Par exemple, chez Franceinfo :

On ne dit plus ↓On dit ↓
néo-naziultra-droite
dix terroristesdix personnes
attentatpassage à l’acte violent

Comme ceci :

i
ÉDIT : spécial pour Macron, j’ajoute cette ligne :

On ne dit plus ↓On dit ↓
camp de concentrationcentre fermés sur sol européen

Oh, et je cite Franceinfo parce que c’est le premier que j’ai vu, mais c’est pareil chez Europe1, LeMonde, LePoint, Libération, Sudouest (quoi qu’ils font un brin mieux), LaDépêche, 20Minutes, France24, RTL et sûrement beaucoup d’autres.

J’ai pas été fouiller trop loin non plus :

i

PS : ceci n’y est probablement pas étranger, vu que tous les journaux veulent plaire à leur patron unique et à ses orientations politiques…

ÉDIT : on me signale que c’est surtout parce que tous les journaux reprennent systématiquement les communiqués du gouvernement (dans le cas présent, d’habitude c’est de l’AFP ou d’autres sources). C’est vrai, mais du coup, je me pose des questions :

  • peut-on parler de propagande dans ce cas là ? Si c’est le gouvernement qui choisit ce qui est dit et la façon dont c’est dit dans la presse du pays ?
  • sur la position du gouvernement, obligé d’édulcorer les propos de choses « gênantes » en regard de l’histoire (les camps, les néo-nazis, etc.)
  • sur le métier de journaliste en ligne, qui se contente de faire du copier-coller ?
  • sur à quoi ça sert d’avoir 50 quotidiens différents, si ils disent tous systématiquement la même chose ?

Il y a quelques jours, la Fondation Blender a vu ses vidéos Youtube bloquées. Son fondateur a même mis une capture d’écran où on voit sa vidéo bloquée chez lui…

En fait, il s’agirait de Youtube qui bloque toute la chaîne tant qu’ils ne monétisent pas la vidéo.

Quand on met une vidéo sur Youtube, on peut choisir de la démonétiser : elle ne montrera donc pas de publicités, et ne rapportera donc pas d’argent non plus.
Il faut croire que Blender a fait ça avec toutes ses vidéos.

Comme Youtube gagne aussi du pognon (la majorité du pognon d’une pub, d’ailleurs), et comme la Fondation Blender est relativement connue et ses vidéos très regardées, ça constitue un manque à gagner pour Youtube.

Et ce dernier leur a donc bloqué la chaîne et fourgué un contrat sous le nez.

Les vidéos de Blender sont désormais de nouveau en ligne, et la version officielle est que c’est une combinaison entre « erreurs humaines » et « erreurs informatiques / d’algorithmes ».

On va s’en tenir à ça, même si on peut faire quelques remarques quand-même :

  • Les réseaux sociaux qui se contentent d’un « oops, désolé » à chaque fois qu’il arrive quelque chose de relativement louche et surtout très ciblé, ça commence à faire là…
  • Youtube héberge et diffuse vos vidéos. Il ne serai pas étonnant qu’ils demandent une contrepartie à ceux qui uploadent des vidéos. Ça semble très logique, et c’est même étonnant qu’ils proposent de désactiver la publicité pour une vidéo qu’on met sur leur plateforme… Ça ne m’étonnerait pas, donc, si dans le futur les pubs sur les vidéos deviennent obligatoires.
  • Youtube a une puissance phénoménale. De très grosses chaînes ont déjà eu des problèmes ou râlent parce que les revenus baissent, pourtant tout le monde reste sur Youtube parce que c’est ce qui rapporte le plus. Du coup, les créateurs sont obligés de passer par eux s’ils veulent avoir de l’audience, et sont donc en quelque sorte « piégés » (alors que Vimeo et Daylimotion proposent eux aussi une solution de monétisation des vidéos). Faites donc attention…

Il semble que Blender l’a compris et s’essaye actuellement à Peertube, qui est une solution décentralisée alternative à Youtube. Par contre, c’est à héberger soi-même, et donc forcément ça demande de sacrées ressources quand on a une grande audience. À voir si ça persiste dans le temps, je le leur souhaite.

Oh tiens, un article qui, d’après son titre, va nous parler des différentes implémentations de la GDPR, et nous parler de ces gros popup à la con qui emmerdent le monde.

Je clic donc sur le lien pour lire ça.

Et là, c’est le drame :

i

Précisément un-de-ces-gros-popup-à-la-con-qui-emmerdent-le-monde.

Pas pour la GDPR, mais pour nous demander l’accès à nos comptes sociaux et pour nous dire qu’ils vont vendre les informations piquées sur ces comptes en se connectant.

Ouuaaaais, je sais que c’est que l’auteur du popup et l’auteur de l’article sont différents. Mais l’ironie est là tout de même et ça fait chier.

Bienvenu en 2018 sur le web : un monde de popup s’ouvre à nous…

ÉDIT : et c’est encore plus marrant quand on lit l’article :

They don’t care about your privacy. At all!

338 clicks taught me a very important lesson.

Whenever someone says:

We care about your privacy.
you know they don’t care about you at all. It’s just deception.

Never register to their services. Never trust their TOS.
Never click their Ads. Never accept defaults.
Never.

If they manipulate you to get your consent, what they will do with it?

Ok.

Je comprends le combat de certains contre les Gafam. Ouiiiii, Google c’est le mal, etc. etc.
Il est absolument nécessaire d’avoir des alternatives plus respectueuses, et d’en faire la promotion.

MAIS EST-CE QUE VOUS POURRIEZ RECENTRER VOS EFFORTS POUR FAIRE LA PROMOTION DE VOS OUTILS, PLUTÔT QU’ESSAYER DE FOURRER DES BÂTONS DANS LES ROUES DES AUTRES ?

Pour commencer, ceci emmerde les utilisateurs.

J’explique : je viens de mettre à jour Firefox sous Linux Mint, en utilisant le canal normal de mises à jours, c’est à dire les dépôts Apt de Linux Mint.
Et bien, à chaque fois cette mise à jour efface le moteur de recherches Google de la liste des moteurs de recherche. Yahoo est là, Wikipédia est là, DDG est là, StartPage est là, Ixquick est là. Mais Google est supprimé. À chaque putain de fois.

Vous vous abaissez au niveau de Microsoft qui remet Edge (et Bing) en navigateur par défaut à chaque mise à jour du système. C’est exactement la même chose, et l’on sait combien ça énerve tout le monde…

Que VOUS préférez utiliser DDG à la place de Google, c’est une chose.
Mais respectez que ce ne soit pas le cas de tout le monde. De quel droit vous permettez-vous d’imposer des choix à vos utilisateurs et de modifier la configuration d’un PC qui n’est pas le vôtre ? Si je veux avoir Google dans ma liste de moteurs de recherche, c’est mon droit, non ? Si ! Alors foutez-moi la paix.

Ensuite, ceci désert votre cause.

En agissant contre le choix des utilisateurs, vous les faites chier. L’utilisateur il fait quoi à votre avis ? Il râle que votre produit c’est de la merde car il n’arrive pas à faire ce que LUI il veut. Pire, dans le cas de Firefox, il va de passer à Chrome ou Vivaldi ou un autre navigateur.

Je ne dis pas que le fait que Firefox soit passé de Google à Bing, puis à Yahoo pour ensuite revenir à Google avec une option DDG soit la raison de son déclin, mais je suis certain que ça n’a pas aidé. De plus, si vous défendez des projets comme DDG, ces projets deviennent associés à cette colère en héritant de votre connerie.

Alors bon, ajouter Google et d’autres moteurs de recherches (non approuvés par la Bienveillance Toute Puissante) reste possible : il faut aller sur le site de Linux Mint et cliquer sur un des boutons dans la liste tout en bas.

Il y a une raison à ça : le fric. Linux Mint fait ça parce qu’ils ne touchent pas d’argent quand vous faites une recherche Google.
C’est une raison valable pour défendre ses idéaux, mais pas pour l’imposer partout au détriment des utilisateurs. Dans ce cas, mettez en avant le fait qu’on peut également vous soutenir en faisant un don : Donations - Linux Mint. Les utilisateurs vous remercieront.


Et ceci est valable pour toute cause que vous défendez.

Si vous devez attaquer les idées des autres plutôt qu’argumenter pour défendre les vôtres, c’est que votre combat n’en vaut pas la peine. C’est tout.

Cherchez les atouts de vos causes et vos idées et placez votre énergie dans la défense de celles-là. N’attaquez pas les causes des autres en pensant que la perte de leur cause fera remonter la vôtre. Au mieux, vous perdrez juste votre énergie, au pire vous passerez simplement pour un trou du cul.


Du coup, et je fais ça pour moi mais aussi pour qui voudra, pour ajouter Google à votre navigateur, cliquez là : Ajouter Google.

Et cliquez là pour ajouter Bing ou Qwant.

Dans la série « #LesMathsCaSertARien »…

… y a mème qui traîne en ce moment, où une personne a laissé sa carte bancaire avec un petit mot à sa moitié, et où c’est écrit que le code de la carte est le résultat d’une équation à l’apparence très compliquée :

le message avec l’équation
Pour ceux qui veulent, le code est 2981.

Et pour ceux qui veulent savoir pourquoi, on dit merci à Wolfram Alpha.
Pour ceux qui ne connaîtraient pas cet outil en ligne, il permet de répondre à peu près à n’importe quelle question (en anglais). Il est utilisé dans le cadre de Siri, Bing ou encore DDG. Et bien-sûr, il permet de résoudre des équations.

logo youtube
Avant, Youtube permettait de suivre les publications d’une chaîne directement par RSS.
Aujourd’hui, la fonction n’est plus proposée : il n’y a plus d’icône RSS nulle-part. La fonction n’a pourtant pas disparue : elle est toujours là, c’est juste difficile à trouver.

C’est pour ça que je vous propose un petit outil (en JavaScript) de trouver l’URL du flux RSS à partir de l’URL de la chaîne :






Pour récupérer l’URL de la chaîne YouTube, il suffit de cliquer sur l’auteur d’une vidéo. L’URL qui s’affiche est celle qu’il faut utiliser.

Les URL prises en charges sont au format suivant suivant :

https://www.youtube.com/channel/UCENv8pH4LkzvuSV_qHIcslg
https://www.youtube.com/user/cestpassorcierftv/featured