#9537

Une carte de séjour pour les développeurs chinois en France

D’un côté, la prog est comme la peinture :
– c’est un art
– oui il faut des ouvriers-peintres industriels qui peignent tout un mur en blanc ou en rouge
– mais beaucoup préfèrent rester un artiste, et laisser leur imagination faire le reste librement…
– … en faisant parfois des commandes privées (j’en fais parfois).

Si Google réussit, c’est parce qu’il a réussis à concilier les deux : industrialiser l’art de la programmation, alors qu’avant toutes les technologies incroyables inventées par hasard n’étaient pas vues comme « vendables » (l’interface graphique par Xerox en est un exemple très parlant, "donné" par Xerox à Apple car la hiérarchie de Xerox n’en voulait pas).
Google laisse beaucoup de temps à ses employés pour imaginer et créer des trucs nouveaux librement, dans un environnement riche en distractions (alors qu’ici, on punit celui qui ose regarder l’heure sur son téléphone durant les heures de travail).

En France ? Le dév est comme un peintre industriel : il a une seule couleur, qui est celle choisie par le patron qui n’a jamais touché à un pinceau. Il ne choisit ni son pinceau, ni sa couleur. Et s’il désire modifier quelque chose, il doit faire un courrier en 6 exemplaires…

Perso je bosse pas dans la prog, plus envie. Et je bosse dans une entreprise qui fait des outils de chirurgie, mais j’ai une chance formidable : alors que les autres on leur dit "fais comme ça et tais-toi", perso je bosse sur les prototypes dans le BE : les méthodes n’existent pas encore, donc je peux choisir à peu prés ce que je veux comme outils ou méthode pour arriver à un résultat donné. Et ça c’est cool

http://www.numerama.com/magazine/29215-une-carte-de-sejour-pour-les-developpeurs-chinois-en-france.html