#20540

À l’ONU, les embuches pour « prévenir une militarisation de l’espace extra-atmosphérique »

On n’est pas foutu de démilitariser la Terre, il faut être fou pour penser pouvoir démilitariser l’espace.

Et puis, sans avoir besoin de cautionner la guerre, les principales innovations qui ont eu lieu dans le monde et depuis toujours sont venues de des militaires, que ce soit en transport, en médecine, en communication, en crypto et même en cuisine (les boîtes de conserve sont une invention par et pour l’armée), et taaaaaant d’autres trucs.

Vouloir se passer de tout ça serait une ruine pour tout le monde.

https://www.nextinpact.com/article/48751/a-lonu-embuches-pour-prevenir-militarisation-lespace-extra-atmospherique

#20539

Free Software is an Abject Failure - paritybit.ca

Pas d’accord avec tout, mais avec ça oui :

Additionally, the GNU Manifesto, aside from calling the Open Source movement an “amoral approach”, goes on to say that GNU “is not in the public domain” and will have restrictions placed on further modifications (in the form of disallowing proprietary modifications), with the justification given by Stallman being: “I want to make sure that all versions of GNU remain free.” With that, Stallman falls upon the same behaviour that he previously shunned in Why Software Should Be Free. He uses his emotional attachment to the software, something he said was an excuse to defend why software has an owner, to justify his want to control how others can distribute and modify his code. He is effectively saying “this is my creation, and I wish to control what others can do with it” as well as clearly assigning an owner to the software.

En gros, d’un côté RMS (et la FSF) disent « le code doit être public sans avoir de propriétaire ». Justifiant que « vouloir rester le propriétaire du code est un problème émotionnel », et de l’autre, il veut contrôler la façon dont le code doit être distribué.

Je l’ai déjà dit, mais pour moi, la vraie liberté dans le code, c’est d’avoir la liberté de faire dans le non-libre.

Je comprends parfaitement l’idée de RMS d’obliger les distributions d’un code libre a rester libres tout au long de chaîne : ça permet à toutes les modifs d’êtres publiques et disponibles par tous.

Mais cette obligation de liberté est en soi un privation d’une liberté (celle de faire du non libre). Si ton code était réellement libre, cette liberté ne me serait pas retirée.

Quand on est vraiment pour la liberté, on doit pouvoir accepter que son code soit utilisé pour des choses qu’on ne cautionne pas, ou distribués d’une façon qu’on ne cautionne pas.

Je ne dis pas que tout le monde devrait faire ça. Je dis juste que tout code qui ne respecte pas ça n’est pas véritablement libre.

Pour moi, toujours, une vrai licence libre, ça serait quelque chose comme la WTFPL, dont l’intégralité se trouve là :

           DO WHAT THE FUCK YOU WANT TO PUBLIC LICENSE
                   Version 2, December 2004

Copyright (C) 2004 Sam Hocevar <sam@hocevar.net>

Everyone is permitted to copy and distribute verbatim or modified
copies of this license document, and changing it is allowed as long
as the name is changed.

           DO WHAT THE FUCK YOU WANT TO PUBLIC LICENSE
  TERMS AND CONDITIONS FOR COPYING, DISTRIBUTION AND MODIFICATION

 0. You just DO WHAT THE FUCK YOU WANT TO.

En gros : « voici le code, fais-en ce que tu veux ».

Ça, c’est un code libre : j’en fais ce que je veux.

Tout autre clause ou restriction, quelle qu’elle soit, sera toujours moins libre que la WTFPL (et équivalents).

Les licences comme la licence MIT ou la licence Apache sont similairement libres. Les seules choses qui viennent s’ajouter sont des trucs légaux comme « l’auteur ne peut pas être tenu pour responsable des conséquences du logiciel » ou « le nom de l’auteur [initial] doit rester apposé à côté du code ».
Mais pour le reste, ils sont plus libres que la GPL.

https://www.paritybit.ca/blog/free-software-is-an-abject-failure