Oui, avec le « i » égal à la racine carrée de −1, c’est bien celui-là.

J’avais déjà râlé contre les transporteurs une fois. Là, la poste vient d’inventer un autre dispositif : ça s’appelle l’avis de passage imaginaire.

Tu sais que le facteur est déjà passé 3 fois dans la semaine car tu as reçu un e-mail par jour depuis trois jours et qu’il décide à chaque fois de garder le colis et de repasser le lendemain, un autre jour ouvré où je ne suis pas là¹.
Le dernier jour, justement, il me laisse le fameux avis de passage imaginaire : tu le vois pas dans la boîte aux lettres, mais il est bien là : il suffit de l’imaginer.

Le principe est le même qu’avec un avis de passage classique : tu le prends et tu vas au bureau de poste avec. Le guichetier n’est pas imaginatif, donc l’avis de passage imaginaire sera inutile à partir de maintenant. Il faut juste lui demander si — par hasard — il n’aurait pas un colis pour toi. Et normalement il y a des chances qu’il en ait un (c’est marqué sur le colis qu’un avis de passage a été passé. Il a oublié le « imaginaire » par contre : le mot doit être trop long…).

Bon là j’ai résolu le problème parce que je savais que qu’il était passé grâce à un e-mail envoyé par le service de suivi du colis. Mais si y avait pas d’e-mail d’envoyé ? Je fais quoi ? Je dois tout deviner ?
C’est la deuxième fois que ça arrive en moins d’un mois. La première fois j’avais pas reçu d’e-mail. C’est en me rendant à la poste pour autre chose qu’on me dit que j’avais aussi un colis en attente depuis quelques jours. Une semaine de plus et ils le renvoyaient dans son pays.

J’ai mis le guichetier au courant. J’espère que l’info va remonter.

¹ ouais, je suis tellement con aussi d’avoir un travail, et de pas rester chez moi comme tout le monde pour attendre le facteur, ou EDF, ou le service des eaux, ou je ne sais pas qui s’imaginant qu’on a que ça à faire de sa vie.

Commentaires fermés

Les commentaires sont fermés pour cet article