i

i
Ça fait quelques semaines que j’utilise Vivaldi en navigateur principal sur mon ordi.

J’avais changé, car j’étais lassé de Firefox et quelques-unes de ses options qui partent, viennent, repartent, et de divers choix incompréhensibles faites par Mozilla sur ce navigateur, et dans l’espoir de trouver une solution plus « future-proof » que Firefox qui est virtuellement mourant et que Mozilla considère comme un fardeau plutôt qu’un fer de lance.

Vivaldi n’est pas officiellement libre, mais tous leurs composants le sont, même si en partie c’est porté par Google.
Vivaldi est le navigateur plein d’options pratique et qui reste utilisable. Du génie. Je n’ai rien à reprocher au travail que Vivaldi a fait avec ce navigateur : il est complet et pratique.

Juste un truc.
Blink.

Blink c’est le moteur de rendu (à l’origine un fork de Webkit) : le sous-programme du navigateur responsable de l’affichage des pages. C’est le même moteur de rendu que Chrome, Edgium, Chromium, Opera…

Ce qui différencie ces navigateurs, c’est tout le reste qui n’est pas le moteur de rendu, c’est-à-dire la partie visible du navigateur (menus, disposition, couleurs…).

Or :
Blink est lent.
Blink est mauvais.
Blink est lourd.
Mais Blink est utilisé par 80 % des navigateurs.

En bref, Blink c’est le nouveau IE6.

Pour l’affichage des pages, Firefox est plus fidèle aux standards.
Pour l’exécution des programmes web, Firefox est plus rapide.
Pour la gestion des ressources, Firefox est moins gourmand.

Firefox n’utilise pas Blink, mais Gecko/Servo (projet Quantum). Ce moteur est rapide, efficace, léger. Y a pas à dire. Ça n’a plus rien à voir avec le Firefox de 2015 où c’était un gros patapouf hyper-lent.

À ce jour, c’est la seule alternative au monstre Blink. Et c’est bien dommage, car même Mozilla semble délaisser le truc pour se lancer dans ses projets commerciaux (à coup de licenciements et plans de restructuration).

À l’époque d’Opera 12 (ancêtre spirituel de Vivaldi), Opera n’utilisait pas Blink/Webkit mais leur propre moteur de rendu : Presto. Il était plus rapide que Gecko et Webkit, mais Opera l’a laissé tomber pour se tourner vers Webkit (devenu Blink ensuite).

Quand Vivaldi est né, quelque temps après, ils ont fait le choix de prendre Blink et non Gecko.
Je ne suis pas là pour dire qu’il s’agisse d’une erreur, mais pour moi, ça reste un défaut et un reproche technique.

Après un mois sous Vivaldi, je le vois tous les jours : un clic droit dans un champ texte sous Vivaldi prend plusieurs secondes (c’est instantané sous Firefox). Les outils de dév sont bien plus complets et orientés utilisateur dans Firefox que dans Blink. Les éléments d’interface (input number/date/…) sont mieux pensés dans Firefox que dans Vivaldi/Chrome. Sans compter l’affichage des pages, les rendus graphiques…

Bref, Vivaldi est bon, vraiment très bon…
… si vous venez de Chrome/Opera/Edgium. Vraiment : essayez-le, vous ne verrez pas ces défauts et vous aurez un navigateur mieux foutu et mieux pour votre vie privée.

Mais si vous arrivez de Firefox, vous aurez un truc plus lent, plus lourd et les contrôles dans les pages seront ce que Firefox avait il y a 10 ans.

Si vous êtes web-dév, oubliez les outils de dév de Chrome/Vivaldi/Blink : c’est de la vraie merde. Ceux de Firefox sont plus complets, plus pratiques, même si un point plus bugué.


@Vivaldi : le jour où vous passez de Blink à Gecko, vous aurez le meilleur navigateur du monde.
En attendant, vous avez la meilleure interface avec le pire moteur de rendu.


ÉDIT : je dis bien qu’ici tout ça concerne mon ressenti après une utilisation représentative de mon usage, avec les modules, ma configuration… bref, des conditions réelles ; soit tout le contraire d’une « fresh-install » habituellement utilisée lors des benchmark et des tests journalistiques.

Ah et aussi sous Linux (Linux Mint).

17 commentaires

gravatar
john Doe a dit :

donc que veut dire : "Mozilla/5.0 (X11; Linux x86_64) AppleWebKit/537.36 (KHTML, like Gecko) Chrome/91.0.4472.77 Safari/537.36 OPR/77.0.4054.80" ?

gravatar
Trit’ a dit :

Ah, une critique qui se base sur des arguments valables, ça change des trolls !

Oui, Blink… Je t’apprends rien, mais pour les lecteurs qui ne sont pas au courant, le choix a surtout été dicté par simple pragmatisme : en 2014-2015, quand Jon et son équipe d’anciens d’Opera ont lancé le chantier du navigateur Vivaldi, ils ont opté pour Blink parce que c’était (déjà) le moteur dominant à l’époque, et qui donc « garantissait » (on peut en discuter, de ça) le meilleur affichage des pages Web (en tout cas, au minimum un affichage identique à celui de Chrome, qui était déjà, à tort ou à raison, la référence et le décideur de fait des standards du Web, le W3C étant désormais réduit à simplement entériner les dernières lubies de et pour Google en la matière ; et puis, d’après eux, Gecko était moins malléable et performant que Blink, du moins à l’époque, la refonte de Quantum n’ayant alors pas encore eu lieu ; mais est-ce la raison pour laquelle il y a si peu de navigateurs basés sur Gecko, la plupart n’étant que des forks conçus par des gens refusant les choix de Mozilla sur les extensions ou l’interface, ou une simple histoire de licence pas assez libre aux yeux de certains ?). Conjugué avec les propres apports de Vivaldi, ça devait donc en faire un navigateur « parfait », aussi bien en termes de rendu des pages Web que de possibilités de personnalisation et de fonctionnalités disponibles, Opera 12 étant le mètre-étalon à reproduire et dépasser sur ce dernier point.
On verra avec l’histoire des sites qui bloquaient spécifiquement Vivaldi que, non, reprendre le même moteur de rendu ne faisait pas tout…

En tout cas, il y a une critique que je ne partage pas : en ce qui me concerne, je n’ai pas de délai avant l’ouverture du menu contextuel sur une zone de texte. Et ma machine est pourtant un portable milieu de gamme de 2009 (HP Pavilion dv6 1140ef : Core 2 Duo, 4 Gio de RAM, seul le disque dur où j’ai installé Linux date de 2015, mais ça reste un 5 400 tr/min). Ton souci ne doit donc pas venir a priori de Vivaldi ou Blink eux-mêmes (ça te fait pareil avec un profil vierge, ou le profil Invité ?).

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@Trit’ : il faut que je teste sans extensions, oui, mais si ça vient des extensions, ça ne fera que confirmer mon choix de Firefox. Mon navigateur n'est rien sans ses extensions. Si ces dernières m’empêchent d’utiliser Vivaldi, ça ne vient pas de lui, ok, mais ça ne changera rien.

Reste la lenteur "naturelle" de Blink sur certaines pages par rapport à Gecko (et que je vois depuis le début, mais laquelle j’étais prêt à accepter).

gravatar
Pierre a dit :

Salut Timo !

C'est assez rare, les critiques de Blink , hors "risque du monopole" :) et c'est vrai que c'est étonnant que plus personne ne construise de bons navigateurs Web basés sur Gecko alors que celui-ci reste un très bon moteur de rendu. C'est encore plus rare de voir Blink comparé au MSHTML d'Internet Explorer, sauf peut-être par le fait que les mauvais développeurs Web lui donneraient une "priorité" indue du fait de ses fortes parts de marché....
Je trouve que Blink est en effet plutôt gourmand en ressources (je le conseille pas avec moins d'un 4 cœurs et 8 gigots de RAM) mais il est à mes yeux aussi performant et fiable en rendu que Gecko ! Je ne pense pas que des spécialistes en navigateur Web comme Jon ou Brendan auraient persisté dans leur choix du projet Chromium si ce dernier avait été lent, mauvais et lourd <:o). Gecko a longtemps été critiqué par sa lourdeur aussi mais c'est vrai qu'il s'est bien amélioré ces derniers temps.
Je n'ai pas de latence à l'ouverture de menu contextuel (même ceux que j'aurais pu personnaliser à ma guise) mais j'ai toujours trouvé que Vivaldi, du fait de son interface interprétée en techno Web, un poil moins réactif que les autres navigateurs en interface native (compilée). Même si je ne le remarque concrètement qu'en ouverture de nouvelle fenêtre... Cette petite faiblesse de l'interface de Vivaldi n'est, pour moi, pas liée au moteur de rendu ; Ça serait pareil s'il était motorisé par Gecko ou Presto. Ça lui donne par contre l'énorme avantage, pour une petite équipe de dev', d'être identique quelle que soit la plateforme et d'être facile à bidouiller !
Quoi qu'il en soit, merci de ton retour d'expérience et bon courage avec Firefox et sa ribambelle d'extensions :)

@+
--
Pierre

gravatar
baron45 a dit :

Salut, question navigateur internet : que pensez vous de Brave ?

gravatar
michmoch a dit :

marrant, chez moi vivaldi est plus rapide que firefox pour l'affichage des pages etl'afficahge du menu contextuel est instantané et j utilise un laptop vieux de presque 10 ans. Par contre comme j ai plein d'onglets ouvert parfois vivaldi s accapare le cpu pour un onglet en particulier sans raison évidente mais ça semble corrigé depuis la dernière mise à jour 4.0.2312.27

mais vivaldi reste un navigateur secondaire pour moi. c'est aussi pour compenser les choix débiles de mozilla et les limitations absurdes de leur navigateur qui devient inutilisable dès qu'il y a plus de 25 onglets ouverts.

Sur l'histoire d'opéra ça ne s'est pas vraiment passé comme ça, c'est un changement au sein du board vers une orientation sur les profits à court terme qui a tué opéra, amené les fondateurs a quitter la boite (et a la création de vivaldi puis du navigateur vivaldi) et laissé presto crever au fond d'un tiroir. C'est une décision qui rappelle un peu ce qui s'est passé chez nokia avec harmattan où les personnes aux commandes ont délibérément fait les choix qui affaiblissent la compagnie au profit d'un acteur externe très influent.

Concernant le choix du moteur de rendu, si à chaque fois que se pose la question de choisir un moteur de rendu gecko est écarté, il y a de bonnes raisons. quand apple choisi khtml au lieu de gecko en 2001 c'est parce que contrairement à gecko khtml est relativement petit, conçu de manière claire et respectant les standards. Quand vivaldi fait le choix de blink en 2015 c'est parce que gecko était en pleine réécriture à marche forcée pour essayer de rattraper le retard accumulé depuis plus de 10 ans à cause des choix stratégique de mozilla et que la perte de part de marché et de pertinence mettant en péril son existence.
Encore aujourd'hui mozilla et firefox sont en perte de vitesse et continuent leur progressions vers le fond. J'ai même espoir que mozilla finisse par enfin disparaître pour que quelqu'un de compétent avec une vision reprenne les choses en main et fasse quelque de bien avec firefox. en attendant je reste sur waterfox et librewolf pour avoir le moins possible de surveillance et de mozilla dans mon navigateur principal et avoir un petit peu de ce qu'il y a eu de bien dans firefox il y a bien longtemps.

mais je vois aussi la direction que prends le web qui est surchargé de script inutiles, de surveillance et de profilage, de service et logiciel propriétaire et fermé, de manipulation basée sur les avancées des neurosciences pour rendre les gens dépendants et maximiser les revenus publicitaires, et tout ça ne me fait pas imaginer un avenir radieux et émancipateur pour les réseaux numériques.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

~
@Pierre : C’est vrai que Gecko s’est amélioré depuis 2017 seulement, donc bien après le lancement de Vivaldi.
Mais justement, depuis il est nettement plus rapide et dépasse Chrome sur beaucoup de points.

Pour ce qui est du rendu, je ferais peut-être quelques posts précis pour montrer où Blink chie dans la colle niveau CSS, mais j’en parle de temps en temps là : https://lehollandaisvolant.net/?tag=ChromeIsTheNewIE&mode=links

J’investiguerais pour le clic droit, mais le contenu de la page influe sur le contenu du clic-droit (certains éléments HTML permettent de le modifier). À voir d’où ça vient, peut-être un module, effectivement.
Je suis aussi sous Linux, peut-être que ça joue.

@baron45 : je ne l’ai jamais utilisé. Actuellement, Firefox et Vivaldi ont des méthodes de blocage de scripts, pub, trackers aussi puissantes et efficaces.
Et Brave semble avoir des pratiques étranges voire douteuses : https://sebsauvage.net/links/?GlKHhA

@michmoch : Gecko a (à mon avis) rattrapé son retard depuis 2017, avec Quantum. Il est vraiment très rapide. Tous les benchmark se font avec une instalation propre, et c’est aussi le sentiment que j’ai eu dans Vivaldi (et Chromium, avant que Vivaldi ne fut mon 2nd navigateur), mais après quelques semaines de "données d’usage" dans l’historique, etc. il semble (c’est mon expérience) perdre son avantage.

Il subsiste des bugs (souvent dans les outils de dév qui plantent lamentablement sans raison apparente), par contre, et c’est ce qui m’avait poussé à aller sous Vivaldi, mais au final, je préfère m’accommoder des défauts de Firefox que de ceux de Vivaldi.

gravatar
Trit’ a dit :
J’investiguerais pour le clic droit, mais le contenu de la page influe sur le contenu du clic-droit (certains éléments HTML permettent de le modifier). À voir d’où ça vient, peut-être un module, effectivement.
Je suis aussi sous Linux, peut-être que ça joue.

Pierre est encore sous Windows 7, mais je suis sous Linux aussi (Arch), donc je doute que ce soit à cause de l’OS. Encore que la famille Ubuntu (tu es sur Mint, je crois) est réputée pour avoir plus de lourdeur à l’usage que les autres.
Je crois que, si c’est pas trop demander, il pourrait être intéressant de voir sur quels sites tu as eu ces problèmes (enfin, au moins un d’entre eux, pour voir), et quelles extensions tu avais installées, pour essayer de comprendre la raison de tes soucis et voir si on arrive à reproduire la même chose avec nos configurations.

gravatar
JohnDoDo2 a dit :

Article intéressant.
Je suis inquiet de la perte de diversité des moteurs des navigateurs ces dernières années. En général c'est mauvais signe pour les performances et ça diminue la compétition.

@Pierre
On pense souvent que ceux qui conçoivent un logiciel se basent sur la meilleur technologie possible. Ce n'est pas toujours vrai.
Il est souvent tentant de se baser sur ce qui existe déjà ("ne pas réinventer la roue"). Le problème c'est que ça empêche d'inventer l'avion. Dans une boite, quand un ami a objecté que le code était obsolète et tenait à coup de rustines depuis des années, on lui a répondu qu'on n'avait pas le budget ni le temps pour repartir de nouveau et que de toute façon ça marchait.

Il peut aussi d'une contrainte liées aux habitudes des utilisateurs et une peur de les fâcher.
Pourquoi IE a persisté si longtemps? Parce que la majorité des sites étaient conçus pour IE et cela parce que IE c'était le navigateur de la majorité des gens qui se sentaient déboussolés avec l'interface de Firefox.
Une amie informaticienne dans les années 2000 n'a réussi à faire passer sa PME à Firefox qu'en utilisant l'icône de IE à la place de celui de Firefox et en disant aux employés de l'entreprise: "c'est la nouvelle version d'IE".

Très intéressant de savoir que les gens soient indifférents à la consommation des ressources d'un simple navigateur web. Je ne comprends pas qu'on accepte cette augmentation de consommation quand elle ne s'accompagne pas d'un service rendu proportionnellement supérieur.
Je lui demande quoi à ce navigateur? La plupart du temps, de m'afficher du texte et des images. C'est sensé consommer des ressources phénoménales, ça? Encore pour la vidéo je peux comprendre mais il y a vraiment un problème...

Un exemple avec le même problème est une suite office propriétaire bien connue.
J'ai commencé avec la version 97 qui tournait parfaitement sur une machine ayant un processeur 80586 avec 16Mo de RAM. La version actuelle nécessite des machines infiniment plus performantes.
M'apporte t elle plus de service? Dans 99% des cas: non. A quoi servent les ressources supplémentaires consommées? Je ne sais pas. Le eye-candy? Pourquoi est-ce que les gens continuent à l'utiliser? Parce que le besoin énorme de ressources supplémentaires été masqué par l'augmentation phénoménale des capacités des ordinateurs? Quand ces innovations technologiques auraient pu servir, par exemple, à diminuer la quantité d'électricité consommé?

gravatar
Pierre a dit :

@Trit' :
Euh, j'utilise aussi Vivaldi sous Win10 :) et Linux (Solus, Mint, Raspbian) . Là, je suis sous SolusOS sur un vieux laptop N76 de 2014 avec un core i7 , 6Go RAM sans SSD et ça va très bien (pas moins bien qu'avec Firefox), même avec une cinquantaine d'onglets ouverts.
Si je devais installer quelques dizaines d'extensions pour essayer de reproduire ce qui me manque par rapport à Viv', je pense que Firefox serait même plus lourd, sans forcément devenir aussi pratique.

@JohnDoDo2 :
La petite équipe Vivaldi n'avait que deux choix (Gecko ou Chromium), en 2014/2015. Ils ont effectivement choisi celui qui était optimal pour réaliser ce qu'ils voulaient faire à ce moment là.
Si Gecko s'est tellement amélioré depuis, on devrait voir des développeurs fabriquer de bonnes alternatives à Firefox, voire des concurrents de Vivaldi, motorisés-Quantum :) , dans les années qui viennent, sinon, c'est à n'y rien comprendre !

La boulimie de ressources n'est pas liée qu'au navigateur, mais aussi à son usage ! Certains se contentent de surfer sur quelques sites simples dans très peu onglets, mais on a des utilisateurs de Vivaldi qui parlent de centaines d'onglets ouverts en permanence, et maintenant de gérer de nombreux comptes mail (centaines de milliers de messages) et quelques centaines de flux RSS pour d'autres... On ne demande malheureusement plus à un navigateur de n'afficher que du texte et des images, non...
Les ressources nécessaires sont donc assez variables et sur une petite config, je sollicite en général moins mon Vivaldi.

gravatar
Antho a dit :

@Le Hollandais Volant :

Gecko a (à mon avis) rattrapé son retard depuis 2017, avec Quantum. Il est vraiment très rapide

Malheureusement c'est un peu trop tard hélas, quand tu vois des projets comme "webkitgtk", "QTWebkit", CEF, Electron/
NW.js, etc chacun disposant de bindings dans des dizaines de langages différents, et tous basés sur Webkit.

Honnêtement en tant que développeur, on voit clairement que WebKit/Blink pèse dans la balance. Et est forcément plus facile d'accès car tu as des tonnes de docs déjà disponibles, communautés, etc.

Moi-même qui pourtant utilise Firefox depuis la version 3.5/3.6, soit presque une décennie, songe à migrer ailleurs. Comme tu le dis, hélas faut pas se leurrer que ce navigateur vis ses derniers jours ...

gravatar
John Doe a dit :

Moi, ce qui m'a refroidi sur Vivaldi, outre les points évoqués sur lesquels je suis d'accord, c'est l'absence de mode sombre en natif sous Linux, il faut soit passer par une extension ou activer le flag pour passer tous les sites en sombre (et c'est pas toujours propre), c'est quand même un comble de ne pas encore avoir un truc aussi simple et plébiscité pour un navigateur qui se veut hyper personnalisable (surtout que les autres navigateurs basés sur Chromium n'ont pas ce souci).

Pour Firefox, pour ceux qui le pensent lourd avec le temps, n'hésitez pas à repartir de temps en temps d'un profil vierge, en sauvegardant ce qui peut l'être.

gravatar
Trit’ a dit :

@John Doe :

Moi, ce qui m'a refroidi sur Vivaldi, outre les points évoqués sur lesquels je suis d'accord, c'est l'absence de mode sombre en natif sous Linux, il faut soit passer par une extension ou activer le flag pour passer tous les sites en sombre (et c'est pas toujours propre)

Surtout que, contrairement à la version desktop, la version Android possède un interrupteur permettant d’activer ou désactiver le flag « #enable-force-dark » sans avoir à aller dans la page des flags, ni relancer le navigateur pour lui faire prendre le changement en compte. Et sachant que cette version Android est basée sur un Chromium tout à fait normal, ils devraient pouvoir ajouter ça à la version desktop aussi, non ?

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@John Doe : le mode sombre existe, et il utilise le flag système. Dans le cas présent, c’est probablement le système qui gère mal (ou ne propose pas) ce flag.

Android et Windows gèrent bien ce flag et Vivaldi le prend en compte. Sous Linux, le paramètre existe dans vivaldi (et sinon on peut le forcer), mais il n’est pas présent dans Linux Mint Mate, par exemple.

Firefox soufre du même problème : si je veux le mode sombre, c’est dans about:config, car le système n’a pas de flag.

gravatar
John Doe a dit :

@Le Hollandais Volant : Ici, sur Firefox, sous Arch XFCE, que ça soit l'interface ou l'affichage des sites, ça suit totalement le thème sombre (Greybird Dark), sans rien avoir à paramétrer en interne (et c'est encore plus joli depuis FF89 dans la mesure où toutes les pages "about:" sont également prises en compte.).

Pour le mode sombre sur Vivaldi sous Linux, il y a bien des questions en rapport avec sur leur forum mais rien de bien fou comme réponses ni de délai sur quand ça sera effectif sans bidouille, et le bugtracker pas accessible à tous, même si je peux comprendre que c'est pour éviter les doublons, je trouve ça un poil absurde.

gravatar
Trit’ a dit :

@John Doe :

Pour le mode sombre sur Vivaldi sous Linux, il y a bien des questions en rapport avec sur leur forum mais rien de bien fou comme réponses ni de délai sur quand ça sera effectif sans bidouille, et le bugtracker pas accessible à tous, même si je peux comprendre que c'est pour éviter les doublons, je trouve ça un poil absurde.

En fait, le pire, c’est que la prise en compte du thème sombre par Vivaldi (sur Arch XFCE aussi, pour moi) a fonctionné uniquement sur les versions 2.8 et 2.9 : si j’ouvrais un onglet DDG et les outils de dev, ceux-ci basculaient bien du thème clair au sombre si je passais le thème XFCE d’Adwaita normal (clair) à Adwaita dark (sombre), par exemple. Et réciproquement.

Étrangement, ça a cessé sous Vivaldi 2.10 et ce n’est jamais revenu depuis.
En revanche, je me souviens pas que les pages spéciales héritées de Chromium, comme celle des extensions, passaient en sombre comme c’est le cas sous Windows.


Votre commentaire sera visible après validation par le webmaster.