End of Space – Creating a Prison for Humanity - YouTube

#18005

C’est le syndrome de Kessler~

Une réaction en chaîne où les débris spatiaux actuels tapent dans les satellites et formes d’autres débris, qui vont à leur tour détruire des satellites, et ainsi de suite.

À final, on se retrouve avec des centaines de millions de débris.

Et un débris, même de la taille d’un petit poids, à cause de sa vitesse de ~30 000 km/h, possède 100 à 1 000 fois l’énergie d’une balle de fusil…

Dit autrement, si les débris actuels ne sont pas nettoyés d’une façon ou d’une autre, pour envoyer quoi que ce soit dans l’espace, il faudra d’abord traverser un nuage de balles de fusils en plus rapide.

Ceci pourrait effectivement empêcher tout programme spatial durant des siècles…

Bref, l’humanité a détruit non seulement la planète avec du CO2 sorti d’un désert volé par la guerre, mais a également pourri tout le ciel et avec lui tout espoir de quitter ce monde. Bonne semaine à vous tous :).

PS : il dans les diverses théories qui visent à savoir pourquoi la galaxie n’est pas peuplée d’inombrables civilisations, il y a celle des « grands filtres ». En gros, des phénomènes qui empêchent une civilisation d’arriver à se former et à coloniser la galaxie.
Parmi ces filtres il y a :
– la fin de l’étoile avant l’apparition de la vie (nous on a de la chance : on a une étoile avec une longue vie)
– une planète trop soumise aux astéroïdes (nous on a de la chance : Jupiter protège tout le système solaire interne)
– un système solaire trop proche de supernovas (nous on a de la chance : on est à 3/5 du centre de la galaxie, l’endroit le plus dangereux)
Mais il y a aussi :
– des êtres vivants sans capacité intellectuelle (nous on a de la chance : on sait faire des choses)
– des êtres vivants sans compassion qui se seront entre-tués avant d’avoir réussis à coloniser d’autres planètes (ça c’est presque nous !)
– des êtres vivants qui auront épuisé toute les ressources qui lui sont nécessaires (c’est nous aussi)
– des êtres vivants qui se seront emprisonnés sur leur planète (c’est l’objet de ce lien).

Bref, on a eu de la chance, mais les « grands » de ce monde s’en tapent, ne la voient pas, et condamnent le fruit de 1,3 milliards d’années d’évolution à mourir sur un grain de poussière bleu pâle appelé « Terre ».

Ça se passe là haut...: Un blazar à l'origine de neutrinos et de rayons gamma ultra-énergétiques

#17909

10^20 électron-volt c’est environ autant d’énergie qu’une balle de tennis frappée par un bon joueur.

… sauf que la balle de tennis a de l’ordre d’un millions de milliards de milliards de particules, alors qu’ici on parle de cette énergie dans une seule particule.

… dit autrement, si on change d’échelle, c’est comme si on avait une balle de tennis avec l’énergie cinétique de la Lune (imaginez une balle de tennis aller tellement vite que son impact avec le sol serait la même si la Lune s’écrasait sur Terre, détruisant au passage toute notre planète).

Ces particules (dont la « oh my god particle » fait partie) sont d’origine inconnue, mais cet article présente le résultat de recherches qui semble avoir trouvé une piste : des particules accélérés autour de trous noirs, à tel point que leurs collisions produit des neutrinos à ultra-haute énergie.

Ce qui est étonnant, c’est que je découvre cet article aujourd’hui dans mes flux RSS, alors qu’il y a deux jours j’ai écrit tout un paragraphe pour un prochain article sur CS : « les objets les plus étranges de l’univers », où je parle de ces zetta-particules et de plein d’autres choses qui m’ont moi-même décoiffés.

http://www.ca-se-passe-la-haut.fr/2018/11/un-blazar-lorigine-de-neutrinos-et-de.html

Oubliez Mars : voici pourquoi l'atmosphère de Venus serait bien plus accueillante - Sciences - Numerama

#17844

la haute atmosphère de Venus est le lieu le plus semblable à la Terre dans le système solaire

Oui, et si on continue comme ça sur Terre, bientôt ce sera la Terre qui sera le lieu le plus semblable à Vénus (460 °C et 80 bar de pression atmopshérique de CO2) !

https://www.numerama.com/sciences/432220-oubliez-mars-voici-pourquoi-latmosphere-de-venus-serait-bien-plus-accueillante.html

Earth and Venus Orbiting the Sun | Rebrn.com

#17767

Comme je disais sur Twitter ce matin : la science est une source infinie d’étonnements et de beauté.

La figure qui apparaît ici est obtenue en traçant, à intervalle réguliers la droite « terre-vénus ».

Quand on observe une figure régulière comme ça, c’est que les deux astres sont en résonances orbitale.

Pour faire court : les deux astres sont sur des orbites différentes, et par conséquent, ont des périodes de rotation différente. À un moment, forcément, les deux planètes au plus proche l’une de l’autre, et à un autre moment, ils sont au plus loin.

Quand ils sont au plus proche, les deux planètes s’attirent mutuellement : ils sont donc très légèrement déviés de leur orbite normale.
Les planètes reprennent leur position normale quand les planètes s’éloignent l’une de l’autre. Une planète oscille donc sur son orbite.

Si l’alternance « planètes proche / planète loin » est identique à l’oscillation de la planète sur son orbite, alors les deux oscillations entrent en résonance. Cela se traduit ce qu’on voit sur l’image.

Dans le cas de la Terre et de Vénus, il y a une résonance 13:8. Vénus fait exactement 13 révolutions, quand la Terre en fait 8. Ce nombre paraît aléatoire, mais ici le rapport 13/8 est un nombre rationnel. Il aurait pu être irrationnel, et dans ce cas, aucune figure ne serait apparue.

Beaucoup de cas de résonances existent dans notre système Solaire, et pas seulement des planètes : des Lunes et des astéroïdes aussi.

Dans le cas de Jupiter, les lunes Io, Ganymède et Europe sont en résonance 1:2:4 (ĵe ne sais plus dans quel ordre, par contre).
Également à cause de Jupiter, on observe que la ceinture d’astéroïde présente des « bandes interdites » : quelques orbites sans aucune astéroïde. En fait, la déviation de l’astéroïde fut si forte que qu’il a été éjecté de son orbite.
La ceinture d’astéroïde s’étend sur plusieurs UA entre Mars et Jupiter. Et il existe des zones où l’on ne trouvera pas de rochers : ils ont tous été éjectés par la géante gazeuse. Ces zones vides sont appelées « Lacunes de Kirkwood ».

Cette page liste plein de figures comme ça : http://www.keplerstern.com/signature-of-the-celestial-spheres/play-of-movements/
Le nom en allemand « Keplerstern » se traduit par « étoiles de Kepler », et je trouve ça très poétique.

J’ai regardé MARS, la série : c’est compliqué – JCFrogBlog4

#17394

Résumer cette docu à Elon Musk c’est un peu con. Il n’apparaît que dans le ou les premiers épisodes. La suite est un peu plus intrigante et soulève un bon nombre de *vrais* problèmes, ceux qui nous ralentissent actuellement et pour de vrai pour faire des missions habitées vers Mars.

Comme tu dis justement, parler de Mars dans parler de Musk, c’est comme parler de l’informatique personnelle sans parler de Gates ou de Jobs. On peut, mais ça serait encore plus orienté que si Apple lui-même faisait un docu sur sa propre histoire.

Enfin, je ne comprend pas : d’un côté t’as les gens qui veulent pas que l’État investisse dans l’espace sous prétexte que l’argent public doit être dépensé pour des choses « plus importantes » (soi-disant), de l’autre, quand les États ne dépensent plus dans l’espace et disent « ok, dans ce cas on laisse l’espace aux entreprises privées », ça ne va pas non plus.

Il faudrait faire quoi ? Ne rien faire ? Croupir sur ce rocher spatial en attendant de ne plus avoir de ressources du tout et brûler dans notre propre CO2 ?

Nan.

Je doute que la première fois qu’un Cro-Magnon soit sorti de sa caverne pour « aller plus loin », il ait soumis cette expédition à un vote. Il a plutôt pris son courage à deux mains et il y est allé de son propre chef.

Ici c’est pareil : les États ont mieux à faire que du commerce de ressources planétaires ou de tourisme spatial. Ce n’est pas leur rôle (à moins d’être dans un état communiste).

Perso j’ai pas les moyens de lancer une fusée vers une autre planète. Est-ce une raison d’interdire aux autre, ceux qui ont les moyens, de construire et lancer cette fusée ?

Juste parce que je n’ai pas la thune d’acheter une tondeuse électrique, je devrais demander à mon voisin de ne pas tondre sa pelouse non plus ?

Et concernant l’argument de garder l’espace un bien publique… J’espère que vous rigolez. On n’est déjà pas capable de maintenir la Terre public : on sort les armes ou appelle les flics dès que quelqu’un met un pied dans notre « propriété ». Bien public, hein ?

Je pense qu’on a largement prouvé qu’on était trop con pour vivre en paix sur Terre pour espérer vivre en paix dans l’espace (où l’on n’est, soit dit en passant, incapable d’aller). S’il y avait une guerre à faire à propos d’un astéroïde, on la ferait… Suffirait qu’il y ait des pétrole et on leur enverrait nos armées pour redonner sa liberté et sa démocratie à ce rocher cosmique (oui pardon, elle était facile^^).

M’enfin, j’en ai déjà parlé, je sais, je me répète.

The Magnetic Field Is Shifting. The Poles May Flip. This Could Get Bad.

#17180

Tout comme ceux qui se demandent où est le réchauffement climatique quand il fait 2 degrés dehors, il y a ceux qui ont peur que le monde s’effondrera du jour au lendemain à cause des pôles.

En réalité, cette inversion de pôles a lieu environ tous les millions d’années (basé sur l’historique des 200 dernières millions d’années — et non pas les observations sur 15 minutes d’une boussole d’un kéké chez putaclic-tv) et se passe sur une durée de 10 à 100 siècles. Ce n’est donc pas tellement du jour au lendemain.

Et puis de toute manière, y a rien à faire. Déjà parce nous n’en sommes pas responsables, contrairement au réchauffement du climat, et ensuite parce qu’en ce qui concerne les actions de l’humain sur la nature, si on ne fait rien (de vraiment concret, j’entends, donc comme maintenant) c’est ça qui va nous tuer bien avant que l’intensité du champ magnétique ait assez baissé pour que ça nous fasse quoi que ce soit.

Stephen Hawking: I'll pay to send climate change deniers to Venus - CNET

#17130

Owiiiiiiiiiiiiii !

the pressure on Venus is around 90 times that of Earth. "Enough to crush a submarine," he said. The temperature? A balmy 200 degrees-ish.

This is what happens, he said, when greenhouse gases are out of control. And this, he fears, is what will happen to our own planet.

https://www.cnet.com/news/stephen-hawking-ill-pay-for-climate-deniers-to-fly-to-venus/