Photo de la Lune.

Photo de la Lune.
Ce soir, vers 18 heures environ, ça va être tout noir1.

La raison à cela a été inventée2 par Kepler3 en 1609 et provient de la rotation de la Terre sur elle-même face au Soleil. Cette dernière n’éclairera alors plus du tout nos contrées et nous passeront dans l’obscurité.

Vous avez bien lu : le Soleil ne sera plus visible ! Merde alors.

Ce phénomène provoquera alors ce qu’on appelle dans le jargon scientifique « la nuit ». Par chance cependant, cette nuit devrait normalement se terminer approximativement à 07h24 UTC+1 (grosso-modo) demain matin et alors le Soleil pourra à nouveau éclairer le ciel et être visible si la météo le permet et que vous n’êtes pas aveugle.

En attendant, profitez-en pour rentrer chez vous, vous mettre à l’abri et peut-être dormir (c’est-à-dire vous allonger et rester ainsi de façon inconsciente durant 7-8 heures dans un lit) pour vous reposer.

Notes :

  • [1] Ta gueule4 ;
  • [2] Avant le génie de Kepler, la Terre était plate grâce à Jésus-Christ, et nous n’avions pas tous ces problèmes. Heureusement parce si la nuit devait se produire dans ces conditions, le jour ne pourrait pas se lever et le ciel nous tomberait sur la tête, par Toutatis ! ;
  • [3] Weil, 1571.
  • [4] Voir cette référence cinématographique.

Pourquoi cet article stupide ?

Parce que si RTL se permet de le faire, et en disant beaucoup de conneries aussi : Nouvelle Lune : pourquoi vous ne verrez pas la Lune le 4 novembre (via Twitter).

Alors qu’on soit d’accord : je plussoie la vulgarisation scientifique.

Mais là on parle de RTL, une station de radio/télé généraliste francophone, pas de Dora l’Exploratrice ou des leçons de Monsieur Patate ! Les phases de la Lune c’est du niveau quoi… CP ? CE1 ? En tout cas pas exactement le genre de choses — à mon avis — que des adultes découvrent en écoutant la radio en allant au travail le matin. Ou alors le niveau en science en France est à un niveau particulièrement alarmant.

De plus, et c’est peut-être le pire dans tout ça : l’article parle d’une « Lune Noire ». Or il n’y aura pas de Lune noire ce mois-ci.

« Lune noire » n’est pas un terme scientifique, mais désigne bien quelque chose : c’est quand, au cours d’un même mois calendaire, on observe une deuxième nouvelle Lune. Le cycle lunaire dure 29,5 jours et il y a donc de la place d’en commencer un deuxième si le premier a début tout au début du mois. D’un point de vue astronomique, ceci n’a cependant aucune signification particulière. C’est juste un hasard du calendrier.

Ceci est loin d’être systématique : la prochaine sera en avril 2022 seulement : il y aura une nouvelle lune le 1ᵉʳ avril et une autre nouvelle lune le 30 avril ; cette seconde nouvelle lune porte alors le nom de Lune Noire. Pour la suivante il faudra ensuite attendre décembre 2024 !

Dans tous les cas, ce 4 novembre-ci ne marquera, en aucun cas, un tel phénomène. Dire le contraire est faux.

De la même façon, si un mois voit deux pleines Lunes, la seconde est appelée « Lune bleue ». Là également cela est un hasard du calendrier et le « bleu » ne réfère pas du tout à sa couleur. C’est plutôt une traduction contemporaine d’une déformation de l’expression « double lune », qui aurait donné « blue moon » en anglais.

Lune bleue ou lune noire… est-ce qu’on peut parler de phénomène rare ? Pas vraiment : elles se produisent chacun environ tous les 3 ans, ce qui est moins rare que les jeux olympiques ou une coupe du monde de football. Or personne ne parle des « rares jeux olympiques »…

Donc, @RTL : que vous fassiez de la vulgarisation sur des trivialités, ok, pourquoi pas. Quitte à remonter le niveau, autant commencer par le bas, et finalement c’est peut-être pas bête.
Mais alors remontez-le effectivement et ne racontez pas n’importe quoi.

Si vous racontez de la merde sur les phases de la Lune, arrêtez immédiatement, ça vaut mieux pour vous. Car le jour où vous allez parler des Kugelblitz ou du processus de Blandford–Znajek, ça va être un carnage.

(Par contre vous pouvez toujours demander de l’aide, si c’est votre projet).

image d’en-tête de Luke Stackpoole