#16697

Real-Time Lightning Map :: LightningMaps.org

Une carte d’impacts de foudre en temps réel, avec option « plein écran ».

Les données viennent de BlitzOrtung : http://fr.blitzortung.org/contact.php#contribution_7 , dont le site est assez sobre et sans vraiment d’options (mais c’est son API qui permet à lightningmaps de fonctionner).

https://www.lightningmaps.org/?lang=en#m=sat;r=1;t=1;s=121;b=25.43;n=0;y=46.1139;x=13.9256;z=3;d=2;dl=2;dc=0;dn=1;ra=0;

#16696

[note] De la gauche à la droite.

De la gauche à la droite.

L’adjectif littéraire relatif à « gauche » est « senestre », et à « droite » est « dextre ».

La droite est associée au bien : un droitier est (étymologiquement) aussi doué de « dextérité ». Le terme de « droit » comme dans l’expression « études de droit », tout comme dans « une ligne droite », sont identiques avec la même origine. À chaque fois cette même idée de bien, ou de perfection y est représentée.

À l’opposé, le côté gauche est associée au mal.

D’ailleurs, « être gauche » signifie être maladroit… ou est-ce… mal-à-droite ?

Si être « quelqu’un de droit » est plutôt un compliment, une personne qui ne l’est pas est qualifiée de « faux ». L’anglais a conservé cette opposition : “wrong” (faux) et le contraire de “right” (vrai ; mais aussi droit (la rectitude), ou droit (le côté), ou droit (de l’Homme)).

Le mot « senestre », associé au côté gauche donc, est le contraire de « dextre ». Le contraire de la droiture, du droit, et plus généralement du bien, c’est le mal, le malheur…
Une annonce malheureuse, est d’ailleurs un « sinistre ».
Sinistre. Senestre. Gauche.

Le sens des mots les plus simples est parfois des plus surprenant.

Et dans ce texte, le sens des mots, c’est de la gauche à la droite.

https://lehollandaisvolant.net/?mode=links&id=20170816210724

#16694

Cannon Lake, Ice Lake : Intel précise son calendrier pour les processeurs en 10nm - Tech - Numerama

10 nm…

Cette finesse correspond à la taille d’une des bornes d’un transistor. À ce niveau là, ça représente une épaisseur de l’ordre de quelques dizaines d’atomes.

Et les électrons, qui constituent le courant électrique, et dont la circulation ou non produit un 1 ou un 0, peuvent parfois franchir ces 10 nm sans même fermer le circuit (par un effet de la quantique : l’effet tunnel) : c’est alors un gros soucis : imaginez un interrupteur normal mais avec lequel la lumière reste allumé même en position « off » !

Voir ça : https://couleur-science.eu/?d=2015/11/04/19/27/17-comment-fonctionne-un-transistor

http://www.numerama.com/tech/282368-cannon-lake-ice-lake-intel-precise-son-calendrier-pour-les-processeurs-en-10nm.html