Does Fast Charging ACTUALLY Ruin Your Battery? - YouTube

(via)

Donc c’est bien la température qui pourrit les accu Li-Ion et pas la charge rapide à proprement parler.

Cela dit, pour des batteries un peu anciennes, ça revient au même : la charge rapide, c’est un courant plus important et donc plus d’effet joule (les pertes résistives sont lié au carré de l’intensité ; c’est pour ça que les lignes électriques sont en haute tension et pas haute intensité)

Les solutions des batteries plus récentes se concentrent sur le refroidissement : meilleurs dissipateurs, parfois même actifs, compartimentation de la batterie, composants moins résistifs…

Ensuite on change désormais de philosophie : il est inutile d’avoir une batterie énorme, si elle se charge très vite et qu’on peut recharger partout.

C’est également vrai pour les voitures électriques. Tesla ne veut pas mettre 3 tonnes de batteries dans une voiture pour 3 % des trajets (et donc 97 % des trajets qui s’en trouvent négativement impactés). Ils préfèrent optimiser les moteurs, l’aéro, les aides à la conduite pour rouler plus de kilomètres avec autant d’énergie… et charger plus rapidement et moins longtemps.
Leur planification de trajet (qui passe par des superchargeurs) va jusqu’à favoriser plusieurs charges courtes quand la batterie est dans la plage 20 % - 80 % plutôt qu’une seule charge longue entre 0 et 100 %. Deux charges peuvent faire ainsi gagner du temps sur une seule charge.

Pour les téléphones c’est pareil : je pense qu’il est plus pratique d’avoir un téléphone léger qu’on charge tous les jours, plutôt que d’avoir une brique lourde qu’on charge tous les 3 jours. Si un jour on a besoin de tenir trois jours, on peut utiliser une batterie externe. Dans l’ensemble ça sera plus pratique.

Ceci étant dit, pour les téléphones comme les EV, je maintiens ce que j’ai dit : charger son téléphone en 30 secondes ou sa voiture aussi vite qu’on fait le plein d’essence, c’est utopique.

Pour une voiture de 50 kWh, si on charge en 5 minutes, ça fait une puissance de charge de 600 kW, de 0 à 100 % et de façon constante (actuellement, toutes les batteries Lithium chargent rapidement entre 20 et 80 % et [beaucoup] moins vite sur les extrêmes).

Même si on a seulement 2 % de pertes thermiques sur 600 kW (en vrai on est à ~5 %), ça fait toujours 12 kW de chauffage ! L’équivalent de 5 fours électriques qui tournent à fond. Autant de puissance qu’il faut évacuer, durant le temps de charge (et donc consommer encore plus d’énergie…).

(Sans compter le besoin d’avoir un chargeur capable de sortir 600 kW : les meilleurs actuellement sont à 350 kW, les plus rapides en pratique sont à 150-200 kW, ce qui est déjà très rapide : en 20-30 minutes, on restaure 500 km d’autonomie, c’est largement acceptable)

Dans tous les cas, la plupart du temps le téléphone (ou la voiture) est stationnée et branchée et une charge lente suffit, ce qui limite la chauffe et ne pousse pas le système de refroidissement à bout (qui peut également s’user).