#13956

[brain drop] - pourquoi aucun animal ne maîtrise le feu et pourquoi nous allons tous mourir

J’avais déjà parlé de ça quelque part, mais si les animaux ne crachent pas le feu comme un dragon, ce n’est pas à cause d’un problème technique : certains animaux crachent du venin corrosif à 200°C, d’autres génèrent des flashs lumineux sous l’eau à 5000°C, d’autres produisent des chocs électriques…

Le feu, lui, est non seulement destructeur pour le prédateur, mais aussi pour l’environnement, et donc l’habitat naturel des animaux et l’espèce elle-même !
C’est comme ça que fonctionne la sélection naturelle : si une "fonctionnalité" mise au point par la nature ne permet pas la survie de l’espèce, cette espèce disparaît et la fonctionnalité avec.

Sans capacité d’anticipation des conséquences, si un animal avait le feu, il détruirait son habitat et ne survirait pas bien longtemps… à lui-même. Cet animal finirait par disparaître.


Je prépare un article sur ça, mais là où je voulais réfléchir c’est sur l’être humain..

Avec le feu, l’espèce qui n’est pas capable d’anticiper finirait par détruire son environnement et mettre sa propre survie en péril.
Or, c’est exactement ce qui est en train de se produire pour nous avec le CO2.

L’être humain et sa technologie génèrent de grandes quantités de CO2 qui vont peu à peu provoquer sa perte. Non pas parce que le CO2 est toxique pour lui (pas aux doses dont on parle), mais parce qu’elle est toxique pour son environnement dans son ensemble.

De même pour le reste, par exemple la sélection d’espèces végétales qui sont cultivées : le maïs, le blé ou les pommes de terres actuellement cultivées ne sont qu’une poignée d’espèces pour produire l’essentiel de la bouffe. Si un virus arrive et détruit ne serait-ce qu’une seule de ces espèces, alors on n’a plus rien à manger. C’est ce qui s’est passé au XIXe siècle en Irlande avec les pommes de terre.

La destruction de l’environnement, que ce soit par l’oublie des espèces résistantes, la destruction des forêts (qui ne font "que" l’oxygène qu’on respire, ou l’émission de CO2 qui acidifie l’océan (détruise là aussi les planctons à oxygène et font proliférer ceux qui produisent le gaz mortel de sulfure d’hydrogène) entre autres conséquences, c’est notre propre destruction.

La terre et la vie survivra, ça ne fait aucun doute : si elle a survécu à des comètes ou des super-volcans, elle nous survivra. Nous, c’est beaucoup moins sûr. Le problème n’est pas le manque de capacité d’anticipation (comme les animaux et le feu), mais le manque de de volonté.
http://lehollandaisvolant.net/?mode=links&id=20151205161507