la rémunération par la licence globale : trois fonctions idées de partage des fonds : linéairement, par une racine cubique, par une fonction arc-tangente

Ce matin, la HADOPI annonce qu’elle étudie diverses solutions pour légaliser le partage non marchant.

En gros : au lieu de punir ceux qui ne font que partager des fichiers comme ça se fait actuellement, ils cherchent à trouver un moyen de rendre le partage légal, tout en voulant permettre aux artistes de vivre.

Vu comme ça, cela s’annonce délicat : un partage non marchant ne peut par définition pas rémunérer, vu qu’il n’y a pas d’argent en jeu.

Selon la HADOPI ce sont deux systèmes différents qui sont possibles.
Soit on utilise une « carte de membre » : on fait payer tout le monde une somme fixe et on laisse les internautes télécharger tout ce qu’ils veulent : c’est l’idée de la licence globale ; soit on fait payer les intermédiaires : les sites, plateformes, réseaux qui permettent aux échanges de fonctionner, et qui font bien souvent pas mal d’argent avec des publicités.

Dans les deux cas, l’argent reçu sera reversé aux artistes et producteurs : les artistes beaucoup téléchargés/partagés seront d’avantage rémunérés.

Je trouve très bien que la HADOPI décide enfin d’écouter tout ce que l’internet leur crie depuis des années : juste navrant que ce soit si tard justement, et que la HADOPI va fermer dans quelques temps…

Ce qui suit, sont mes idées pour améliorer tout ça.

Une rémunération plus juste

Déjà, concernant la rémunération proportionnelle : un artiste dix fois plus populaire sera – à la fin – dix fois plus payé. On va se retrouver comme actuellement avec quelques millionnaires et beaucoup d’artistes qui peinent à vivre de leur métier. Ce n’est pas acceptable.

Il faudrait trouver une autre fonction mathématique, qui soit croissante (plus l’artiste est téléchargé, plus il est rémunéré) mais qui évite des disparités trop importantes et donc du même coup qu’un petit nombre d’artistes pompe tout le budget. Une fonction avec une courbe plutôt aplatie.

Richard Stallman, dans son idée de la licence globale avait proposé une courbe selon la racine cubique du nombre de copies téléchargées. Personnellement je propose de prendre la fonction arc-tangente (certains profs utilisaient ça pour arrondir les notes) : cette fonction croît pratiquement aussi vite au début, mais stagne d’avantage pour les valeur plus grandes. Elle permet alors d’équilibrer encore un peu plus pour les très grands nombres de partages :

la rémunération par la licence globale : trois fonctions idées de partage des fonds : linéairement, par une racine cubique, par une fonction arc-tangente
On mérite mieux qu’une taxe pour tous

Ensuite, et même si je trouve l’idée de la licence globale déjà bonne, elle ferait payer également les personnes qui ne téléchargent jamais quoi que ce soit (pas que cela existe, mais bon).
Quelque chose d’encore plus juste et de plus responsabilisant pour l’internaute serait de lui faire payer lui-même un montant de son choix. Soit avec un « budget téléchargement » qu’il choisit chaque mois (budget fixe) soit avec un prix par téléchargement (montant fixe par téléchargement).
Il est important que l’internaute choisisse lui même : je l’ai déjà dit, la culture est quelque chose de subjectif et il est idiot de faire payer tout le monde la même chose alors que chacun en profite différemment.

Les internautes ne sont pas des voleurs : trouver de l’argent n’est absolument pas un problème. Le problème est plutôt le modèle technique et économique à mettre en place pour que l’argent de ceux qui veulent le donner atterrissent dans les poche de ceux à qui il est destiné (et pas dans les poches des PDG de la Sacem).

Comment comptabiliser le nombre de téléchargements ?

Là aussi divers idées sont possible : on peut utiliser (comme cela se fait pour pour les mesures d’audience de la télé) un panel de familles tirées au sort et qui promettent d’aller sur un site prévu par le gouvernement pour dire ce qu’ils ont téléchargé, puis par quelques calculs statistiques on étend cela à tout le monde.
Mais je pense qu’il est possible de faire mieux : le gouvernement peut par exemple mettre en place une plateforme de téléchargement (style Mega) ou de P2P, ou même un site de streaming (beaucoup de Label ont des partenariats avec Youtube) : le comptage du nombre de téléchargement sera ainsi très simple.
Évidemment, il est important que tout ceci soit fait anonymement.

Un système qui doit absolument rester simple et efficace

Les solutions de téléchargement dites « légales » actuelles sont inutilisables : il faut s’enregistrer, installer tout un tas de logiciels, rester connecté à internet, la qualité du média n’est pas bonne, les saisons ne sont pas complètes. L’internet n’a pas besoin d’un autre système pourri comme ça.

Il faut que la solution soit simple et rapide, comme Daylimotion (qui vient de proposer plein de séries gratuites en HD) ou ThePirateBay : un lien magnet et hop on a notre film.

Il ne faut pas de DRM, il ne faut pas de système de frontières sur l’Internet. Il faut que les fichiers soit dans un format lisible partout, téléchargeables rapidement et en un seul clic, que le média soit de bonne qualité et qu’il y ait le choix.

C’est malheureux à dire (ou pas) mais le système actuellement en place qui réunissent toutes ces conditions sont le P2P, les sites de Streaming illégaux et les sites de téléchargement comme 4Shared ou Mega.
Il ne manque qu’un bouton Flattr et le créateur recevra de l’argent à chaque fois qu’on cliquera dessus.

En fait… Tout est déjà là depuis des années créé par les internautes : on n’attend plus que de travailler avec les industriels et les gouvernements pour faire un modèle complet et décent pour la culture.

Bonne chance Hadopi : faites le pour les artistes et pour leur fan, pour une fois. You can do it.