Des zombis dérrière une porte d’hôpital
Covid3D.fr, c’est la plateforme qui met en relation les parties qui veulent une visière avec ceux qui ont une imprimante 3D pour leur faire. On parle ici de particuliers qui ont une imprimante comme ça à la maison et qui la font tourner, gratuitement et bénévolement (bien souvent) pour palier ce que le gouvernement ne fait pas, c’est-à-dire fournir de l’équipement aux soignants.

Alors que le gouvernement est toujours les bras croisés pour le matos, ils ont tout de même décidé que ces fabrications n’étaient pas aux normes et ne respectaient pas la loi. De ce fait, les « makers » ont décidés d’arrêter, par peur des poursuites :

Pour résumer cette directive :

  • Le don ou la vente à prix coûtant d’une visière peuvent être requalifiés en concurrence déloyale.
  • La réalisation d’une visière gratuitement, même par un bénévole, peut être requalifiée en travail déguisé.
  • Les visières doivent désormais répondre à une norme technique que nous ne sommes pas en mesure de contrôler.

Dans les notes officielles du gouvernement il est question de normes mais aussi de respect des conditions de mise sur le marché (ce qui englobe la loi sur le travail et l’économie). Bien qu’ils ne le mentionnent pas explicitement, le deux premiers points sont donc implicites, bien que certaines langues ne le voient pas de cette façon.

Bref : le gouvernement a décidé que cette production gratuite était de la concurrence déloyale vis-à-vis des boîtes qui vendent les visières hors de prix, que c’était du travail déguisé et que l’ensemble n’est pas aux normes.

En mars dernier j’avais émis l’idée qu’un jour l’Urssaf et les administrations viendront faire chier ceux qui se cassent le cul à sauver la France par leur travail bénévole et gratuit.

Hé ben… on y est, il me semble.


Si j’avais à y mettre mon commentaire, je pense que le gouvernement n’a aucune intention à nous sortir de la crise. Ils n’ont rien fait, depuis le début.

Leur but c’est l’immunité de groupe (qui sera atteinte tôt ou tard, mais ils préfèrent tôt) pour que l’économie reprenne, même si ça va sacrifier beaucoup de monde. Y a que ça qui a de la valeur pour eux : l’économie.

Et je ne parle pas des augmentations de salaire pour le personnel médical qui gagne 1 650 € pour bosser 50h par semaine : à la place ils auront une médaille (et je parie qu’ils devront la payer de leur propre deniers, comme c’est le cas pour toutes les médailles officielles).

Oh et pour enfoncer le clou, le groupe pharmaceutique Sanofi, en parti financé par l’État français (qui en est un des actionnaires les plus importants), a dit qu’il servira en priorité… les USA, devaient-ils trouver un vaccin. Voilà voilà.

Ça en devient ridicule, en fait.


Qu’on soit d’accord, les normes sont importantes et le respect des lois également. Mais quand il y a des gens qui se jettent dans les flammes pour sauver un enfant, il y a (que je sache) mieux à faire que l’arrêter et le mettre en taule parce qu’il n’était pas un pompier qualifié, surtout quand lesdits pompiers mettent 3 mois à arriver. Dans l’urgence, il faut parfois accepter de faire ce qui est utile et bien, plutôt que ce qui est légal. D’autant plus que dans le cas des visières, ça ne nuit à personne vu que les industriels qui les fabriquent ne sont pas prêts non plus.

Tous ces makers méritent une médaille (façon de parler, vu que plus haut je déplore la médaille du gouvernement aux soignats), pas d’être mis en joue de cette façon. Mais en attendant que les industriels certifiés puissent être en mesure de livrer de l’équipement eux-mêmes, empêcher ces personnes d’aider est juste criminel.

Quand Monsieur Gassama a sauvé cet enfant suspendu à un balcon il y a deux ans, on a bien su l’aider comme il se devait pour son acte héroïque. Bien-sûr : cela faisant de la bonne com' gratuite pour Macron.

Mais quand d’autres personnes choisissent aujourd’hui d’aider parce que le pays est en difficulté à cause d’une politique de merde, il devrait en être autant. Le problème, c’est que s’ils font ça, ça serait reconnaître que la politique depuis quelques années est merdique et c’est pas de la bonne comm' justement. Tout est une question d’image : tant pis si des gens crèvent, au moins le Manu sort la tête haute et n’a pas à avouer ses erreurs. D’ailleurs quelles erreurs, hein ?

Quoi qu’il en soit, tout ceci a montré une chose : notre gouvernement est inutile. Il ne sert à rien et on pourrait se passer d’eux. Ce ne sont pas eux qui ont sauvé la France.

Si quelque chose devait être retenu d’eux durant cette crise, j’espère que ce soit ça : ils ont brûlé des stocks de masques, vendu les vaccins aux USA avant de servir la France, marchandé de la chloroquine inutile pour faire du buzz, empêché les bénévoles de sauver le pays, distribué davantage d’amendes que de masques, demandé aux médecins de dénoncer les malades et par-dessus tout, ils ont fait passer une loi qui les dégage de toute responsabilité et les rend intouchables face à ceux qui voudraient les traîner en justice.

image d’en-tête de Nathan Wright

Il y a quelques années, je publiais ici une liste de logiciels avec leur site officiel. L’idée partait du constat que lorsque l’on cherchait un programme dans un moteur de recherche, les premiers sites étaient presque systématiquement des sites vérolés, contrefaits, en tout cas pas le site officiel de l’éditeur.

Ma liste était là pour remettre les choses à plat pour une sélection de programmes usuels (libres ou non-libres, d'ailleurs).

Je découvre aujourd'hui que le gouvernement tient à jour une liste assez conséquente de logiciels libres "recommandés" (190 logiciels libres y sont recensés à ce jour) :

On peut y rechercher un nom, un type de programme, etc.

Les fiches logiciels contiennent le lien vers le site officiel, son code-source, sa licence, les liens vers leur fiches sur le Comptoir-du-Libre ou sa fiche Framasoft.

La plupart des programmes très connus y sont évidement listés : VLC, Audacity, Apache, Firefox, LibreOffice... mais ce sont loin d'être les seuls. Il suffit de fouiller un peu dedans pour trouver un peu ce qu'on veut.

La liste est là pour permettre aux instances gouvernementales de favoriser l'emploi du logiciel libre dans leur usage quotidien, mais le site est évidemment accessible à tous.

Bref, c'est une bonne initiative* !

(* pour une fois :p)

(via)

Voyez cet article :

Puis plusieurs remarques de ma part, qui vont dans différents sens :

C’est bien parce qu’Amazon ne mérite aucune aide de la part du contribuable. Vu qu’ils ne payent pas leurs impôts, je vois pas pourquoi on leur payerait des aides. Ils ont décidé de faire marche seule, ben qu’ils ne se retournent pas.

C’est nul parce que les premiers à en souffrir, ça va être les esclaves (ce n’est pas contre eux, mais vu comment ils sont traités par leur entreprise, y a pas d’autres mots) qui ont été renvoyés chez eux de force alors que c’était clairement pas la période. Renvoyé par qui ? Par l’État et par les syndicats, faut quand-même le dire, hein.

C’est un peu con car Amazon est loin d’être la seule boîte à faire de l’évasion fiscale ou de l’optimisation fiscale. Et je ne parle pas seulement des Gafam. Prenez n’importe quelle entreprise « française » du CAC40, et vous pouvez être certains qu’ils ont des montages fiscaux au Lux, en Irlande ou aux P-B, si ce n’est pas carrément aux Caraïbes. On ne peut pas avoir à sa tête le type le plus riche du monde sans quelques magouilles, n’est-ce pas ?

C’est encore plus con car Amazon n’est pas non plus la seule entreprise à traiter sa main d’œuvre comme de la merde. Loin de les défendre, il est encore une fois très difficile de ne pas y voir une nouvelle décision « anti-amazon » de la part de la France.
Concernant le « traiter sa main d’œuvre comme de la vermine », je parle en tant qu’ex-travailleur de la « grande distribution invisible ». J’ai bossé dans une boîte (sous tutelle chinoise dont le nom ne dira rien à personne mais dont les clients sont les chaînes de magasin très connues (aux Pays-Bas, pas ici) et dont le fonctionnement est en tout point similaire aux entrepôts Amazon.

Des hangars de 4 km qu’on traverse à longueur de journée ? Je connais.
Un rythme infernal, un flicage permanent, une pression destinée à mettre en place une compétition entre les collègues (pour virer les plus faibles et ne garder que les meilleurs) ? Yup, ça aussi.
Les SMS le soir à 21h que te disent si oui ou non tu dois mettre ton réveil le lendemain à 4h30 ? Oui oui
Le fait d’être considéré a priori comme un voleur par ton propre patron, avec des détecteurs de métaux réglés sur hyper-sensible et des dispositifs biométriques partout ? Aussi.

Amazon bat probablement des records dans sa façon d’utiliser l’IA et la technologie pour déterminer quel intérimerde doit être viré et quand. Mais je peux vous assurer que Carrouf, Fnac, Darty et très certainement tous les autres font EXACTEMENT pareil (le service client en moins, et la couverture médiatique également en moins).
Les rayons ne se remplissent pas tout seuls et ces gens sont là en fonction de la demande au jour le jour, parfois à la demi-journée, y compris le matin de Noël ou le 31/12 au soir.

Il n’y a qu’à voir : vous pensez que les étudiants qui bossent dans la distribution vont recevoir la fameuse prime de 1 000 € promise par Macamerde ? Bah non.

C’est débile parce que vu les rythmes de travail dans ces boîtes, où ils font généralement tourner les effectifs plutôt que faire bosser en heures sup leurs intérimaires, c’est que ça ne te donne pas toujours droit au chômage (quand l’intégralité ne finit d’ailleurs pas dans les jours de carence quoi qu’il arrive).

Ça rejoint mon second point, mais si on avait un vrai système de protection social (et pas un fantôme de ce qu’il pouvait éventuellement être), l’absence de travail ne devrait pas être (trop) pénalisante.

Mais vu que tout est lié, si des boîtes comme Amazon payaient leurs impôts, peut-être qu’on aurait de l’argent magique pour cette protection sociale (voir point 1). Et pas seulement Amazon d’ailleurs (voir point 3).


Bref, si ça ne vient pas avec une obligation pour Amazon de payer les employés quand-même (ou alors juste payer leurs putains d’impôts afin de pouvoir les dédommager), ça va encore une fois profiter à Amazon.

Bah oui : Amazon n’en a rien à foutre de vous satisfaire en livrant ce que vous commandez. Votre (notre !) satisfaction n’a d’intérêt que si ça vous fait revenir dépensez chez eux. J’avoue qu’ils y arrivent bien. Très bien même, sur tous les plans.

Mais si le gouvernement leur dit « vous fermez vos usines de distribution », ils vont le faire. Les gens seront à la rue, et les produits viendront d’Allemagne, d’Italie, de Royaume-Uni… C’est exactement ce qui se passe en ce moment : les trucs qu’on peut commander sur Amazon actuellement viennent de l’étranger.

En tout cas… Est-ce que ça sauvera des milliers de travailleurs du coronavirus ? Probablement.
Est-ce que ça les sauvera de la faim ? Je sais pas, probablement pas.

L’un dans l’autre, et au vu de ce qu’est devenu la situation de la protection chômage, je ne sais encore moins.