#12828

Deux horloges mises côte à côte vont se synchroniser

Très sympa, ça me fait penser à ça : https://www.youtube.com/watch?v=RjF1_eDEsqc , où 32 métronomes désynchronisés vont peu à peu se synchroniser toutes seules.

Tout ça se passe au moyen de la table, qui bouge (pour les horloges, c’est le mur et possiblement l’air qui sont les média des vibrations).

Plus étonnant, il se passe la même chose avec les planètes et les lunes : certaines lunes de Jupiter sont en résonance orbitale : Io, Europe et Ganymède sont ainsi en résonance 1:1, 1:2 et 1:4 respectivement : pendant que Io fait un tour de Jupiter, Europe en fait exactement 2 et Ganymède exactement 4. Ça signifie également qu’à chaque fois que Ganymède fait la moitié d’une révolution, ces trois lunes sont alignées.

Le médium de l’oscillation est Jupiter lui-même : quand Io est d’un côté, Jupiter est légèrement plus éloigné (force centrifuge). C’est vraiment très léger, vu la masse relative des deux astres, mais ça suffit pour influencer les autres Lunes. Quand Io est d’un côté, donc, et si Europe est de l’autre, Jupiter s’est donc un peu rapproché d’Europe (à cause d’Io) et Europe doit aller plus vite pour échapper à la gravité. Il va donc peu à peu rattraper Io et son orbite va peu à peu s’agrandir, jusqu’à atteindre un point de stabilité, où les accélérations/éloignement vont devenir régulières. On se retrouve alors avec des orbites en résonance.

Pour les planètes, Neptune et Pluton sont également en résonance (3:2) et Vénus et la Terre, ou la Terre et Mercure, ou encore Neptune et Saturne… Et en fait toutes les planètes sont environ en résonance avec les autres : https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9sonance_orbitale
Le médium ici est le Soleil, dont le centre de masse oscille très légèrement par rapport au centre de masse du système solaire (le Soleil concentre à lui seul plus de 99,98% de la masse du du système solaire ; et plus de la moitié des 0,02% restants se trouve dans Jupiter seul…).

En plusieurs milliards d’années, l’ensemble a pu trouver un rythme cohérent et stable.
(mais ça ne m’empêche pas de trouver que la mécanisme céleste est un foutoir. Un joli foutoir, mais un foutoir quand même)
http://secouchermoinsbete.fr/63924-deux-horloges-mises-cote-a-cote-vont-se-synchroniser

#12827

plainJS - The Vanilla JavaScript Repository - Le Hollandais Volant

Je vous avais parlé récemment de FlexImages, pour placer les images de telle sorte à faire un mur d’images qui n’ait pas de lignes plus grandes que les autres.

Ce que ces scripts font, c’est un calcul d’optimisation de la disposition des images, pour que chaque ligne fasse la bonne hauteur et que l’aspect des images ne soient pas trop déformé.

C’est génial, mais ça reste un brin lourd quand on a 1200 images.

On peut faire quelque chose de relativement propre simplement en CSS aussi, avec flex.

Démonstration là : http://lehollandaisvolant.net/tout/examples/tiles/

— 15 lignes de CSS
— pas de JS
— pas de hack
— supporté partout

Ce n’est pas aussi parfait que les méthodes en JS, mais c’est largement plus léger et simple à mettre ne place, non ?

On peut optimiser un petit peu avec du JS : calculer l’espace entre chaque image d’une ligne, et si il y a trop de blanc, on élargit un peu l’image pour supprimer l’espace blanc (ça va déformer l’image, mais pas assez pour que ça se voit ou que ce soit désagréable) ; et ceci pour toutes les lignes (ce qui n’est pas évident non plus, car le retour à la ligne est automatique.

ÉDIT : voilà voilà, 20 lignes de JS très basiques et c’est parfait : http://lehollandaisvolant.net/tout/examples/tiles/index2.html

ÉDIT 2 : j’ai mis tout ça sur Github : https://github.com/timovn/jscss-tiles

ÉDIT 3 : J’ai amélioré un peu encore tout ça : il y a un petit test pour savoir si ça vaut le coup de réduire les images d’une ligne pour afficher la suivant ou s’il vaut mieux agrandir les images et laisser la suivante sur la ligne d’après. Sur cette capture on voit en vert les images qui sont élargies et en rouge celles qui sont rétrécies. C’est fabuleux.
http://lehollandaisvolant.net/?mode=links&id=20150708222904

#12826

[CSS] La spécificité des sélecteurs - Le Hollandais Volant

Si je fais ça en CSS :
#top a { color: red; }
a:hover {color: green}


Pouvez vous me dire ce qui se passe quand je passe la souris sur le lien ? Sera-t-il vert ou rouge ?

L’article vous donne la réponse !
http://lehollandaisvolant.net/?d=2015/07/29/17/37/48-css-la-specificite-des-selecteurs