du maïs sur un grill

du maïs sur un grill Je suis plusieurs émissions scientifiques, en radio et en séries TV, principalement américaines (pour pas dire tous).
L’une de mes préférées est StarTalk Radio, avec Neil deGrasse Tyson (le même qui présente Cosmos). On y rencontre aussi régulièrement Bill Nye, un vulgarisateur, éducateur et communicateur scientifique et beaucoup d’invités dans tous les domaines : Elon Musk (fondateur de Space X et Tesla Motors), Morgan Freeman (acteur), Michiou Kaku (physicien), Mike Massamino (astronaute), Josh Groban (chanteur), et plein d’autres : auteurs, artistes, politiques, scientifiques, entrepreneurs, comédiens…

Aujourd’hui deux épisodes d’environ 50 minutes sur les OGM, présenté par Bill Nye, « the science guy » :


Bill Nye y répond aux questions sur les OGM posées par les internautes. Il explique également pourquoi il a changé d’avis sur les OGM (il était totalement contre au début).


Si je vous partage ça, c’est parce qu’on écoute beaucoup de choses sur ce sujet, avec beaucoup plus de voix d’un côté que l’autre, et sûrement beaucoup de faux aussi.
Il y a pourtant du bon et du mauvais dans les OGM.


Pour ma part, je ne sais pas trop quoi penser des OGM, en eux-mêmes (je ne parle pas de tout ce qui est brevetage du vivant, et pression économique ; voir le premier commentaire sous l’article).

Déjà, il faut savoir que la sélection artificielle, que ce soit des chevaux, des chiens, du blé ou des pommes, c’est de la manipulation génétique aussi.
Même quand on se reproduit, dans l’espèce humaine : en choisissant sa/son partenaire, on choisit indirectement avec quelles gènes on va se reproduire afin de donner à la descendance des caractéristiques que l’on aime voir perdurer (on espère que la descendance les aura, étant donnée qu’il reste une composante aléatoire).

Pour les espèces de céréales ou des animaux, il peut arriver que ce processus, opéré depuis des milliers d’années, donne naissance à une espèce toxique pour l’homme. Je n’ai pas d’exemples, mais la génétique fonctionne ainsi et la sélection artificielle n’est pas à l’abri de ça : certains gènes inhibent la production de toxines, d’autres la codent. Par ailleurs, une toxine pour une espèce ne l’est pas forcément pour d’autres (le chocolat c’est toxique pour un chien, pas pour vous, non ?). La sélection naturelle génère également ces effets, d’ailleurs.


Les OGM permettent de manipuler des gènes directement, donc sans le caractère aléatoire du croisement par reproduction. C’est tout.

Là également, il y a des risques qu’une plante OGM produise quelque chose de toxique en plus de produire plus de blé comme on a voulu faire. Mais d’un point de vu technique, les OGM n’ont pas plus de risque que la sélection artificielle que tout le monde effectue depuis toujours : les chiens, par exemple, ont tous été fait ainsi, à partir du loup (il y a quelques milliers d’années) : en choisissant le chien le plus mignon, grand, beau, petit, rapide, gros, et en le faisant s’accoupler avec un autre chien mignon, grand, beau, petit, rapide, gros, on a créée toutes les races de chien existant aujourd’hui. Et même chose pour les légumes, les fruits, les céréales…

Le but est le même dans les deux cas, que ce soit la sélection passive d’un chien ou la construction active d’une céréale avec des OGM : donner à un être vivant des caractéristiques particulières ; et le support de travail également (le code génétique, qui est manipulé à notre avantage) et la seule chose qui change c’est la méthode opérée.


Comme l’avait dit Matronix dans son article sur le sujet (en Français, cette fois) : Les OGM, ça a bon goût, il y a beaucoup de désinformation au sujet des OGM. Et je pense que les deux épisodes de StarTalk donne déjà quelques points intéressants, et ensuite mettent un peu de poids dans la balance du côté « pour ». Si l’anglais vous rebute, lisez l’article de Matronix, il résume bien la situation aussi.

Pour le reste, ben, informez-vous et pensez par vous même.

image de Mike