The Curious Case of Free Energy Device - YouTube

#17488

Mythbusters Free Energy "Busted" - YouTube

#17475

Le truc des bouteilles de gaz interreliés peut fonctionner, parce que c’est pas un truc d’énergie libre, juste un truc d’énergie solaire.

Ça s’appelle la roue de Minto, et c’est breveté depuis 1890 :)

https://www.youtube.com/watch?v=wnJpMX-GXcg

Libé - checknews - Est-il vrai qu’il faudrait 7000 éoliennes pour remplacer Fessenheim ? - Arfy'z tranche du Net

#17473

Voyons… Fessenheim : 1 800 MW électrique
Une éolienne « standard » en France : entre 2 MW (terrestre) et 8 MW (en mer) électrique.

Donc entre 1 800 ÷ 2 = 900 et 1 800 ÷ 8 = 225 éoliennes pour remplacer la puissance de Fessenheim.

Maaaaaais… Une centrale nucléaire, ça tourne généralement 24/7, alors qu’une éolienne ne fonctionne que quand il y a du vent (en encore : trop de vent les rend inexploitables aussi).

Wiki étant bien renseigné, il donne un temps d’exploitation annuel des éoliennes entre 1 800 et 4 000 heures. Une année compte 8766 heures, il faut donc multiplier le nombre d’éoliennes par entre 4,87 et 2,19.

Donc selon où on les place, il faudrait entre 492 et 4 365 éoliennes…
Le calcul n’est donc pas aussi simple, mais le « 7 000 » est loin d’être absurde : l’ordre de grandeur est respecté (certes, il est gonflé, mais pas irréfléchi). D’autant plus que l’article le dit aussi : la base de calcul était des éoliennes d’un parc bien précis et qui étaient des éoliennes de 1 MW.

**

Mais bon, perso, je continue de penser que le nucléaire est une énergie à développer, en particulier la technologie au thorium. Le seule problème actuellement, ce n’est pas la centrale, c’est la façon dont les actionnaires l’exploitent : dangereusement.

Le problème technique de la « cocote minute en train de bouillir sur un feu nucléaire » est propre à la filière uranium-plutonium. Ce risque n’existe pas dans les centrales au thorium (qui fonctionnent de sorte que ce n’est pas une cocotte minute pressurisée, mais plutôt un feu alimenté que l’on peut couper).

Ensuite, je ne vois pas de futur dans énergie de fusion nucléaire. C’est l’énergie des étoiles et de l’univers, et on n’ira nulle part si on n’arrive pas à maîtriser ça.

Enfin, pour les particuliers, je pense qu’on devrait revenir à des petites productions locales. Je ne comprends pas pourtant, en 2018, tous les toits ne sont toujours pas recouverts de panneaux solaires. Même si certaines tombent en panne et que disons 25 % seulement fonctionnent, ça ferait toujours une putain de production de ouf !

Idem pour les éoliennes : pourquoi il n’y a pas d’éoliennes partout sur les toits d’immeubles (les petites là) ? Au bord des autoroutes (les grandes) ? Je comprends qu’on ne veuille pas détruire le paysage par endroits, mais qui s’arrête sur l’autoroute pour prendre des photos ?

À un moment faut bien faire des concessions aussi : soit on souhaite continuer notre train de vie, c’est à dire consommer toujours plus, avoir toujours plus d’humains, et évidemment râler contre le nucléaire, contre les barrages, contre les éoliennes, soit on veut vivre dans un futur propre. Mais on ne peut pas tout avoir…

**

Et puis la production d’énergie ne se limite pas qu’à juste ça.

Une énorme partout de l’énergie électrique est consommée pour se chauffer. Pourquoi ne pas se passer de l’intermédiaire électrique ? Pourquoi chaque maison n’a pas un réservoir de 20 m3 d’eau caché sous le jardin et chauffé au solaire thermique l’été, et qui sert à chauffer durant l’hiver ?

Si l’eau passe de 5 °C à 80 °C au cours de l’été et qu’on récupère cette chaleur en hiver, on parle déjà de 1 725 kWh.
Ça représente environ 30% de la consommation annuel d’un ménage (source). Et puis, 20 m3, ce n’est pas grand chose : c’est 2×5×2 mètres. Un puits typique qui les anciens ont encore dans leur cour, contient largement plus d’eau.

Et ce n’est qu’une idée, ça…

http://www.arfy.fr/dotclear/index.php?post/2018/06/12/Libe-checknews-Est-il-vrai-qu’il-faudrait-7000-eoliennes-pour-remplacer-Fessenheim

Démagogie énergétique – Jean-Marc Jancovici

#17418

Ouais, donc les gens deviennent de plus en plus CONS.

Je m’auto-cite de là : https://lehollandaisvolant.net/?mode=links&id=20160114174248
concernant la sûreté du nucléaire :

le nucléaire a provoqué à ce jour 0,04 mort par TWh produit. L’énergie solaire est à 0,44 et le pétrole à 36. Le charbon, quant à lui, caracole en tête de cette liste macabre avec 100 morts par TWh produit. Autrement dit, toutes les autres sources d’énergie sans exception sont donc plus meurtrières que le nucléaire.
La France (en 2009) a produit 106 Mtep d’électricité nucléaire (src), soit 1233 TWh (src) :
1233×0,04 = 50 morts, statistiquement, pour le nucléaire.
1233×36 = 44 388 morts, statistiquement pour le pétrole
1233×100 = 123 300 morts, statistiquement, pour le charbon

https://jancovici.com/publications-et-co/articles-de-presse/demagogie-energetique/

Hydrogen - the Fuel of the Future? - YouTube

#17345

Ouiiii !

Les avantages d’un rapide passage à la pompe (contrairement aux voitures électriques) combinés avec le fait que l’hydrogène soit propre, inépuisable, simple à produire et disponible absolument partout.

https://www.youtube.com/watch?v=iPheEg-K2qc

Bitcoin, énergie et wtf twitterien |

#17072

Une réponse à l’article de @ploum .

Sur le fond du problème : production et consommation d’énergie, ça serait pas possible de chauffer les immeubles avec des data-centers mineurs de bitcoin ?
Pour le moment, la chaleur produite par les data-centers (de tout type) est évacuée dehors. C’est pas pour rien que Facebook s’est installé (ou voulait le faire à un moment) en Scandinavie : il y fait moins chaud^^.

~

Ensuite, j’aurais juste à dire que dans un pays où les PC, les lumières, le chauffage (ou la clim) tournent jour et nuit dans la majorité des entreprises, bureaux, institutions, écoles, je pense effectivement qu’on peut dire qu’on a un surplus d’énergie.

Je me souviens de mon ancien lycée où le responsable info râlait (mais vraiment ! — en même temps c’était un vieux con, en plus d’être un incompétent qui mettait « 12345 » comme clé WEP, mais bref) quand on éteignait les postes. La raison est que ça le faisait chier de devoir tout rallumer le lendemain à 8h (comme si c’était pas un p'tit peu son taf, et comme si les élèves étaient trop cons pour le faire eux-mêmes).
Fin bon, dans l’idée c’est ça : on a tendance à pas faire gaffe au gaspillage du moment que ça n’est pas prélevé de notre poche, et ça, c’est une putain de grosse erreur.

Quand on ne prend pas la peine de retourner chez soi lorsqu’on s’aperçoit avoir laissé la lumière allumée, c’est que l’énergie n’est pas une denrée rare et encore moins quelque chose de cher.

Donc sur ce point, je soutiens Ploum : on a (visiblement) de l’énergie en trop. Elle n’est pas rare car on se permet de la gaspiller (quand ce n’est pas notre supérieur qui nous y oblige). Dire le contraire n’est pas forcément faux, mais ça serait sacrément hypocrite quand-même.

~

Concernant « le problème » du nucléaire (en France en particulier) je plussoie l’article (mais ce n’est pas nouveau) : le nucléaire est une technologie franchement bonne, c’est juste qu’elle est implémenté dans un but militaire (la filière de l’uranium est la seule qui permette de fournir le plutonium à l’armée).
D’autres centrales existent, infiniment plus propre, infiniment moins dangereuses (bien que le nucléaire actuelle soit déjà l’énergie la moins dangereuse de toute, en terme de nombre de morts rapporté au kW), mais ces dernières ne produisent rien d’exploitable pour faire des bombes. Le problème est là.

Aujourd’hui, en France, on a effectivement un parc de centrales sur le point de péter et ça va faire drôle quand ça va arriver. Le soucis c’est que ces installations sont privatisées (et donc le but n’est pas la sécurité mais le fric).

Et aucun ministre de l’énergie ne veut non plus se sortir les doigts du cul parce qu’il se dit que les centrales n’exploseront que bien après la fin de son mandat (et il en a donc un peu rien à foutre). Vous n’avez jamais remarqué que les projets d’envergure (dans le domaine de l’énergie ou pas, d’ailleurs), sont toujours repoussés à une date plus ou moins égale à l’année t+N où N est le nombre d’années d’un mandat ?

Alstom livre les 14 premiers trains à hydrogène en Allemagne : "Une alternative au diesel qui va décarboniser le transport"

#16962

Je pense vraiment que l’hydrogène est une énergie d’avenir.

Déjà parce que c’est renouvelable : on brise des molécules d’eau en H2 et O et on récupère le H2 (l’hydrogène).
Ensuite, le moteur brûle cet H2 et ça reforme de l’eau : ça fonctionne en cycle fermé.

Il faut simplement de l’énergie pour briser la molécule d’eau. Si cette énergie est d’origine propre, alors le cycle entier l’est aussi.

Le seul problème de taille de l’hydrogène c’est qu’il ne se stocke pas facilement. La molécule de dihydrogène est très petite, tellement en fait qu’elle arrive à se faufiler à travers l’acier et les autres matériaux.
L’hélium a le même problème, et c’est pour ça que les ballons d’hélium vendues sur les foires sont en alu peint et non en latex ordinaire : l’espace entre les polymères de latex est suffisant pour que l’hélium s’échappe en quelques heures. Les molécules dans l’air subissent moins ce problème (même si c’est la raison qui fait qu’on ballon se dégonfle tout seul quand-même).

À la place, pour le stockage, on utilise des matériaux poreux, où l’hydrogène est stocké directement entre les atomes du matériau de stockage. Ça a l’inconvénient de réduire la simplifié de fabrication mais ça réduit aussi la capacité de stockage.

L’avantage de l’hydrogène après c’est que c’est un combustible avec une très densité énergétique extrêmement dense (dix fois celle de l’essence/gazole, et la plus haute des combustibles non-nucléaires).
Et comme j’ai dit, c’est propre, facile à faire (casser une molécule d’eau est simple : il suffit d’appliquer du courant à de l’eau) et versatile.

http://www.francetvinfo.fr/economie/entreprises/alstom/alstom-livre-les-14-premiers-trains-a-hydrogene-a-l-allemagne-une-alternative-au-diesel-qui-va-decarboniser-le-transport_2463084.html#xtor=CS2-765-[google]-

Densité d'énergie — Wikipédia

#16853

Un extrait du tableau :

Antimatière			180 000 000 000
Fusion thermonucléaire DT	330 000 000
Uranium-235			79 500 000
Hydrogène ( à 700 bars)		123
Essence				47,2
Fioul / carburant Diesel	45,4
Propane (ou GPL)		46,4
TNT				4,6
Accumulateur lithium		1,8
Accumulateur lithium-ion	0,72
Pile alcaline			0,59

Les chiffres sont en mégajoules par kg.

Les deux énergies principales dans le transport sont les hydrocarbures et le lithium. Qu’on essaye au moins de comprendre, donc, de la nécessité de la recherche dans le domaine du nucléaire, de la fusion et éventuellement de l’antimatière.

C’est la seule solution pour faire des choses plus grandes, comme des vaisseaux spatiaux destinées à aller ailleurs.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Densité_d'énergie

A "concrete" solution to store solar energy at a low cost | André Gennesseaux | TEDxParisSalon - YouTube

#16840

Le problème de l’énergie solaire c’est que ça ne fonctionne pas la nuit. Et stocker le jour pour utiliser la nuit n’est pas rentable avec des batteries (sans compter les pertes importantes et l’usure).

La solution proposée ici, c’est d’utiliser des cylindres de béton et de les faire tourner à très grande vitesse, formant un volant à inertie (comme dans certains véhicules (gyrobus)).
La nuit, le volant en rotation restitue son énergie à un alternateur et et l’ensemble du circuit panneau photovoltaïque + volant à inertie produire de l’électricité utile tout au long de la journée.

Dans l’idée, je pense que ça se tient.
Ce genre d’idée alternative n’est pas nouvelle. On a aussi déjà vu des blocs de très grande masse placés sur des rails et tractés en hauteur le jour, puis laissé redescendre la nuit (la descente du bloc massif restituant de l’énergie potentielle).

Dans les faits, je vois un petit soucis :
– le solaire c’est beau, mais produire un panneau solaire c’est polluant.
– idem pour le béton (dont la production est *très* polluante en CO2, comptant pour une partie très importante du CO2 mondial, je n’ai pas le chiffre en tête)

En soi ce n’est pas un gros problème : la pollution n’a lieue qu’une fois et après ça produit du courant « gratuitement » sur le plan du CO2. Mais il faut le savoir quand-même.
Je pense que reste bien plus propre en CO2 que brûler du charbon et certainement moins toxique (le charbon émet aussi des particules radioactives, juste pour info).

Par contre, là où je suis mitigé, c’est quand il veut faire une seule centrale mondiale dans le désert pour alimenter la terre entière. Je suppose que c’est imagé, mais juste au cas où je le dis : je trouve ça une très mauvaise idée. Sans même parler d’attaque terroriste, de guerres ou de question de moyen de pression à l’État à qui l’on confie ça, imaginons qu’un tremblement de terre ou qu’une météorite s’écrase là : ça casserait tout.

Avant, l’on produisait de l’énergie de façon locale (bois, chevaux…). Puis est arrivé Tesla et la production d’électricité à grande échelle et centralisée dans de grosses centrales avec un gros système de distribution.
Je pense que le futur sera comme celui imaginé par Edison : de petites stations locales et décentralisées, adaptées directement au besoin (Real Engineering en parle ici).

Je suis aussi de ceux qui pensent qu’on ne devrait pas se reposer sur une seule et unique technologie. Le solaire ne suffit pas à lui seul. L’éolienne non plus. Mais généralement, il y a du vent quand il pleut : ces deux énergies sont donc plus ou moins complémentaires. Ajoutons à ça la géothermique où il y en a et on peut faire pas mal de choses.
L’avenir sera dans la diversité.

Je pense également que la fusion nucléaire est l’énergie d’avenir de l’humanité sédentaire. Pour aller dans l’espace (au delà de notre système solaire), la fusion est indispensable, la question ne se pose même pas, mais même sur Terre, on risque d’en avoir besoin. La fusion, c’est l’énergie des étoiles et l’énergie même de l’univers. C’est la plus puissante énergie qui soit et également celle dont on ne manquera jamais de combustible (90% de l’univers est de l’hydrogène, donc notre combustible) et en plus c’est propre. Le seul hic c’est qu’on ne sait pas encore le faire aujourd’hui…

Quoi qu’il en soit, l’idée des volants à inertie (fussent-ils en béton au autre) est une solution comme une autre et je la vois parfaitement bienvenue.

(Et ce n’est absolument pas un bullshit façon « énergie libre ».)

(Et merci à Flavien pour le partage du lien !)