Photo d’un journal déchiré sur le sol.

Photo d’un journal déchiré sur le sol.
On n’a beau qu’être de personnes lambda, qui n’ont rien à nous reprocher[1] ou à cacher[2], nos données personnelles restent précieuses quand-même, aux yeux des Gafam notamment.

Pourquoi ? Comment ?

Pour les Gafam (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft, bref, toutes les boîtes du numérique qui font leur blé en ligne et bien souvent gratuitement), nos données sont leur modèle économique.

Google est gratuit. Facebook aussi. Twitter, Instagram et Youtube également. Pourtant leurs bénéfices net se chiffre en milliards de dollars. J’en ai déjà parlé.

Ce fric leur est donné par les marques qui vendent des trucs (Coca-Cola, Nike, Renault… bref n’importe qui possédant des trucs à vendre). Ces marques payent Google ou Facebook pour qu’ils affichent des pubs sur les écrans des internautes. L’internaute, intéressé par la pub, va cliquer et acheter le produit, et voilà l’argent qui rentre.
Tout le monde est content et l’internaute a dépensé son fric.

Mais pourquoi « nos données » ?
La télé vit avec la pub, pourtant elle n’exploite pas nos données ! Un panneau publicitaire non plus !

Eh bien… La télé envoie une pub identique à tout le monde. Or, tout le monde n’est pas intéressé par tel ou tel produit.
Un couple sans enfants s’en fiche des pubs pour les couches pour bébé. Un retraité se fiche des pubs pour les fournitures scolaires.

C’est là qu’intervient le profilage, principalement sur internet : le profilage permet d’associer une personne (vous) à vos préférences. Comme ça, vous aurez des pubs ciblées : en gros, le couple sans enfants n’aura plus de pubs pour des couches mais autre chose.

Comment ?

Eh ben grâce à vous ! Par exemple, Coca-Cola fait une page Facebook et des gens vont « liker ». Hop, voilà du monde qui aimera les pubs pour les nouveaux produits de la marque. Idem pour la page « Nike », « Renault », et ainsi de suite.

Bien-sûr, ici vous avez sciemment liké la page en question. Il n’en reste pas moins que ce « like » innocent est exploité par Facebook. Il en va de même quand vous renseignez votre école, votre travail (pratique pour vous afficher la publicité de la pizzeria du coin tous les midis), vos sports préférés (pour afficher les pubs pour les maillots ou les matchs), les hobbies…

Autre exemple, moins direct : Google. Google connaît vos requêtes.

Si vous cherchez plusieurs fois dans le mois « suis-je enceinte ? », « comment tomber enceinte ? », « test de grossesse » ou ce genre de choses, il vous affichera les annonces, au choix :

  • des couches pour bébé (oui encore)
  • des tests de grossesse
  • des sages-femmes à domicile

Ce cas-là est déjà arrivé en vrai : une jeune fille a commencé à adopter des habitudes de consommation proches des femmes enceintes. Quelques jours après, paf, elle reçoit des coupons de réduction pour des produits bébé : les algos de profilage de son supermarché avaient fait le lien et lui a envoyé des coupons par la poste. Je ne vous explique pas la gueule des parents : son supermarché savait qu’elle était enceinte avant ses propres parents !

Encore un autre exemple : votre voisin, qui aura cherché « tondeuse pour gazon », aura des annonces pour des tondeuses, des tailles haies, etc.
Là aussi, ces annonces seront nettement plus pertinentes pour lui, il aura beaucoup plus tendance à cliquer et à acheter. En somme : l’annonce a bien plus de chance de fonctionner et de « forcer » l’internaute à dépenser son argent !

En profilant chaque internaute, Google connaît l’historique de tout le monde : Google sait qui est qui, qui cherche quoi et qui veut quoi, et il affichera les annonces en conséquence, afin de maximiser l’efficacité des annonces.
Et avec des annonces plus efficaces que ses concurrents, Google peut exiger davantage de pognon de la part des marques. C’est comme ça qu’il gagne tous ces milliards.

Allons plus loin encore.

Si vous cherchez « restaurant à Lyon » alors que votre IP est située à Paris, Google peut en déduire que vous êtes en voyage. Il va donc vous proposer :

  • des annonces de train Paris-Lyon ;
  • des hôtels ;
  • des choses à faire à Lyon.

Même si à l’origine vous êtes juste de passage dans cette ville, vous serez peut-être intéressé par les annonces, vous cliquerez et vous irez dépenser votre argent.

Google, grâce à sa présence dans Android, connaît votre position (grâce au GPS), et peut recroiser ça avec vos recherches dans Google Maps. Google sait où vous êtes, ce que vous cherchez. Avec Google Pay, il sait ce que vous achetez et vos habitudes de consommation. Il peut donc sans cesse vous proposer des annonces pertinentes.

Et ceci partout : dans les résultats de recherche, sur vos blogs préférés qui diffusent des pubs via Google Adsense (leur régie publicitaire), sur Youtube, dans Google Maps, dans Android Auto directement dans votre voiture, dans GMail…

Encore plus loin ?

Google veut tout savoir de vous : il connaît votre position, il connaît vos recherche, il lit vos mails, il répertorie vos contacts (e-mail, SMS…), il connaît votre agenda, il connaît votre « todo-list » et votre liste de courses, sait où vous allez avec Google Maps, analyse vos fichiers sur Google Drive (dont vos fiches de paie, vos factures, vos relevés bancaires, si elles-y sont).

Plus ils en savent sur votre passé, plus ils savent ce que vous allez faire et où vous allez vous rendre… et plus ils pourront vos affiches des pubs ciblées et pertinentes.

Flippant ? Oui.
Est-ce un mal ? Oui et non.

Oui, car vous êtes sans cesse soumis à la tentation de dépenser plus d’argent que vous ne voudriez.
Non, car une bonne pub bien ciblée peut vous faire acheter exactement ce que vous recherchez et vous faire gagner du temps.

Bon alors ? On s’en fout ?

Non.
Car tout est prétexte à faire du profit, même des choses nettement moins éthiques, et c’est bien là le problème !

« Tout ce que vous faites pourra être retenu contre vous »

Google sait où vous êtes, où vous allez et à quelle vitesse vous roulez (merci votre téléphone avec un GPS).
Il sait ce que vous mangez (merci Google Pay, ou vos photos).

Ces données ne sont pas juste stockées chez eux.

Google vend ces données à d’autres entreprises.

Qui peut bien être intéressé par les routes que vous empruntez et votre vitesse ? Au hasard : votre assureur auto ! Si vous roulez trop vite, ils ajouteront ça à votre dossier et votre prime « personnalisée » sera plus chère.

Qui peut bien être intéressé par le fait que vous recherchez des produits de luxe sur Internet ? Qui peut bien être intéressé par les photos Facebook de votre garage plein de matériel de jardin assez cher ?

Les démarcheurs qui veulent vous vendre des caméras de surveillance ou des systèmes de sécurité. Ils viendront toquer chez vous et vous diront que — par exemple tout à faire au hasard — le matériel de jardin est très sujet aux cambriolages en ce moment et dans votre quartier.

Et vous signerez. Et vous payerez.

Sinon, les impôts aussi : ils sont très intéressés par votre train de vie. Vous saviez, vous, que Al Capone, le fameux baron de la drogue, avait été arrêté pour fraude fiscale et non pour trafic de drogue ? Bah maintenant oui : son train de vie l’a trahi, alors qu’il faisait autrement très attention. Votre train de vie peut aussi vous trahir. Car oui, le fisc se balade sur les réseaux sociaux, analyse vos photos publiques et cherchent des indices trahissant vos trains de vie qui ne collent pas à vos déclarations.

Qui peut bien être intéressé par le fait que vous êtes allé 6 fois au McDo ce mois-ci et que vous n’achetez jamais de légumes ?

Votre banque : est-ce qu’ils seront aussi enclins à vous accorder un prêt sur 30 ans ou une assurance-vie si vous ne courrez jamais, roulez vite et allez au McDo tous les deux jours ? Bref, si vous êtes sujet à des soucis de santé ?

Dans ce cas, votre banque aimerait beaucoup connaître vos habitudes et votre état de santé, justement pour éviter de prêter du fric à quelqu’un qui risque de mourir et ne jamais pouvoir vous le rendre…

Bref, toutes vos données sont exploitables et tout sera retenu contre vous : votre banque ou votre assurance ne sont pas votre ami.

Et ce ne sont que quelques exemples…

Maintenant, comme je dis souvent : si quelque-chose est techniquement faisable, alors ça sera fait tôt ou tard.

En l’occurrence : est-ce possible pour Google de tout savoir sur vous ? Oui.
Y a-t-il des entreprises qui seraient être à payer Google pour récupérer ces informations ? Oui !
Est-ce possible que Google vende ces données ? Oui.

Suffit de vous poser les bonnes questions, comme :

  • est-ce que j’aimerais que mon assureur sache telle ou telle chose ?
  • ou mon banquier ?
  • ou l’État ?

Si la réponse est non, alors faites gaffe : ce que vous demandez dans votre moteur de recherche, ce que vous envoyez par e-mail, ce que vous prenez en photo et envoyez à Facebook ou Twitter, ça termine dans les algorithmes et c’est vendu au plus offrant.

Les bandeaux « nous respectons votre vie privée », c’est du flan. Votre vie privée, c’est leur business. Ils ne vont pas s’asseoir dessus.

Pour conclure

Oui, vous êtes une personne lambda.
Mais oui, vos données, vos habitudes, sont intéressantes pour certaines personnes, certains organismes.

Un smartphone avec GPS, c’est pratique. Mais sur ce smartphone tourne Google, Facebook, Instagram, l’application de votre Banque, celle de votre assureur, votre supermarché, votre gouvernement ou votre ambassade…

Toutes ces applications peuvent capter ces données et les conserver, puis le revendre à qui les veut. Votre banque-assurance sait ce que vous achetez régulièrement. Ceci intéresse les publicitaires comme Google. Google sait où vous êtes et Facebook sait ce que vous faites, et ceci intéresse les banques-assurances.

Vous voyez le business ?

Parfois ça peut-être pratique : c’est toujours mieux de trouver une annonce qui correspond pile-poil à ce que l’on recherche. Et encore : parfois on achète des choses pas franchement utiles et on dépense son argent alors qu’on est déjà dans le rouge.

Mais souvent, très souvent, les utilisations faites de vos informations personnelles sont nettement moins bienveillantes à votre égard, même si cela n’est pas visible au premier abord

Le fric n’a pas de limites : s’il y a moyen de faire du blé sur votre dos, ça sera fait.
Votre banque sera ravie d’économiser le risque de vous accorder un prêt, s’il sait que vous faites des choses dangereuses.

Que faire ?

À notre niveau, à moins de vivre sans technologie, vous serez profilé pour des besoins publicitaires.

On peut limiter la casse cependant :

  • ne plus utiliser les Gafam, pour ne plus leur donner vos infos qu’ils vont revendre. C’est pas simple, mais on peut au moins faire attention à ne pas tout leur donner sur un plateau ;
  • paramétrez ou choisissez vos applications en fonction de leurs permissions : votre application calculatrice veut accéder au GPS et au réseau ? Ce n’est pas normal. Votre application météo veut la liste de vos contacts et lire vos SMS ? Ce n’est pas normal. Évitez ces applications-là et prenez en d’autres ;
  • paramétrer vos navigateurs pour qu’ils bloquent les trackers et cookies publicitaires, qui participent justement à permettre tout ce profilage ;
  • ne pas acheter de Google Home ou d’autres assistances vocaux : ces trucs enregistrent tout 24/7 et font de l’analyse sur ça. Faites le test : si vous n’avez pas de chien, prononcez plusieurs fois « croquettes pour chien » devant le Google Home chez vous. Dans pas longtemps, Facebook ou Amazon vous proposeront des pubs pour des croquettes.

Enfin, je ne suis pas là pour juger : utilisez Facebook et Google, installez Instagram, ou l’appli McDo ou celle de votre banque, si ça vous chante. Je ne vis pas hors des Gafam non plus.

Acceptons que EDF analyse vos habitudes de consommation électrique et sache si vous respectez bien le couvre-feu ou le confinement : on n’a pas le choix.

Je suis juste là pour vous présenter une réalité invisible : celle du business des informations personnelles. Celui qui permet à des entreprises comme Google ou Facebook de rapporter des dizaines de milliards de dollars chaque trimestre avec des produits gratuits pour nous.

PS : je prends majoritairement l’exemple de Google ici, car il parle bien.
Mais tous les Gafam font pareil : L’application Facebook a accès à votre liste de contacts et votre GPS, il analyse vos photos, vos likes, et les pages web que vous visitez. Ils en savent tout autant. Idem pour Twitter. Idem pour Linkedin. Idem pour toutes les applications avec une liste longue comme le bras de permissions. Et toutes font du fric grâce à ça, au moyen d’une application gratuite, souvent.

Notes :

[1] : Même si vous ne vous reprochez rien, sachez que ce n’est pas toujours vous qui décidez ce qui est reprochable.
[2] : On a tous une vie privée, des choses qu’on n’aimerait pas voir divulguées à tout le monde.

image d’en-tête de Tushar Mahajan

25 commentaires

gravatar
Gilles a dit :

Suis toujours pas passé au Linky ;)
Le presta me spamme (SMS) mais en attendant...

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@Gilles : Moi non plus…
On m’avait laissé un message vocal il y a environ 1 an : un des sous-traitants d’EDF. Je les ai rappelé une fois : personne. Une seconde fois : on m’a répondu, un type manifestement à la bourre qui m’a dit « je vous rappelle dans 5 minutes ». J’ai jamais eu de rappel. Depuis, plus rien.

gravatar
Gilles a dit :

Je reçois 2 SMS par semaines, j'ai la flemme de bloquer le numéro.
En plus, courrier postal EDF me disant que si je le fais pas la relève sera dorénavant payante.
La relève ok mais je suis pas chez EDF :D et je peux m'auto-relever.
Ou alors c'était EDF qui faisait le relevé pour les fournisseurs successifs ? o.O

gravatar
johnjohn a dit :

salut, il faudrait compléter cet article en proposant des alternatives de gestion de mails, contacts, et agenda simples, comme mailo.com

ou OsmAnd+ pour le gps

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@a365ndre : C’est clair.
Après l’idée dérrière Qwant, DDG et consort, c’est d’utiliser les index de Google & Bing (les deux seuls vrais moteurs de recherche avec leur propre index) mais de cacher tes cookies et te rendre intraçable. Bien-sûr, ils affichent de la pub aussi, mais à les croire, cette pub là est volontairement non intrusive.

Ça revient à demander à quelqu’un d’autre de faire une recherche pour toi, pour te laisser en dehors du système.

Après ça demande à leur faire confiance à eux, et de se satisfaire de résultats non personnalisés et donc globalement moins pertinents.

@Gilles : Étrange qu’EDF te harcèle alors que tu n’est pas chez eux. T’as essayé de voir avec eux ?
Que la relève est payante, c’est un fait et c’est a priori légal. Mais si t’es pas chez eux, WTF quoi xD. Normalement t’es client chez ton fournisseur, EDF devrait (logiquement) passer par eux.

@johnjohn : Même si ça doit déjà exister, ça peut se faire :D

gravatar
seb a dit :

Je rajouterais un petit point par rapport aux 2 notes.
Je veux bien comprendre qu'on ait l'impression de ne rien avoir à se reprocher aujourd'hui, mais qui nous dit que ce qu'on fait aujourd'hui ne pourra pas nous êtres reproché demain?
ça fait un peu point godwin comme exemple, mais est ce qu'en 1930 on avait des raisons de se reprocher d'être vu à aller dans une synagogue? Et 10 ans après?
Aujourd'hui, en France, on n'a pas besoin de désactiver le GPS de son téléphone quand on va dans une synagogue ou une mosquée. On n'a aucune idée de qui sera élu aux prochaines présidentielles, on n'a donc aucune idée de qui aura accès à cette information, et combien de temps en arrière ils remonteront si ils veulent accéder à cette information.

gravatar
galex-713 a dit :

en commençant à lire je me suis dit « c’est pas assez agressif »…

puis j’ai continué de lire… c’est devenu plus agressif.

Sauf que c’est toujours pas assez agressif.

Peut-être parce que tout ça me touche moins ? pas seulement parce que j’utilise pas les gafams (et pourtant, comme je parle à des gens qui utilisent gmail&consort, que je suis présent à distance physique de gens avec des smartphones, et que je rate les cours de fac parce qu’ils sont sur discord, zoom & consort, ça me concerne), mais parce que je suis pas tellement dans la tranche d’âge où on prend comme un dû d’obtenir une « bonne situation », de faire des prêts, payer une assurance, etc.

Par contre ya trois publics cibles importants pour lesquels ya des arguments convaincquants que t’as pas du tout cité.

Les vieux, qui sont nombreux… on essaye de trouver des excuses pour leur supprimer leur retraite en ce moment non ? pourtant tu parles pas de retraite… or si le fisc se met à surveiller les gafams… ya moyen

Les jeunes, qui sont l’avenir : ya déjà du flicage niveau bancaire et rézosocios fait par pôle emploi et la caf pour virer des allocs. sans parler de systèmes intrusifs qui s’imposent de plus en plus genre pour filtrer/trier/hiérarchiser les formations… et si un jour les trucs genre admission post-bac ou chépu comment ça s’appelle maintenant (en tout cas n’importe quoi qui fournit les dossiers des universités et écoles de formation), ça utilisait les données des gafams ? je pense que quand ça se fera on le saura (ya assez de monde impliqué là-dedans), mais ça me semble pas déconnant que ça soit fait dans un avenir proche… avec les données récoltées dans un passé proche…

et je parle pas du flicage parental ! ça t’en parle un peu remarque…

d’ailleurs ya le flicage de l’employeur aussi…

Et enfin : les femmes. J’ai oublié les stats (ya des assoces et autres féministes qui le savent mieux que moi), mais il me semble que de nos jours une majorité croissante des violences conjuguales impliquent la surveillance numérique. Alors oui ça sort un peu du modèle de menace parce que on peut croire que quand on est censés se faire confiance au sein du foyer c’est facile de surveiller quel que soit le système/logiciel…

mais en fait ya actuellement des applications vendues pour « fliquer sa femme », ya un commerce autour de ça. Tout ce que tu dis sur la pub ciblée s’applique à ça. Récemment des féministes se sont faites bloquer de réseaux sociaux parce qu’elles ont demandé « comment faire pour que les hommes arrêtent de violer »… pendant ce temps les mêmes gafams qui soutiennent ces réseaux fournissent la machine de guerre à renforcer les insécurités des gens, convaincre, persuader (disons-le franchement : manipuler, c’est le but de la pub, faut pas avoir peur des mots) de franchir la limite du respect la liberté d’autrui (les entreprises en sont parfois friandes sur leurs employés)…

plus encore : peut-on faire confiance, pour s’aider à protéger sa vie privée, à des appareils et logiciels faits pour nous encourager à répandre notre vie privée, parce que ça augmente leur profits directement, puis frustrer les autres, qui vont devenir plus sensibles à la pub et eux aussi rentrer dans la course à l’armement perso-médiatique… pour se protéger de ses proches ? peut-être que quand un tel système ne permet pas de chiffrer, de renommer des fichiers, de les cacher, de « faire semblant », c’est by design

quand les ventes de données personnelles se feront à des particulier, est-ce qu’il ne sera pas trop tard pour réagir ? quand on vendra la position gps des femmes aux pères et maris ? si la chine le fait, et que le gouvernement français fait le calcul que ça aide à la croissance économique et démographique du pays, et que ça nuirait à la « compétitivité » nationale d’interdire de telle pratiques… yaura-t-il quoi que ce soit à faire ?

bon, un point positif là-dessus : quand les vieux sont arrivés sur facebook, les jeunes en sont partis pour instagram et whatsapp, justement à cause de la vie privée quant aux proches… quand les vieux arriveront sur instagram, ça recommencera… mais à chaque coup ça doit faire mal aux profits des entreprises de surveillance, qui n’y ont pas intérêt… mais s’adaptent (facebook a racheté instagram mais ne l’a pas coulé). donc ya une marge de manœuvre.

plus généralement, parfois je repense à la devise fasciste, que je réordonerais dans l’ordre d’échelle : famille, travail, patrie. Et à y réfléchir, plus l’échelle de surveillance, contrôle et domination devient petite, plus c’est intenable et flippant. Genre, la surveillance par la NSA, les gens s’y sont « faits », et ils étaient déjà nombreux à y croire (après tout Échelon a fait parler de lui, à son époque, avant Snowden)… parce qu’on en voit pas souvent les conséquences directes… et au final, à y réfléchir (okhin disait ça il me semble) les dégâts fait par le capitalisme, notamment les gafams, sont largement plus nuisibles. On a plus à craindre de google, que de son opérateur, que de l’État… en l’état actuel des choses. Et pareillement : au final on subit davantage sa famille proche, avec qui la vie se tisse de compromis permanents, qu’avec son employeur (bien sûr ça change en fonction de l’âge et du sexe), où c’est moins le cas, que de l’État (en fonction de son niveau de richesse…), etc.

PS : je suis pas d’accord de comparer google aux autres gafams, surtout facebook. google est le seul à à la fois avoir un écosystème web (amazon est plus petit), des applications (apple est plus petit), de l’hébergement de masse (amazon puis microsoft sont plus gros là il me semble), un système d’exploitation (et le plus utilisé au monde, en fait… et également le plus troué en terme de trou de sécurité au monde… à côté on a apple, qui n’a pas d’écosystème web, et ne fait pas d’hébergement, et de microsoft, sans écosystème web ni applications ni réseau social)…

or un réseau social, tu peux te désinscrire. une application, tu peux la désinstaller. alors que google « there is no alternative », car c’est l’OS le plus répandu au monde, et qu’iOS est limité aux iPhones (chers en plus), et installer GNU/Linux, même si ça s’améliore, reste très galère, et une affaire de techniciens (et dégoogliser ne suffit pas car on partage l’écosystème avec android (qui pousse aux antipatterns, par concurrence, du fait de vivre sur le même marché), et on a pas d’interopérabilité avec les systèmes libres… donc l’effet réseau fait des dégâts considérables). le seul moyen serait de ne pas avoir d’ordi de poche. car sur un ordi de poche de nos jours c’est extraordinairement difficile d’avoir quelque chose de libre et de respectueux (sans antipatterns, et qui ne partage pas de concurrence, écosystème, avec des choses vraiment pourries).

Google pourrait du jour au lendemain décider de tuer facebook (et instagram, etc… même amazon en fait !), maintenant que « Chrome is the new IE », et qu’ils ont le contrôle de l’OS le plus utilisé. De toute façon toute donnée à laquelle accède facebook, google peut y avoir accès sans payer, dès lors qu’on le fait sur android ou chrome sur ordi…

Attendons qu’android sur PC se généralise, et microsoft deviendra aussi fragile (ils ont pas une grande capacité d’innovation de toute façon).

Apple est juste plus petit… pourrait servir de concurrence (ils contrôlent leur matériel)… mais n’est pas assez abordable pour gagner, juste pour offrir une toute petite niche de résistance, et n’innovent plus non plus.

Il ne reste vraiment plus que google et quelques petits que google laisse vivre.

Après je dis pas que c’est les rois du monde (sinon ils s’en serviraient pour être les plus riches (comme les chefs d’amazon puis tesla (on reste dans la tech après…)), or ils ne le sont pas, et pour corrompre les gouvernements salement (comme microsoft le fait en france, etc., et comme facebook l’a tenté avec l’inde… et notons qu’apple et amazon ont sale tendance à être dans le collimateur des gouvernements), mais ils en sont pas à ce point…).

gravatar
Pascal a dit :

Sur le principe, je n’ai rien contre les cookies publicitaires. Comme tu l’indiques, la publicité ciblée a ses avantages et faire de l’argent avec ne me choque pas. Par contre savoir se protéger, est important. J’utilise exclusivement Firefox pour la majorité de mes recherches et je vide systématiquement tous les cookies à chaque redémarrage du navigateur. J’ai activé également les options pour éviter d’être suivi dans le navigateur. Chrome n’est utilisé que pour les sites qui posent problème. Sur portable, j’ai IOS. C’est un peu plus solide que Android et il y a aussi Firefox même si je n’aime pas la version mobile.
La difficulté comme tu le soulignes, c’est que cela va désormais au delà de la publicité. Le gouvernement via les impôts s’en mêle et est susceptible de tout connaître de ta vie alors que toi même, tu n’as aucun contrôle sur ces données. Il y a une collision d’interêts qui ne me plaît pas du tout.

gravatar
jojo a dit :

Il y a aussi les moteurs de recherche humains... comme les forums spécialisés.

gravatar
MorganGeek a dit :

@Le Hollandais Volant :
Même en utilisant DDG et Qwant on aide toujours les Gafam à maintenir leur statut et justifier leur stratégie car on utilise leurs infos au lieu d'une alternative. J'ai entendu parler d'alternatives comme Mojeek qui a son propre index depuis longtemps, mais niveau éthique ça ne semblait pas forcément mieux (très commercial comme les autres).

gravatar
DoT a dit :

@gilles et timo:
La relève est faite par enedis pour tous les prestas. Amha Gilles reçoit des courriers d'enedis ;) (là aussi il y revente...)

gravatar
Jacques Pyrat a dit :

Bonjour,

Au sujet des assureurs, j'ai rencontré il y a quelques années le dirigeant d'une société sur Lyon dont le métier est de créer des boites noires à destination des assureurs exploitant les réseaux sociaux pour sortir une note concernant le futur assuré.
En cela, il contournait légalement la loi : tant que la boite noire fournit une note sans préciser les critères, c'est légal. Même si les critères sont santé, comportement, religion, race...
Il nous a même prévenu que le prochain critère, dès que l'euthanasie serait légalisée, serait basé sur ce qu'on avait liké ou non sur ce sujet dans les réseaux sociaux. Quelqu'un favorable à l'euthanasie coûtant a priori beaucoup moins cher en frais de santé de fin de vie...

gravatar
linette a dit :

@johnjohn :

Salut, personnellement j'utilise posteo.de car leur politique sur la confidentialité est ce que j'ai trouvé se rapprochant le plus de ma recherche, après quelques mois d'utilisation je suis ettonée de la qualité du service car aucun problème depuis mon inscription (accès aux mails, synchro caldav/cardav/etc)

gravatar
linette a dit :

Bonjour,

merci pour cet article, même si je suis quasiment sure que la plupart des lecteurs de ce blog sont déjà pas mal sensibilisés à ce sujet, cela fait une ressource supplémentaire bien écrite et avec des exemples concrets à diffuser ;)

Pour ce qui est du blocage de ses données qui fuitent voici les moyens que j'ai personnellement mis en place (certainement insuffisant malgré tout car j'utilise certains services indispensables à mes besoins):

Extension Firefox: Cookies autodelete et µMatrix (ce dernier peut etre parfois contraignant avec certains sites mais bloque vraiment un paquet de requêtes)

Smartphone: Tel sous LineageOs sans Gapps avec appli depuis F-Droid (avec choix d'applis qui respectent la vie privée sinon pas pertinentes)

Je suis preneuse de toutes les autres pistes disponibles ^^

gravatar
Pépito a dit :
Lorsque vous dites « le droit à la vie privée ne me préoccupe pas, parce que je n'ai rien à cacher », cela ne fait aucune différence avec le fait de dire « Je me moque du droit à la liberté d'expression parce que je n'ai rien à dire », ou « de la liberté de la presse parce que je n'ai rien à écrire »

-Edward Snowden

gravatar
Vangeles a dit :

Comme le rapportait @SebSauvage sur une citation originale de @Timo si je me rappelle bien (à confirmer):
"Le problème n'est pas de savoir si la technologie leur permettrait de le faire si ils étaient mal intentionnés, mais quand ils vont le faire en nous demandant (ou plus sûrement sans nous demander) notre consentement".
Jusqu'à il y a pas si longtemps, j'en était conscient sans être trop inquiet, mais le doute et l'angoisse me gagnent.
L'anecdote de @seb résume tout.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@Julien : Merci !
+1 pour la mention de Surveillance//, le livre de Tristan Nitot, tout au début !

@linette : Oui, j’ai de la chance d’avoir d’un public averti :)

@Vangeles : ouais, j’ai fini par appeler ça « #loiDeTimo » pour faire référence à ça (#cheville).
Ça fait longtemps que j’en parle : https://lehollandaisvolant.net/?q=%23loiDeTimo&mode=links

Concernant l’angoisse : on a la chance d’être en Europe, où les données personnelles sont encore relativement sacrées et protégées contre les Gafam. Aux USA ce n’est pas le cas. Est-ce que ça va durer ? Je ne sais pas.
Par contre, la centralisation des données est aussi dangereuse vis à vis des pirates : il suffit qu’une BDD soit dans la nature et c’est foutu pour tout le monde. D’ailleurs, encore ce matin je lis qu’une grosse BDD d’informations médicales (avec nom, adresse, e-mail, numéro sécu, maladies…) avait filé dans la nature : https://www.nextinpact.com/lebrief/46183/500-000-patients-francais-doxxes-sur-darknet

gravatar
Xavier P a dit :

Un jour, j'ai fait une recherche pour des motoculteurs ; depuis j'ai des publicités pour le motoculteurs.
Or je n'en n'ai rien à taper des motoculteurs : j'avais juste fait une recherche d'infos pour mon beau-père 😁.

PS Pour moi l'essentiel est de comprendre comment tout cet écosystème numérique fonctionne (avec le modèle économique autour). Donc merci à Timo, merci pour ce genre d'article. À partager.

gravatar
Dalida G a dit :

C'est le thème de mon cours du moment : le Big Data avec le modèle économique des Gafam, la domination de Google, le scandale Cambridge analytica, le crédit social en Chine...
Et l'impression que me renvoient les élèves (c'est une classe de 1ère) c'est que pour eux, c'est acquis ! C'est comme ça que ça fonctionne, basta !
Ils nous restent 3h à faire avec ma collègue, on sait pas bien encore comment on va réussir à les secouer...

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@Dalida G : Tu prends 4 ou 5 élèves dans la classe et tu cherches leur nom sur Google. Tu devrais réussir à les secouer en présentant des choses sur eux qu’ils ne pensaient pas public… :D


Votre commentaire sera visible après validation par le webmaster.