#15327

Zythom: La prépa

J’avais jamais lu cet article.

J’ai fait une année de prépa aussi, mais je me suis ramassé. La mémorisation bête et méchante c’est pas mon truc. La mémorisation c’est pas mon truc.
J’ai toujours trouvé ridicule d’apprendre par cœur des choses qu’on peut retrouver sur une feuille, dans un livre, ou maintenant, sur le net.

J’ai toujours préféré la mise en œuvre de la théorie à la théorie elle-même. Par exemple, c’est cool de connaître les équations de Maxwell sous leur forme locales et purement mathématique, mais si on ne nous dit pas à quoi elle correspondent physiquement, et dans quel cas on utilise l’une des équations plutôt qu’une autre, ben quel intérêt ?

Je suis sorti à la fin de la première année de prépa (foutu dehors comme ~50% de la promo — et sans demander mon reste en ce qui me concerne). J’ai poursuivi en DUT Mesures-Physiques que j’ai beaucoup apprécié en tant que formation : on avait 50% de travaux pratiques, 25% de cours et 25% de travaux dirigés (des exercices), dans tous les domaines de la physique classique. Ça m’a permis de découvrir plein de choses, d’apprendre et d’apprendre à faire des choses (savoir VS savoir-faire) : au delà du diplôme seul (lui aussi aujourd’hui recalé au statut de ticket d’entrée aux écoles d’ingé).
Plus d’info sur mon expérience ici.


Enfin, je constate que Zythom aussi a suivi l’avis de ses profs plutôt que son cœur, avec un peu la même impression d’amertume vis à vis de cette formation.

Perso je ne serais pas allé en classe prépa si j’avais su ce que c’était. Je n’irais pas jusqu’à dire que j’ai perdu une année de ma vie, j’ai quand même appris des choses (et en particulier que mémoriser à l’aveugle des cours entiers ce n’est pas mon truc), mais si j’avais su, je dirais à mon "moi" de 16 ans d’aller en DUT MP (même si à l’époque je ne savais même pas que ça existait — mes parents n’ayant pas étudié en France et ne connaissant pas du tout le système scolaire, les profs n’ayant que le mot "prépa" à la bouche (question de primes et de prestige, disent certains, je ne sais si c’est vrai), et les COP ayant été tout sauf pédagogues à ce sujet, parlant surtout du contenu des cours plutôt que leur forme, et parlant des choses qu’on avait déjà en tête plutôt qu’oser nous contredire et nous proposer autre chose).
http://zythom.blogspot.fr/2013/04/la-prepa.html

#15170

Grand Entretien avec Richard David Precht “L’école doit redevenir un lieu qui stimule l’esprit créatif et le bonheur d’exister” Patrice van Eersel | CLES

Sur l’éducation.

« L’enfant est naturellement d’une curiosité inouïe. La structuration de ses réseaux neuronaux fait de lui un “athlète synaptique”, comparé à l’adulte. Son enthousiasme pour la nouveauté est considérable et ses capacités d’apprentissage impressionnantes. Or, que lui proposons-nous pour épanouir cette potentialité formidable ? De se forcer à s’intéresser à des matières éloignées de sa vie, qui le motivent de moins en moins et qu’il voit infiniment mieux traitées ailleurs. »

C’est exactement ça.
http://www.cles.com/debats-entretiens/article/l-ecole-doit-redevenir-un-lieu-qui-stimule-l-esprit-creatif-et-le-bonheur

#14676

Quote Dojo — “I think it is totally wrong and terribly harmful...

“I think it is totally wrong and terribly harmful if education is defined as acquiring knowledge.”
— William Glasser


+1

C’est également ce que tu disait Usul dans une de ses conférences : http://lehollandaisvolant.net/?id=20160223172834
Aujourd’hui, l’école n’a plus la même autorité qu’avant, étant donnée que le savoir est disponible en illimité du bouts de ses doigts et de n’importe où (du moins dans les pays développés).
De « robinet à savoir », l’école devrait plutôt se focaliser sur l’apprentissage du savoir-faire et l’apprentissage de l’auto-apprentissage.
http://quotedojo.tumblr.com/post/140461903227

#14126

Ouverture d’une filière post-bac à Polytechnique : la fin des classes prépas ? | L'ingénu-ingénieur

Le système actuel recrute des gens avec de la mémoire : les colles en prépa (ou khôlles pour certains) le prouvent plutôt bien.

C’est Einstein qui disait que retenir les choses ne servait à rien si on pouvait les retrouver dans un livre, il faut mieux focaliser son cerveau sur la technique et la créativité. À l’heure d’internet où l’accès à la mémoire collective humaine se fait instantanément et n’importe où, c’est plus vrai que jamais.

Concernant la prépa, à part permettre aux étudiants de se distinguer et de connaître leur classement scolaire dans la masse d’étudiants, je ne vois pas ce que ça apporte. Le contenu des cours est le même qu’ailleurs (ou peut l’être) c’est juste la forme qui varie : pas d’amphis mais des classes (41 étudiants dans ma prépa), un emploi du temps serré (5 jours entiers et le samedi matin, avec facilement plus de 40h de cours chaque semaine), des colles (3h d’interro orale en groupe de deux ou trois, par semaine, en plus des 40h de cours, souvent entre midi et deux, donc on saute le repas), peu de TP et beaucoup de mensonges sur ce qu’on promet à la fin (salaires >40k€ pour tous, marché du travail très accueillant, écoles prestigieuses…).

Perso ça ne m’a rien apporté. J’ai largement préféré l’IUT, avec 50% de TP dans la semaine et où on avait beaucoup plus de libertés dans la façon de faire (les TP, les exercices…), du moment que c’était fait.

Les profs étaient plus accessibles aussi, plus humains et nous voyaient pas comme des merdes (mais ça ça doit dépendre des profs).
http://ingenuingenieur.blog.lemonde.fr/2015/12/18/ouverture-dune-filiere-post-bac-a-polytechnique-la-fin-des-classes-prepas/

#14022

Des bracelets de couleurs pour distinguer bons et mauvais élèves

Assez dégeux comme truc.

Le principal problème avec tous ces systèmes, c’est qu’il est d’usage de féliciter ceux qui font bien les choses au détriment de ceux qui n’y arrivent pas.
Alors qu’ils devraient féliciter ceux qui réussissent. Sans que ça soit un détriment pour les autres.

Il faut que tout le monde soit gagnant. Certains peuvent être plus gagnant que les autres, mais il ne faut pas qu’il y ait de perdant.

Genre si tu veux féliciter un 20/20 à un élève, plutôt que de donner un bonbon à lui seul, donne un bonbon à tout le monde et deux à lui. C’est comme ça que je ferais, du moins.

Les avantages que j’y vois sont multiples : si un élève a 20/20, tout le monde est gagnant. Ça montre que la société entière gagne et pas juste le premier de la classe (tout en félicitant ce dernier un peu d’avantage, vu que c’est quand même grâce à lui). Je pense que ça peut également souder toute une classe : tout le monde va se bouger le cul pour tous les autres. Et vu que généralement le premier en math n’est pas le premier en français, c’est toujours un autre qui fait gagner des bonbons à toute la classe.

À ce propos, je pense aussi qu’on doit arrêter de demander aux gens d’être bons partout. C’est totalement stupide. Quelqu’un peut être un génie en math et totalement nul en histoire, perso je n’y vois aucun problème : qu’il continue a être bon en math, il ne sera juste pas un historien.
De ce point de vu là je préfère le système éducatif en Hollande : à partir d’un certain niveau (équivalent 4e ou 3e), on peut commencer à abandonner certaines matières et d’en choisir d’autres.
http://www.europe1.fr/societe/des-bracelets-de-couleurs-pour-distinguer-bons-et-mauvais-eleves-2633261

#13557

Numérique à l'école: «En 2018, 100% des collèges seront connectés»

« Quel est l’intérêt d’initier les élèves à la programmation ? En apprenant à programmer, ils atteignent une véritable maîtrise de l’ordinateur. »

Heu non. En apprenant à programmer, ils apprennent à programmer.

Tout comme apprendre la conjugaison du subjonctif de l’imparfait ne fait pas de nous des poètes ou des romanciers. Ça fait de nous des gens qui savent conjuguer au subjonctif de l’imparfait.


« Le codage donne ainsi des bases de logique utiles dans bien d’autres disciplines. »

Ça je suis d’accord.
Et parfois ça va un peu loin : il m’arrive de voir la vie avec des if/else ou des while/foreach (while $article sur $listeDeCourse; do prendre($article); done; allerÀLaCaisse(); done;).

Mais on dit la même chose des maths, du latin, de la musique et de l’allemand (les matières)…
Et encore faut-il que les élèvent soient intéressés dans la matière, sinon ce n’est même pas la peine.

Sur la formation des profs :
« Oui, car les 177.000 enseignants du collège bénéficieront de trois jours de formation sur le numérique au cours de l’année 2015-2016. »

Il prend 5 ans pour faire prof de math, 5 ans pour faire prof de français, 5 ans pour faire prof de chimie, mais 3 jours pour faire prof de prog.

Quand j’étais au lycée, l’admin réseau c’était moi qui lui donnait les Live-CD de distro Linux pour qu’il puis débuguer son ordi sous Vista… Et c’était loin d’être le pire. Certains ne comprenaient pas le principe de la souris.

« Ne faudrait-il pas créer un Capes et une agrégation d’informatique pour avoir de vrais experts du sujet ?
Cela reviendrait à créer une discipline à part entière. Or, le numérique traverse toutes les disciplines et nous voulons que tous les enseignants puissent l’utiliser dans leurs cours.
 »

Oui, parce que le français ne sert pas dans les autres matières. Les maths non plus (surtout pas en physique, ni en SVT, ni en Techno) et l’anglais non plus.

Donc ça confirme le truc : l’informatique au collège c’est juste pour faire des power-point devant la classe. Ça n’a rien d’une initiation à l’informatique plus ou moins bas niveau (faudrait pas que la France rattrape son retard dans le domaine, quand-même).

Et ça reflète bien la vision de "l’informatique" par Mr/Mme Michu : un ordi, ça vient avec des logiciels, point.
Les logiciels ils viennent du ciel, la technologie elle vient du ciel aussi, et jamais personne n’a été là pour créer tout ça.


« Et qu’en est-il du lycée ? […] La spécialité Informatique et Science du numérique, jusqu’à présent réservée à la filière S, sera étendue aux terminales L et ES, avec une option possible dès la classe de première. »

Bon ben ça c’est pas mal, au moins.

Mais je n’ai pas vu le contenu des cours. En Term S il y a quelques années 6~7 ans, on avait des cours d’informatique aussi. Enfin… des cours de Microsoft Excel…

Histoire de tracer un graphique XY.

(où perso on s’amusait à faire des cellules au formatage conditionnel couplé à commande "random" et au bouton pour régénérer les nombres : ça faisait un écran qui clignotait de toutes les couleurs)

C’est pas demain la veille que les élèves sauront compter de 0 à 1010 avec leurs doigts. Oui, en binaire.
http://www.20minutes.fr/societe/1710175-20151015-numerique-ecole-2018-100-colleges-connectes

#13508

La monumentale bourde d'un éditeur de manuels scolaires 

Ça y est, les Kikoulol font maintenant les manuels scolaires.
Comme quoi, même avec 4 en Français et 2 en Math, on peut trouver un travail.

Ou alors ces bouquins ne sont pas relus ni vérifiés, ce qui n’est pas mal non plus.

(Oh btw : oui, je fais aussi des fautes d’orthographe et de grammaire, j’ai jamais prétendu le contraire et rien ne m’excuse de ça non plus, mais au moins je ne me prends pas pour une référence dans la matière ni ne porte une étiquette « recommandé par les enseignants ».)
http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/la-monumentale-bourde-des-editions-magnard-922339.html

#13452

Comment les marques de calculatrice achètent les profs dans les lycées | Slate.fr

Surtout que franchement, les calculatrices graphique, j’ai dû m’en servir une fois durant le lycée : on a eu un cours pour tracer des graphiques à la calculatrice et trouver les racines. C’est tout.

À part ce cours, une calculatrice collège suffit. Oh, et même en études sup : prépa, IUT, fac : une calculatrice collège a toujours suffit.

Même sur les calculatrices collège le 3/4 des touches ne servent jamais…
http://www.slate.fr/story/107971/marques-calculatrice-achetent-profs-lycees

#13370

la liberté de décider - simplement Nat

Excellente remarque !
Tout est fait que pour l’on décide pour nous, nous prive de notre liberté de décider quoi faire.

Mais d’un autre côté et c’est malheureux à dire, mais une partie des gens sont incapable de décider quoi que ce soit sans créer des problèmes (pour eux-mêmes, j’entends) : sur le sujet de l’argent suffit de voir ceux qui achètent tout à crédit, et qui s’enfoncent dans les dettes.

Ce problème pourrait être résolu sur le RDB vient avec une plus grande éducation à la vie. L’éducation nationale porte mal son nom, car ça devrait être « enseignement national ». Autrement, tout ceux qui sortent de l’école sauraient vivre correctement et ne pas ruiner jusqu’à leur propre vie.

La liberté doit être apprise aux membres de la société. Je ne sais pas par qui (certains diront que l’école n’est pas là pour autre chose que le plus-que-parfait et 2+2) mais ça doit être appris.
http://nat.fam-martel.eu/2015/09/la-liberte-de-decider/

#13346

Python overtakes French as the most popular language taught in primary schools : Python

On apprend à parler aux serpents ?

Je ne sais pas si on peut comparer les deux, en effet, c’est comme faire une comparaison entre les maths et l’art plastique (à l’école).

Un choix doit être fait entre les deux, on est d’accord, mais dans ce cas il serait plus judicieux de dire que la programmation devient peu à peu plus importante que la maîtrise des langues étrangères.

(après, ça se passe aux USA, soit dans un pays où la langue nationale est déjà la langue par défaut dans le monde)
https://www.reddit.com/r/Python/comments/3m767d/python_overtakes_french_as_the_most_popular/

#13313

Heelys are sexy., nicolebyer: weaziller77: beautiful-ambition: ...

Réflexion intéressante à propos de cet ado aux USA qui a fait un projet pour l’école et où on nous a fait croire qu’ils ont cru qu’il avait fait un bombe.

À aucun moment les autorités n’ont fait évacué l’école.
À aucun moment ils ont appelé une unité de déminage.
À aucun moment le gamin n’était pas accompagné de policiers.

À la place, ils ont mis le gamin, et l’appareil qu’il a fait, dans une salle de classe, avec le directeur de l’école et ont attendu la police.
http://i-have-no-gender-only-rage.tumblr.com/post/129512911558/nicolebyer-weaziller77-beautiful-ambition