Traité en adulte responsable. - Liens en vrac de sebsauvage

+1

Dans mon ancienne boîte, on avait un système de « balance d’heures ». On pouvait faire du temps en plus et c’était mis de côté en vue de prendre une journée quand on voulait. On avait ainsi droit à 14 demi-journées (y compris contiguës si on voulait) par an, qui étaient alors payées normalement, donc sans diminution de salaire.

La balance allait de −21 heures à +21 heures si je me souviens bien.

Perso mon chef n’a jamais posé la moindre question, même quand on ne donnait aucun motif : il considérait que si on avait les heures dans notre balance, alors on y avait droit. Y compris à l’époque où j’étais intérimaire. Le tout était de prévenir par avance.

Ceux qui avaient une balance constamment dans le négatif n’essuyaient toujours pas de refus, mais plutôt une sorte d’obligation de faire des heures ou de prendre en sans solde les heures dues (une balance négative étant un jour pris et payé normalement sans en avoir les heures ; donc des heures dues).

J’aimais beaucoup ce système. C’était très arrangeant et libre.

Dans ma boîte actuellement, on n’a pas ça, donc les gens prennent moins de jours pour leur loisirs. Mais là aussi, on nous fout parfaitement la paix quand on a besoin de prendre une journée, une demi-journée ou juste de partir une heure plus tôt. On ne m’a jamais refusé quoi que ce soit, même quand la demande est faite le jour même (tout n’est pas toujours prévisible).

À l’inverse, j’ai jamais refusé non plus de venir 1 heure plus tôt ou rester plus tard le soir.

En fait, ça va dans les deux sens, tout simplement.
C’est du bon sens qui se fait rare. Et ça fait du bien quand on le retrouve.

Ça ne paye pas les factures, on est d’accord, mais ça fait partie des petits plus que les employés devraient valoriser (et les employeurs accorder : traîter les gens comme des humains ça revient toujours en retour).