finger-in-the-nose
Actuellement, y'a une publicité qui passe à la télé, pour Orange. L'un de leurs messages est « aujourd'hui notre vie digitale prend de plus en plus de place ».

Vie digitale ? Vie digitale ?
Avec les doigts ?

Vie numérique bordel !

Virtuelle à la rigueur, mais pas digitale : ça ne veut rien dire !!
Merde, même aux enfants on apprend à ne pas faire des anglicismes ! Surtout quand y a un mot français exprès pour ça, qui en plus est très courant…


8@#[=%&$ð !!

image de Bayat

spirale de couleur J’ai le plaisir de vous proposer ici une page sur le fonctionnement de l’algorithme JPEG, le format d’image bien connu.

La page a entièrement été rédigée par Clément Masson, qui a dû faire une sorte de « micro-thèse » sur le format JPEG pour valider ses études (math spé). Cette page en est une version simplifiée, plus accessible.

Voilà !

image de Marcello

drapeau et parlement européen Ah tiens, je ne l’avais pas vu, mais au début de l’année les euro-dépités ont fait passer un texte sur leur retraite et celle des fonctionnaires européens ils toucheront donc 9000€ par mois, à partir de leur 50 ans, pour cinq années de fraude non imposées.

En plus de quelques autres bonus, faut pas déconner hein.

Et quand il y a un illuminé qui veut changer tout ça, ils refusent tous. Logique, en même temps…

Mise à Jour : Dash me signale qu’il faille prendre ça avec des pincettes.

image de TPCOM

apples in supermarket C’est bien connu : le but des vendeurs, c’est de vendre… Ou plutôt nous pousser à acheter tout et n’importe quoi. On estime que 30 à 40% des achats sont des achats faits sans besoin, sous l’effet de l’émotion. Imaginez donc, si vous dépensiez 40% de moins à chacune de vos sorties au supermarché…
Évidemment, les clients ne se mettent pas à acheter n’importe quoi comment ça. Non, tout est calculé, et il y a des techniques pour nous pousser à dépenser notre argent.

Commençons par entrer dans le supermarché : vous prenez un cabas à roulette. Mhh… le cabas qu’il fallait porter à la main n’existe plus ? Normal : le client passait à la caisse quand il était trop lourd. Avec les roulettes, on continue de le remplir et on ne se rend plus compte de rien…

Avançons dans le magasin : tout de suite sur la droite (ou même directement à l’entrée), vous trouverez le rayon de l’électronique et l’informatique. Hasard ? Non : ces produits sont les plus chers. En entrant dans le magasin, le client (et son chariot encore vide) a une tendance naturelle à aller sur sa droite : là déjà, le client est forcé à aller là où il n’avait pas prévu d’aller.

Continuons un peu dans le magasin, et nous arrivons au rayon des fruits et légume frais… Vous avez peut-être vu la couleur des lampes : ils sont souvent orangés/jaune, alors que le reste du magasin est éclairé avec des néons blancs. La raison ? Le jaune est une lumière qui se rapproche le plus de la lumière naturelle, et donc font ressortir des couleurs plus naturelles des légumes : ces derniers ont l’air plus frais et donc meilleurs.

Autre tromperie : les magasins de vêtements placent des miroirs bombés dans les cabines d’essayage. En effet, ces miroirs vous donnent l’impression d’être plus minces et donc que le vêtement vous va beaucoup mieux.

La vue n’est pas le seul sens qui est trompé, loin de là.
Certains magasins diffusent également des musiques lentes, pour pousser le client à ralentir sa marche et à regarder partout. Parfois ce sont même des sons en boucles, qui lancent une ambiance de calme et de « zen » qui nous pousse à acheter car on se sent bien.

Côté odeurs, c’est pareil : les magasins diffusent des parfums. Parfum de café vers les cafetières, odeur de « propre » vers les lave-linges, odeur de fruits, de chocolat, parfums marin l’été vers les jouets de la plage ou parfum de sapin à Noël…
On retrouve également souvent les chariots de pain frais, en plein milieu du magasin, juste à côté du pain emballé. Coïncidence, vous pensez ?

Continuons… Le lait, le vin et l’eau par exemple, des produits très communs… Vous n’avez jamais remarqué qu’ils sont toujours placés tout au fond du magasin ? Ça c’est pour que vous traversiez tout le supermarché (aller et retour) en passant devant toutes les têtes de gondoles et leur « promos » qui n’en sont pas.
En parlant de ça, ce sont systématiquement des piles, des stylos, des post-it qui sont en tête de gondole. Pourquoi ? Parce que ce sont des trucs dont on a toujours besoin, et il est donc presque certain que le client en mette dans son chariot.

En rayon, les produits les plus chers sont toujours placé à hauteur d’homme et les produits « premiers prix » tout en bas donc chiants à atteindre.
D’ailleurs, un autre truc : la différence de prix entre le produit et le consommable : une imprimante ne coûte pas cher, par contre les cartouches
Même chose pour les cartouches d’encre, le ruban adhésif (scotch®) ou les mines de porte-mines (criterium®) : il m’est déjà arrivé de voir un set de mines plus cher qu’un lot de portes-mines + mines (au prix de la mine, hein — surtout que sur une mine y’en a toujours le quart qui termine à la poubelle). À la fin je me retrouve avec 20 porte-mines, contenant chacun 5 mines pour moins cher que les recharges. Faites-y gaffe pour la rentrée scolaire et munissez-vous d’une calculatrice ;-).

À la caisse : celles-ci ne sont jamais vides, il y a toujours une queue. Ça, c’est pour faire attendre le client et pour qu’il achète un dernier truc avant de sortir : un paquet de chewing-gum ? Une boite de bonbons ? Un magasine ? Bien-sûr, les enseignes vous diront qu’on attendra jamais plus de 10 minutes… Mais qui vérifie ? Et surtout… qui se plaint de devoir attendre 5 minutes devant tout plein de bonbons ?

Enfin, quand on sort il n’est pas rare de recevoir une liste de coupons de réductions (surtout quand on a les cartes de fidélité). En général, ils incident souvent à acheter des produits qu’on achèterait pas en temps normal, et toujours des produits de grande marque, qui plus est.

Et je ne parle même pas de l’obsolescence programmée, des phénomènes de modes, des publicités qui flashent ou qui restent dans la tête, de la culture de marques…

D’autres astuces utilisés par les magasins sont listés ici (avec un reportage d’une heure) : Courses au supermarché, les pièges à éviter pour économiser votre argent.

image de David Schofield

Il y a un film que j’ai beaucoup aimé (j’aime les films historiques), car il lève un peu le tabou sur certaines parties sombres de l’histoire, et la côté obscure de ce que l’homme est capable de faire : Hitler : la naissance du mal.

Une des scène que me rappelle l’actualité, c’est quand Fritz Gerlich se font arrêter par les SS et les locaux de son journal se faire detruire, à cause de la révélations de renseignements sur le parti nazi.

L’actualité qui me fait penser à ça ? Celle où le gouvernement britannique fait des interventions dans les locaux du Guardian pour détruire des informations à propos de Snowden, avec intimidations et menaces.

Pas que je ne le fasse exprès, mais le parallèle est notable…
Hasard ? Non : des circonstances identiques avec des néo-dictatures similaires, qui emmènent à des actions identiques.

Ils nous disent au peuple que si nous n'avons rien à cacher alors nous n'avons rien à craindre. Pourtant, eux, sont les premiers à craindre pour ce qu'ils cachent. C'est donc si gros, ce qu'ils cachent ?

Seulement voilà : maintenant, l'intimidation ne marche plus. Assange, Snowden, ici Greenwald et d'autres : même combat. Ils continueront, menaces ou non.
Il ne reste plus que l'un d'eux soit assassiné par la CIA et on sera dans une vraie dictature, sans libertés ni de presse ni d'expression.

ÉDIT : on me prend mal sur mon point Godwin. Ce que je rapproche ici, c’est le côté totalitaire du régime hitlérien, pas les horreurs de la déportation, etc. J’aurais pu prendre l’exemple stalinien, ça aurait marché aussi. Cependant, je n’ai pas pensé à un film sur Staline, mais sur Hitler.

ÉDIT : autres liens en rapport :

enveloppes
Quelle désagréable sensation que de recevoir un courrier dont l’enveloppe est à moitié ouverte.

La déchirure est suffisante pour regarder ce qu’il y a à l’intérieur, mais pas assez grande pour faire tomber ce qu’il y a dedans : mon courrier est tout de même intacte (la chance que le courrier se trouve dans une double enveloppe, cette fois-ci).

En tout cas, ça commence à me faire chier de plus en plus. C’est pas la première fois que c’est soit déchiré, soit plié, soit ouvert, soit scotché… Je ne sais pas qui fait ça, peut-être la poste ? un gus bossant à la poste ? les douanes ? le facteur ?

Il faudra à l’avenir qu’on prenne une photo de notre colis avant de l’envoyer ? Et déposer une plainte contre les services postaux ? On en est vraiment arrivé là ?

Est-ce trop demander, un respect de la vie privée des gens et de leur correspondance, comme indiqué dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, article 12 ?

Des choses à cacher ? Ben oui figurez-vous : c’est ma vie, ma correspondance et personne n’a à se mettre en travers de ça.

Si des abrutis pensent que j’envoie du plutonium, de l’anthrax ou de la drogue, qu’ils passent par un juge. Ils n’ont pas à regarder tout ce que s’envoient les gens. Simplement pour cette gigantesque blague qu’est le terrorisme.

Oh, et… C’est pas parce que l’Europe n’est pas le plus à plaindre que je n’ai pas intérêt à le faire.

image de Donovan Beeson

Alors que Linux approche de ses 20 ans, j'ai trouvé cette image avec un texte magnifique (cliquez pour agrandir) :

we-use-linux
Je pense que ça résume parfaitement les raison de pourquoi nous utilisons Linux : simplement pour le fun.
Pour les non anglophones, je me suis permis de faire une traduction libre, à voir ici.

Et oui, pas étonnant finalement que les gens ne comprennent pas pourquoi nous utilisons Linux : c'est juste de la geekerie simple : le plaisir de bidouiller, de jouer, de découvrir…

Je n’écoute de la musique japonaise (JPop, JRock) que depuis 4 ou 5 ans, et coréenne (KPop) depuis un peu plus de 2 ans, et j’ai décidé de faire mon top aujourd’hui.

Je vous préviens : autant on s’imagine très bien ce qu’est du « métal » ou du « reggae », la musique asiatique est encore méconnue par le grand public, même si ça arrive peu à peu.
Le genre est spécial, et beaucoup de groupes sont (de ce que je l’ai pu lire, et surtout pour les groupes de KPop) formés par les majors et non vraiment par les groupes eux-mêmes, mais le résultat est parfois surprenant et j’aime beaucoup certaines chansons.

Et non, la musique coréenne ne se limite pas à PSY et Gangnam Style, même si les clips vont au delà de tout le WTF que vous connaissez : certains chanteurs – surtout coréens – sont accoutrés d’un style entre celui de Micheal Jackson et Lady Gaga avec le maquillage de Marylin Manson.

Bref, voilà la liste.

En japonais

japan flag
U-Ka Saegusa IN dB
ジューンブライド (June Bride) de l’album ジューンブライド ~あなたしか見えない~ (June Bride ~Anata Shika Mienai~)

Garnet crow :
春待つ花のように (Haru Matsu Hana No You Ni) de l’album The Twilight Valley,
Maizy de l’album Terminus,
Rainy Soul de l’album Stay,
Mysterious Eyes de l’album Sparkle 〜筋書き通りのスカイブルー〜,
今日と明日と (Kyou To Asu To) de l’album Parallel Universe,

Mai Kuraki :
Tonight,I feel close to you de l’album If I Believe
Just a little bit de l’album If I Believe
Your Best Friend de l’album Future Kiss
Sound Of Rain de l’album Future Kiss
Revive de l’album Future Kiss

SNSD :
Mr Taxi – Remix de l’album The Boys - repack (Jap)
Let it Rain de l’album The Boys - repack (Jap)
Time Machine de l’album The Boys - repack (Jap)
Divine du single Divine
Galaxy Supernova de l’album The Best

Stereopony :
星屑カンテラ (Hoshikuzu Kandelaar) de l’album Over Drive
ヒトヒラのハナビラ (Hitohira No Hanabira) de l’album Namida Ni Mukou
ツキアカリのミチシルベ (Tsukiakari no Michishirube ) de l’album Over Drive

Leo Ieiri
Hello de l’album Leo
Shine de l’album Leo
Wake You Up de l’album Message

Seungri
Come to my de l’album LET'S TALK ABOUT LOVE

T-ARA
Breaking Heart (Jap. ver.) de l’album Jewelry Bow
Cry Cry (Jap. ver.) de l’album Jewelry Bow

2PM
I’ll be Back (Jap. Ver.) de l’album Republic of 2PM

Boyfriend
瞳のメロディ (hitomi no melody)

Big Bang
Fantastic Baby de l’album Alive
声をきかせて (Koeokikasete) de l’album Bigbang2

En coréen

korea flag
Bang Yong Guk
I remember
Going Crazy

B.A.P :
빗소리 (Rain Sound) de l’album One Shot
One shot de l’album One Shot
음성메시지 (Voice Message) de l’album No Mercy
Coma de l’album One Shot
Punch de l’album One Shot
어디니? 뭐하니? (Eodini? Mwohani?) de l’album 어디니? 뭐하니?
Zero de l’album Excuse me

Beast :
When I Miss You (니가 보고 싶어지면) de l’album Midnight Sun
Beautifull Night (아름다운 밤이야) de l’album Midnight Sun
Midnight (별 헤는 밤) de l’album Midnight Sun
How to Love de l’album Hard to love,How to love
Shadow (그림자)' de l’album Hard to love,How to love
You de l’album Fiction and Facts
Back to you de l’album Fiction and Facts
Fiction de l’album Fiction and Facts
(Breath) de l’album Mastermind
Mastermind de l’album Mastermind
내 여자친구를 부탁해 (Say No) de l’album Shock Of The New Era

Big Bang :
Monster de l’album Still Alive
Ms Liar de l’album BigBang2
Tell Me GoodBye de l’album BigBang2
Tonight de l’album BigBang2
Make Love de l’album Number 1
What is right du 4th Mini Album
Blue de l’album Still Alive
맨정신 (Sober) de l’album Made
Loser de l’album Made

BTOB
Insane de l’album Insane

BTS
Save Me de l’album Young Forever
불타오르네 (Fire) de l’album Young Forever

C-Clown
멀어질까봐 (Far away…) de l’album Young love
우연이야 (Destiny) de l’album Not Alone
Solo de l’album Not Alone

EXO
피터팬 (Peter Pan) de l’album XOXO
Heart Attack de l’album XOXO

Henry
Trap
Fantastic de l’album Fantastic

Infinite :
Amazing de l’album Over the Top
그 해 여름 (in the Summer) de l’album Infinitize
Julia de l’album Over The Top

MBLAQ :
전쟁이야 (This Is War) de l’album 100 % Ver.

Nu'est :
Face de l’album Face
Not Over You de l’album Action

Phantom :
Burning de l’album Phantom City
Phantom City de l’album Phantom City

SHINee :
Love Pain de l’album Hello
1000 Years Always By Your Side de l’album Boys Meet U (Jap)

SNSD :
Sunflower de l’album The Boys
Honey de l’album Girls Generation
Complete de l’album Girls Generation
T.O.P de l’album Girls & Peace
Vitamin de l’album The Boys

Top Teen :
To you de l’album aRtisT
Beautiful Girl de l’album Roman
aRtisT de l’album aRtisT
No More Perfume On You de l’album Roman
긴 생머리 그녀 (Miss Right) de l’album No.1

U-Kiss
Believe de l’album The Special to Kiss me
Time To Go de l’album Stop Girl
0330 de l’album Bran New KISS
Kiss Me Forever de l’album One of You
On The floor de l’album Neverland
Someday de l’album Neverland
Baby Don’t Cry de l’album Neverland
Neverland de l’album Neverland
It’s Time de l’album Bran New Kiss

Jessica Jung
눈물이 넘쳐서 (Because Tears are Overflowing)
Starry Night

Song Ji Eun
추워요 (It’s cold)

Il y a beaucoup d’artistes / groupes, mais peu de chansons : je suis comme ça, c’est souvent une ou deux chansons par album qui me branchent, le reste beaucoup moins. Il me reste beaucoup de groupes à découvrir, mais je peux pas tout voir à la fois…

N’hésitez pas à poster aussi, si vous avez des chansons de ce genre que vous aimez !

(Mis à jour le 2017-06-25)

J’ai parfois à expliquer qualitativement ce que je voulais dire par « je programme » ou « je code ».
Je sais pas comment vous vous en sortez quand on vous pose la question, mais voilà la version longue de l’explication que je donnerai dans le futur.

Une phase essentielle en informatique

« Programmer ». Si je prends le dictionnaire, il est dit que c’est l'action d’écrire des programmes.

Bien, c’est la bonne définition, mais on est pas du tout avancé.

En fait, c’est dur d’expliquer ce qu’est la programmation à quelqu’un qui n’en a jamais fait.
Encore plus à quelqu’un qui utilise l’ordinateur tous les jours sans en faire, en fait.

Je vais pourtant essayer de me lancer dans une explication, car la programmation est quelque chose de fascinant et j’ai envie de partager ça (et je voulais partager un moyen d’expliquer ce que je fais une partie de mon temps libre).

Et surtout cette phase de « programmation » est essentielle : sans elle rien n’existerait sur nos ordinateurs : ni Windows, ni Firefox ou Word, ni le BIOS, ni votre fond d’écran, ni iTunes, ni Google, rien sur nos ordinateurs ne seraient là. Rien non plus sur nos téléphones, nos « Box », nos consoles, nos montres à quartz, nos GPS, nos voitures, ascenseurs, feux de croisement…

Même les langages de programmation ont dû être programmés… Dans d’autres langages !

Alors c’est quoi, en quoi ça consiste « programmer » ?

Imaginer et écrire un code

Je vais utiliser un exemple que tout le monde comprend : celui de la recette de cuisine.

Une recette de cuisine est une suite d’instructions à suivre et de procédures à appliquer sur des ingrédients pour obtenir un plat comestible.
Avant d’avoir le plat, il faut une recette, et avant que la recette soit prête, il y a forcément eu une étape d’imagination et d’écriture de cette recette par un cuisinier.

Par analogie, la recette de cuisine, c’est le code source d’un programme. Le programme (navigateur, traitement de texte…) c’est le plat.
Votre ordinateur dispose de programmes prêts à l’emploi, pour vous. Mais le code source — la recette, si vous préférez — n’est pas toujours fourni car pas nécessaire au fonctionnement, tout comme manger un plat ne demande pas d’en connaître la recette.

Le travail du programmeur, c’est d’imaginer un nouveau programme (pour combler une nécessité ou un besoin, par exemple), puis d’en créer le code source en écrivant ligne après ligne des instructions que la machine sait interpréter.

Si tout est fait correctement, le programme fonctionne. Il peut éventuellement rester quelques bogues mais cela se corrige par quelques ajustements (comme en cuisine en fait : un peu plus de sel, un peu moins de sucre, etc.).

Pourquoi programmer soi-même ?

Ce qu’il faut bien voir, c’est que les programmes ne sont pas sortis de nulle part.
Tapis dans l’ombre, il a quelqu’un qui un jour (ou une nuit) a écrit le code. Ce que vous utilisez tous les jours sur votre ordi, c’est le résultat de ce code.

Prenons ce site web par exemple : ses couleurs, sa mise en page, ses articles qui s’affichent dans le bon ordre… fonctionne parce que j’en ai écrit le code source : le site affiche les articles parce que j’ai décidé qu’il doit le faire.

Le système qui fait fonctionner le site (BlogoText) est une suite d’une dizaine de milliers de lignes de code dans pas moins de 6 langages différents.
L’utilisation du logiciel ne nécessite pas d’en connaître le code source et c’est ça la beauté : tout le monde peut utiliser un logiciel, alors que seuls quelques personnes ont besoin d’écrire le code source.

Programmer, ou écrire des recettes pour ordinateur, c’est quelque chose de passionnant et avec un peu de patience, tout le monde qui veut s’y essayer peut arriver à écrire un programme qui fera exactement ce que vous aurez décidé qu’il fasse.

Où commencer pour apprendre ?

Découvrir la programmation, c’est un peu comme découvrir la face caché de l’ordinateur.

Ne vous êtes vous jamais dit « tiens, ce serait cool si un logiciel faisait "ceci-cela" » ?
N’avez-vous jamais eu l’idée de faire votre propre programme ?

Et bien sachez que c’est possible avec la programmation ! En fait, c’est même le but de la programmation.

Apprendre à programmer c’est fun ! Ça demande du temps et de la patience, mais une fois qu’on a atteint un certain niveau, il est possible de demander à l’ordinateur de faire ce qu’on veut, y compris le café s’il le fallait.
C’est exactement à cela que sert un ordinateur : faire ce que l’on veut qu’il fasse (et non pas l’inverse).

Savoir programmer, c’est reprendre la main sur l’ordinateur.

Pour terminer, voilà quelques liens sur la programmation. Ils sont du Site du Zéro, la référence francophone pour apprendre à programmer. Ils font aussi des bouquins.

  • apprendre à programmer en Python, sur OpenClassRooms. Python est sûrement plus simple pour débuter : peu de tracas avec les types de variables ou les syntaxes strictes du C par exemple.
  • apprendre à programmer en C/C++, sur OpenClassRooms. Ce langage est très connu, éprouvé, mais il a le mérite non seulement de vous apprendre à programmer avec de bonnes bases, mais aussi de vous apprendre beaucoup de choses sur le fonctionnement interne d’un logiciel informatique, qui servent dans les autres langages aussi.
  • programmer un site Web en PHP. C’est ça que je fais : PHP permet de faire beaucoup de choses, en rapport avec le Web, mais aussi autres (en CLI ou avec des bibliothèques : traitement d’images, scripts locaux, par exemple).

Google me saoule à bloquer Opera sur ses services.

J'ai déjà vu ça avec Instant Search, maintenant c'est avec Google Image et son service de recherche inversée.

Si Opera s'identifie comme "Opera", rien ne s'affiche :

google-opera1
Et si Opera s'identifie comme "Firefox" tout fonctionne miraculeusement :

google-opera2
Et je vous assure qu'Opera est parfaitement capable d'utiliser ce service de Google Image. Tout fonctionne nickel là.

Encore une fois, merci Opera : seul navigateur à proposer nativement un bouton pour cacher son identité, même si c'est pour s'identifier comme un concurrent, et ce, sélectivement pour chaque site.

Google, tu me fais chier :-(

lock door Chrome semble afficher les mots de passe enregistrés en clair dans les préférences. Et c’est loin d’être le seul idiot à enregistrer les mots de passes en clair : Pidgin le fait également et je crois que FileZila aussi.

Solution :

N’enregistrez pas mots de passes dans votre navigateur, ni dans n’importe quel logiciel.


C’est clair là ?

Si vous voulez enregistrer vos mots de passe quelque part, il me semble que c’est encore plus sécurisé de les noter sur un calepin (oui le truc avec du papier, là). Pour augmenter la sécurité : notez une indication pour retrouver le mot de passe, et non pas le mot de passe.

L’idéal restant quand même de tout retenir de mémoire ; et à l’aide de méthodes mnémotechniques on y arrive très facilement.

image de Toni Verdú Carbó

Les bloatware sont les logiciels inutiles et prenant de la place que les constructeurs d’ordinateurs intègrent sur les appareils.

Il y a divers logiciels, comme Titanium Backup, qui permettent de désactiver ces bloatware, mais on ne sait pas forcément ce qu’ils font.

La méthode qui suit, baptisée « Chmod-Zero » est simple et totalement réversible : les fichiers restent à leur place dans un premier temps et vous ne les supprimez qu’après avoir constaté que la suppression ne posera pas de problèmes.

Vous avez besoin de trois choses avant de commencer :
  • un Android 4.x rooté ;
  • le logiciel Root Browser ;
  • de bon sens : ça c’est pour ne pas faire n’importe quoi vu que la manip est quand même risquée (d’ailleurs si vous faites une connerie, je ne suis pas responsable).

Le principe est d’aller dans le dossier d’Android où sont enregistrés les fichiers .apk des applications systèmes, puis de les rendre inaccessibles en lecture. On peut aussi les supprimer complètement, mais ma méthode permettra de revenir en arrière très facilement en cas d’erreur. Il m’est par exemple arrivé de perdre l’appareil photo en désactivant un composant dont il avait besoin ; et j’ai mis une journée à trouver quel paquets je devais restaurer. Je vous conseil fortement de suivre ma méthode.

Note importante : si vous voulez désinstaller un logiciel interne à Android comme Chrome ou Gmail, allez dans la gestion des applications et désinstallez les mises à jours d’abord. Ne désactivez pas le programme, désinstallez juste les mises à jours. Ensuite vous pouvez passez à la suite de ce tutoriel.

Commencez par ouvrir Root Browser, et par naviguer jusqu’au dossier /system/apps :

android root explorer
Ce que nous allons faire pour « neutraliser » l’application, c’est changer le CHMOD du fichier. Le CHMOD, c’est le « rw-r--r-- » attribué à chaque fichier :

android root explorer
Je n’entre pas dans les détails, mais sachez que s’il est à « rw-r--r-- », alors il est visible, et s’il est à « --------- » alors l’application est invisible.
Choisissez une application, comme par exemple ChromeWithBrowser.apk (le navigateur Google Chrome). Faites un appuie long dessus et choisissez « Permissions » :

android root explorer
Désactivez avec toutes les cases cochées, puis faites OK :

android root explorer
Vous voyez alors que le CHMOD du fichier a changé :

android root explorer
Il ne vous reste qu’à redémarrer le téléphone (certaines désinstallations d’applications n’ont pas besoin de ça, mais pour Chrome, il me l’a fallu). Regardez ensuite : Chrome a disparu !

android root explorer
Pour le remettre, il faut réactiver l’application dans Root Browser, en lui remettant les permissions comme elles étaient avant. Chrome sera de nouveau visible après ça (au besoin réinstallez les mises à jours via le Google Play, ou redémarrez le téléphone).

Notez que toute cette méthode permet de désactiver les bloatware et les applications systèmes. Ne désactivez donc pas n’importe quoi : certains paquets sont essentiels au système ou à d’autres paquets.

Pour terminer, voici la liste des fichiers .apk (et .odex s’ils sont là) que j’ai désactivé personnellement de cette façon :

  • Books.apk (Google Play Livres)
  • Browser.apk (Le navigateur par défaut d’Android)
  • Calendar.apk, CalendarImporter.apk, CalendarProvider.apk (le calendrier que je n’utilise pas)
  • CellBroadcastReceiver.apk (un outil pour partager la connexion 3G en Wifi).
  • ChromeBookmarksSyncAdapter.apk, ChromeWithBrowser.apk (Google Chrome)
  • DeskClock.apk (un widget pour l’heure je crois. Je préfère une alternative)
  • DigitalClockWidget.apk (un widget pour la pendule dont je n’ai pas besoin)
  • DownloadProviderUi.apk (l’interface pour la gestion des téléchargements faits avec la navigateur) : attention à désactiver que DownloadProviderUi et pas DownloadProvider.
  • Email.apk (l’application Email par défaut, étant un utilisateur de K9-Mail — d’ailleurs, si quelqu’un sait comment activer les notification de K9 sur le lockscreen…)
  • Exchange2.apk (un truc pour Microsoft Exchange, inutile pour moi)
  • Facebook.apk (Pas besoin de ça non plus)
  • FaceLock.apk (le truc pour déverrouiller le téléphone en faisant des grimaces au téléphone)
  • FileManager.apk (le gestionnaire de fichiers : vu que j’ai RootBrowser, je n’ai pas besoin de ça)
  • Galaxy4.apk (l’un des fond d’écrans animés d’Android)
  • GenieWidget.apk (le widget qui donner des astuces Android)
  • Gmail.apk (Gmail, même remarque que pour Email)
  • GMS_Maps.apk (???)
  • GoogleTTS.apk : le moteur de synthèse vocale de Google.
  • GoogleBackupTransport : le service de synchronisation global de Google.
  • GoogleCalendarSyncAdapter.apk : le service qui permet de synchroniser le calendrier avec les serveurs de Google
  • GoogleContactsSyncAdapter.apk : le service qui permet de synchroniser les contactes avec les serveurs de Google (pensez à les exporter avant, puis de les ré-importer ensuite)
  • GooglePartnerSetup.apk : des trucs tiens, sans doute (???)
  • HoloSpiralWallpaper.apk : un fond d’écran animé.
  • LiveWallpapers.apk : quelques fond d’écrans
  • LiveWallpapersPicker.apk : l’application qui permet de choisir un fond d’écran animé.
  • MagicSmokeWallpaper : encore un fond d’écran animé
  • MediaUploader.apk : c'est Picassa
  • MtkWeatherProvider.apk et MtkWeatherWidget.apk : je crois que c’est un widget par défaut pour la météo
  • MtkWorldClockWidget.apk : un widget pour la pendule mondiale
  • Music.apk : le lecteur de musique par défaut d’Android. Perso j’utilise un autre lecteur, celui là est superflu.
  • NoiseField.apk : un autre fond d’écran animé…
  • PartnerBookmarksProvider* : des liens commerciaux de Google, je crois
  • PhaseBeam.apk : encore un fond d’écran
  • PlusOne.apk : Google Plus
  • ProTips.apk : le widget avec les astuces pour Android
  • Street.apk : Google Street View
  • Talk.apk : Google Talk
  • Todos.apk : L’application « choses à faire »
  • Velvet.apk : la barre de recherche de Google en haut du bureau.
  • VideoFavourites.apk : un truc pour les vidéos (inutile pour moi).
  • VideoPlayer.apk, Videos.apk : le lecteur vidéo par défaut et Google Play Vidéo ; j’ai VLC, donc pas besoin de tout ça.
  • VisualizationWallpapers.apk : des fond d’écrans.
  • Weather3DWidget.apk : un widget pour la météo.

Bon, je me lance aussi : rendez nous les flux RSS !

Le RSS est une technologie qui permet aux internautes d’un site de s’abonner facilement aux dernières nouveautés du site. On utilise pour cela un agrégateur RSS : un logiciel à qui on donne la liste des sites dont on veut les news et il va aller les chercher sur tous les sites, en un seul clic.

De plus, le RSS est simple à utiliser grâce à son format et ses spécifications ouvertes : on peut les combiner, les partager, les dupliquer, les trier… On peut créer nos propres outils utilisant RSS. RSS c’est ce qui permet de lier tous les sites entre-eux, facilement et simplement.

La tendance actuelle est que les réseaux sociaux coupent de plus en plus les flux RSS : Twitter depuis un moment, récemment l’ami Seb remarque que DeviantART et Flickr retirent le RSS de certaines pages aussi. Ce matin, je découvre via Tiger-222 que YouTube s’y met aussi… Mais pour certaines chaînes seulement (certains y ont droit, d’autres non : wtf ?).

Et n’oublions pas non plus Facebook : à une époque il proposait un moyen de publier des choses en lui donnant un fil RSS ; ni Google qui vient de tuer Google Reader il y a quelques jours, et qui pour Google+ n’a d’ailleurs jamais proposé de RSS.

La raison à tout ça c’est que le RSS est un format ouvert : la liberté et l’ouverture ne les intéresse pas. À la place, ces sites proposent des outils (API) pour s’y connecter et utilisent chacun leur technologie à eux. Conséquences ? Alors qu’avant un seul programme suffisait pour lire tous les sites, maintenant il faut autant de programmes qu’il y a de sites et l’ensemble n’est pas interopérable, ces sites peuvent alors faire des statistiques plus poussées, mais l’expérience utilisateur est totalement laissée de côté.

Les réseaux sociaux deviennent asociaux : c’est du « moi moi moi » qui n’a pas grand chose de social, et d’ouvert sur le monde : tu es sur Twitter ? Désolé, mais on va te faire chier pour publier sur Facebook et Google+. Tu es sur Youtube ? Désolé, mais si tu veux publier sur Facebook on va te mettre des bâtons dans les roues.

Les sites web liés entre eux par le RSS s’isolent donc chacun dans leur coin, rendant difficile l’agrégation des news venant de sources différentes. Cet Internet impraticable, c’est leur vision du net. Heureusement, ce n’est pas la nôtre.

image envoyée par 4chan

Voilà, c’est officiel : je hais les élus professionnels.

Ils ont un boulot mais ne viennent pas. Ouais, comme en classe quand les élèves sèchent. Sauf qu’eux, sont payés 10 fois le smic quand ils sèchent les séances de chahutage.

Agoravox dit tout ça très bien : 25 juillet 2013 : 577 députés absents sur 577.
Y’en a aucun pour rattraper les autres.

Mais ce que je trouve complètement honteux (envers les politiciens, hein, pas contre Agoravox), c’est que l’article nous console d’un : « au moins, s’ils ne bossent pas, ils ne bosseront pas contre nous ».

C’est désolant. Désolant de devoir se consoler avec ça. Désolant d’en être à préférer que les élus soient payés à rester chez eux plutôt que de travailler, sous-entendant que leur travail est faire des coups tordus dans le dos du peuple.

Tout aussi désolant qu’une nation, qu’un peuple monte un site comme celui là « décompte du quinquennat ». Bordel, pourquoi attendre ? Le peuple ne peut pas demander la démission sur le champ de celui qui les représente ? Parce que si ce n’est pas le cas, alors ce n’est pas une République ni une Démocratie. Mais une dictature, où le peuple attend passivement et avec impuissance que cesse cette délirante injustice, et pouvoir choisir enfin le prochain connard qui va les oppresser.

C’est désolant.

route déserte photo avec un panneau On a déjà vu des cas de certains voitures qui étaient bloqués à 200 km/h sans pourvoir les arrêter, et ben tout ça ne va pas s’arranger. Certaines voitures sont maintenant totalement électroniques et évidemment hautement piratables :

« Et le pire, c’est la possibilité de désactiver complètement les freins durant la conduite ! Vous pouvez bien appuyer sur la pédale, mais cela n’a plus aucun effet sur les freins du véhicule en mouvement. »

Utiliser ces voitures revient dès lors à mettre son intégrité physique entre les écrous de la machine et sa vie dans la confiance de ceux qui l’ont conçus. Une voiture contient autant de programmes qu’un ordinateur, et si l’ordinateur ne peut pas passer une journée sans subir un bug quelconque, une voiture non plus.

Je me demande si ceux qui ont participé à la conception de ces voitures choisiraient leur voiture si on leur en laissait le choix. Je connais d’autres exemples où les employés d’une marque te disent d’entrée de jeu que jamais ils n’achèteraient ce qu’ils fabriquent.

L’électronique qui nous assiste dans une voiture est bien sympa, mais elle a des limites. Certains arrivent par exemple à spoofer des signaux GPS, la voiture qui pense vous conduire au boulot pourrait très bien à la place vous conduire dans un ravin ou sauter d’un pont sans que vous ne puissiez rien faire : ni freiner, ni éteindre le moteur, ni même ouvrir la porte ou retirer la ceinture.
Le monde n’est pas un monde de poney tout roses, et il y aura des malades pour tirer un plaisir malsain à mettre les autres en danger par des inventions de ce genre.

Un hacker a récemment découvert un moyen de déverrouiller des voitures de luxe. On lui a répondu de la fermer. La faille, qui ne sera probablement jamais corrigée profitera donc aux pirates : ceux qui voudront tuer des gens au hasard avec un simple clic.

Pirater le réseau téléphonique avec un sifflet était peut-être innocent et sans danger. Pirater des millions de voitures avec un smartphone, c’est déjà beaucoup plus dangereux.

image de Zaqi