Je trouve les versions premium ou abonnés des sites bien trop chères.

Voici en exemples pour quelques sites d’information grand public :

  • Le Monde : 17,90 € / mois
  • Le Figaro : 9,90 € / mois
  • L’Équipe : 11,99 € / mois
  • Libération : 15 € / mois

Les éditeurs s’imaginent encore que l’internaute a devant lui une poignée de sites d’information, comme on avait une poignée de journaux chez le marchand, et qu’on devait choisir un titre plutôt qu’un autre (généralement toujours le même)

Et ben non !
Les internautes ont en face d’eux 200 ou 300 sites qu’ils lisent tous les jours, qu’ils voient passer tous les jours et qu’ils veulent tous lire tout le temps. Mais contrairement au format papier, personne ne va lire l’intégralité des publications d’un site d’information en ligne.

Bienvenu sur Internet, les gars ! Votre modèle de la presse papier appliqué sur le web ne fonctionne plus. Votre offre identique au monde du papier n’est pas en phase avec le web ou la demande est différente.
Faire une offre premium à 10 € par site, c’est impossible à tenir pour tout ceux qui ne sont pas millionnaires (et ça fait du monde), quand on a 200 sites favoris.

Les internautes veulent lire quelques articles de chaque site, pas tous les articles d’un seul site. Vous pensez qu’il est "normal" de payer 10 € par mois pour l’équivalent mensuel d’un journal papier (1 à 2 articles par jour) ? Moi non.
Ça c’est la première chose.

Maintenant une seconde chose.
À 10 € par mois, vous convaincrez, disons, 10 internautes. Ça vous fait 100 €.
À 1 € par mois, bien plus accessible, vous convaincrez 100 internautes. Ça vous fait 100 €.

Je vous le dit là : préférer avoir 10 abonnés à 10 € plutôt que 100 abonnés à 1 €, c’est une erreur monumentale.
Contrairement à l’économie classique où les deux cas seraient revenus au même, sur le net il faut élargir son audience au maximum.

Car sur le net, les gens ne font pas que lire en silence dans le bus puis parler au bistro. Sur le net les gens partagent des liens. Personne ne dit « j’ai lu dans le libé que… » ! les gens disent « tiens lis cet article » (suivi d’un lien).

Vous voyez l’intérêt, maintenant, d’avoir 100 personnes abonnés à 1 € plutôt que 10 personnes à 10 € ?
100 personnes ça partage bien plus que 10 personnes, et ça c’est également une valeur. Une valeur créée par les internautes pour vous, car votre article est considéré comme valant le coup d’être partagé.

C’est le nombre d’abonnés qui importe, pas le prix qu’ils payent individuellement.

Autrement, pour moi, une offre premium pour un site de presse généraliste, c’est 1 voire 2 € grand max par mois. C’est le prix d’un journal papier environ, de 5~10 pages, donc d’une vingtaines d’articles, soit environ un par jour. Si vous voulez que je lise chez vous et pas chez un autre, mettez de la qualité et pas du clicbait à la con (je suis pas un mendiant à clic : des sources d’info j’en ai plein).

18 commentaires

gravatar
Tibi73 a dit :
D'accord sur ton exposé sauf que sur le web quand c'est gratuit on est un produit et ça, ça me dérange pas, alors ni 1 ni 2 euros...
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
@Tibi73 : libre à toi d’être un produit, mais dans ce cas faut accepter la publicité : le gratuit n’existe pas pour un site qui paye ses rédacteurs.

Perso il est hors de question de débloquer la publicité.
Donc si je peux plus lire, je lis plus, c’est très simple.

Si je suis prêt à mettre 1 ou 2€ par mois dans un site pour lire 1 ou 2 articles de façon quotidienne, c’est parce que je trouve que ça correspond à journal papier (niveau prix et niveau contenu) et en fonction de la qualité.
Si c’est un site spécialisé que je lis abondamment, je suis même prêt à mettre 3~4 €.

Si on me demande de mettre 10 €, c’est non, j’en serais incapable.
S’il en résulte que je ne peux plus lire un site, je ne le lirais plus. Je suis persuadé qu’ils baisseront les prix quand il n’y aura plus personne (c’est un truc de base de l’économie, après tout).

Entre temps, j’irais sur les autres sites, qui proposeront l’information à un prix et un format plus adapté (site sans pub, sans trackers, RSS complet, minimum).
gravatar
mat a dit :
Tiens bah exemple d'un site que je ne lirai plus (s'ils persistent dans leur démarche) : Clubic.
Ils se sont mis au cadre bloquant, incitant à enlever les bloqueurs de pubs.
Je comprendrais si cela n'était qu'un avertissement ponctuel qui enregistre que non, nous ne débloquerons pas.
Mais là, c'est sur toutes les pages! Quoi qu'on leur dise.
Qu'ils se mettent à faire du contenu premium si ça les dérange... Ah mais suis-je bête, ils savent que personne ne paierait avec ces méthodes, donc ils forcent la pub et culpabilisent l'internaute qui, lui, en a marre des vidéos qui se lancent toute seule dans chaque article (vidéo sans rapport, il faut bien le préciser).
gravatar
Tibi73 a dit :
@Le Hollandais Volant : toujours d'accord avec toi mais je suis très très loin d'avoir ton niveau de maîtrise en informatique, je ne suis qu'un utilisateur web lambda,et je dois me contenter de bloquer les pubs à l'aide d'une application téléchargée donc sûrement pas très pure... Et la pub c'est du pognon et le pognon c'est notre monde. Alors le consommateur lambda surfe sur la vague avec l'espoir d'être au pire satisfait. Et je suis très satisfait de pouvoir consulter régulièrement et gratuitement des sites comme le tien où j'apprends beaucoup de choses sur ce monde numérique.
gravatar
Charley Patton a dit :
Dans le fond, tu as raison, les offres des sites de presse sont encore trop chères pour être réalistes. Cela dit, ces abonnements donnent non seulement accès à des articles de presse, c'est vrai, mais aussi et surtout à des éditoriaux qui eux ne sont pas reproduits ailleurs et qui surtout ont une vraie valeur informative et éducative. Le prix inclus donc aussi un vrai travail rédactionnel et intellectuel, contrairement à des sites gratuits style 20minutes qui se contentent de produire à partir d'une information déjà prête et publiée.

Après, oui, un abonnement à 1 euro ouvrirait certainement leur contenu à une plus large audience. Mais peut-être ne veulent-ils justement pas ouvrir leur contenu à tout le monde. Un peu comme Apple limite finalement ses produits à une clientèle plus aisée financièrement et plus "méritante" à ses yeux, certains sites estiment que leur production rédactionnelle n'est pas destiné à monsieur tout-le-monde mais bien à certaines personnes qui ont les moyens d'investir 10-15-20 euros par mois chez eux. Des gens qu'ils considèrent comme intellectuellement plus aptes et capables de comprendre leurs articles.
gravatar
okh a dit :
Pourquoi baisser leurs prix?

Ils ont le positionnement parfait, ils font payer 10€ à 10 personnes puis se plaignent qu'Internet tue leur gagne pain et se font subventionner:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Aides_%C3%A0_la_presse_en_France

On prends donc 10€ à ceux qui veulent bien payer, on balance de la pub au maximum à ceux qui veulent bien la voir. Pour tous les autres, on prendra sur leur impôts.

1.8 Milliards d'euros en 2010 d'aides directes et indirectes à la presse. 30€ par français, lecteur ou pas.

Il y a des secteurs d'activité ou on ne peut juste pas être perdant.

En attendant, les sites qui fournissent du contenu de qualité sont considérés comme de la presse de second plan par les politiques et ne touchent pas ce genre de subventions.
gravatar
Jules a dit :
Entièrement d'accord !
Petit lecteur de presse papier avant, j'apprécie de pouvoir picorer ça et là. Et honnêtement je serais presque prêt à mettre une dizaine d'€/mois passé, c'est à dire plus qu'avant, à condition que je puisse continuer à picorer !
Mais filer des dizaines pour avoir le droit de lire des intégralités que je ne lirais de toutes façons pas, d'avance c'est non.
Inféodé à un seul c'est non aussi.
Sinon je file 5€ à reflets depuis watt mais c'est perso
gravatar
Creak a dit :
J'adhère complètement à ta philosophie @Le Hollandais Volant!

Tu n'es pas sur Diaspora* par hasard? Je t'ai cherché, mais pas trouvé.

@Tibi73: tu dis ça aujourd'hui, mais le truc avec le faux-gratuit c'est que plus on comprend comment ça fonctionne et moins on en veut. Moi aussi je trouvais le business modèle du gratuit-pub vachement bien, j'ai même fais des article à sa gloire... jusqu'à ce que je comprenne à quel point on se faisait enfler en troquant notre intimité contre quelques articles. Si les régies publicitaires étaient raisonnables et responsables, ça m'irait, mais c'est loin d'être le cas. Donc pour moi, aujourd'hui, je considère ma vie privée bien plus importante que ces quelques articles gratuits. Je préfère donc prendre mes distances avec ce système toxique.
gravatar
Alexandre a dit :
Il y a des offres qui marchent. Je suis abonné à Next INpact pour une quarantaine d'euros par an, c'est ma source d'information principale sur les infos tech.

Par contre aucune autre offre ne m'a convaincu pour m'abonner.
gravatar
Stef a dit :
Bonjour

Généralement ceux qui préfère payer pour ajouter de la protection que payer leurs rédacteurs ne font pas de bon journaux :-)

Et je penses qu'une fois leurs nombres d'abonner atteint à x euros il ne s'empècheront pas de remettre un peu d pub par si par là jusqu'a revenir sur leur model d'origine mais payant.

pour ma part les medias que je lis marche part don et leurs contenues sont respectable, ce que l'on ne peut pas dire des média cité dans l'article, rien qu'a comparer un article du monde sur papier ou depuis leurs sites c'est le jour et la nuit.

D'un autre coté moi ça m'arrange qu'il rende payant connaissant le français qui cherche le truc gratuit, bas ce français va ce tourner vers des médias alterntifs et ce ne sera que pour leurs bien d'information.

Car entre nous payer + de 10 euros pour étres désinformé .... personne ne suivra.

Merci
Stef
gravatar
Blanol a dit :
Hello

Je suis assez d’accord avec ton analyse, mais si tu dois payer pour accéder aux articles du coup tu ne pourras les partager qu'avec les personnes également abonnées non ?

Du coup ça réduit d'autant cette liberté d'échanger des liens avec tout le monde et donc si c'est ton but premier, tu vas naturellement te diriger vers des sites dont le contenu est "ouvert" à tous (et donc gratuit et dont tu es le produit ;-)

Bonne journée tlm
gravatar
Ago a dit :
Tout à fait d'accord sur le principe, juste avoir 10 lecteurs ou 100 lecteurs, pour reprendre l'exemple ça n'a pas les même couts d'infra.
Donc cela implique des investissements matériel pour supporter la charge et malheureusement la mentalité générale est à je paie pas tu comprends faut j’achète X ou Y donc ton investissement c'est un pari.
gravatar
jefaispeuralafoule a dit :
Par pure curiosité... vous avez une idée de la taille d'une rédaction pour faire tourner un VRAI site d'information, et non pas (ce que j'appelle) un "RSS dealer"? A partir de là, quel est le coût d'hébergement, de professionnels pour la rédaction, la bande passante, les coûts liés aux reportages? Un journal comme le Parisien, cela mobilise des gens sur le terrain, et pas uniquement derrière un PC à recopier/bidouiller des news pêchées dans la toile...

De fait, un site full techno peut, à petite échelle, se "contenter" de ce raisonnement, mais très rapidement on peut faire la liste des frais engendrés par le fonctionnement d'un site dit "tech"
- Achat de matériel pour les tests. Hé oui, les fournisseurs n'aiment pas donner de l'équipement si celui-ci est critiqué voire taillé en copeaux de par sa -mauvaise- qualité... ou à vouloir faire de la publi-information.
- Achat des logiciels/jeux: Encore une fois, pourquoi un Microsoft fournirait un logiciel gratuitement, surtout si c'est pour se prendre une mauvaise publicité?
- Déplacements sur les salons, rencontres avec les acteurs majeurs, équipements pour l'audio/vidéo pour faire du podcast...
- Locaux dédiés pour les test: hé oui, si l'on veut bosser proprement, il faut quelque-part où poser l'équipement, prendre les photos... ça ne s'improvise pas, à moins de disposer d'un local de base. (ce qui n'est pas le cas de tout le monde).
le coût du contenu premium est à réfléchir aussi par rapport à ce que les gens veulent.

Prenons le cas du Parisien: pour 1.20 Euro/jour, les gens prennent TOUS les articles, et pas au détail. A moins de proposer une solution à la carte, c'est donc un tarif unique pour un contenu complet. Si l'on déduit les coûts liés à la partie édition papier, en arriver à 10 Euros/mois (soit en gros 14 Euros de moins qu'un quotidien 5jours/7...) ça ne me paraît pas délirant vu la quantité de boulot que ça représente.
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
@qwerty : +1


@Charley Patton :
peut-être ne veulent-ils justement pas ouvrir leur contenu à tout le monde

C’est possible, mais dans ce cas pourquoi faire une offre gratuite basée sur la publicité en premier lieu ?

@Creak : nope, je n’y suis pas.

@Alexandre : à l’heure actuelle je suis exactement dans le même cas.

@Stef : y a aussi de ça : le net est plutôt la "poubelle" de ces journaux (qui le disent parfois eux-mêmes). Après ça a été dit au dessus, il y a aussi des articles "dossiers" plus conséquents et bien fournis. NextInpact en fait, Mediapart en fait énormément aussi.
Pour les sites cités dans mon article, c’était juste comme ça. Je n’ai aucune affinité particulière avec eux, et je pense que ce sont les sites qu’un internaute "lambda" a forcément déjà vu passer sur Facebook ou Twitter.

@Blanol : Exact, et c’est pour ça que 100 personnes abonnés à 1 € c’est mieux que 10 à 10 €. Si un internaute qui n’est pas encore abonné voit passé le lien 100 fois plutôt que 10, il va avoir plus tendance à s’abonner, surtout pour 1€.

@Ago : Pas convaincu : un site de presse c’est ni Google ni Facebook : c’est pas un data-center à X millions d’euros non plus.

@jefaispeuralafoule : Non je sais pas.
Un truc qui n’est pas dit, c’est que écrire l’article pour 10 personnes ou pour 10 000 personnes, ça a le même coût. Contrairement au papier (et l’encre, et le transport, et les presses).
La publicité fonctionnait bien, mais le monde entier sature, à juste titre quand on voit certaines pages où 80% de la surface est de la pub et le reste un article.

Si 10€ c’est le vrai coût de la presse en ligne, qu’il en soit ainsi. Mais je ne lirais plus cette presse : trop cher. Ça sera un luxe que je ne me permettrait pas, tout simplement. Chacun ses priorités après.

Enfin, le 4e site au monde fonctionne sans pub grâce aux dons. La raison est la qualité du produit. Comme dit plus haut, les sites de presse en ligne c’est la quantité devant la qualité, j’ai l’impression.
gravatar
Anon a dit :
Je les vois tous pleurnicher dès qu'ils détectent AdBlock, et pourtant ces imbéciles persistent à utiliser les grandes régies pubs, forcément bloquées.

Il y a des sites qui remplacent leur bandeau par "Votre PUB ici".
Ca a l'avantage de ne dépendre de personne et de récupérer 100% du prix décidé.
Les utilisateurs de bloqueurs de pub se reposent en majorité sur la détection automatique, très peu iront bloquer les pubs de leur plein gré à moins qu'elle ne soit trop dérangeante ou intrusive.
Les pubs sont très rarement bloquées quand elles sont gérées en internes.

Il vaut mieux afficher quelques pubs avec deux ou trois partenaires de qualité que se fier aux régies.
C'est pas difficile de trouver des partenaires et c'est plus rentable pour les deux que de passer par Adwords&cie (encore que c'est pas google le plus véreux sur le coup).

N'importe quel camion pizza ou blogueur en est capable alors les sites de presse et autres qui n'ont jamais été foutus de se remettre en question : mettez vous à la retraite, quand on à aucun tour dans sa poche on est pas fait pour gérer un business.
gravatar
Charley Patton a dit :
@Le Hollandais Volant :
C’est possible, mais dans ce cas pourquoi faire une offre gratuite basée sur la publicité en premier lieu ?

J'imagine que la raison est tout simplement la volonté de nourrir le commun des mortels des brides d'informations tout en rentabilisant à moindres frais ladite consommation. Et puis il faut dire qu'un site d'information élitiste qui le revendiquerai fièrement, je ne suis pas certain qu'il dégagerai beaucoup de bénéfices.

Les commentaires sont fermés pour cet article