default_favicon

 Je reviens sur cette remarque, de @GPoPesie sur Twitter et sur mes reposts que je remets ici sous forme d’un article :

Twitter : J’aime bien Harry Potter mais pas trop J.K. Rowling, faudrait inventer un genre de concept théorique afin de séparer l’œuvre et son auteur, ça nous permettrait de continuer à aimer uniquement les œuvres de fiction pour sans avoir à se cogner le créateur

(L’auteur du tweet rapport cette réaction des twittos, en fait)

Ce à quoi j’ai répondu : ça existe déjà : ça s'appelle ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Et heureusement que c'est là, sinon faudrait brûler tout Voltaire (qui parlait ouvertement de hiérarchie raciale), Hugo (un peu pareil), jeter la physique quantique (certains physiciens qui l’ont constitué étaient des nazis proches d’Hitler), renier Darwin, Lavoisier, Newton et tant d’autres.

Je sais qu’il y a eu une énorme polémique lors des derniers oscars au sujet de séparer l’œuvre de l’artiste. Comme je m’en fous des oscars, j’ai pas trop suivi. Mais J.K. Rowling, ça me parle déjà plus (chacun sa culture).

Pour faire simple, ne mentionnons plus de noms et parlons d’une personne A, autrice.
Disons, pour l’exemple (« for the sake of argument ») que A. est une nazie-pédo-pirate bref, le pire être humain possible. Mais disons également que A., malgré tout ça est extrêmement douée avec les mots, les phrases, la langues et que tous ses écrits sans exceptions sont des chef d’œuvres universels sur tous les plans.

Maintenant vous faites quoi ?

Vous allez les lire et reconnaître son talent ? Ou vous allez ne pas lire à cause de ce que cette personne est ?

Et si je vous disais qu’il n’est pas nécessaire d’aimer une personne pour apprécier ce qu’elle fait ?
Et si je vous disais qu’il est possible d’apprécier l’œuvre, sa forme ou son style, tout en n’étant pas d’accord avec l’ensemble de son contenu, son fond ?
Et si je disais que l’on n’est pas obligé d’être d’accord avec 100 % de ce que dit ou fait une personne, mais seulement une partie ?
Et si je vous disais qu’on peut respecter quelqu’un tout en n’étant pas forcément d’accord avec tout ?
Et si je vous disais qu’on peut discuter, partager, échanger des idées sans forcément chercher à changer ni son propre avis, ni l’avis de l’autre ?
Et si je vous disais qu’on peut discuter, partager, échanger des idées sans forcément s’énerver ?

Bien-sûr, libres à vous de brûler tous les livres d’une auteure suite à un tweet qu’elle aurait posté et avec lequel il apparaît que vous n’êtes pas d’accord. De toute façon l’auteure elle-même s’en fiche : elle a déjà votre argent, donc ça ne changera rien pour elle.

Mais en ce qui me concerne, je trouve assez dommage d’en arriver à renier ce qu’on aime — et donc se renier soi-même, d’une certaine façon — simplement parce l’auteure de ce qu’on aime a dit quelque chose avec lequel l’on n’est pas d’accord.

Il est normal de ne pas être d’accord sur tout avec tout le monde. Ça n’empêche pas l’amitié, ni le respect, ni la cordialité et la politesse, ni l’admiration parfois.

Si l’on en revient à J.K. Rowling : que l’on ne soit pas d’accord avec elle sur certaines de ses déclarations (ou toutes, si c’est le cas), c’est votre droit. Est-ce une raison de la traiter de tous les noms ? Est-il nécessaire d’arrêter d’aimer son œuvre ? Dans les deux cas, je pense que non, mais vous pouvez ne pas être d’accord avec ça.

Inversement, si vous n’êtes pas d’accord avec elle, pouvez-vous le dire ? en parler ? Bien-sûr que oui, bon sang !
Est-ce que vous avez le droit, au vu de ses déclarations, de cesser d’acheter ses œuvres, comme pour la « boycotter » ? Bien-sûr que vous avez le droit !

Si vous avez aimé son œuvre, rien n’y changera, et je pense que ça ne fera que vous rendre malheureux de renier vos propres goûts (généralement en se reniant soi-même, on sombre et on devient fou et l’on fait les pires choses).

Vous savez, personne ne vous en veut (et vous ne devriez pas vous en vouloir non plus) d’avoir aimer quelque chose « sans savoir ».

Je peux vous sortir des dizaines de citations, textes, équations, théorèmes, découvertes, peintures ou chansons qui sont absolument magnifiques de sens ou de tournure grammaticale, et qui sont pourtant attribuées à certaines des plus grandes pourritures humaines que cette planète ait portée.
Ça n’enlève rien à leur beauté artistique.

Enfin, personne n’est 100 % blanc ni 100 % noir (c’est une métaphore à propos du bien et du mal, je ne parle pas de la couleur de peau, bien-sûr). J’en ai déjà parlé, mais il y a non seulement toute une nuance de gris entre les deux, mais également une vaste palette de couleurs.

Quand on vit avec des gens qui n’ont pas forcément la même palette que vous, le but n’est pas forcément de trouver les gens avec la même palette que vous. Le but n’est pas non plus de repeindre le monde avec vos pinceaux. Au contraire : je pense qu’il faut savoir ajouter des couleurs et de nouvelles nuances, découvrir ce que pensent les autres, comment ils voient le monde. Je n’ai pas dit de forcément tout prendre, tout accepter, mais au moins regarder et prendre ce que vous plaît.
Si l’on vous donne un kilo de cerises, on ne va pas tout jeter simplement parce qu’il en a une dedans qui n’est pas mûre. Ben les idées, les gens, les personnes, c’est pareil.

Commentaires fermés

Les commentaires sont fermés pour cet article