L’avenir des voitures hybrides rechargeables en suspens

Je ne suis pas abonné, je ne commente que le début, mais ça suffit pour noter deux choses :

– 1. L’article dit de la merde.
– 2. Le problème n’est pas la technologie, mais l’usage

Il est dit (le souligné est de moi) :

Un hybride rechargeable peut parcourir, au mieux, une cinquantaine de kilomètres grâce à son seul moteur électrique, mais il devra ensuite fortement solliciter son moteur thermique en raison du poids (de 100 kg à 300 kg) de la batterie. Autrement dit, s’il est utilisé comme un véhicule thermique classique, un PHEV brûle beaucoup plus d’essence que prévu. La série de tests normalisés que L’Automobile-Magazine a publiés le 19 décembre apparaît édifiante. Ainsi, la version hybride classique (la batterie se recharge à la décélération) du Renault Captur se contente de 5,7 litres aux 100 km, soit 113 g de CO2 au kilomètre. En revanche, la version hybride rechargeable consomme 6,3 litres, mais elle a été homologuée pour seulement 1,4 litre en moyenne et 32 g de CO2 aux 100 km.

TL;DR sur ce passage :
– le « fortement » est faux.
– une PHEV avec une batterie vide, ça roule comme une HEV, pas comme une thermique. Ou alors la voiture est très mal conçue.
– non : une hybride ça ne se charge pas seulement à la décélération. La batterie se recharge AUSSI quand le thermique tourne, et pour une raison très précise.

Maintenant pour les détails :

Un moteur thermique, ça a un régime optimal. En dehors, il surconsomme. Il surconsomme en surrégime, mais aussi en sous-régime (par rapport au régime optimal).

Or, quand on roule en thermique, le moteur s’adapte à notre vitesse. On roule donc très rarement à notre vitesse optimale.

Avec l’hybride, le moteur est décorrélé des roues. On a ce schéma :
Thermique

Alternateur

Batterie

Moteur électrique

Roues.

OUI, il y a bien plus de conversion, donc plus de pertes. Mais par rapport à un moteur thermique qui tourne à un régime non-optimal, on reste deux fois plus efficient.

Enfin, ça c’est dans la technologie Hyundai, Toyota ou Honda. Voyez ce schéma : https://couleur-science.eu/img/54/hybride.png (source : @Honda : https://www.youtube.com/watch?v=6glpZTRT6qE )
Si Renault fait autre chose, c’est parce que ce sont des chèvres (ou le font exprès pour décrédibiliser l’hybride).

Bien-sûr, le système peut relier directement le thermique aux roues dans ce cas, les deux moteurs travaillent ensembles pour pousser la voiture. Ceci est vrai pour une HEV, PHEV, mais pas pour une électrique avec prolongateur d’autonomie (qui est une électrique avant d’être hybride, comme l’Opel Ampéra) : ce dernier tourne toujours selon le schéma ci-dessous.

L’avantage du système décrit, c’est qu’on peut séparer la chaîne.
En mode tout électrique, on n’a que ça :

Batterie

Moteur électrique

Roues.

En mode "charge", on a ça :
Thermique

Alternateur

Batterie

(d’ailleurs, je me demande si le mode charge n’est pas plus efficient que le thermique… faut que je fasse un test. Ça voudrait dire que 1 L d’essence qui recharge la batterie, et ensuite rouler avec la batterie m’emmenerait plus loin que brûler l’essence directement dans une thermique. Ça ne m’étonnerait pas : on ne se rend pas compte à quel point un moteur thermique en dehors de son régime optimal est mauvais mauvais mauvais, en fait !

Concernant la sur-consommation quand la batterie est vide

Déjà, une PHEV avec une batterie vide, ce n’est pas une thermique. C’est une hybride. Ça reste une hybride. Et même : c’est une hybride++ car :
— la PHEV a une batterie plus grosse, donc une capacité d’énergie « tampon » plus grande
— la PHEV a un moteur électrique plus puissant et plus efficace (la Ioniq d’Hyundai existe en HEV et PHEV, et le moteur électrique passe de 45 à 60 cv).
— La regen est plus efficace aussi.

Même chose dans les EV : les voitures EV avec plusieurs moteurs ont une régen bien plus puissante.

Les gens sont cons.
Pardon, je veux dire : du mauvais usage d’une PHEV.

L’autre problème, c’es que les gens utilisent ces voitures comme une hybride : sans jamais les charger. Ils profitent du bonus et après s’en tapent. Ces gens sont cons : le problème n’est pas la technologie.

Pour un usage normal, une fois que le moteur thermique s’enclenche car la batterie est vide, on a déjà parcouru 50 km sans émettre de CO2 (ou alors très peu, lié à l’électricité, mais en France, c’est négligeable : vous roulez 500 MÈTRES en thermique et vous dépassez déjà le CO2 émis en 50 km sur une EV).

Donc les gens sont cons, c’est pas une surprise.

Dans ces conditions, il est probable, oui, que la consommation d’une PHEV utilisée en HEV consomme plus que la HEV. Mais là encore, c’est léger.

Ensuite, le fait que la voiture soit plus lourde de 200 kilos est négligeable à mes yeux : une fois que la voiture est lancée et la vitesse constante et sur le plat, le poids ne joue pas.
Le poids joue :
— à notre défaveur lorsqu’on accélélère (ou monte une côte)
— à notre faveur quand on freine (ou descend une côte)

Oui, sur une *EV, le poids n’est pas un gros problème. La consommation est très légèrement plus grande car on dépense toujours un peu plus que ce qu’on récupère. Mais en régen, il est un avantage aussi, ce qu’on oublie souvent.

De façon caricaturale : si vous avez une EV chargée à 50 %, montez en haut d’une montagne. Arrêtez vous au sommet. Remplissez le coffre de pierres, puis descendez la montagne. L’énergie potentielle des pierres se trouve maintenant dans les batteries, et vous avez 60 % de batterie. C’est un exemple, une caricature. Mais c’est bien comme ça que ça marche.

Pour conclure : je ne sais pas ce qu’ils ont fumé pour écrire cet article, mais c’est n’importe quoi. Ou alors c’est chez Renault qu’ils ne savent pas faire de voitures électrifiées, ou alors ils ont fait une gamme HEV/PHEV uniquement pour proposer un bonus (ça c’est hautement probable : une gamme électrique en SUV c’est n’importe quoi de base).

Exemple concret

Si je roule batterie vide, ma moyenne est à 4,7 L/100 km en été, avec clim et à 130 km/h sur le plat. Je l’ai dit : c’est pas un SUV avec forte résistance au vent.

Ça c’est sur un trajet de 600 km. Si je roule 60 km en électrique, je roule 10 % sans brûler d’essence, je consomme donc 10 % d’essence en moins et je tombe à 4,3 L/100 km.
Ce chiffre est réel : c’est ce que j’observe quand je roule sur de longues distances. Et ça c’est sur autoroute.

Quand je vais voir de la famille à 150 km de chez moi, je suis entre 2,2 et 2,8 L/100 km. Bien-sûr, le départ se fait batterie pleine.
Le 2,2 c’est si je descend de ma montagne (j’habite en montagne) et le 2,8 c’est la conso sur le retour.

Note : cette différence de conso s’observe sur toutes les voitures : monter consomme davantage que descendre. L’avantage d’une HEV/PHEV/EV, c’est qu’en descente, la consommation est négative : on recharge la batterie une partie du chemin, on gagne des kilomètres.

Ma conclusion, mon témoignage

Une PHEV est plus économique qu’une essence, à la fois en carburant qu’en euros.

Utiliser une PHEV correctement, c’est une EXCELLENT moyen pour découvrir la conduite électrique et ses subtilités, sans avoir cette peur de l’autonomie, ni les limites kilométriques des EV (hors les plus chères qui ont une autonomie désormais largement décentes).

On découvre l’EV, et si la batterie est vide, ben on a encore 1 000 km d’essence. Que demander de plus ?

Je ne vais pas dire que c’est un moyen de faire des économies, car les voiture sont plus chères que les économies d’essence, faut pas se mentir (après on n’as pas seulement une PHEV : ça reste des voitures haut de gamme).
Mais c’est une bonne idée de transition entre le tout thermique et le tout EV.

Faut juste pas être con et bien la recharger dès qu’on peut. Ça fait partie du jeu, et franchement, si c’est ce qui vous gêne : n’en prenez pas. Recharger sa voiture est tout sauf une contrainte : brancher sa voiture prend 10 secondes, la débrancher aussi. La recharge est programmée aux heures creuses : on branche le soir, débranche le matin.
Si vous ne voulez pas la charger, prenez une hybride, pas une PHEV.

~

Pour info : j’ai roulé 39 000 km avec ma PHEV (20 000 km/an).
La moyenne de consommation sur tout ça, c’est 1,1 L/100 km.

C’est exactement ce qu’annonce le constructeur. Étonnant, non ? (Spoiler : non)

Seul inconvénient : on prend très vite goût à conduire en électrique. Le silence, la non-pollution, la régen, la souplesse, le fait de rouler sans usure mécanique…

À tel point que mon prochain projet auto sera une EV. C’est à l’étude.
À ce moment là je rechercherai un repreneur pour ma PHEV, devait-il y avoir quelqu’un de sérieux qui veut découvrir l’EV sans crainte ;-)