Un député veut que les internautes soient consultés sur chaque projet de loi

C’est une bonne idée d’inclure les citoyens dans le processus parlementaires. Ça se fait d’ailleurs de plus en plus, même si c’est toujours très peu pour l’instant, et encore faut-il que les parlementaires eux-mêmes en tiennent vraiment compte. Car quand ils avaient lancé une consultation sur le libre dans l’administration, l’avis des internautes était absolument sans appel. Mais les élus ont balayé ça d’un revers de la main et ont tout ignoré.

Ensuite, je vois une autre chose.

Pourquoi vote-t-on pour des élus ? Parce qu’inclure chaque citoyen dans le processus de vote des lois était impensable en en 1789. Un référendum sur chaque texte est matériellement impossible : pas assez de papier, de temps, de personnes pour compter les voix… Bref, il était normal, technologiquement, de ne faire qu’un référendum ou vote tous les quelques ans.

Aujourd’hui, on a internet : on peut voter pour un texte en un mouvement de doigt et ça prend 2 secondes.

Et si les gens ont assez de temps pour envoyer 1, 2 ou 3 par SMS pour sauver un guignol de la télé-réalité alors il a assez de temps pour participer à la vie citoyenne et accomplir son devoir civique.
Si il n’a pas envie, c’est son problème, mais qu’il ne vienne pas râler ensuite, c’est tout.
S’il ne sait pas assez de choses pour participer en politique, c’est son problème aussi : dans l’ère de l’information, l’ignorance est un choix, premièrement. Et deuxièmement, on n’a pas besoin d’avoir bac+12 en politique pour savoir si un texte représente soit un avantage pour nous, ou si c’est au contraire un entubage bien profond. Et c’est justement ça la politique : choisir ce qui nous arrange le plus, selon nos idées et nos convictions et c’est la majorité qui aura le dernier mot.

Ce principe de vouloir faire voter tout le monde sur chaque projet de loi, chaque grand texte, c’est l’aboutissement d’internet afin de mettre en place une démocratie. La technologie de notre temps permet de faire participer tout le monde à la vie citoyenne. Ça n’était pas le cas par le passé, ça l’est aujourd’hui.

Il n’y a plus de raisons de rester en république alors qu’on pourrait être en démocratie.