#13568

Bataille en vue sur l'avenir des Titres restaurant

Ok, donc vu que l’État considère que ceux qui utilisent les chèques restaurants le week-end ou ceux qui les utilisent pour acheter le pain ou des chips sont des fraudeurs et des évadés fiscaux (c’est sûr que c’est ça qui va ruiner la France), et vu que certains magasins ont depuis quelques jours mis en place une nouvelle politique particulièrement contraignante d’utilisation de ces tickets (1 ticket par jour et d’autres restrictions où de moins en moins de produits, y compris alimentaires, ne sont compatibles avec TR) ;

Je rappelle que :

– vous n’êtes pas obligés d’accepter les tickets restaurants de la part de votre employeur ;
– si vous les refusez, la partie que vous payez ne sera plus déduit de votre salaire ;
– si vous les refusez, l’employeur n’a pas à vous payer le montant qu’il paye d’habitude sur les tickets

Par exemple, pour 200€ de tickets que vous payez 70€ de votre poche, les 70€ ne seront plus prélevés sur votre salaire, mais rien n’oblige l’employeur de vous verser les 130€ restants (ça n’empêche pas d’essayer de négocier, ceci dit :p).


===

Autrement, je trouve dommage qu’ils soient si cons sur les chèques déjeuner.

Certes, c’est pour la bouffe, on est d’accord et y a un règlement qui va avec.

Mais, d’une part, la relative souplesse des commerçant faisaient qu’il s’agissait d’un avantage social où tout le monde était gagnant (sauf le percepteur des impôts et celui des charges sociales, oui) et d’autre part le fait que les produits (y compris alimentaires) ne fonctionnent plus alors qu’ils fonctionnaient avant, rendent que les TR deviennent (pour moi) plus une contrainte qu’autre chose.

Je refuse de les accepter et d’en payer une partie si ça me contraint de faire mes courses au jour le jour (le truc électronique c’est 9€/jour, une seule fois par jour et ce qu’on n’utilise pas est perdu). J’ai déjà horreur des supermarchés, c’est pas pour y aller tous les jours pour consommer toujours un peu plus et surtout perdre mon temps que je pourrais consacrer à réfléchir sur comment faire un coup d’État, hein.

Ça va que les restaurateurs sont généralement moins chiants avec ça… pour le moment.

Je songe donc sérieusement à demander à ne plus les recevoir.
http://www.lefigaro.fr/societes/2015/10/17/20005-20151017ARTFIG00009-bataille-en-vue-sur-l-avenir-des-titres-restaurant.php