Attentat de Nice: la nuit où la télé française a sombré | Slate.fr

« Alors que les comptes des forces publiques comme Place Beauvau nous enjoignaient, à nous internautes, de cesser de diffuser des images du massacre, France 2 contrevenait à toutes ces demandes. »

Les médias sont là pour vendre du temps de cerveau aux annonceurs. Les médias publics sont là pour le donner au gouvernement.

État d’urgence (certains dépités réclament déjà qu’il devienne permanent), peut-être bientôt de siège avec des militaires partout, images de sang pour attiser l’individualisme et l’instinct de survie…

Y en a encore qui doutent de qui sont les vrais usagers et bénéficiaires du terrorisme ici ?

Les uns après les autres les politiques et les institutions récitent des speechs préparés à l’avance. Entre la ministre de la santé qui félicite les infirmiers (après avoir coupé 22 000 postes), Cazegueule et Hollande qui continuent de dire "ça va mieux", la police qui avoue qu’il est impossible de parer l’attaque d’un citoyens qui décide de péter un câble du jour au lendemain (avouant donc que l’état d’urgence ne sert qu’à donner les plein pouvoirs à la même police), les intégristes cathos (FN & co) qui rejettent la fautent sur leur pendant musulmans (alors que ce sont les mêmes qui fusillent les homosexuels aux USA)…
Ah et sans oublier nous tous qui votons pour ces gens là.