#18886

Hydrogène : une technique pour l'extraire à grande échelle - Sciences et Avenir

…à partir de sables bitumeux et des champs pétrolifères.

Donc en gros, ce qui pourrait être une énergie propre et gratuite (si produite localement avec un surplus d’énergie propre), devient une énergie aussi sale que le pétrole.

*facepalm*

https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/developpement-durable/une-societe-canadienne-veut-extraire-de-l-hydrogene-a-partir-de-champs-petroliferes_136443?xtor=RSS-15

#18885

Fournitures de rentrée - Liens en vrac de sebsauvage

Le cahier c’est le début…

J’avais une prof qui exigeait de la colle repositionnable. Elle avait la manie d’arracher les feuilles collées des pages des cahiers, si c’était pas au bon endroit ou mal découpé. La colle repositionnable prend tout son sens là, mais c’est quand-même galère.

Après j’avais une prof d’histoire qui voulait un cahier 2B (ou je ne sais pas quoi d’autre) car ça s’effaçait mieux sur les schémas et les cartes, le prof qui voulait des feuilles couleurs, ou encore le prof de math qui voulait une calculatrice graphique à 300 € alors qu’un convertisseur euro aurait suffit pour toute l’année (de toute façon les calculettes programmables sont interdites au examens désormais…).

Ah et je ne pige toujours pas pourquoi les collèges et lycées ne font pas des achats groupés pour proposer des « packs » de fournitures aux familles prétaillés pour chaque classe. Un peu comme en primaire (dans mon cas et y a 20 ans).

Ou alors que les établissements fassent un effort et interdisent au prof ce genre d’excentricités : grand cahier ou grand classeur, point.

Mais j’imagine que Mr Carrefour ou Mme Auchan en profitent tous les ans pour proposer 23495435098 références différentes.

ÉDIT : Seb (non pas Sauvage, un autre pour le coup) me dit que certaines associations de parents d’élèves font ça : ils commandent en gros, font des pack et vendent ça aux parents.

https://sebsauvage.net/links/?pI96oA

#18884

Earth's Rotation Visualized in a Timelapse of the Milky Way Galaxy

Quand on regarde le ciel durant des heures (en timelapse), le ciel tourne. Ici, ils ont fixé le ciel et du coup c’est le sol qui bouge.

C’est court, mais ça donne déjà un effet de « grandeur » au ciel. En tout cas c’est une bonne idée.

https://www.geeksaresexy.net/2019/08/17/earths-rotation-visualized-in-a-timelapse-of-the-milky-way-galaxy/

#18883

📰 Une technologie de chargement automatisée pour les véhicules électriques

L’idée est sympa : on se gare, ça recharge, mais l’induction, à part pour cuisiner, je ne pense pas que ce soit l’avenir.

Ils feraient mieux de mettre une prise de recharge sous la voiture et un petit bras articulé qui va se docker dessus quand la voiture est arrêtée.

L’induction, c’est déjà 30 % de pertes dans le meilleur des cas (en pratique, pour les téléphones, on perd entre 30 et 54 % d’énergie). Avance ta voiture 50 cm de trop ou pas assez et t’as encore plus de pertes.

Et puis j’espère qu’on rigole : les super-chargeurs (Tesla ou autres) délivrent 100 kW. C’est une puissance absolument colossale : c’est à peu près la consommation moyenne d’un immeuble de 100 appartements.

Faire passer dans un fil de cuivre c’est déjà quelque chose, faire passer ça en induction, j’attends de voir et de rire : les forces magnétiques doivent être tellement intenses que la voiture de 2 tonnes pourrait bien être projeté au plafond au moment de l’allumage.

PS : on peut bien-sûr recharger moins vite, mais si c’est pour rester parqué durant 15 heures, hormis la nuit, ce n’est pas intéressant.

Dans un monde où l’on devrait plutôt réduire les pertes au maximum, l’induction n’est clairement pas la solution. Vous imaginez : sur 58 réacteurs nucléaires en France, en avoir 20 qui tournent plein pot pour rien ? Juste parce que brancher un fil en sortant de sa voir c’est trop déjà trop en demander ?

Et puis payer 30 % en plus, ça reviendrait à réduire le principal avantage d’une voiture électrique, à savoir pourvoir faire le plein pour 10 €.

Bref, idée pratique à l’usage, mais catastrophique sur le plan énergétique, écologique et même philosophique (l’électrique est là pour réduire les émissions de GES, pas en exploser la production par une gestion débile de la recharge).

PS : l’induction est, en revanche, phénoménal pour cuisiner : le rendement est d’environ 90 %, là où le gaz est à 50 % et le reste (thermique / vitro / …) sont tous assez mauvais aussi.

Si l’induction marche bien ici, c’est parce que l’énergie est transmise directement à la casserole, et que le chauffage se fait directement dans la casserole. Il n’y a besoin de chauffer l’air, que l’air se déplace contre la casserole, chauffe la casserole par conduction, qui ensuite chauffe les aliments.

Il n’y a que très peu de pertes pour l’induction, et la poêle prend très vite la température voulue. Qui plus est, hormis un petit ventilo sur certains modèles, il n’y a aucune pièce mobile ni aucune pièce dans l’appareil qui chauffe. Seule la casserole chauffe (la plaque elle-même chauffe parce que la casserole est dessus, ce n’est pas comme une plaque en fonte à résistance électrique).

https://www.techno-science.net/actualite/technologie-chargement-automatisee-vehicules-electriques-N18711.html

#18881

Les 10 plus grandes inventions du XVIIIe siècle – livres et science

https://livresetscience.com/2019/08/16/les-10-plus-grandes-inventions-du-xviiie-siecle/

#18880

@physicsfun on Instagram: “Heat Pipe: a device that transfers heat with great efficiency- as demonstrated by this fantastic kit from @educational_innovations. Here a…”

Les caloduc dans un système de refroidissement (de PC par exemple) sont creux. Ils contiennent un liquide à basse pression.

Si un côté est ne serait-ce que légèrement réchauffé d’un côté, le liquide s’évapore davantage à cet endroit. La vapeur (avec la chaleur) migre de l’autre côté où il se recondense et libère sa chaleur, où le ventilateur l’évacue dehors.

Sur cette vidéo, on note la rapidité avec laquelle tout cela se fait.

Cet après-midi, je me suis amusé avec un refroidisseur de PC, un module Peltier et une bougie. J’ai été réellement bluffé par l’efficacité du truc !

La face au dessus de la bougie est montée à environ 100 °C, mais la grille du refroidisseur est resté à environ 26 °C (le ressenti au toucher faisait état d’une surface froide !).

Bien-sûr, il y avait un petit ventilateur qui soufflait (alimenté par le module Peltier, lui-même, au passage — c’était ça l’objet de mon bricolage !), mais quand-même : réussir à la chaleur d’une pièce d’alu à 100 °C au dessus d’une bougie au point de maintenir la partie froide à 25-30 °C, ça c’est de la thermo :o

***

Concernant le fait que le module Peltier alimente le ventilateur destinée à refroidir la face froide dudit module… Ce n’est pas de la magie ni de l’énergie libre (j’écrirais un article sur ça).

Ce que j’ai trouvé amusant, c’est que si le ventilateur s’arrête de tourner, le radiateur n’est plus refroidit, et la face froide du module Peltier non plus. Il s’en suit une baisse de tension (tension qui est proportionnelle à la différence de température) et une impossibilité de remettre le ventilateur en route (tension trop basse).

Pour remettre l’ensemble en route, il faut fortement chauffer la face chaude d’un coup : ça va faire remonter subitement la tension et mettre le ventilateur en marche. Une fois qu’il tourne et commence à refroidir la grille, c’est bon : le refroidissement suffit pour maintenir une différence de température suffisante entre les deux faces.
On peut aussi refroidir manuellement la grille de refroidissement (avec un glaçon ou en soufflant dessus : ça fera remonter la tension, tourner le ventilo, et c’est bon).

Le système pourrait tourner indéfiniment (suffit de garder la bougie allumée). Mais si, pour une raison ou une autre, le ventilateur est arrêté trop longtemps (quelques secondes suffisent), il est impossible de le remettre en route. À ce moment là, l’ensemble chauffe et pourrait même exploser (les tubes de cuivre sont creux et contiennent du fluide qui peut bouillir et se dilater (en vrai, les tubes sont scellés à l’étain : ce dernier fond à 232 °C, ce qui ouvre le tube et permet de libérer la pression)..

***

Ce système, méta-stable (stable tant que ça marche, mais très instable à la moindre coupure) est exactement ce qui rend les centrales nucléaires actuelles dangereuses.

Les centrales actuelles sont des cocotes minutes refroidies. Si le refroidissement tombe, alors la cocote minute surchauffe et explose (projetant du matériel radioactif dans l’atmosphère).

Faut pas s’y tromper : les centrales nucléaires sont explosives par défaut, et on empêche continuellement l’explosion grâce au système de refroidissement (à Fukushima, c’est ce système de refroidissement qui a été cassé par le tsunami ; et à Chernobyl, ils l’ont volontairement éteint pour faire un test et n’ont pas été en mesure de le remettre en marche pour arrêter l’emballement qui a suivi).

Les centrales nucléaires à sels fondus au thorium, elles, n’ont pas ce soucis.
Là, c’est l’inverse : elles sont éteintes par défaut, et il faut les alimenter pour qu’elles s’allument et produisent du courant. Si le système s’arrête, le matériel radioactif se fige tout simplement. Il n’y a pas de risque d’emballement ni d’explosion.

Elles sont également plus propres, mais moins puissances et ne produisent pas autant de matériel radioactif destiné à l’usage militaire (probablement une des raisons pour laquelle les grandes puissances nucléaires ne veulent pas en entendre parler : France, Chine, USA, Grande-Bretagne…).

C’est comme un moteur de voiture : si on relâche l’accélérateur, le moteur n’est plus alimenté et on fini par s’arrêter. C’est sûr. Ça c’est un réacteur au thorium.

Maintenant imaginez un système inverse : un moteur qui est fortement alimenté par défaut (donc accélérateur à fond) et c’est à l’utilisateur de modérer manuellement l’accélérateur. S’il lâche la pédale, plus de modération et le moteur s’emballe. Ça, c’est un réacteur nucléaire actuel.

https://www.instagram.com/p/B1MUQAaBz4s/

#18878

Une faille massive révèle plus d’un million d’empreintes digitales

Le système « utilisé par pas moins de 5.700 organisations dans 83 pays, notamment la police, les banques et le service de défense britannique » utilisait une base de données qui « était accessible au public ».

What could possibly go wrong?

https://www.presse-citron.net/une-faille-massive-revele-plus-dun-million-dempreintes-digitales/

#18877

MAX · VOAO.CO/ sur Twitter : "Ne me dites pas que je suis le seul à faire ça ^^… "

Visiblement, pour faire les majuscules accentuées, certains cherchent une page web avec ledit accent et font un copier-coller.

Du coup cadeau :


Á Â À Ä Ā Ă Ã Å
É Ê È Ë Ē Ĕ Ẽ
Í Î Ì Ï Ī Ĭ
Ó Ô Ò Ö Ō Ŏ Õ
Ú Û Ù Ü Ū Ŭ Ũ Ů
Ý Ŷ Ỳ Ÿ Ȳ
Ç æ Æ œ Œ

« » … + − × ÷ = ≠ ±

Y a bien-sûr beaucoup plus simple, mais bon.

https://twitter.com/Odrilow/status/1162304094360559616

#18876

North Korea's Tiny, Terrible Airline - YouTube

Honestly, what are trains good for ? Other than low cost, long distance, time efficient, economically stimulating, carbon minimal, socially egalitarian, death reducing transport ?

Nothing !
Because. They. Don’t. Have. Wings.
https://www.youtube.com/watch?v=ZhfchZSlZt0

#18875

Voiture électrique ou thermique : on sait enfin qui pollue le plus

Au delà de 30~40 000 km, l'électrique est plus propre question CO2, et forcément aussi pour les autres gaz (NOx, etc) et comme j'ai expliqué dans un post récent, c'est probablement aussi le cas pour les poussières de freinages.

Ceci représente 2~3 ans d'utilisation seulement (pour 13 000 km annuels, la moyenne en France), et en France, où l'électricité est particulièrement décarbonée.

https://www.downshift.fr/voiture-electrique-ou-thermique-on-sait-enfin-qui-pollue-le-plus/

#18874

Le vote par Internet prépare son retour pour 2020

Ah, comme le vote pour l’ADP ?
Là où t’as des dizaines de personnes qui ne retrouvent plus leur vote ?

Décidément, y a pas que la violence des policiers qui est importée de Russie.

https://www.nextinpact.com/news/108126-le-vote-par-internet-prepare-son-retour-pour-2020.htm

#18873

Il choisit un terme informatique pour sa plaque d'immatriculation, et sa vie tourne au cauchemar

Il a pris "null" pour sa plaque.
Depuis, tous les PV dont l’auteur n’est pas connu arrivent dans sa boîte aux lettres…

Y a pourtant une solution simple pour remédier à ça, ça s’appelle le typage ><.

Pour ceux qui ne programment pas, les variables ($variable) peuvent avoir différentes types : tableaux, nombres, chaines de caractères, valeurs booléens (vrai/faux), null, undefined…

Par exemple :

$variable = null

La variable reçoit la valeur "null". La variable existe, est définie, mais sa valeur est "null", autrement dit « rien ».

Dans le code :

$variable = "null"

La valeur reçoit comme valeur la chaîne de caractère « null ». Sa valeur est une chaîne de caractère « null », mais la valeur n’est pas "null" comme ci-dessus.

La différence est un peu comme la différence entre des chiffres et des lettres :

$variable = 6

Ici, la variable est un nombre : 6.

Par contre là :

$variable = "six"

Ici, la variable est une chaîne de caractères : « six ». Si on veut additionner « six » avec « cinq », le programme affichera une erreur : on n’additionne pas des chaînes de caractères, des mots. Ça n’a aucun sens.

De même là :

$variable = "6"

La variable est encore une chaîne de caractères, à cause des guillemets. En prog (généralement) les guillemets servent à délimiter une chaîne de caractères. Les nombres, eux, sont assignés directement, sans guillemets.

Malheureusement (je pense), certains langages sont laxistes.

Ainsi, ils diront que « 6 » et « "6" » sont égaux. Alors oui, les valeurs sont égales, mais pas les types ! Le premier est un nombre, l’autre une chaîne de caractères.

Or c’est là que le typage est important : on peut faire des tests pour savoir si la valeur correspond ET si le type correspond. Et c’est bien ça qui manque au système informatique dans l’article : ils ne font pas un test de type, juste de la valeur.

Dans d’autres langages, le type est scrupuleusement respecté, et de telles erreurs n’apparaissent pas.

Il y a parfois pire : dans certains langage, la valeur booléenne « false », une chaîne vide « "" », le nombre « 0 », la chaîne « "0" », la valeur nulle « null », la chaîne « "null" », un tableau vide « [] », ou un tableau avec juste 0 dedans « [0] », sont tous égales entre-elles si on typages sont ignorés.
C’est très souvent la source de confusion et de problèmes…

Il y a parfois encore pire : en JavaScript, on peut tester si une valeur est un nombre. C’est pratique si on souhaite vérifier que la variable peut être additionnée, multipliée, etc.
Si on ne le fait pas et qu’on effectue des calculs sur une chaîne de caractères, on obtiendra la valeur/erreur « NaN », pour « not a number », ou « ce n’est pas un nombre ! ».

Ce qui est amusant, c’est que « NaN » possède le même type qu’un… nombre !

https://www.presse-citron.net/il-choisit-un-terme-informatique-pour-sa-plaque-dimmatriculation-et-sa-vie-tourne-au-cauchemar/