Bitcoin, énergie et wtf twitterien |

#17072

Une réponse à l’article de @ploum .

Sur le fond du problème : production et consommation d’énergie, ça serait pas possible de chauffer les immeubles avec des data-centers mineurs de bitcoin ?
Pour le moment, la chaleur produite par les data-centers (de tout type) est évacuée dehors. C’est pas pour rien que Facebook s’est installé (ou voulait le faire à un moment) en Scandinavie : il y fait moins chaud^^.

~

Ensuite, j’aurais juste à dire que dans un pays où les PC, les lumières, le chauffage (ou la clim) tournent jour et nuit dans la majorité des entreprises, bureaux, institutions, écoles, je pense effectivement qu’on peut dire qu’on a un surplus d’énergie.

Je me souviens de mon ancien lycée où le responsable info râlait (mais vraiment ! — en même temps c’était un vieux con, en plus d’être un incompétent qui mettait « 12345 » comme clé WEP, mais bref) quand on éteignait les postes. La raison est que ça le faisait chier de devoir tout rallumer le lendemain à 8h (comme si c’était pas un p'tit peu son taf, et comme si les élèves étaient trop cons pour le faire eux-mêmes).
Fin bon, dans l’idée c’est ça : on a tendance à pas faire gaffe au gaspillage du moment que ça n’est pas prélevé de notre poche, et ça, c’est une putain de grosse erreur.

Quand on ne prend pas la peine de retourner chez soi lorsqu’on s’aperçoit avoir laissé la lumière allumée, c’est que l’énergie n’est pas une denrée rare et encore moins quelque chose de cher.

Donc sur ce point, je soutiens Ploum : on a (visiblement) de l’énergie en trop. Elle n’est pas rare car on se permet de la gaspiller (quand ce n’est pas notre supérieur qui nous y oblige). Dire le contraire n’est pas forcément faux, mais ça serait sacrément hypocrite quand-même.

~

Concernant « le problème » du nucléaire (en France en particulier) je plussoie l’article (mais ce n’est pas nouveau) : le nucléaire est une technologie franchement bonne, c’est juste qu’elle est implémenté dans un but militaire (la filière de l’uranium est la seule qui permette de fournir le plutonium à l’armée).
D’autres centrales existent, infiniment plus propre, infiniment moins dangereuses (bien que le nucléaire actuelle soit déjà l’énergie la moins dangereuse de toute, en terme de nombre de morts rapporté au kW), mais ces dernières ne produisent rien d’exploitable pour faire des bombes. Le problème est là.

Aujourd’hui, en France, on a effectivement un parc de centrales sur le point de péter et ça va faire drôle quand ça va arriver. Le soucis c’est que ces installations sont privatisées (et donc le but n’est pas la sécurité mais le fric).

Et aucun ministre de l’énergie ne veut non plus se sortir les doigts du cul parce qu’il se dit que les centrales n’exploseront que bien après la fin de son mandat (et il en a donc un peu rien à foutre). Vous n’avez jamais remarqué que les projets d’envergure (dans le domaine de l’énergie ou pas, d’ailleurs), sont toujours repoussés à une date plus ou moins égale à l’année t+N où N est le nombre d’années d’un mandat ?