ℛetidurc SilverNight sur Twitter : "@lehollandaisv Ca fait relativiser .Ce qu"on est petit bordel."

Comme dirait Neil dG Tyson, ça fait aussi sentir très grand.

Le corps humain contient les mêmes atomes qu’il y a dans l’univers, et (à l’exception de l’hélium qui est inerte) dans le même ordre de prépondérance que ce qu’il y a dans l’univers : hydrogène, oxygène, carbone azote et enfin un peu de tout le reste.

La première chose qu’il faut en tirer, c’est que l’univers et le corps humain sont composés des mêmes éléments chimiques et en proportions grossièrement identiques, sinon dans l’ordre de prépondérance.

La deuxième chose, c’est que tous les éléments qui ne sont pas de l’hydrogène ont été formés dans le cœur des étoiles (carbone, oxygène, magnésium, calcium…) ou lors des super-novas, les super-explosions d’étoiles massives (tous les éléments au delà du fer : or, cuivre, uranium, argent sont exclusivement produits dans des supernovas…).
Et étoiles et supernovas sont des phénomènes courants et présents partout dans l’univers. Aussi bien dans notre galaxie que dans les galaxies très très très loin d’ici.

Les planètes, la terre, l’eau, le corps humain sont essentiellement de la poussière d’étoile.

Ce que ça nous dit, c’est que non seulement l’on est dans l’univers, mais surtout que l’univers est en nous. Et qui plus, les éléments, les atomes qui nous constituent ont été formés il y a au moins quelques milliard d’années…

Dans 50 milliard d’années, peut-être qu’une partie plus importante de l’hydrogène de l’univers sera consommée et transformée en atomes plus lourds. La vie qui apparaîtrait à ce moment là sera sûrement composé d’autres structures moléculaires : plus riches en atomes plus lourds et plus pauvre en hydrogène, miroitant la composition de l’univers à ce moment là (bien-sûr, il faut voir ça sur des échelles de temps monstrueusement grandes, de plusieurs fois l’âge actuel de l’univers, mais tout de même)…

Donc non seulement la matière qui nous constitue est une fraction de la masse de l’univers et reflétant sa composition, mais c’est aussi une partie de son archive, de son histoire.