cochon tirelire santé Je vous laissez d’abord lire l’article de Walane La garantie d’une assurance maîtrisée au détriment de l’assuré : tout est dit concernant le début d’une ère où la vie privée devient un produit qu’il faut mieux vendre à ceux qui savent quoi en faire pour vous entuber.

Si avant les données personnelles se cantonnaient aux préférences de site web, aux produits consommés (boisson gazeuse préférée, ou marque de téléphone favorite) vendue à des publicitaires, maintenant ça va beaucoup plus loin. Trop loin selon moi.

Les applications pour smartphone, et les constructeurs de ces derniers captent votre rythme cardiaque, analysent les photos de votre bouffe ou comptent le nombre de pas que vous effectuez dans le but de vendre ces informations aux compagnies d’assurances, publicitaires, professionnels de la « santé ».

Si vous prenez trop de photos de hamburger, que votre téléphone ne bouge pas et que vous ne marchez jamais, la compagnie d’assurance déduira que votre régime de vie est malsain (bouffe mauvaise, assis toute la journée, etc.) et votre police assurance sera plus chère : assurer un client qui risque de faire un AVC dans 3 jours est plus risqué pour eux.

Voilà où on en est.
Ce n’est pas le futur. C’est le présent. Certains assureurs ont déjà des contrats comme ça.

Et tout ceux qui n’ont pas de smartphone ou de bracelets-mouchard voire bientôt de puce dans le cou payeront plus cher, tout simplement car votre silence envers les compagnies d’assurances sera perçu comme un « quelque chose à cacher » qui pourrait leur coûter cher, même si vous êtes en bonne santé.

Et vu que les assurances sont une escroquerie obligatoire, il y a fort à parier que beaucoup de monde va accepter de plein gré d’être espionné…

Mais c’est pour notre bien, notre santé. Paraît-il.

image

danger high tension logo
Combien de fois faudra t-il le dire : les machines à énergie surnuméraire c’est du charlatanisme (et les charlatans qui les présentent le savent très bien).

Le truc inévitable dans les débats après ça, c’est qu’il vient toujours la question des pompes à chaleur. En effet, on présente les pompes à chaleur comme une machine avec un rendement de 4 ; 5 voire de 10.
Cela est bien-sûr totalement faux. En physique, le rendement n’est jamais supérieur à l’unité. Il l’est sur la carte-bleu peut-être, mais pas en physique.

La grandeur que vous regardez là et qui est plus grand que 1, c’est le coefficient de performance de la pompe à chaleur. Ce nombre correspond à la réduction de la facture d’électricité.

La pompe à chaleur utilise un système de pompes et de compresseurs pour faire circuler un fluide qui absorbe la chaleur de votre jardin dans votre salon. Pour qu’une pompe à chaleur fonctionne, il faut l’alimenter en électricité.

Le coefficient de performance, c’est le rapport entre l’énergie correspondant à la chaleur libérée dans votre maison et l’énergie électrique qu’il a fallu lui alimenter.

Si le coefficient de performance est plus grand que 1, ça signifie juste qu’il est plus rentable d’un point de vu économique d’utiliser une pompe à chaleur que d’utiliser un radiateur électrique. C’est tout.

Il n’est pas question de production énergie, mais de transport de chaleur. La pompe à chaleur va chercher des calories (de la chaleur) dans le sol (il y en a toujours, même en hiver) et les déplacer dans votre maison au moyen d’un fluide que l’on va forcer à capter et libérer cette chaleur quand on veut.
On ne produit pas d’énergie, on ne revend pas d’énergie à EDF, on ne gagne pas d’argent : on en dépense juste beaucoup moins car on prend la chaleur du sol (que personne n’utilise) pour l’utiliser dans la maison, et ce transport coûte moins cher qu’utiliser un chauffage électrique ou à gaz.

L’utilisation d’une pompe à chaleur ne vous permettra pas de vous passer d’une facture d’électricité (ou alors vous devez pédaler…). Elle réduit juste la dite facture.

Image de Paulina Clemente