#16208

Le détail qui tue - alterlibriste

À mon avis, on ne peut juger de la qualité d’une distribution que par rapport à ses propres critères/besoins : accessibilité, stabilité, compatibilité matérielle, innovation, disponibilité de logiciels, environnement de bureau, gestionnaire de paquets, niveau requis, etc. Mais ces critères seront propres à chacun et feront qu’un choix sera bon pour l’un mais pas applicable à un autre.

Gros +1.

C’est d’ailleurs pour ça que, même si je continue de trouver Linux super génial et que je trouve Windows toujours autant à chier, et que je le dis souvent, j’ai arrêté de forcer la main sur les gens et de rester à ma place en disant « ok, fais comme tu veux ».

C’est ce que j’explique dans « les phases » d’un linux-user.

Concernant la correction des détails qui tuent, ben… Pour Linux Mint — qui est mon du moment —, j’ai ma liste de tweaks ici.
J’en ai aussi une pour Windows 10, mais beaucoup plus courte, là : checklist Windows 10.

Enfin, une checklist pour Firefox (quoique [Édit : oui, très] désuète un peu) est dispo là.

http://alterlibriste.free.fr/index.php?post/2017/01/30/Le-détail-qui-tue

#16204

Le design dans le libre : pistes de réflexion

Je fais également partie des gens qui préfèrent une interface jolie pour ses logiciels.

À côté de ça, je préfère bien souvent passer par la ligne de commande aussi. Est-ce contradictoire ? Non : on peut styliser les lignes de commandes avec des espaces et des couleurs. Ça en devient très clair avec quelques tweaks.

Pour les GUI, faut pas non plus tout mélanger : un logiciel peut-être très complet avec une jolie interface, tout en étant impossible à utiliser efficacement. S’il faut 15 actions pour changer un truc, c’est perdu…

Je reste néanmoins convaincu qu’on peut concilier tout ça et avoir une interface efficace, jolie le tout pour un logiciel qui offre plus que 2 fonctionnalités.

http://mariejulien.com/post/2017/02/08/Le-design-dans-le-libre-%3A-pistes-de-réflexion