#14071

Elon Musk s'inquiète d'une troisième guerre mondiale où la technologie aurait le mauvais rôle

« Les propos du patron de SpaceX sont certes alarmistes, mais reflètent cependant une réflexion pertinente : on a sans doute tort de croire que l'évolution technologique sera toujours bénéfique à l'humanité. »

C’est oublier que la majeure partie des inventions sont nés du financement de la guerre.

Le téléscope par exemple : Vous pensez que Galilée l’a fait pour regarder les étoiles ? Nope ! Il a été financé pour que les militaires pouvaient scruter l’horizon et voir l’ennemi arriver.

Même chose pour le four à micro-onde (découvert par hasard sur un radar de l’armée), des couvertures de survie (produit par la Nasa, qui lui-même n’aurait jamais été créé s’il n’y avait pas la guerre froide et la « course » avec l’URSS), et en fait un peu tout.


Comme dirait Neil Tyson : il y a deux choses qui sont responsable de la technologie : 1) "je ne veux pas mourir" (et donc il faut créer et financer une armée qui va nous protéger) et 2) "je ne veux pas mourir pauvre" (et où arrive la question de l’argent et de l’économie au sens très large).
Ce sont la défense/l’armement d’une part et l’économie qui produisent la majorité de la technologie.


Le couteau suisse, le laser, l’ordinateur, l’astronomie, les montres, les drônes, le GPS, l’acier, la super-glue,… Tout ça voit leurs créations dans un but de répondre soit à « je ne veux pas mourir », soit à « je ne veux pas mourir pauvre ».
http://www.clubic.com/mag/sciences/actualite-789422-elon-musk-inquiete-troisieme-guerre-mondiale-imagine-technologique.html

#14070

Les députés contraignent eBay, Airbnb, PriceMinister à la pédagogie fiscale auprès de leurs utilisateurs - Next INpact

Comprendre « eBay, Airbnb, PriceMinister vont collaborer avec le fist… heu, pardon : le "fisc" pour traquer les fraudeurs ».

Mais… par contre, ces entreprises elles-mêmes pourront continuer à faire des montages fiscaux pour ne pas payer d’impôts.

C’est ça q'ça veut dire.
http://www.nextinpact.com/news/97710-les-deputes-contraignent-ebay-airbnb-priceminister-a-pedagogie-fiscale-aupres-leurs-utilisateurs.htm

#14069

Note : aque j’aime Cloudflare (ou pas)

L’IP du jour que m’a m’attribué mon service VPN est blacklistée par Cloudflare : tous les sites sous Cloudlfare m’envoient sur une page avec un captcha.

Super pratique pour naviguer, hein ?

Mais c’est encore plus pratique pour un lecteur RSS qui se connecte automatiquement à tous ces sites et qui se voient donc refuser la page.

Résultat : un bon quart des sites sont inaccessible par RSS dans mon lecteur (environ 40 sites sont en rouge là).

*clap clap clap*

Il est beau mon web en 2015.
Ah, que c’est beau.
http://lehollandaisvolant.net/?mode=links&id=20151214194251

#14068

Note : la mesure en physique

Il est impossible de mesurer quelque chose de façon exacte et vraie. La « valeur vraie » d’une grandeur ne peut jamais être obtenue.

Exemple : si tu as une bassine d’eau, que tu veux en connaître la température, tu vas y plonger ton thermomètre.

Sauf que… le thermomètre, en prenant la température de l’eau va modifier la température de cette eau : si l’eau est en réalité à 50 °C (ce qu’on ne sait pas) et le thermomètre à 20 °C (il affiche 20 °C), alors si on plonge le thermomètre dans l’eau, les deux vont s’équilibrer à environ 49,99999999 °C : la mesure est faussée, et on ne connaît pas la température initiale de l’eau (et jamais on ne la connaîtra).

Une façon de contourner le problème serait de chauffer le thermomètre à 50 °C avant de la plonger dans l’eau. Mais, hé ! Comment on sait qu’il faut la chauffer à 50 °C et non à 55 °C ? On ne sait pas, car c’est justement pour ça qu’on veut plonger le thermomètre dans l’eau !

De même, si on utilise un thermomètre infrarouge, alors on mesure la chaleur qui s’échappe de l’eau. Or, si de la chaleur s’échappe de l’eau, l’eau refroidit, et donc la mesure n’est plus à jour.

Il y aura toujours une erreur, quelque soit la méthode. La science de la mesure (métrologie) consiste à deux choses : 1) à défaut de pouvoir la supprimer, il faut réduire le plus possible cette erreur de mesure 2) savoir quantifier cette erreur (c’est à ça que servent les marges d’erreurs, du style 49,99 ± 0,02 °C : si on a bien fait son boulot, la valeur vraie (50 °C) se trouve dedans, mais on ne sait pas où car ça, c’est impossible).

La seule solution est donc d’utiliser un thermomètre le plus sensible possible (pour quantifier le plus précisément possible la température et l’erreur commise — un thermomètre qui dit 49 °C ± 150 °C, ça ne sert pas à grand chose) et qui modifie le moins possible la température de l’eau (pour réduire cette erreur le plus possible — un thermomètre le plus petit possible est une solution pour ça). Une seconde amélioration possible, c’est d’utiliser une bassine plus grande, avec plus d’eau : l’eau refroidira beaucoup moins… mais jamais de rien du tout. On joue donc soit sur l’instrument, soit sur les conditions de mesures pour réduire l’erreur.

Dans le premier cas, un instrument qui mesure le plus précisément possible coûte cher et il faut l’étalonner (afin de connaître l’erreur systématiquement présente), et dans le second cas, les conditions de mesure sont plus contraignantes. Il faut donc faire un compromis et compromettre quelque chose : la précision, son porte-feuille ou la faisabilité de la mesure.


Et ça fonctionne sur toutes les grandeurs : une longueur n’est pas non plus mesurable : aligner l’objet à mesurer avec sa règle graduée, ce n’est jamais exact (et en plus faut le faire à deux endroits). Et pour certains appareils de mesure (pied à coulisse par exemple), il faut mesurer la longueur en comprimant l’objet, qui se déforme donc (de façon infime, certes, mais un peu quand même).

Pareil pour la vitesse d’une voiture : un radar c’est un rebondissement d’énergie sonore, et si ça rebondit, ça réduit la vitesse de la voiture. Là aussi, l’altération de la mesure est faible (suffisamment pour savoir si il y a excès ou non, et si on met de côté l’incertitude (qui n’est pas une erreur de mesure) qui est ici bien plus grande car on parle de ± 5 % généralement), mais il y a altération quand même. C’est pour ça que la « valeur vraie » de la vitesse n’est pas connue ni connaissable.
http://lehollandaisvolant.net/?mode=links&id=20151214192018

#14066

Résultats régionales : Jean-Yves Le Drian annonce qu’il cumulera ministère de la Défense et présidence de la Bretagne - Le Lab Europe 1

Sous prétexte de l’État d’Urgence, évidemment.

Et pourquoi pas fusionner le poste de premier ministre et de président dans le poste de Guide, tant qu’on y est ?

Oops, pardon, j’ai gagné un point ^^.
http://lelab.europe1.fr/resultats-regionales-jean-yves-le-drian-annonce-quil-cumulera-ministere-de-la-defense-et-presidence-de-la-bretagne-2635357

#14064

@epenser Dualité onde-corpuscule - 35 - e-penser - YouTube

Je ne suis pas convaincu qu’il soit impossible de se représenter mentalement ce qui se passe à l’échelle quantique. On peut toujours se le représenter d’une façon qui nous convienne, et forcément un jour il y aura quelqu’un qui trouvera une représentation fidèle à la réalité, même si c’est différent de tout ce qu’on voit dans la vraie vie.

C’est comme essayer de se représenter une 4e dimension spatiale (cf le film "Dimensions", de l’ENS Lyon) ou imaginer les distorsions de l’espace et du temps en relativité : certains y arrivent. Tout comme certaines personnes arrivent à réciter 12932389 décimales de Pi, ou de calculer la racine 12e de n’importe quel nombre : le cerveau est illimité de ce côté là.

En fait c’est même plus simple : les maths sont eux-mêmes totalement abstraites : rien dans la nature ne nous parle numériquement de la constante d’Euler ou d’Archimède, pourtant on se représente assez bien ce que c’est. De même que le nombre 0. Si notre cerveau est capable de se représenter ce que signifie la quantité « zéro », les racines carrées ou un système d’équations, je ne vois pas pourquoi se représenter la physique quantique n’est pas possible.
Le fait que ça dépasse la réalité de la vie et qu’il s’agisse d’un concept totalement nouveau, oui, je suis d’accord, mais que ça nous dépasse ? Pas convaincu : le nombre « 0 » a mis des milliers d’années à apparaître et surtout à se propager dans la vie de tous les jours. Je pense que le temps viendra où la physique quantique et la relativité deviendront intuitifs pour tout le monde.

Par contre, il n’est pas forcément possible d’utiliser le langage pour transmettre notre façon d’imaginer ce qui se passe (et ça c’est un problème). En quantique, c’est comme tu dis, quasi-impossible (et c’est pour ça qu’on utilise des équations, qui modélisent ce qu’on veut dire, plutôt que des mots qui n’existent pas encore).


Enfin, pour se représenter ce qu’est une fonction d’onde d’une "particule" qui se propage, on peut faire l’analogie au son (le bruit). Si tu fais un "bang", le son va se propager et arriver à nos oreilles. On sait que la pression de l’air, elle est toujours là : c’est le champ de pression de l’air (dont la moyenne est centrée sur la pression atmosphérique). Par contre, si on visualise la piste audio qui capture le "bang", on verra un pic d’intensité : c’est notre "bang".

Le bang est bien ponctuel (ou quasi, si on zoom un peu), mais fait en réalité partie de toute la piste audio : http://lehollandaisvolant.net/img/91/audacity-scsh.png
https://www.youtube.com/watch?v=kZTUhGhJfwk

#14062

image - 530x530px

« A Muslim, a Jew, a Christian, a Pagan, and an Athiest all walk into a coffe shop…

… and they talk, laugh, drink coffee and become good friends. It’s not a joke. It’s what happens when you’re not an asshole. »
https://lh3.googleusercontent.com/-ow3hCa19jrs/Vm1_oqJR6yI/AAAAAAAB6L8/Um7Omq7uK8I/s530-p/FB_IMG_1450014586543.jpg

#14061

Les trois médicaments étaient en fait le même : Nurofen condamné pour tromperie - SudOuest.fr

Voilà le problème avec la médecine !

Ce n’est pas que les vaccins ne marchent pas, ou que les médicaments ne marchent pas, ou qu’il faille se tourner vers les marabouts ou les druides.
C’est qu’il y a une industrie derrière dont le but est de nous entuber même sans suppositoires.

Et comme je disais l’autre jour sur Twitter : si pour le médecin on est un patient, pour un pharmacien on est un client. Et un bon client, c’est un client qui dépense et qui revient.

Il n’y a pas plus belle illustration que cet article.

(* par "pharmacien" je signifie plus généralement "l’industrie pharmaceutique", pas forcément le vendeur dans sa boutique)
http://www.sudouest.fr/2015/12/14/australie-le-fabricant-du-nurofen-sanctionne-pour-tromperie-2216768-4696.php

#14060

image - 530x530px

Soirée à thème sur TF1 : 19h50 : soirée électorale ; 21h00 : le dîner de cons.

Ils sont fort quand même.

(je pense que c’était hier, j’irais pas vérifier).
https://lh3.googleusercontent.com/-IXjBqXoUiRY/Vm3TKLKK9iI/AAAAAAAAX5c/2A-ctKH3UfA/s530-p/2015%2B-%2B1

#14059

42 choses que vous ignoriez peut-être sur la langue française

« 20. «ouaouaron» et «youyou» sont les seuls mots français à comporter six voyelles consécutives (hors formes conjuguées de verbes). »

Je m’attendais à trouver l’équivalent avec les consonnes, mais il n’y est pas.

Nietzschéen et calcschiste (5 consonnes) sont les deux que je connaissais, je viens d’en trouver d’autres (curieusement d’origine allemande ou russe) : borchtchs (7), schtschi (7 — faut dire qu’en cyrillique, certaines lettres représentent 4 ou 5 consonnes latines d’un coup) et bayerischer gebirgsschweisshund (7, à vos souhaits — qui est une race de chien qu’il vaut mieux ne pas avoir si on a du mal à prononcer les mots).

(via)
http://www.buzzfeed.com/bullo/42-choses-que-vous-ignoriez-peut-etre-sur-la-langue-francais#.mt9eEKOR08