, il va se rétrécir pour l’éternité.
Si en soi ce n’est pas impossible de rétrécir pour toujours, on pense par contre qu’il n’est pas possible de rétrécir indéfiniment. L’univers et la structure de l’espace-temps elle-même ne peut en effet pas être divisible infiniment.

Il existerait une longueur minimale pour les « objets » : cette longueur serait la distance de Planck (de 1,6 × 10^−35 mètres).
La même chose existe pour le temps : la durée minimale d’un événement dans l’univers serait la durée de Planck (de 5,3 × 10^−44 secondes).
Si Ant-Man rétréci pour toujours, alors ça se fera donc de façon asymptotique, mais sa taille ne pourra pas passer en deçà de la longueur de Planck.

La seconde chose étonnante, c’est justement quand il est tout petit. Ce qu’on aperçoit quand il rétrécit est de la fiction : on voit la cellule, ok, l’atome, bien. Puis les particules sub-atomiques, ok ok, et après… Après on ne sait pas trop ce qu’on voit. Au delà du proton/neutron puis des quarks, on ne sait pas ce qu’il y a ni s’il y a quelque chose.
Comme dans le film Interstellar où l’on aperçoit ce qui est censé représenter ce qui se trouve dans un trou-noir, ici ce sont juste des images de synthèse sans réelle valeur scientifique.

Mais ce n’est pas ce qui me « bugue ».

Le truc c’est que Ant-Man entend alors le cri de sa fille (qui se trouve dans la pièce et qui se demande où il est passé, vu qu’il se met à rétrécir d’un coup sans réapparaître).

Je tenais juste à dire que si on était plus petit qu’un atome, alors le son n’a pas de réalité : vu que ce sont les atomes qui transmettent le son de proche en proche, si on est dans un atome, alors on ne peut pas capter le son.

C’est comme être dans une voiture, un train ou un avion : si il n’y a pas de fenêtres, alors il est impossible d’avoir une notion de la vitesse. Qu’on roule à 100 km/h ou 10 km/h ou même 0 km/h, alors on ne sent rien du tout. La vitesse n’est pas perceptible dans ces cas là, seule l’accélération l’est.

Pour Ant-Man qui se trouve dans un atome, s’il vibre avec l’atome, alors il ne peut pas savoir que l’atome vibre et donc qu’il y a du son qui se propage quelque part.
Il ne pourrait donc pas, normalement, entendre la voix de sa fille.

Voilà, c’est tout pour moi :D

#LaScienceDesFilms

Thor: Ragnarok " What Heroes Do " ( Mark Mothersbaugh ) - YouTube

#16940

Le choix de cette musique techno/épique (proche de ce que fait Daft Punk) semble étonnant pour un film sur Thor, mais ça passe super bien j’ai trouvé.

(super film, au passage, largement mieux que les deux autres Thor, j’ai trouvé)

(Par contre, la pub de Youtube pour "DC - Justice League" juste avant, ça m’a fait rire xD)

Note : Magneto et les balles de plomb

#15974

Il y a un truc qui revient parfois chez moi, c’est le fait de penser à la physique des super-héros. J’avais déjà parlé d’IronMan, mais ce n’est pas super-héros car il n’a pas de super-pouvoirs, c’est juste un gars très riche avec des idées et un peu de technologie. Sa technologie, on est en voie de l’avoir sauf sur un seul point : voir ici.

Aujourd’hui j’ai repensé à Magneto, dans les X-Men, qui maîtrise la force des aimants et qui arrive donc à déplacer les objets métalliques à sa guise.

Notez que j’ai dit « métalliques » et non « ferreux », ce qui devrait vous tilter.

Il y a pourtant un moyen assez simple pour arrêter les balles de fusil (en plomb, cuivre ou autre métal non magnétique) avec la maîtrise de champs magnétiques : il suffit de modifier le champ magnétique localement de façon très rapide, afin de créer un champ magnétique variable.
À ce moment là, il y aura un courant induit dans la balle de plomb, et ce courant va produire à son tour un champ magnétique opposé au premier, et va donc ralentir la balle de fusil, jusqu’à finir par l’arrêter (plus ou moins rapidement, en fonction de l’intensité des variations de champ magnétique créées par Magneto).

Et là, n’importe quel conducteur suffit : pas besoin que l’objet soit en fer ou en nickel, le plomb, l’aluminium, le cuivre… tous les métaux fonctionnent.

Si vous avez des plaques à induction chez vous, essayez : mettez une casserole sur le plaque, soulevez là par la poignée de quelques millimètres et maintenez-la au dessus de la plaque. Allumez maintenant la plaque et vous sentez la casserole devenir plus légère : le champ magnétique produit par la casserole en réaction au champ magnétique de la plaque s’oppose à ce dernier et fait que la casserole est repoussée légèrement par la plaque.

Si on utilise un courant électrique très fort dans la plaque, alors on aurait un rail-gun et la casserole serait éjectée super rapidement en l’air. C’est ce qu’on obtient ici.

Maintenant, si Magneto contrôle le champ magnétique près de lui, il peut déplacer les objets métalliques comme il veut : pour soulever un clou, il suffit d’intensifier et faire varier le champ magnétique dans la région située directement sous le clou, et ce dernier pourra léviter, comme la plaque d’alu ici.

Bref, ceci pour préciser que si si, Magneto peut arrêter les balles de plomb avec son pouvoir. Pas besoin que les balles soient en acier.

Demain, si vous êtes sage, on verra comment créer une coque de smartphone en vibranium =).

The Stanford Prison Experiment — Wikipédia

#15510

Un film à propos de l’Expérience de Stanford.

« L’expérience de Stanford (effet Lucifer) est une étude de psychologie expérimentale […] sur les effets de la situation carcérale. Elle fut réalisée avec des étudiants qui jouaient des rôles de gardiens et de prisonniers. Les 18 sujets avaient été sélectionnés pour leur stabilité et leur maturité, et leurs rôles respectifs de gardiens ou de prisonniers leur avaient été assignés ostensiblement aléatoirement. […]

Elle visait à étudier le comportement de personnes ordinaires dans un tel contexte et eut pour effet de montrer que c'était la situation plutôt que la personnalité des participants qui était à l'origine de comportements parfois à l'opposé des valeurs professées par les participants avant le début de l'étude.


[…] L'une des conclusions de l'étude est qu'un tiers des gardiens fit preuve de comportements sadiques, tandis que de nombreux prisonniers furent traumatisés émotionnellement, deux d'entre eux ayant même dû être retirés de l'expérience avant la fin. »



Comme c’est dit dans le film à propos d’un des prisonniers qui a craqué et un gardien excessivement violent « la seule différence entre ces deux sujets, c’est une pièce qu’on tire à pile ou face ».

Je pense que ça montre aussi que les gens deviennent tarés quand on leur donne un certain pouvoir.
Une des personnes qui aidait à superviser l’expérience était un ancien prisonnier. Ici, il jouait le rôle d’un des responsables de la prison. Dans le film, il déclare que lors d’une audience « ici, j’ai essayé de jouer le rôle des gardiens tel que je l’ai vécu. J’ai joué un personnage que j’ai profondément détesté toute ma vie [depuis la prison]. Et là, j’ai adorée [ce rôle] ».


Et du coup, je ne peux m’empêcher de mettre tout ça en parallèle avec toutes les violences de la police qu’on voit actuellement : coup de matraques, arrestations musclées, grenades dans la tronche, personnes frappées à terre ou traînées sur le sol. Le fait que les flics interdisent les citoyens de filmer, leur oblige à effacer les images prises sous peine de menaces, n’est pas un hasard non plus.

Si on en croit l’expérience et ses résultats, ce n’est pas la personnalité qui fait ça. C’est l’uniforme. Et ça, c’est terrifiant.

https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Stanford_Prison_Experiment

Pourquoi les comédies françaises C'EST DE LA MERDE (Un Homme à la Hauteur) - YouTube

#15491

Ce qu’il dit n’est pas faux, mais c’est comme reprocher à l’eau de mouiller alors qu’on a payé son ticket pour aller à la piscine.

La comédie et l’humour en général son basée sur la caricature et les stéréotypes. Après c’est mieux de rire avec les gens que des gens, c’est vrai, mais on ne peut pas rire avec tout le monde : tout le monde est différent et tout le monde a un sens de l’humour différent. Il y en aura toujours qui trouveront certaines choses pas drôles du tout, déplacés ou même offensant.

Dans ce cas, c’est simplement qu’un tel film ou livre ou autre support n’est pas fait pour vous, c’est tout. Et ce n’est pas grave non plus, mais ce n’est pas une raison de faire la morale à tout le monde. Car c’est bien ça qui est à l’origine d’une société édulcorée où la moindre chose vous fait passer le pire des humains.
Est-ce qu’on a reproché par exemple, à De Funès de stigmatiser les flics il y a 40 ans ? J’en doute (mais je peux avoir tort). Est-ce qu’on lui reprocherait si ses films seraient sortis aujourd’hui ? En particulier celui où ils vont à New York ? Je suis quasiment sûr que oui.

Aussi, cet effet "bible-dans-le-cul" dans la culture audio-visuelle (films, séries) me semble effectivement bien plus prononcée en France qu’ailleurs, notamment aux USA.
Quand il dit qu’il n’y a pas d’acteurs français qui soient petits ou noirs, déjà c’est faux, il y en a quelque uns, et ensuite aux USA il y en a plein et non des moindres : Morgan Freeman, Samuel L. Jackson, Will Smith, Eddy Murphy, Jamie Foxx…

Et si on trouve beaucoup moins de "personnes de petite taille" que d’autres gens, c’est peut-être aussi (je dis ça comme ça, hein, simple hypothèse) parce qu’ils y en a moins dans la société que des personnes de taille moyenne.

C’est pour ça qu’on finit par avoir des œuvres qui ont systématiquement un noir, un chinois, un juif, un arabe, un mexicain, un petit, un grand, un gros, un roux, et la même chose du côté des femmes qui ne sont plus du tout représentatives de la société de laquelle le film est issue ni de la société à qui il est destiné.
Et dans ces cas là, forcément, une de ces personnes se retrouvera forcément dans le personnage "ridicule-de-service" et le film se fera incendier.

Et je ne parle pas des cas où un acteur non-blanc-mâle-cis-hétéro-valide a été choisis dans un casting, et qui fini par être rejeté par tout le monde parce qu’il a un jour dans sa vie eu la mauvaise idée de faire quelque chose de mal et qui l’a stigmatisé, à vie. Ce qui à la fini par avoir l’effet inverse de celui voulu : plus aucun acteur non-blanc-mâle-cis-hétéro-valide ne sort des écoles, ayant peur de passer pour acteur qu’on ne choisira que pour remplir les quotas et qui sera systématiquement épié par la presse et les anti-tout en vu de le descendre à la moindre connerie qu’il aura faite (ce qui contribue comme il dit à entretenir le cercle vicieux qu’il veut briser).

(pour finir : non je n’ai pas vu le film qu’il prend en exemple pour généraliser sur le cinéma français, et je ne le verrais probablement jamais non plus car j’aime pas les comédies françaises en général…)

Le Terminal — Wikipédia

#15410

Tiens, un nouvel exercice : résumer un film en moins de 140 caractères.

Voici ce que je retiens du film Le Terminal, avec Tom Hanks :

« L’humanité et la compassion vous propulseront souvent plus haut que la logique ou la rigidité de la loi. »