apples in supermarket

apples in supermarket C’est bien connu : le but des vendeurs, c’est de vendre… Ou plutôt nous pousser à acheter tout et n’importe quoi. On estime que 30 à 40% des achats sont des achats faits sans besoin, sous l’effet de l’émotion. Imaginez donc, si vous dépensiez 40% de moins à chacune de vos sorties au supermarché…
Évidemment, les clients ne se mettent pas à acheter n’importe quoi comment ça. Non, tout est calculé, et il y a des techniques pour nous pousser à dépenser notre argent.

Commençons par entrer dans le supermarché : vous prenez un cabas à roulette. Mhh… le cabas qu’il fallait porter à la main n’existe plus ? Normal : le client passait à la caisse quand il était trop lourd. Avec les roulettes, on continue de le remplir et on ne se rend plus compte de rien…

Avançons dans le magasin : tout de suite sur la droite (ou même directement à l’entrée), vous trouverez le rayon de l’électronique et l’informatique. Hasard ? Non : ces produits sont les plus chers. En entrant dans le magasin, le client (et son chariot encore vide) a une tendance naturelle à aller sur sa droite : là déjà, le client est forcé à aller là où il n’avait pas prévu d’aller.

Continuons un peu dans le magasin, et nous arrivons au rayon des fruits et légume frais… Vous avez peut-être vu la couleur des lampes : ils sont souvent orangés/jaune, alors que le reste du magasin est éclairé avec des néons blancs. La raison ? Le jaune est une lumière qui se rapproche le plus de la lumière naturelle, et donc font ressortir des couleurs plus naturelles des légumes : ces derniers ont l’air plus frais et donc meilleurs.

Autre tromperie : les magasins de vêtements placent des miroirs bombés dans les cabines d’essayage. En effet, ces miroirs vous donnent l’impression d’être plus minces et donc que le vêtement vous va beaucoup mieux.

La vue n’est pas le seul sens qui est trompé, loin de là.
Certains magasins diffusent également des musiques lentes, pour pousser le client à ralentir sa marche et à regarder partout. Parfois ce sont même des sons en boucles, qui lancent une ambiance de calme et de « zen » qui nous pousse à acheter car on se sent bien.

Côté odeurs, c’est pareil : les magasins diffusent des parfums. Parfum de café vers les cafetières, odeur de « propre » vers les lave-linges, odeur de fruits, de chocolat, parfums marin l’été vers les jouets de la plage ou parfum de sapin à Noël…
On retrouve également souvent les chariots de pain frais, en plein milieu du magasin, juste à côté du pain emballé. Coïncidence, vous pensez ?

Continuons… Le lait, le vin et l’eau par exemple, des produits très communs… Vous n’avez jamais remarqué qu’ils sont toujours placés tout au fond du magasin ? Ça c’est pour que vous traversiez tout le supermarché (aller et retour) en passant devant toutes les têtes de gondoles et leur « promos » qui n’en sont pas.
En parlant de ça, ce sont systématiquement des piles, des stylos, des post-it qui sont en tête de gondole. Pourquoi ? Parce que ce sont des trucs dont on a toujours besoin, et il est donc presque certain que le client en mette dans son chariot.

En rayon, les produits les plus chers sont toujours placé à hauteur d’homme et les produits « premiers prix » tout en bas donc chiants à atteindre.
D’ailleurs, un autre truc : la différence de prix entre le produit et le consommable : une imprimante ne coûte pas cher, par contre les cartouches
Même chose pour les cartouches d’encre, le ruban adhésif (scotch®) ou les mines de porte-mines (criterium®) : il m’est déjà arrivé de voir un set de mines plus cher qu’un lot de portes-mines + mines (au prix de la mine, hein — surtout que sur une mine y’en a toujours le quart qui termine à la poubelle). À la fin je me retrouve avec 20 porte-mines, contenant chacun 5 mines pour moins cher que les recharges. Faites-y gaffe pour la rentrée scolaire et munissez-vous d’une calculatrice ;-).

À la caisse : celles-ci ne sont jamais vides, il y a toujours une queue. Ça, c’est pour faire attendre le client et pour qu’il achète un dernier truc avant de sortir : un paquet de chewing-gum ? Une boite de bonbons ? Un magasine ? Bien-sûr, les enseignes vous diront qu’on attendra jamais plus de 10 minutes… Mais qui vérifie ? Et surtout… qui se plaint de devoir attendre 5 minutes devant tout plein de bonbons ?

Enfin, quand on sort il n’est pas rare de recevoir une liste de coupons de réductions (surtout quand on a les cartes de fidélité). En général, ils incident souvent à acheter des produits qu’on achèterait pas en temps normal, et toujours des produits de grande marque, qui plus est.

Et je ne parle même pas de l’obsolescence programmée, des phénomènes de modes, des publicités qui flashent ou qui restent dans la tête, de la culture de marques…

D’autres astuces utilisés par les magasins sont listés ici (avec un reportage d’une heure) : Courses au supermarché, les pièges à éviter pour économiser votre argent.

image de David Schofield