Note

#11905

(ce qui suit est un de mes vagabondages de cerveau sur des questions existentielles… )


Si la masse inerte d’un objet (correspondant au coefficient de résistance à l’accélération) dépend du champ de Higgs, qui lui donne son « illusion » de masse à la matière, la masse gravitationnelle n’est pas encore expliquée.
Les deux masses (inerte & gravitationnelle) sont en pratique égales. C’est là le principe d’équivalence faible, vérifié de façon empirique, mais jamais démontré ni expliqué.


Pour moi, la masse inertielle n’est qu’une manifestation de la masse grave au cours du temps.
La masse grave existe et se ressent tout le temps : la déformation de l’espace-temps responsable de l’attraction gravitationnelle est tout le temps là , alors que la masse inertielle ne se ressent que lorsqu’on commence à essayer d’accélérer quelque chose.

Ainsi, deux cartons opaques, remplis respectivement de plombs et de plumes ont une masse grave bien définie et bien détectable même sans toucher le carton (juste en ressentant son attraction), alors que la masse inertielle ne se manifeste que si l’on essaye de bouger les cartons.

Or, essayer de bouger un carton implique une force, et donc une accélération. L’accélération implique le passage du temps et de l’espace (c’est une variation temporelle d’une vitesse [possiblement nulle] au cours du temps).

Le temps lui-même est affecté (selon la R-Générale) par la présence d’un champ gravitationnel, et donc d’une masse gravitationnelle.


Si je résume, une masse gravitationnelle influe sur la relativité de l’écoulement du temps, entre son voisinage et un endroit plus éloigné : cette différence de l’écoulement du temps est pour moi absolue : l’écoulement en lui-même non, mais l’existence d’une différence oui, et prouve que le temps existe).
La conséquence c’est que la masse inerte est également affectée par ça : elle ne se manifeste qu’en présence d’une dimension temporelle.

Il doit donc y exister une relation impliquant directement le temps entre la masse grave et la masse inerte, non ?

http://lehollandaisvolant.net/?mode=links&id=20150311200854

#commentaire 13 : Exemples de vitesses supraluminiques - Couleur science

#7625

Intéressant commentaire sur le déplacement de l’ombre, plus vite que la lumière. Sauf que non : l’ombre n’est rien du tout, l’ombre qui se déplace ne représente pas de déplacement de matière.

Quelques exemples :

→ C’est comme le front d’avancement de la chute des dominos : les dominos n’avancent pas, même si le front, lui, progresse.

→ Avec un laser, n’importe qui peut « tracer un trait » sur la Lune. Si on met 1 ms pour tracer ce trait, alors on traverse la lune avec le point à une vitesse de 13 fois celle de la lumière.

→ Une flèche se déplaçant sur un écran : la flèche se déplace, pas les pixels…

→ Le point de croisement des deux lames d’une paire de ciseaux : les lames se rapprochent à une certaine vitesse, mais le point de croisement des deux lames se déplace beaucoup plus vite, et dans une autre direction.

#brainfuck

http://couleur-science.eu/index.php?d=2013/10/19/15/00/42-#id5ca8d9