#20143

Automattic (WordPress) se paie Day One

Si Tumblr permet à WordPress.com de s’ouvrir vers les autres, Day One permet au contraire de se concentrer sur soi. […] L’intégration aux autres services d’Automattic (WordPress et Tumblr) permettra de partager certains éléments publiquement si cela vous intéresse.

On leur dit ou pas ?

… qu’ils ré-ré-réinventent le blog, et le concept d’articles publics et d’articles non publiques ?

~

Ah et je suis assez fan de l’idée d’une application / site qui permet à des millions de gens d’écrire en ligne seulement pour eux. Le ne vois pas comment ça peut marcher : le principe même des réseaux sociaux c’est d’attirer l’attention des autres et de flatter son égo avec le nombre de likes/j’aime/pouces en l’air/followers.

Quant à faire une page privée juste pour soi, ok, mais si t’es le seul à lire, t’es aussi le seul à voir des pubs sur tes propres notes. Je peine à imaginer que quelqu’un de sain d’esprit puisse accepter d’écrire dans une page pleine de pub au lieu d’utiliser Notepad/Word/Writer/…

Mon conseil : prenez plutôt un nom de domaine (10€ par an), un vieux PC (ou un vieux téléphone) qui tourne encore pour le recycler en NAS, et vos données sont stockés chez vous et accessible depuis partout (et si c’est purement intime, pas besoin d’une connexion de malade).
Mais bon, je sais que la majorité des gens préfère un gadget à la mode plein de pub plutôt que mettre les mains dans le cambouis.

https://www.nextinpact.com/lebrief/47432/automattic-wordpress-se-paie-day-one

#20144

La science aux limites de l‘éthique, Zuckerberg et Musk en prennent pour leur grade

Je ne comprends pas : avec CRISP par exemple, on a la possibilité de modifier le génome pour se prémunir d’infections comme le Sida ou autres. Pourquoi ça serait non-éthique ?

CRISP utilise un principe qui existe dans la nature : ça part du mécanisme qu’on certains micro-organismes d’intégrer dans leur propre génome des éléments du génome d’un virus pour en garder une trace et pouvoir le reconnaitre, et donc le combattre et s’immuniser. Un peu comme si je me faisais tatouer l’image d’un loup ou d’un ours sur le bras, en vue d’une expédition dans la nature.

Qu’il y ait des possibilités « non-éthiques » à ça, c’est indéniable : les Nazi auraient rêvé d’un tel outil pour concevoir à coup sûr des individus qui répondraient aux standards aryens.

Mais quand il s’agit de se prémunir comme des infections mortelles, pourquoi pas ?

C’est pas comme si d’autres outils de la vie de tous les jours pouvaient avoir un double emploi, l’un bien, l’autre mal :
– un couteau
– un briquet
– un bidon d’essence
– une cagoule
– …

On n’interdit pas la cagoule parce que 0,01 % des possesseurs de cagoules sont des voleurs (quoi que, avec leur interdiction de se couvrir en public, cet exemple n’est pas bon, mais vous m’avez compris…).

Je ne sais pas vous, mais si on mes parents avaient eu la possiblité et le choix de retirer ma vulnérabilité au VIH, à la grippe et à d’autres virus mais ne l’auraient pas fait… J’aurais, je pense, vécu toute ma vie en me demandant « Pourquoi ?! ».

Est-ce qu’il est pire de retirer la vulnérabilité à un virus avant même ma naissance, ou de me laisser courir le risque de mourir de ce même virus ?
Mon avis est que la question est vite répondue.

Pour résumer, comme pour 99 % des cas, ce n’est pas la technologie qu’il faut interdire, mais les mauvais usages, et surtout se prémunir contre le risque de mauvais usages. Mais l’autorisation d’un usage raisonné c’est souvent plus difficile qu’une interdiction pure et simple (et surtout, c’est subjectif).

https://www.nextinpact.com/article/46160/la-science-aux-limites-lethique-zuckerberg-et-musk-en-prennent-pour-leur-grade