#18489

Defiant, l'hélico du futur à double rotor et hélice de propulsion - Le Point

Futuriste, je ne sais pas, mais original en effet.

Sur un hélicoptère classique, le bout de la pale tranche l’air à environ 400 km/h aussi : si l’hélicoptère avance à cette vitesse, alors d’un côté de l’hélico la pale passera dans l’air à 800 km/h et de l’autre à 0 km/h : il y a donc un déséquilibre dans la portance et l’appareil devient instable. D’où les limites de la vitesse pour les hélicos, restant en dessous de 400 km/h.

Sur celui là, la portance devrait rester symétrique, vu que les deux pales vont à sens opposé : il permet donc d’aller bien plus vite.

ÉDIT : Blux me signale également une autre limite : le bout de la pale atteint une fraction importante de la vitesse du son. Des pales de 10 mètres tournant à 350 tr/min, voient les bout des pales se déplacer à Mach 0.5.
Si on s’approche de Mach 1, et donc l’apparition d’une onde choc (le bang supersonic) suffirait pour détruire la pale.

À de telles vitesses, le passage d’une pale se fait dans le flux d’air perturbé de la pale au passage précédent.

Faire tourner les pales plus vite n’est donc pas possible, et on est limité en vitesse de rotation des pales (et donc en portance et en vitesse de déplacement).

https://www.lepoint.fr/high-tech-internet/l-helicoptere-futuriste-defiant-a-effectue-son-premier-vol-25-03-2019-2303612_47.php

#18487

«Proche du burn-out», «rincé», isolé… la mauvaise passe de Macron

Quand on est fragile, on ne se met pas dans des situations risquées pour sa santé.

Blague à part, c'est vraiment dommage que le burn-out ne soit pas reconnu comme maladie du travail, hein ?

(oui, je trouve limite jouissif de voir les situations injustes se retourner comme ceux qui les ont rendues comme telles.)

http://m.leparisien.fr/politique/proche-du-burn-out-rince-isole-la-mauvaise-passe-de-macron-30-03-2019-8043147.php

#18486

LDB #11 - "J'assume" - La politique en mode thug- YouTube

Pourquoi les politiques qui "assument" n'assument en fait rien du tout, premièrement en détournant le sens de se mot, et deuxièmement en l'employant alors que leur poste (à pouvoir) ne le leur permet pas : "assumer" c'est reconnaître une erreur ET en accepter les conséquences. Or, on ne risque pas grande chose quand on est sous immunité ou que les conséquences légales peuvent être modifiées grâce à notre pouvoir...

(on m'a partagé cette vidéo quand j'ai remarqué (sur Twitter) qu'il y avait une mode de l'emploi du "j'assume totalement <cette chose mal>" : ceux qui font ça cherchent généralement à légitimiser et à excuser la <chose mal> qu'ils viennent de faire, alors que "assumer" ce n'est pas du tout ça.
Comme c'est dit dans la vidéo : assumer une chose reprochée, c'est la reconnaître comme reprochable (donc comme une erreur) et en accepter les conséquences (légales par exemple) et la responsabilité.

Si on n'a pas fait d'erreur, il n'y a pas lieu d'assumer quoi que ce soit.
Si l'on n'est responsable (légalement, par exemple) d'une erreur, l'assumer n'a aucune valeur dans son discours, car on ne risque rien des conséquences.

https://m.youtube.com/watch?v=v6LsFt0njkQ