#19549

ev-Move

Oh tiens, Hyundai a un outil pour planifier son voyage avec un véhicule électrique, en posant les lieux où il convient de recharger si on ne veut pas tomber en panne. On ne peut renseigner en type de voiture que les EV de la gamme Hyundai.

Quelques remarques (ayant tout juste fait beaucoup de kilomètres en 15 jours) :

– la nouvelle Ioniq est incroyablement efficiente et sobre. J’ai la hybride rechargeable essence/électrique : à 130 km/h sur l’autoroute, je tourne à 4,2 L/100 (sur un voyage de 500 km, donc bien au delà des 50 km électriques). Sur 600 km de trajets de montagne et un petit peu d’autoroute, en partant avec une batterie vide, je suis à 3,7 L/100. L’hybride type exceptionnellement bien son épingle du jeu.

– l’ordinateur de bord gère super bien la charge de la batterie. Étant monté dans les montagnes, j’ai fait de longues montées sinueuses suivie de longues descentes sinueuses également. L’ODB décide que juste avant la fin de la montée, la batterie doit être la plus vide possible, pour pouvoir recharger un max en descente. Logique, mais il le fait lui-même. Le freinage régénératif en montagne, c’est juste top et c’est sur le relief que cette voiture est clairement la plus économique. Le thermique est plus efficient en montée que sur le plat, et en descente ben la batterie se recharge (beaucoup : 30 % de charge pour 1 000 m de dénivelé, environ).

– Les stations de recharge manquent encore. Certes, je n’en ai pas forcément besoin, mais ça aurait été le cas avec une électrique pure. J’ai pu la recharger deux fois gratuitement tout de même : une fois sur une la borne sur le site du Pont du Gard (recharge gratuite : faut juste installer l’appli et lancer la charge) ; et une fois sur une prise domestique dans un parking souterrain. Je ne suis pas sûr que la prise soit dédiée pour ça, mais j’étais pas le seul à le faire et la borne de recharge officielle était occupée par un SUV qui prenait les deux places sans même s’en servir, donc osef.).

– Ensuite, à Tours, sur un parking payant, j’aurais eu à payer la charge 2,60 € l’heure (pour les 3 heures de charge afin de gagner 50 km, je vous laisse calculer l’arnaque). MAIS, j’y ais repensé, car il n’est pas impossible que du coup je n’ai pas à payer le parking lui-même (les places de charge comprennent alors le tarif charge + parking ; alors qu’en thermique, j’aurais eu à payer le parking). J’ai pas fait attention initialement, mais il se peut que finalement ça soit rentable si ma lecture est bonne).

– les tarifs des bornes sont désormais facturées à la minute ou à l’heure pratiquement partout. En PHEV qui n’a qu’une recharge lente, c’est pas économique. D’ailleurs, le modèle 2016 de la Ioniq electric recharge beaucoup plus vite que le modèle 2020, qui a pourtant une batterie bien plus grande. C’est totalement absurde. On le voit sur le simulateur là : en Ioniq electric, Paris-Clermont se fait en 9 heures avec 4 heures de charge. Moi je dis non.
Encore avec la Kona 64 kWh, c’est seulement 1h30 de charge : deux pauses de 45 minutes pour grignoter, c’est totalement acceptable et ce sont les pauses qu’on ferait normalement (en Tesla, une pause de 30 minutes suffirait, et encore : le trajet pourrait pratiquement se faire en une seule fois avec une Long Range en roulant tranquilement)

– la carte KiWhi pass proposée (gratuitement) par Hyundai à l’achat du véhicule ne m’a servi à rien pour le moment. On en revient toujours au même : le réseau est fragmenté. Y a des bornes à 500 m de chez moi, mais ce n’est pas une borne KiWhi ! C’est un autre truc pour lequel il me faudrait une autre appli ou une autre carte. Dans le village voisin c’est bien une borne KiWhi, et sur les autoroutes, c’est généralement le réseau Ionity. Et les parkings municipaux proposent généralement leur propre trucs avec un abonnement à prendre en mairie. Tu parles d’un foutoir.

— En fait, si vous avez réellement besoin de charger d’urgence : allez voir n’importe quel camping : s’ils sont sympa ils vous prêteront une prise si vous proposez de payer pour les kWh que vous prenez (faites juste gaffe à l’intensité maximale de charge possible sur la prise).

– le prix d’une recharge électrique complète sur l’hybride rechargeable (donc 50-60 km) coûte environ 1,5 € au tarif EDF Base (et dure 3 à 5 heures selon la vitesse de recharge). Disons 3 € / 100 km. C’est toujours nettement moins cher que l’essence. C’est un peu moins cher encore au tarif heures-creuses.

– Ah oui : la charge de la voiture ne démarre pas sur on branche le câble sur une prise dénuée de fiche de terre. Compréhensible (et même encore heureux !), mais faut le savoir. Du coup, un fil de cuivre relié à la fiche de terre et au tuyau d’eau en cuivre et ça marche.
À ce sujet : fuck le format de prise français (non-réversible et non compatible avec les câbles au standard allemand), là où le standard allemand est compatible avec le français et est réversible : la fiche de terre est sur les côtés. Désormais on trouve partout des rallonges et des prises qui font les deux, mais dans les vieilles maisons, c’est pas forcément le cas).

https://ev-move-hyundaifrance-site.benomad.com/

#19547

Lightning Generator Made Of Water (DIY Marx) - YouTube

Un générateur d’arcs de ~150 000 V avec… de l’eau (et un petit générateur primaire) !

C’est en fait un multiplicateur de tension relativement ingénieux dans son fonctionnement (explications dans la vidéo).

Pour le visuel, j’aime énormément le générateur Cockcroft-Walton (à base de condensateurs et de diodes, en cascade), voir sa vidéo.

Et pour le côté aquatique et mystique, voyez également l’étonnant Orage de Kelvin (Kelvins Thunderstorm), voir la vidéo là, qui fonctionne juste avec de la pluie et quelques tamis de cuivre.

https://www.youtube.com/watch?v=WDfZFSay_1A

#19546

GitHub Archive Program: the journey of the world's open source code to the Arctic - The GitHub Blog

Ceux qui connaissent la série littéraire Foundation, pourront y voir un parallèle (qui ne présage rien de bon, d’ailleurs).

Rappelons que Svalbard est une des îles les plus au nord de la Terre et choisie pour un nombre important de raisons : peu d’habitation, stabilité géologique (à comparer à l’Islande, par exemple), stabilité géopolitique (à comparer à la Russie – et même si l’île est officiellement à la Norvège, elle a un statut relativement indépendant).

Le fait que ce soit dans les régions glacées est important pour la conservation. Svalbard n’est pas juste un dépôt de données numérique, mais c’est aussi une immense forteresse pour les graines des plantes du monde entier : la Réserve mondiale de semences du Svalbard.

Pour info :
https://www.youtube.com/watch?v=2_OEsf-1qgY (dans la réserve, par Véritasium)
– et l’épisode 4 « Vavilov » de Cosmos – Possible Worlds en parle (enfin, parle surtout de l’histoire de la création d’une telle réserve, dont Svalbard est aujourd’hui l’aboutissement.

https://github.blog/2020-07-16-github-archive-program-the-journey-of-the-worlds-open-source-code-to-the-arctic/