Un député veut que les internautes soient consultés sur chaque projet de loi

C’est une bonne idée d’inclure les citoyens dans le processus parlementaires. Ça se fait d’ailleurs de plus en plus, même si c’est toujours très peu pour l’instant, et encore faut-il que les parlementaires eux-mêmes en tiennent vraiment compte. Car quand ils avaient lancé une consultation sur le libre dans l’administration, l’avis des internautes était absolument sans appel. Mais les élus ont balayé ça d’un revers de la main et ont tout ignoré.

Ensuite, je vois une autre chose.

Pourquoi vote-t-on pour des élus ? Parce qu’inclure chaque citoyen dans le processus de vote des lois était impensable en en 1789. Un référendum sur chaque texte est matériellement impossible : pas assez de papier, de temps, de personnes pour compter les voix… Bref, il était normal, technologiquement, de ne faire qu’un référendum ou vote tous les quelques ans.

Aujourd’hui, on a internet : on peut voter pour un texte en un mouvement de doigt et ça prend 2 secondes.

Et si les gens ont assez de temps pour envoyer 1, 2 ou 3 par SMS pour sauver un guignol de la télé-réalité alors il a assez de temps pour participer à la vie citoyenne et accomplir son devoir civique.
Si il n’a pas envie, c’est son problème, mais qu’il ne vienne pas râler ensuite, c’est tout.
S’il ne sait pas assez de choses pour participer en politique, c’est son problème aussi : dans l’ère de l’information, l’ignorance est un choix, premièrement. Et deuxièmement, on n’a pas besoin d’avoir bac+12 en politique pour savoir si un texte représente soit un avantage pour nous, ou si c’est au contraire un entubage bien profond. Et c’est justement ça la politique : choisir ce qui nous arrange le plus, selon nos idées et nos convictions et c’est la majorité qui aura le dernier mot.

Ce principe de vouloir faire voter tout le monde sur chaque projet de loi, chaque grand texte, c’est l’aboutissement d’internet afin de mettre en place une démocratie. La technologie de notre temps permet de faire participer tout le monde à la vie citoyenne. Ça n’était pas le cas par le passé, ça l’est aujourd’hui.

Il n’y a plus de raisons de rester en république alors qu’on pourrait être en démocratie.

14 commentaires

gravatar
un quidam a dit :
Je trouve le ton de l'article un peu péremptoire.

Il faut faire attention à ne pas opposer république et démocratie. l'un et l'autre ne sont pas incompatible.

Ensuite, nous n'avons pas un système représentatif uniquement parce qu'un référendum n'est pas possible à chaque loi. Mais aussi parce que cela prend beaucoup de temps pour d'un rédiger la loi, la discuter, la comprendre.

Je ne dis pas qu'actuellement le système français est parfais, loin de là. Il y a beaucoup d'abus et de problèmes. Mais comparer le fait d'envoyer un sms pour choisir son candidat de télé-réalité et voter une loi, cela me fait froid dans le dos.

"dans l’ère de l’information, l’ignorance est un choix, premièrement." Où trouver l'information ? Comment savoir si elle est de qualité, fiable ? Comment lutter contre ceux qui l'oriente ? Je ne pense pas qu'il soit si simple. De plus, cela demande une éducation particulière, d'avoir le temps et les moyens pour.

Enfin, comment certifier que le vote par Internet est fiable ? Comment garantir l'accès à Internet ? Il faut se rappeler que tout le monde n'est pas à l'aise avec l'outil informatique.

Beaucoup de problèmes se posent à mes yeux. Je ne pense pas donc pas que cela soit aussi simple.


Il n'empêche que cela reste une initiative intéressante car elle soulève ces questions, et d'autres ; sur la place actuelle du citoyen dans le processus démocratique.
gravatar
Stephanou a dit :
Salut,

Attention à ne pas mettre dans le même panier la consultation, c'est-à-dire le processus démocratique qui consiste à discuter d'un projet de loi (argumenter, émettre des opinions, des réserves, des amendements, ect.) et le vote proprement dit de la dite loi.

Dans le premier cas, il est évident qu'on gagnerait en démocratie si ce processus pouvait être rendu disponible aux citoyens via Internet. À mon avis - je suis optimiste - on va aller vers ca et c'est une bonne chose.

Dans le deuxième cas, le vote par Internet est dans l'état actuel des choses une aberration, voir carrément un danger pour la démocratie : http://zythom.blogspot.ca/2012/05/vous-ne-pourrez-pas-verifier.html

J'ai pris plaisir à participer à la consultation sur le numérique, mais jamais de ma vie je ne mettrai un bulletin électronique dans un ordinateur.

P.S: bien d'accord en tout cas sur la dernière phrase du billet.
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
L'un et l'autre ne sont pas incompatible.

Une république seule ne peut, à mes yeux, pas être démocratique. On ne fait pas une démocratie en confisquant le pouvoir des citoyens pour une durée de 5 ans.
La république est une solution pour simplifier la politique et permettre d’expédier les lois plus rapidement que si on demandait à tout le monde de voter à chaque fois, mais ça la rend tout sauf égalitaire ou populaire, bref démocratique. Les élus, une fois élus, font un peu ce qu’ils veulent. En le voit bien avec les promesses de campagne qui sont en grande partie non-tenues (et le fait qu’ils n’ont aucun compte à rendre sur ce point-là me semble des plus aberrants, mais c’est un autre débat).

De plus, cela demande une éducation particulière, d'avoir le temps et les moyens pour.


L’éducation est un problème actuellement, oui, mais il peut être surmonté avec un peu de volonté (mais c’est pas dans l’intérêt du pouvoir en place que d’éclairer le peuple sur leur magouilles).

Le temps, si on a celui pour envoyer un SMS, on peut aussi l’utiliser pour faire des choses plus utiles. Après chacun sa vie : le temps se prend, c’est tout. Certains députés ne siègent pas non plus tous les jours. Mais ne serait-ce que voter une fois par jour pour l’avenir de la société, son pays, son espèce, c’est peu demandé pour une cause quand importante.

Les moyens c’est aussi un problème (tout le monde n’a pas le net chez lui), mais c’est pour ça que je dis que l’idée est bonne, sans parler de son implémentation actuelle.

Enfin, comment certifier que le vote par Internet est fiable ? Comment garantir l'accès à Internet ? Il faut se rappeler que tout le monde n'est pas à l'aise avec l'outil informatique.

Je ne pense pas donc pas que cela soit aussi simple.


Je n’ai pas dit ça non plus.
Les deux premiers (la fiabilité et l’accès à Internet) ne sont que des problèmes techniques et on a des gens pour résoudre ça. Quant au fait d’être à l’aise avec un ordi, on revient à l’éducation. Que je sache, on demande à tout le monde d’être à l’aise avec un papier et un crayon, et même pour compter 2 par 2, donc pourquoi pas apprendre à se servir d’une souris de PC.

Ça ne se fera pas en un jour et il faut voir sur le long terme, c’est certain, mais rien ne se fera si le premier pas (consulter les internautes volontaires, comme maintenant) ne se fait jamais.
Mon article est juste là pour pointer le fait qu’on a une bonne idée avec un potentiel très important.

sur la place actuelle du citoyen dans le processus démocratique.

Pour moi elle doit être au centre de la vie politique. Et quand on parle de démocratique, par définition, elle ne peut être ailleurs.
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
@Stephanou : tout à fait d’accord.
L’implémentation actuelle d’un vote électronique est impensable.

Néanmoins, le (très bon) billet de Zythom n’écarte pas l’idée d’un vote électronique parce qu’il est électronique.
Il écarte l’idée parce qu’il est aujourd’hui totalement opaque et incompréhensible pour une vaste majorité de gens. Le premier point peut être résolu simplement (c’est un problème purement technique et il suffit de payer un ingénieur pour ça). Le second demandera plus de temps et d’énergie.

Attention à ne pas mettre dans le même panier la consultation, c'est-à-dire le processus démocratique qui consiste à discuter d'un projet de loi (argumenter, émettre des opinions, des réserves, des amendements, ect.) et le vote proprement dit de la dite loi.


Mh, pas faux.
gravatar
quidam a dit :
J'ai été un peu trop rapide dans mon premier commentaire. Je développe.

J'ai l'impression qu'il y a méprise sur le sens de république et de démocratie. Une république signifie qu'il y a l'exercice d'un mandat, c'est à dire non héréditaire, en opposition à une monarchie. Et la démocratie signifie que le peuple est souverain. le Larousse précise cette distinction : http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/r%C3%A9publique/68535
Ainsi une république peut être, ou non, une démocratie. Les exemples sont nombreux. Mais je ne qualifiera pas la France d'une dictature, elle me semble être encore une démocratie, représentative certes. Le pouvoir n'est pas confisqué puisqu'il a été délégué. Que l'on considère que 5 ans c'est trop long, ou que les moyens de contrôle sont trop faibles, c'est possible, on peut vouloir autoriser le mandat impératif aussi, bref, je suis d'accord qu'il y a grandement matière à améliorer le système, voir à le refondre, mais ce n'est pas (encore) une dictature. Je précise que je parle hors du concept d'état d'urgence actuellement qui est à mon sens un abus justement. Il est certains qu'il y a un fort déséquilibre entre les pouvoirs, et l'existence d'une caste politique, mais cela n'est pas imputable directement au concept de république. Tu remarquera que c'est plutôt le principe de démocratie représentative que tu dénonces.

Tu n'as pas répondu à ma question sur comment s'informer. Hors c'est capitale car de cela tout découle. Je suis curieux de connaître ta solution à la problématique de l'éducation qui peut être surmontée avec un peu de volonté ? Par moyen, j'entendais les moyens (temps, argent, ...) d'une personne, et non le moyen du vote.

Compares-tu sérieusement le temps qu'il faut pour envoyer un sms pour une émission de télé-réalité qui ne te demande de réagir qu'à l'émotion, avec le fait de voter une loi ? Du coup, pas besoin de réfléchir, de se renseigner sur les causes et effets, d'anticiper sur le court, moyen et long terme ? Juste un "oui" ou "non" à une question dont la simple formulation peut biaiser la décision ? Et quand bien même cela serait possible pour une loi, quid de toute les autres ? Le vote n'est que l'acte final d'un processus beaucoup plus long. La représentativité a ceci d’intéressant qu'elle alloue cette tache à une (en fait plusieurs) personne qui va s'y consacrer. Note que je ne parle pas d'en faire un métier, car c'est à mon sens une des causes du marasme politique actuel, simplement d'une personne dédiée le temps d'un mandat.


L'accès a Internet est bien un problème technique, mais pas la fiabilité. C'est tout le problème des logiciels libres dans le cloud. Comment t'assures-tu que le vote reste secret et inaltéré sur Internet ?

Bon sang mais c'est bien sûr ! la complexité d'un ordinateur équivaut a celle d'un crayon et d'un papier !

Mon ton est certainement acerbe, mais dans le fond, je suis d'accord avec toi, Internet peut être un moyen d'améliorer le processus démocratique, et il faut bien commencer quelque part. D'où l'intérêt des consultations. Néanmoins j'ai trouvé ta vision donnée dans l'article beaucoup trop réductrice. J'espère que tu ne m'en tiendra pas rigueur.

PS: Comme quoi l'informatique n'est jamais simple, j'ai beau cliquer sur les boutons, impossible de mettre en forme mon texte malgré que noscript soit désactivé sur ton site. ^^
gravatar
Alexandre a dit :
D'un autre côté, si on paie des élus, c'est pour qu'ils fassent l'effort de décider à notre place. Et qu'ils nous rendent des comptes sur leur action ensuite.

Perso ça me ferait chier qu'on me consulte sur tout, si un truc me tiens à coeur je contacte les élus, mais pour le reste ils ont reçu la souveraineté du peuple pour décider comme des grands.

Quand les gouvernants bossent bien, avec le conseil économique et social, avec les associations, sans trop d'influence des lobbys et avec des mecs compétents, généralement c'est pas trop bancal.

Bon je sais qu'en ce moment c'est pas réjouissant.
gravatar
Johjo a dit :
C'est la première fois que je réagis, mais je lis souvent ton blog. Tes articles et les commentaires qui suivent sont en général bien pertinent.

Je suis d'accord sur le fait que quelques votes sur une période de 5 ans ne peuvent pas refléter l'opinion politique et la volonté du citoyen. Tout simplement parce que les décisions à prendre durant cette période sont trop nombreuses, et on a aucun contrôle sur celui qui prend les décisions. On lui donne la légimité de le faire, mais on n'est pas garanti qu'il fasse les bons choix.

Une autre chose qui m'embête dans notre système politique, c'est qu'il commence à y avoir beaucoup de citoyens qui souhaitent changer les choses, changer le système, la manière de faire.

Par exemple, un article de Korben qui parlait de rebooter la France :
http://korben.info/reboot-la-france-vous-etes-des-grands-malades.html

Il faudrait déjà qu'on commence à faire un pas. Entamer une petite action pour arriver à un changement. Qu'il soit bon ou mauvais, il faudrait mettre la machine en marche, sinon, la seule chose que l'on pourra faire, c'est de continuer se plaindre. Pour ma part, j'essaye de faire ce petit pas en postant mon avis (c'est une grande première pour moi en ce qui concerne la politique).

Là où je ne suis pas d'accord, c'est sur le temps et les compétences nécessaires pour voter. Autant, dans un petit village, traiter toutes les propositions, ça peut se faire au niveau du citoyen, autant, au niveau d'un pays, j'ai bien peur que le nombre de décisions à prendre et la complexité de certaines décisions peuvent bloquer le vote des gens.

La démocratie directe a des limites. Ca fonctionnait semble-t-il plutôt bien dans l'Athène antique, mais à notre époque, à l'échelle d'un pays, c'est difficile à mettre en place.

Mais j'ai découvert récemment une autre approche, qui fait le mix entre democratie représentative et démocratie directe, c'est la democratie liquide.

Framasoft en parle bien et présenterons le système mieux que moi :
- http://framablog.org/2015/12/09/democratie-liquide/
- https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mocratie_liquide

Mais en quelques mots, les citoyens peuvent voter directement à chaque loi, mais s'ils ne peuvent pas ou ne veulent pas (manque de temps, de compétence), ils peuvent déléguer leur voix à une personne de leur choix qu'ils jugeront spécialiste de la question.

Le système n'est pas parfait, mais il apporte une autre manière de faire, et pourrait constituer ce premier pas à faire pour changer.

Quant au vote par internet, il y a plusieurs contraintes à gérer :
- Un vote unique pour un citoyen unique (on ne fait pas voter les morts ou les personnes qui n'existent pas et le citoyen ne peut pas voter deux fois)
- Contrôle du vote par le citoyen (il doit être sûr que son vote n'est pas modifié)
- Anonymat du vote (personne ne doit savoir ce qu'il a voté, sauf le votant)

Ces contraintes sont difficiles à mettre en place, mais je suis persuadé qu'il est possible de le faire techniquement. Avec les techniques de cryptographie, la blockchain et en ayant plusieurs organismes indépendants pour le contrôle et la validation du dépouillement, je pense qu'on peut le faire.
gravatar
Tonio a dit :
S’il ne sait pas assez de choses pour participer en politique, c’est son problème aussi : dans l’ère de l’information, l’ignorance est un choix, premièrement. Et deuxièmement, on n’a pas besoin d’avoir bac+12 en politique pour savoir si un texte représente soit un avantage pour nous, ou si c’est au contraire un entubage bien profond


Je mettrais un bémol sur ces propos. Enormément de gens n'ont pas le temps de s'intéresser à ces questions, ou pas les capacités. Ils doivent se reposer sur d'autres gens plus compétents, qui analysent les textes et en ressortent le plus important. Mais alors, il faut faire confiance à celui qui résume le texte, et qui explique les tenants, aboutissants et conséquences, etc.


Ca me fait penser à ce que un certain Jacques Testart appelle "éclairer l'opinion" des citoyens : leur donner des points de vues opposés contradictoires, afin que chacun fasse sa synthèse. Ca prend du temps, et c'est pas simple. Voir cette petite vidéo sur le sujet, si ca intéresse.
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
@Tonio :
Enormément de gens n'ont pas le temps de s'intéresser à ces questions, ou pas les capacités.

Pour le temps : énormément de personnes n’ont pas non plus le temps de prendre 15 minutes une fois tous les 5 ans pour choisir celui contre qui ils vont râler tout le reste du temps. En revanche, pour regarder 4h de télé par jour en moyenne, y a du monde.

Le temps ça se prend. Et même si tout le monde ne reste pas scotché sur le BO tout le temps pour voir les lois qui sont passées, faire mieux qu’aujourd’hui, ce n’est pas difficile.

Ensuite, s'ils n’en n’ont pas la capacité de voter pour des idées, alors pourquoi les laisse t-on voter pour des gens ?

Mais alors, il faut faire confiance à celui qui résume le texte, et qui explique les tenants, aboutissants et conséquences, etc.


Ne le fait-on pas déjà avec les médias ? Ce sont eux qui choisissent les candidats avant les élections, qui choisissent de qui ils vont parler et de qui on n’entendra jamais parler. Dans ce jeu là, pour l’exemple, le FN doit avoir au moins le double d’articles que n’importe quel autre parti politique.

@Alexandre : c’est vrai, on leur a donné notre vote, et donc notre voix. Mais s’ils ne sont pas capables de respecter la volonté des gens lors d’une simple consultation, il n’y a pas de raisons de croire qu’ils sont là pour les gens et le peuple dans tous les autres cas.

@quidam :
Tu remarquera que c'est plutôt le principe de démocratie représentative que tu dénonces.

C’est son implémentation actuelle.
Et tant que le peuple n’aura pas 70 ans de moyenne d’âge avec 85% d’hommes et tous issues d’un milieu aisé voire carrément millionnaire ou même milliardaire, je ne pourrais pas considérer comme « représentative » le système actuel. Ni dans la forme, ni dans les idées : il est impossible qu’on ait la même vision du monde quand on est payé au SMIC pour 40 h de travail, et quand on est millionnaire et qu’on se lève 3 fois par mois pour se rendre dans un hémicycle (et pour y dormir).

Tu n'as pas répondu à ma question sur comment s'informer.


Je n’ai pas de solution.
Je pense juste que ce qu’on a maintenant c’est loin d’être parfait et même très imparfait. Rester dans cette situation "par défaut" c’est le suicide de la démocratie.

Je suis curieux de connaître ta solution à la problématique de l'éducation qui peut être surmontée avec un peu de volonté ? Par moyen, j'entendais les moyens (temps, argent, ...) d'une personne, et non le moyen du vote.


C’est également ce que j’entendais.
Le problème de l’éducation est un gros problème qui va bien au delà de ce dont on parle dans ici.

Quand je dis que c’est un problème de volonté, je parle des gens en général et sur n’importe quel sujet : comprendre n’est pas le problème. C’est vouloir comprendre qui pose problème. Plus personne ne veut plus comprendre quoi que ce soit. Tout le monde pourrait comprendre à peu près tout ce qui se passe dans la vie de tous les jours. C’est juste un problème de volonté. C’est ça que je veux dire.

On est dans un système où les nerds ou les « intellos » à l’école sont la risée au lieu d’être des exemples, et où les petits cons et les casseurs sont des héros. Comment on en est arrivé là ?
Je ne veux pas d’une société débile où on récompense les spécimen les plus cons à la télé. Je veux une société où la connaissance, les idées et le progrès redeviennent un but pour le monde.

Je ne suis pas psychologue ni éducateur, je ne sais pas comment faire. Mais il faut redonner la volonté d’apprendre aux gens, leur donner l’envie de comprendre le monde, et de chercher par eux-même. Chose que l’école ne fait plus depuis bien longtemps.
gravatar
AkhThoT a dit :
Un gros bémol aujourd'hui sur la représentativité de ceux qui pourront s'exprimer par internet.

Pépé et mémé sont loin de pouvoir le faire ... :-)
gravatar
Carambar a dit :
Aujourd’hui, on a internet : on peut voter pour un texte en un mouvement de doigt et ça prend 2 secondes.


Oui, enfin, déjà tout le monde ne possède pas internet, de plus on en revient au fait de la sécurité, fiabilité de tout ça, ça en revient au même point que le vote aux élections par internet, j'y suis farouchement contre.

Il n’y a plus de raisons de rester en république alors qu’on pourrait être en démocratie.


Mais tu es fou malheureux, à quoi qui vont servir tous ces énarques incompétents s'ils peuvent plus faire passer des lois en catimini, dont ils s’excluent eux-même parfois, s'augmenter, des j'en passe et des meilleures, alors en plus si tout ces blaireaux de la populace peuvent les dégager dès lors qu'ils sont jugés incompétents, non, non, mais vraiment, non.

Sinon, dans l'idéal, je suis d'accord avec, t'façon je vote plus, entre peste et choléra..., à la limite je serais près à voter fn, non pas que j'adhère à l'idéologie (même si tout n'est pas jeter), mais juste pour qu'un jour ça pète sérieusement et qu'on en finisse de cette gouvernance de m****

ps : Ton bbcode fonctionne pas chez moi (iceweasel)

Log js :
Erreur : TypeError: f is null
Fichier Source : http://lehollandaisvolant.net/?d=2016/04/21/18/12/38-consulter-les-internautes-pour-chaque-projet-de-loi#comments
Ligne : 478
gravatar
squeek a dit :
Bonjour,

Au delà de l'aspect technique (sécurité etc) et de la difficulté d'utilisation d'internet pour une partie de la population et pas simplement les personnes agées...
Regarder l'affaire joey starr/hanouna, on voit bien que pour beaucoup l'utilisation de twitter n'est pas chose aisée...

Pour reprendre le fil de mes idées, je ne pense pas qu'on puisse comparer l'envoi d'un sms pour une télé réalité à l'adoption d'un texte de loi.
Je viens de prendre un projet de loi au hasard, et c'est imbuvable.
Beaucoup d'articles, de références à d'autres textes, d'autres lois. Il est impossible pour le quidam moyen de pouvoir donner un avis éclairé, et comme vous le savez le diable se cache dans les détails.
Bref, c'est pour cela que nous avons des députés et sénateurs, et qu'ils doivent nous représenter.
Je pense qu'il serait plus intéressant de faciliter par le numérique les discussions avec nos députés, qu'on puisse avoir une visibilité sur leur activité.
gravatar
Bernard a dit :
Le citoyen vote par rapport à ses problématiques personnelles. Un Elu, s'il l'est par le vote d'électeurs, définit une politique, une stratégie. L'absence d'Elu abouti à des textes "démocratiques" certes, mais il risque de ne plus y avoir de vision à long terme.
Ok, la classe politique actuelle est corrompue, cupide, et il faut réformer la République. Mais se passer d'Elus est une erreur, selon mon opinion personnelle.
gravatar
jefaispeuralafoule a dit :
@Bernard :
Erreur ... oui et non. Non sur le principe qu'on ne peut pas se passer d'élus, oui sur le concept de mettre tout élu du peuple dans le sac des pourris corrompus (même si je te concède aisément que c'est une part si importante que trouver de l'honnête revient à chercher un diamant dans une décharge publique).

Petits rappels essentiels et très justes.

Le principe de démocratie sous-entend, idéalement que chaque citoyen daigne prendre conscience qu'il vit en société, et qu'une décision doit être prise pour la communauté, et pas pour un confort/avantage unitaire. De là, le vote serait également universel, à savoir que tout citoyen ferait son devoir civique en exprimant une voix définitive, donc sans "blanc" ni "abstention".

Continuons:
- Depuis quand le vote est-il dépourvu de réflexion personnelle? L'électorat est massivement nombriliste, et ne raisonne qu'à son échelle. Prenons deux exemples simple
* Réforme des retraites
* Modification des choix militaires/stratégiques
Dans le premier cas... qui voudra se tirer une balle dans le pied en s'imposant plus de durée de cotisation? Qui acceptera de se réduire sa retraite pour préserver/sauver le système? que quelques lucides, voire philanthropes... les autres...
Dans le second cas... Qui parmi vous a la prétention de comprendre tous les enjeux géopolitiques mondiaux? Qui est susceptible d'expliquer l'engagement militaire multiple présent dans le monde? On ne parle que des situations où l'on tire dans le tas, mais pas des présences françaises dans la sécurité maritime (actions côtières anti piraterie en Somalie par exemple), de l'action de pacification au Kosovo et j'en passe? Et faire voter les gens là-dessus??? Sérieusement?

Si l'on choisit des élus, c'est pour déléguer des décisions à des gens qui sont en principe plus compétents et mieux entourés que nous pour arbitrer.

Autre point essentiel à soulever: le vote est en soi une arme dont les citoyens ne font pas usage. Au niveau local, régional, puis national, l'abstention fait le jeu de tous les élus qui se foutent littéralement des électeurs, parce que leur électorat (ce qu'on appelle "base") est stable et leur assure un passage relativement "logique". Or, en agissant à toute échelle, en étant présent dans les institutions, en se faisant entendre rien qu'en mairie, cela pourrait autrement plus peser qu'en jouant le "je m'en fous tous pourris".
Le résultat en Autriche est signifiant: anciens partis à la benne au second tour, mais extrême-droit vs écolos... Est-ce viable? Dans les deux cas, que pèsent-ils? Sont-ils en mesure de gouverner? Je reste perplexe.

Les partis en présence sont issus de NOS votes, puisque NOUS les élisons. Qu'on arrête de cracher dessus, nous ne pouvons pas nous dédouaner de notre responsabilité!

Les commentaires sont fermés pour cet article