The Magnetic Field Is Shifting. The Poles May Flip. This Could Get Bad.

#17180

Tout comme ceux qui se demandent où est le réchauffement climatique quand il fait 2 degrés dehors, il y a ceux qui ont peur que le monde s’effondrera du jour au lendemain à cause des pôles.

En réalité, cette inversion de pôles a lieu environ tous les millions d’années (basé sur l’historique des 200 dernières millions d’années — et non pas les observations sur 15 minutes d’une boussole d’un kéké chez putaclic-tv) et se passe sur une durée de 10 à 100 siècles. Ce n’est donc pas tellement du jour au lendemain.

Et puis de toute manière, y a rien à faire. Déjà parce nous n’en sommes pas responsables, contrairement au réchauffement du climat, et ensuite parce qu’en ce qui concerne les actions de l’humain sur la nature, si on ne fait rien (de vraiment concret, j’entends, donc comme maintenant) c’est ça qui va nous tuer bien avant que l’intensité du champ magnétique ait assez baissé pour que ça nous fasse quoi que ce soit.

Stephen Hawking: I'll pay to send climate change deniers to Venus - CNET

#17130

Owiiiiiiiiiiiiii !

the pressure on Venus is around 90 times that of Earth. "Enough to crush a submarine," he said. The temperature? A balmy 200 degrees-ish.

This is what happens, he said, when greenhouse gases are out of control. And this, he fears, is what will happen to our own planet.

https://www.cnet.com/news/stephen-hawking-ill-pay-for-climate-deniers-to-fly-to-venus/

La matière noire et l’énergie noire remises en question - Communiqués de presse - UNIGE

#17015

Ces deux choses (matière noire et énergie noire) sont des entités dont on n’a aucune idée de la nature mais qui sont les noms de ce qui explique les "anomalies" observées dans l’univers.

Ici, un chercheur a remarqué que les équations de la relativité pouvaient en fait déjà expliquer des anomalies sans recourir à la matière noire ou l’énergie noire.

On retrouve ici ce qu’on avait jadis pour l’hypothèse de l’Éther : une substance très précise qui expliquait tout un tas de choses et dont les effets étaient là, mais qu’on n’avait jamais observé directement. Il a fallu Einstein pour dire que si c’était indétectable, c’est que ça n’existait pas : https://lehollandaisvolant.net/?d=2011/10/25/19/01/16-un-mot-sur-lether

Marco Sokolov sur Twitter : "Mon fils de 7 ans qui me demande si la neuvième planète existe vraiment et pourquoi on peut pas l'observer...Alors heu..."

#16863

Je te réponds ici pour avoir un peu de place~

L’hypothèse d’une 9e planète est née de l’observation de perturbations dans l’orbite de Neptune (la dernière des 8 planètes).
Neptune agit parfois étrangement : elle ne se trouve pas totalement où elle devrait être.

Du coup, on pense qu’il y a une autre planète qui agit sur elle au moyen de l’attraction gravitationnelle.

À une époque, on a découvert Pluton et on pensait que c’était lui qui faisait ça, mais Pluton est trop petit pour ça.

L’hypothèse d’une neuvième planète refait donc surface.

Elle est difficile à observer pour deux raisons :
– premièrement, elle est super éloignée de nous. En fait, Neptune et même Uranus ne sont pas non plus visibles à l’œil nu (les autres planètes le sont et ces jours-ci on voit même très bien la planète Vénus, juste avant le lever du Soleil, du côté du soleil-levant : l’étoile très brillant qu’on voit, c’est Vénus — et juste au dessus, la toute petite étoile rougeâtre, c’est Mars).

– secondement, on n’a encore jamais observé cette 9e planète. La chercher en ne connaissant que l’effet qu’elle a sur Neptune, c’est donc comme si tu recevait une boulette de papier sur la tête quant t’es au milieu d’une foule de gens : tu te retournes pour trouver le coupable, mais c’est difficile de savoir quelle personne a fait ça. Au mieux, tu sais approximativement d’où ça vient, mais pour être plus précis, il te faut plus de données.
Pour les mêmes raisons, en observant attentivement Neptune, on peut délimiter une région dans le ciel, mais c’est tout. Il faut ensuite scruter soigneusement cette région du ciel avec nos plus gros télescopes (et à ce niveau, même le téléscope spatial Hubble a du mal…).

Pour info, au XVIIIe siècle, les astronomes ont regardé la planète Uranus, et ont découvert que sa trajectoire était bizarre aussi.

Les physiciens Urbain Le Verrier et John Adams ont entreprit les calculs pour trouver l’origine de ces perturbations.
Quand ils finirent, une région du ciel a pu être délimitée. Johann Galle, un autre astronome, a alors pointé son téléscope dans cette région et y a trouvé une nouvelle planète : il venait alors de découvrir Neptune, inconnue jusqu’alors.

Gravitational “Anomalies” Caused by Shapiro Delayed Traveling Energy Quanta Around Galactic and Cosmic Scale Structures | ENERGY FELT HYPOTHESIS

#16830

Une nouvelle hypothèse pour la matière noire : les RAMEN (Relativistically Accumulated Mass Equivalent Mechanism) ?

L’espace-temps n’est pas déformé à cause de la présence de masse, mais à cause de la présence d’énergie. La masse est une forme d’énergie, mais du coup ça implique que la déformation de l’espace-temps peut également être causée par la lumière. Et c’est de ça qu’ils parlent ici.

La lumière qui se propage (en grande quantité) applique à l’espace temps une déformation due à l’équivalence « lumière (ou énergie) <> masse ».
Il disent là que ça pourrait être une explication pour la matière noire (dont on n’a, aujourd’hui, toujours pas la moindre idée de ce que ça peut-être : on voit juste ce que ça fait à nos galaxies…).

Autrement, de la lumière qui agit comme de la masse à cause de l’équivalence entre les deux (ie : E=mc²) permet certaines choses.
Une très (très très) grande concentration de masse forme un trou noir. Une concentration de lumière encore plus grande (d’un facteur c², en fait, donc c’est 10^18 fois plus grand :p) peut également former un trou noir. Dans ce cas, c’est un trou noir de lumière : un kugelblitz (et je trouve ce concept aussi étonnant qu’original : suffisamment concentrer de la lumière pour former l’objet cosmologique le plus sombre qui existe, c’est quand-même fort…)

https://gregoriobaquero.wordpress.com/2017/08/23/gravitational-anomalies-caused-by-shapiro-delayed-traveling-energy-quanta-around-galactic-and-cosmic-scale-structures/

xkcd: Eclipse Science

#16705

Je suis plutôt d’accord : une éclipse c’est magnifique, mais scientifiquement ce n’est rien du tout. Ce n’est même pas vraiment rare.

Il y a plus de science dans le fonctionnement d’un violon, l’apparition d’un arc-en-ciel, ou dans un simple verre d’eau.

Un verre d’eau, c’est une collection d’atomes dont les 2/3 sont nés 4 minutes après le Big-bang et le 1/3 restant provient du cœur de l’étoile aujourd’hui disparue qui a également concocté les atomes constituant nos propres cellules. Pourtant ça ne fait pas souvent la une de tous les journaux durant des mois.

La Nasa va tester son système de défense contre un astéroïde qui va frôler la Terre - Sciences - Numerama

#16637

La Nasa insiste sur le fait que l’astéroïde n’a aucun risque de percuter la Terre et c’est justement l’occasion pour l’agence de tester son système de défense sur l’astéroïde.

Une occasion parfaite pour tester un système en phase alpha qui risque — au pire – d’envoyer le rocher droit sur nous.

Au pire ça raserait une ville comme Paris ou Londres, ou alors provoquera un tsunami sur toute la côte atlantique de la France. Rien de bien grave.

Je plaisante~
Plus sérieusement, c’est bien qu’ils se mettent à y penser tant qu’on le peut encore.

Peut-être que dans un an on découvre un astéroïde géocroiseur qu’il faudra dévier pour sauver un continent.

(Non je ne pense pas exagérer les dégâts.
Le rocher est peut-être de seulement ~20 mètres, mais un impact produit par ça, c’est équivalent à 10 bombes d’Hiroshima.
L’astéroïde de Tchéliabinsk dont parle l’article, s’est désintégré en altitude (à 20 000 mètres, donc 2,5 fois plus haut que les avions de ligne) et avait une trajectoire très inclinée. Les dégâts et les 1 000 blessés ne sont la conséquences d’aucun impact, juste ceux du mur du son, donc le seul bruit de l’engin entrant en collision avec de l’air raréfié…)

http://www.numerama.com/sciences/279853-la-nasa-va-tester-son-systeme-de-defense-contre-un-asteroide-qui-va-froler-la-terre.html